Écrit par : Arthur AvalonCatégorie : Hindou

Je Te dis la vérité, Ô Devi ! Pose-le sur le cœur et médite-le. Il n’y a pas de doctrine supérieure à la doctrine Kaulika, la plus excellente de toutes (44). C’est le chemin le plus excellent caché à cause de la foule de Pashus, mais quand l’Âge de Kali avancera, ce chemin sera révélé (45).

En vérité et en vérité, je te dis que lorsque l’Âge de Kali atteindra la plénitude de sa force, il n’y aura plus de Pashus, et tous les hommes sur terre suivront la doctrine Kaulika (46). Ô Vararohe ! saches que lorsque les initiations Védique et Puranique cessent alors l’Âge de Kali est devenu fort (47). Ô Shive ! Ô Paisible ! quand la vertu et le vice ne seront plus jugés par les règles Védiques, alors saches que l’Âge de Kali est devenu fort (48).

Ô Souveraine Maîtresse de la doctrine Kaula ! quand le Courant Céleste est à certains endroits brisé, et à d’autres détourné de son cours, alors saches que l’Age de Kali est devenu fort (49). Ô Sage ! lorsque les rois de la race Mlechchha deviennent excessivement cupides, alors saches que l’Âge de Kali est devenu fort (50).

Lorsque les femmes deviennent difficiles à contrôler, sans cœur et querelleuses, et calomniatrices de leurs maris, alors saches que l’Âge de Kali est devenu fort (51). Lorsque les hommes deviennent soumis aux femmes et esclaves de la luxure, oppresseurs de leurs amis et gourous, saches alors que l’Âge de Kali est devenu fort (52). Lorsque la fertilité de la terre a disparu et produit une mauvaise récolte, lorsque les nuages produisent peu de pluie et que les arbres donnent de maigres fruits, alors saches que l’Âge de Kali est devenu fort (53). Lorsque des frères, des parents et des compagnons, poussés par le désir de quelque bagatelle, se frapperont, alors saches que l’Âge de Kali est devenu fort (54). Lorsque la consommation ouverte de chair et de liqueur passera sans condamnation ni punition, lorsque la consommation secrète prévaudra, alors saches que l’Âge de Kali est devenu fort (55).

Comme dans les Âges Satya, Treta et Dvapara, le vin et autres pouvaient être consommés, de même ils peuvent être consommés dans l’Âge de Kali conformément au Kaulika Dharmma (56). L’Âge de Kali ne peut pas nuire à ceux qui sont purifiés par la vérité, qui ont vaincu leurs passions et leurs sens, qui sont ouverts dans leurs voies, sans tromperie, sont compatissants et suivent la doctrine Kaula (57). L’Âge de Kali ne peut pas nuire à ceux qui se consacrent aux services de leur gourou, au lotus des pieds de leurs mères et à leurs propres épouses (58). L’Âge de Kali ne peut pas nuire à ceux qui sont voués et fondés sur la vérité, les adhérents du vrai Dharma et fidèles à l’accomplissement des rites et des devoirs de Kaulika (59). L’Âge de Kali ne peut pas nuire à ceux qui donnent au Kaulika-Yogi véridique les éléments du culte, qui ont été préalablement purifiés par les rites Kaulika (60).

L’Âge de Kali ne peut pas nuire à ceux qui sont exempts de méchanceté, d’envie, d’arrogance et de haine, et qui sont fermes dans la foi du dharma de Kaulika (61). L’Âge de Kali ne peut pas nuire à ceux qui tiennent la compagnie des Kaulikas, ou vivent avec les Sages Kaulika, ou servent les Kaulikas (62). L’Âge de Kali ne peut pas nuire à ces Kaulikas qui, quoi qu’ils puissent paraître extérieurement, restent pourtant fermes dans leur Dharma Kaulika, T’adorant selon sa doctrine (63). L’Âge de Kali ne peut pas nuire à ceux qui accomplissent leurs ablutions, charités, pénitences, pèlerinages, dévotions et offrandes d’eau selon le rituel Kaulika (64).

L’Âge de Kali ne peut pas nuire à ceux qui accomplissent les dix cérémonies purificatrices, telles que la bénédiction de l’utérus, les cérémonies obséquiales de leurs pères et d’autres rites selon le rituel Kaulika (65). L’Âge de Kali ne peut pas nuire à ceux qui respectent le Kaula-tattva, le Kaula-dravya et le Kaula-yogi (66).

L’Âge de Kali n’est que l’esclave de ceux qui sont libres de toute malhonnêteté et de tout mensonge, des hommes de franchise, dévoués au bien des autres, qui suivent les voies de Kaulika (67). En dépit de ses nombreux défauts, l’Âge de Kali possède un grand mérite, celui de la simple intention d’un Kaulika de résolution ferme, le résultat souhaité s’ensuit (68). Dans les autres Ages, Ô Devi ! l’effort de la volonté produit à la fois le mérite et le démérite religieux, mais à l’Âge de Kali, les hommes acquièrent intentionnellement seulement le mérite, et non le démérite (68). Les esclaves de l’Âge de Kali, d’autre part, sont ceux qui ne connaissent pas Kulachara, et qui sont toujours menteurs et persécuteurs des autres (70). Eux aussi sont les esclaves de l’Âge de Kali qui n’ont aucune foi dans les Kulacharas, qui convoitent les femmes des autres, et haïssent ceux qui sont fidèles à la doctrine Kaulika (71).

Cité du Mahanirvana Tantra, Tantra de la Grande Libération Traduit par Arthur Avalon (Sir John Woodroffe) [1913]

Catégories : Hindou