Écrit par : MilarépaCatégorie : Bouddhiste

Cette célèbre histoire du Saint et Maître Tibétain Milarépa décrit sa rencontre avec cinq Dakini bien connues. Les Dakini sont difficiles à décrire avec précision, car elles ont des propriétées ou des attributs spéciaux que l’intellect ne parvient pas à saisir. Dire que les Dakini sont des déesses est en deçà de leur caractère unique ; Dire qu’elles sont de simples esprits de la nature (élémentaux) n’illustre pas leur grande intelligence et sagesse. Dans le Bouddhisme Tibétain, les Dakini sont généralement représentées comme des divinités féminines farouchement intelligentes qui sont connues pour enseigner le Dharma aux initiés, mais viennent également aux initiés pour apprendre le Dharma. Les Dakini sont souvent citées comme protectrices du Dharma, et de nombreuses écritures et enseignements bien connus ont été donnés aux initiés par les Dakini.

On dit que les cinq dans cette histoire sont des sœurs (ce qui peut être symbolique des cinq aspects de la Mère Divine). Elles apparaissent également dans l’histoire de la vie de Padmasambhava, qui en leur enseignant le Dharma les apprivoise d’être des esprits quelque peu sauvages ou les intelligences élémentales des montagnes voisines, et elles deviennent des protectrices du Dharma.

Les événements et les personnages de cette histoire – comme toute grande histoire de sagesse cachée – sont symboliques. Il est incorrect de prendre l’histoire au pied de la lettre ; pour retrouver le sens réel, il faut la méditation et l’expérience consciente de la pratique enseignée ici.

Tseringma et la Pratique du Mudra

Tard dans la nuit du huitième jour du Mois du Coq de Feu, une grande lumière brillait sur le paisible ermitage de Milarepa à Chu Bar. Milarépa a alors senti une odeur parfumée qu’il n’avait jamais sentie auparavant et a entendu le son de voix qui s’approchaient. Pendant qu’il s’interrogeait sur elles, la Dame de bon augure de longue vie [Tseringma], bien habillée et portant de beaux ornements, apparut avec ses sœurs – l’une apportant diverses sortes d’encens ; l’une, de nombreux plats et boissons délicieux; l’une, des instruments de musique; l’une autre, de beaux et jolis vêtements ; et encore l’une autre, de belles fleurs. Elles se prosternèrent toutes devant le Jetsun [titre honorifique], firent plusieurs fois des circumambulations autour de lui et lui offrirent des oblations désirables conjurées par leurs pouvoirs miraculeux. Puis elles chantèrent en chœur :

« Oh Gourou parfait, précieux, destiné et bien doté,

Est-ce que « Vajra Riant » [voir ci-dessous] est le nom que les Bouddhas et les Gurus t’appellent?

Tes parents ne t’ont-ils pas appelé « Toubagha »,

Alors que les gens t’appellent « Le Grand Repa Accompli »?

N’es-tu pas celui qui a trois noms merveilleux?

Vajra : (Sanskrit, « coup de foudre, éclair, diamant, adamantin ») Dans l’Hindouisme, le vajra est l’arme d’Indra (comparé à Zeus des Grecs). Dans le Bouddhisme Tibétain, le vajra (en Tibétain, dorje) est un symbole de la vraie réalité, la Vacuité, l’Absolu, ce qui est indestructible. Ésotériquement, c’est un symbole du phallus masculin.

Thou-ba-gha : Tibétain pour « Délicieux à entendre ».

Repa : « vêtu de coton »

À gauche de la montagne, Lhaman Jalmo,

Se dresse ta hutte au bord de la rivière Lodahan.

Le roi des Nagas [« peuple serpent »] a sonné

Sa trompette magique en conque,

Et dans un palais qui exauce les souhaits

Cette hutte a-t-elle été transformée.

Sur cette rive de la Vallée de Medicine,

Toi, un merveilleux yogi,

Pratique assidûment les Enseignements Pinacle [le plus élevé Tantra].

Renonçant aux Huit Désirs Mondains,

Des temples Samsariques, tu es libéré [il n’est pas soumis à des religions illusoires].

Grâce à nos merveilleux pouvoirs

Nous cinq filles sommes venues

Louer et chanter pour toi

Avec des mots doux et des voix mélodieuses.

Nous représentons les quatre types connus de féminité

Appelé Lotus, Conque, Marc et l’Éléphant [nommé ainsi par la forme de la yoni ou organe sexuel féminin ; ces noms ont des niveaux de significations].

Prie, pratique le Karma Mudra avec nous.

Karmamudra : (Sanskrit : littéralement, « sceau d’action ». Tibétain : las ryga) Tantra Yoga, une « mudra » est une épouse ou partenaire sexuel. Karma signifie simplement « action ». Karmamudra est la méthode tantrique de transmutation sexuelle accomplie par l’union sexuelle de l’homme et de la femme tout en retenant le désir et l’orgasme. L’énergie créatrice contenue se transforme en bodhitchitta : l’énergie du mental d’éveil de la sagesse.

Accorde-tu à notre prière?

Sais-tu bien

Les quatre techniques du Karma Mudra

Appelées tomber, tenir, se retourner et se propager –

Si oui, tu peux les appliquer maintenant,

Car tes serviteurs sont préparés.

Il est dit dans le Tantra Suprême,

[Que le yogi qualifié] attire les servantes du Ciel,

Des Nagas, des Asuras ou du genre humain.

Il dit aussi que de tous les services

Le meilleur est Karma Mudra.

Ainsi nous venons ici ce soir.

Je te prie d’en être témoin, oh grand Yogi,

Dont le corps nu est plein de splendeur et d’éclat.

Le Jetsun répondit :

À cette heure tardive

J’entends vos voix mélodieuses s’élever,

Et vos pensées exprimées en chanson.

[D’où venez-vous, belles dames?]

Votre demeure n’est-elle pas

sur le sommet brillant,

Le pic cristallin de la Montagne Enneigée?

Des Tours pas un palais

Sous la voûte des nuages

Au milieu de la fleur-galaxie des étoiles?

Longues sont vos vies et grands vos pouvoirs –

Ceci de votre miséricorde est la récompense.

Votre fortune rivalise avec celle du dieu de la richesse –

Ceci de votre prime est la récompense.

Vos serviteurs sont fidèles et obéissants —

Ceci de votre patience est la récompense.

En pratiquant des actions méritoires

Vous êtes plein d’aspiration –

C’est le signe de votre diligence.

Le fait que vous m’avez rencontré dans cette vie

Prouve vos bons souhaits dans des vies antérieures.

Je chante ce chant pour vous

Pour révéler la relation profonde.

Je suis un adepte de la lignée de Naropa,

Qui a maîtrisé le Prana [force vitale ou énergie] et le Bindu [« goutte » ou « point » : énergie sexuelle masculine].

C’est vrai que de toutes les offrandes

Une Mudra qualifiée est la meilleure.

Les plus merveilleux sont en effet les quatre mudras perfectionnées.

Le Visage rayonnant et le Lotus favorisent le bonheur ;

Le Nadi [passage d’énergie, c’est-à-dire la yoni] en forme de coquillage accélère l’extase [Samadhi] ;

La Marque [en forme de yoni] dans le renfoncement profond empêche tout gaspillage [d’énergie] ;

Tandis qu’à travers « l’Eléphant », la Réalité [Shunyata, l’Absolu] est réalisée.

Vous êtes la Dame de longue vie de bon augure, noble et irréprochable.

Dans votre Lotus de Sagesse secrète [yoni]

Gît le bija [graine, essence] : « Bham » en forme de signe « e » ; [un son mantrique représentant les forces sexuelles féminines réceptives]

La gemme mâle [organe sexuel ou vajra] est assimilée au bija bleu [graine, essence] « Hum » ; [un son mantrique représentant les forces sexuelles masculines projectives]

Et, lorsqu’il est combiné avec « Pad », [un son mantrique représentant la force de conciliation qui unit et harmonise le masculin et le féminin]

corrige bien Tig Le. [tig le : Tibétain pour graine ou essence. Une référence à l’énergie sexuelle]

Lorsque la Sagesse et la Méthode [Père et Mère, homme et femme] se rejoignent, La Félicité du Deux-en-Un est offerte au mieux.

Les quatre félicités et les quatre moments sont

L’essence des Quatre Corps de Bouddha.

Comme le rampement d’une tortue

[Lentement Tig Le, l’énergie sexuelle] devrait s’écouler.

Dans la médecine Tibétaine, l’énergie sexuelle est considérée comme provenant du sommet de la colonne vertébrale.

Ensuite, maintenez-le dans le canal central [un canal d’énergie dans la colonne vertébrale],

Et comme une bête de course,

Inversez-le [vers la tête].

Plus tard, quand vous l’avez propagé [à travers le système nerveux],

Utilisez le mudra libérateur [de la méditation].

« Tig » est le chemin du Nirvana!

« Le » le Bonheur de l’Égalité ;

« Las » [Tibétain : « action »] signifie les différentes actions et jeux,

« Kyi » [Tibétain : « de »] le rapport entre la Félicité et le Vide [Réalité] ;

« Phyag » est ceci et cela à retenir ;

Et « rGya », [Phyag rGya : Tibétain pour mudra] pour embrasser le Nirvana et le Samsara.

Cette section est un jeu de mots poétique révélant des significations plus profondes des composants de l’expression Tibétaine « las kyi phyag rGya », qui signifie « karmamudra ». Milarepa recommence ici :

« Las » est de contacter ceci et d’agir sur cela,

« Kyi » pour faire ceci et cela pour l’associé ;

« Phyag » est l’Union de la Félicité et du Vide ;

Alors que « rGya » est ne pas aller au-delà [retenir l’orgasme].

C’est le chemin de vitesse de l’Union,

Un chemin plein de bonheur retenu [retenant l’énergie sexuelle],

Un chemin pour consommer l’accomplissement

Du Vide-Illuminateur [sunyata, vacuité, réalité ultime],

Menant vers le Dharmakaya sans discrimination [le corps de bouddha le plus élevé ; dans Kabbale : Kether],

Dirigeant quelqu’un vers le Samhhogakaya parfait [deuxième corps de bouddha ou état d’accomplissement],

Et menant au Vide de Manifestation des Nirmanakayas [troisième corps de bouddha ou état d’accomplissement].

C’est un chemin de Félicité – de vacuité, d’absence de pensées et de deux en un,

Un chemin d’assistance rapide par une déesse.

Suivant cette voie inspirante

Vous, belles dames, arriverez à la Libération,

Et, dans le royaume de la non-apparition [l’Absolu] resterez.

Oh fées douées, vous êtes en effet bien qualifiées!

Le Karma Mudra a ensuite été exécuté, au cours duquel les cinq déesses ont offert à Milarépa leurs corps, leurs paroles et leurs esprits – ainsi que de nombreux aliments et boissons pour lui plaire.

Parmi les cinq Dakinis – la Dame de bon augure de longue vie, la Drogmanzulema de la Montagne Enneigée Lashi, la Mannmo de Linpa Draug, la Tsomanma du Népal et la Yidagmo de la Montagne Enneigée Yolmo – la Dame de bon augure de longue vie était celle qui a gagné la meilleure inspiration Karma Mudra du Jetsun.

C’est l’histoire de la façon dont le Repa, « Vajra Riant », le grand Yogi qui était capable d’attirer et d’utiliser des déesses pour sa pratique de Mudra, rencontra la Dame de Longue Vie ; et dans laquelle se trouvent les chants d’enquête et les réponses, nommés « Le Rosaire de la Sagesse de la Félicité-Vide ».

Après des prières sincères et des offrandes aux divinités, les deux frères yogis – les compilateurs de cette histoire – ont reçu une délicieuse révélation de permission, sur laquelle l’histoire a été écrite.

Samaya Ja Ja Ja! [Attention – Secret! Secret! Secret!]

L’histoire de la Dame de Longue Vie et de Milarépa, y compris plusieurs prédications de Mila et les demandes des cinq Dakinis, a été compilée et conservée par Ahtsarya Bodhi Radsa et Repa Shiwa Aui.

C’est la fin de ce récit merveilleux, composé de trois histoires successives.

Cité de « Les Cent Mille Chants de Milarépa » tel que traduit par Garma C.C. Chang, Shambhala Publications, 1962.

Catégories : Bouddhiste