Écrit par : Gnostic InstructorCatégorie : Préceptes d’Alchimie

En relation à la séquence des conférences sur les préceptes alchimiques du Zohar, nous allons continuer sur ce thème, après la conférence « Les Deux Serpents de l’Éden ». Donc, encore une fois, nous devrions aborder le serpent en relation avec les lettres Hébraïques comme des entités vivantes numériques et en relation avec notre Mère Divine Kundalini, le serpent d’airain magique ou le serpent d’airain divin de nos pouvoirs magiques. Le titre de cette conférence est Prakriti, qui est un mot Sanskrit.

« Prakriti — (Sanskrit) Un composé composé du préfixe prépositionnel pra, signifiant « en avant » ou « progression », et de kriti, une forme nominale de la racine verbale kri, « fabriquer » ou « faire ». Par conséquent prakriti signifie littéralement « production » ou « engendrer », « provenant », et par une extension du sens, il signifie également l’état ou la condition ou la forme primordiale ou originelle de tout : la substance primaire, originelle. La racine ou le parent de prakriti est mula-prakriti ou racine de prakriti. Prakriti doit être considérée avec vikriti – vikriti signifiant un changement ou une altération quelconque, ou une production ou une évolution de la prakriti qui la précède. » – Glossaire Théosophique

Maître Samael Aun Weor se réfère à la Prakriti, la Mère Divine dans différents livres. Dans le premier graphique de ce pdf Prakriti, nous avons une citation du livre Parsifal Dévoilé où nous lisons :

« La Kundalini Yoga enseigne de manière brillante que le Bhujangini ou pouvoir serpentin se trouve enroulé trois fois et demie à l’intérieur du chakra coccygien (qui s’appelle bien sûr le chakra muladhrara). Les trois enroulements représentent les trois gunas de la Prakriti : Sattva, Rajas et Tamas. C’est un axiome de la sagesse occulte que la demi-queue restante représente Vikritis, la modification de la Prakriti, l’éternel féminin. » – Parsifal Dévoilé par Samael Aun Weor

Nous pouvons voir que le mot Sanskrit Vikritis est le pluriel de Vikriti, qui est très similaire à Prakriti. Le terme « Kriti » les joint, qui en Sanskrit signifie « fabriquer » ou « faire ». Par conséquent, Prakriti signifie littéralement « production » ou « produire ». Cela se rapporte aux forces de la nature en elle-même parce que généralement les gens traduisent Prakriti par nature mais ce n’est pas la nature telle que nous la connaissons mais dans sa manière abstraite.

Prakriti émerge de Mulaprakriti. Le mot « mula » signifie racine. Le préfixe « Mula » se retrouve aussi dans « Muladhara » – « Mula » signifiant racine et « Dhara » signifiant base ou support. Ainsi, le chakra Muladhara, qui est situé entre l’anus et les organes génitaux, à la base de la colonne vertébrale, est l’endroit où nous avons la racine, la base ou le support du pouvoir de la Kundalini ou Prakriti.

L’Hindouisme associe Mulaprakriti – la substance primordiale à partir de laquelle tout l’univers est créé – avec Parabrahman – l’intelligence abstraite au sein de l’Absolu. Mulaprakriti, la substance primordiale est ce que nous appelons la matière chaotique. Dans la Kabbale, nous mentionnons toujours que la Mulaprakriti, ou la racine de la Prakriti, est l’Aïn Soph, alors l’Aïn Soph en soi est Mulaprakriti, la racine de la Mère Divine Prakriti, où l’on retrouve les trois gunas en équilibre.

Ces trois gunas sont appelés Sattva, Rajas et Tamas. Sattva est en relation avec la lumière, Rajas est en relation avec l’action et Tamas est en relation avec l’inertie c’est-à-dire que toutes les possibilités de création sont là équilibrées au sein de la Mère Divine Espace qui est la Mère immanifestée ou Aïn Soph comme nous l’appelons kabbalistiquement.

Donc dans le graphisme du pdf, on retrouve l’image, le symbole, de Mulaprakriti, l’Aïn Soph dans l’espace, portant en son sein les trois forces primaires symboliques. Maître Samael Aun Weor parle toujours de l’Aïn Soph et nous dit dans ses livres que chacun de nous a sa propre Aïn Soph, ainsi, au sein de notre Aïn Soph nous trouvons les trois atomes primaires qui sont appelés en Sanskrit : Brahma, Vishnu et Shiva. Ils se rapportent à la loi de la création. Ces trois forces primaires, lorsqu’elles se manifestent dans l’univers, sont ce que le Christianisme appelle Père, Fils et Saint-Esprit et ce que nous dans la Kabbale appelons Kether, Chokmah, et Binah.

Ces trois forces primaires doivent éveiller toutes les possibilités créatrices de l’Aïn Soph, la Mulaprakriti, et c’est pourquoi ils apparaissent dans l’univers. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit apparaissent dans l’univers afin que l’Aïn Soph développe la conscience, la connaissance, et c’est précisément le point principal ici en entrant dans ce sujet.

La matière elle-même, en tant que substance primordiale, Prakriti, existe dans toute la création ; ainsi, nous devons développer le pouvoir intelligent de la Prakriti afin de manipuler, d’équilibrer, de manier ses trois gunas. C’est pourquoi Maître Samael explique qu’au début de la création les trois gunas entrent en déséquilibre, mais qu’elles s’équilibrent lorsque nous pénétrons dans le sein de la Mère Divine, la Prakriti. Ce déséquilibre se produit parce que les trois forces primaires à l’intérieur de chacun de nous ne savent pas contrôler ce que nous appelons la création ou ce que la Bible appelle Beresheeth, Genèse. Et c’est précisément le sens de la beauté de cette création. L’Hindouisme enseigne que cette création ou production que Parabrahman (ou l’intelligence abstraite de l’espace) peut faire exister n’est possible que grâce à la Prakriti ou la substance primordiale. En effet, c’est ainsi que les différents niveaux de l’univers apparaissent lorsqu’une telle intelligence entre en action. Nous abordons ces niveaux dans les conférences où nous parlons des sept cosmos. Nous ne les commentons ici que brièvement.

Rappelez-vous les trois enroulements du serpent Kundalini qui dort dans le chakra Muladhara représentent les trois gunas. Il est évident qu’à l’intérieur de nous les trois gunas sont déséquilibrés. Les trois gunas dans le Christianisme sont représentées par les trois traîtres du Christ qui sont Judas, Pilate et Caïphe ; dans le Bouddhisme, elles sont représentées par les trois filles de Mara. Les gunas sont perverties à l’intérieur de nous comme les trois aspects du désir dans nos trois cerveaux, que nous devons équilibrer, car les Vikritis (modifications des trois gunas de la Prakriti) sont à l’intérieur de nous, résultat du déséquilibre ou de l’altération de ces trois substances ou éléments primaires, que la conscience devrait apprendre à gérer à travers la Sainte Trinité. Évidemment quand nous n’avons pas de connaissance, quand nous sommes enracinés dans l’ignorance, dans Tamas, nous ne créons que l’ego. C’est pourquoi Krishna déclare que la Prakriti ou les Vikritis, qui sont la modification des trois gunas de la Prakriti sont : les quatre éléments ou Tattvas ; l’espace en tant que Tattva Akash, le cinquième élément ; le mental qui est le sixième ; le septième, l’intellect lorsque nous atteignons le niveau humanoïde ; et le huitième l’ego que nous avons en abondance. Toutes ces 8 modifications sont des Vikritis, le résultat de la modification des trois gunas. Les vikritis sont devenues des perversions en nous parce que nous ne savons pas comment manier les trois gunas. C’est pourquoi Maître Krishna déclare que nous devons équilibrer les gunas en nous afin d’atteindre l’Auto-réalisation. Lisons ce que dit la Bhagavad Gita à ce sujet :

« La Grande Prakriti est mon utérus ; en cela je place la graine ; de là, oh Bharata, est la naissance de tous les êtres! Quelles que soient les formes produites, oh Kountreya, dans n’importe quel utérus, la Prakriti est leur utérus et je suis le Père semeur. Sattva, Rajas et Tamas, ces trois Gunas (aspects ou qualités) nés de la Prakriti, ô puissamment armé, lient fermement l’incarné au corps.

« Parmi ces Gunas, Sattva qui de par son intégrité est lumineuse et bonne, lie par attachement au bonheur et par attachement à la connaissance, oh, impeccable.

« Sache, oh, Kountreya, que Rajas est de la nature de la passion, la source du désir et de l’attachement ; cette Guna lie fermement l’être incarné à l’action.

« Mais sache, oh, Bharata, que la Guna Tamas naît de l’ignorance, trompant tous les êtres incarnés ; elle lie fermement l’être incarné, par l’insouciance, la paresse et le sommeil [conscience endormie, le sommeil de l’âme, de la conscience]. »

Donc, comme vous pouvez le voir, ces trois gunas sont pervertis à l’intérieur de chacun de nous. Ce graphique nous montre très clairement que les gunas sont derrière Krishna comme trois enfants car en réalité les trois gunas ne sont que des éléments placés dans notre trois cerveaux avec lesquels nous pouvons travailler. La Prakriti est indépendante des gunas mais les gunas émergent d’elle comme les enfants émergent du ventre de leur mère. C’est ce que nous devons comprendre. Ainsi, en nous, nous avons les trois gunas déséquilibrés ; ce sont les matériaux avec lesquels nous avons créé de nombreux ego. Oui, malheureusement à cause de notre ignorance et de notre manque de connaissance nous n’avons créé que la perversité. Chaque être unique dans l’univers a les trois gunas, ainsi, quand nous commençons à éveiller la Kundalini alors la Mère Divine nous aide à contrôler ou à équilibrer les gunas.

Au sein de l’espace abstrait ou de l’Aïn Soph les trois gunas sont équilibrés mais lorsqu’elles entrent en déséquilibre, la création commence. En nous, les trois gunas correspondent aux trois enroulements du serpent dans le chakra Muladhara, et le demi-enroulement représente les Vikritis, qui sont les modifications dont nous avons besoin et que nous pourrions développer, mais avec intelligence. C’est ce que nous devons saisir et comprendre à propos des trois enroulements et demie du serpent qui se rapporte à la Kundalini, que tout le monde a mais pas éveillée. Le maître Samael stipule que lorsque le serpent, qui est enroulé trois fois et demie dans le chakra Muladhara, s’éveille il émet un son comme la lettre S. Comme SSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSS et il commence son ascension à travers la colonne vertébrale.

Nous parlions précédemment du serpent, et nous en reparlerons à propos de la Kabbale, nous aborderons à quel point il est important de comprendre ce qu’est la Prakriti, de comprendre ce que sont les trois enroulements du serpent en nous et quels sont les symboles de ces trois enroulements par rapport à la Prakriti. La substance primordiale Prakriti, les Gunas et Vikritis avec lesquels nous pouvons créer et accomplir des choses magiques sont à l’intérieur de nous, si nous savons comment l’éveiller. Maître Samael Aun Weor déclare dans son livre Parsifal Dévoilé :

« La Prakriti, la Mère Divine, est la substance primordiale de la nature. Plusieurs substances, différents éléments et sous-éléments existent dans l’univers, mais tous sont des manifestations différentes d’une seule substance. La Grande Mère, la Prakriti, la matière primordiale, est la pure Akasha contenue dans tout l’espace. Mahamanvantara et Pralaya sont deux termes Sanskrits très importants avec lesquels les étudiants Gnostiques doivent se familiariser.

« Mahamanvantara est le Grand Jour Cosmique. Pralaya est la Grande Nuit Cosmique. Pendant le Grand Jour, l’univers existe. Lorsque la Grande Nuit arrive, l’univers cesse d’exister et devient [poussière] dissout dans le sein de la Prakriti (que nous avons dit est l’Aïn Soph). L’espace infini incommensurable est plein de systèmes solaires, qui ont leurs Mahamanvantaras et Pralayas. Alors que certains sont dans leur Mahamanvantara, d’autres sont dans leur Pralaya. Des millions et des milliards d’univers naissent et meurent au sein de la Prakriti. Chaque cosmos naît de la Prakriti et se dissout dans la Prakriti. Chaque monde est une boule de feu qui s’enflamme et s’éteint dans le sein de la Prakriti. Tout naît de la Prakriti ; tout revient à la Prakriti. Elle est la Grande Mère. »

Concernant Parabrahman et MulaPrakriti, l’intelligence et la substance primordiale et ses modifications, le livre de la Genèse déclare :

« Et Iod-Havah Elohim » (qui en Sanskrit est appelé le Parabrahman, l’intelligence de l’Absolu manifestée dans la création) « forma Adam à partir de la poussière d’Adamah »

De toute évidence, dans ce cas, le mot Adamah – de la langue Hébraïque – se rapporte à la Prakriti, Adamah – « la brume de Mah », la Mère Divine, qui représente l’espace, l’Akasha, la matière primordiale, et la poussière représente les éléments et les substances ou modifications de cette substance primordiale.

« Vav [la Kundalini] comme la brume, comme la manne, montait de la terre, Vav arrosa toute la surface, [oui, la Kundalini] la brume de Mah. Alors, Vav, Iod-Havah Elohim forma Adam de la poussière, la Manne, la brume de Mah. Vav souffla dans ses narines le souffle de la vie ; ainsi, Vav est devenu Adam, une âme vivante.

« Vav, le Iod-Havah Elohim [Parabrahman] a planté un jardin [une Prakriti dans la Nature] vers l’est dans l’Éden [dans Yesod] ; et là [en tant qu’Tattva Anupadaka] il mit Adam [l’Tattva Adi] qu’il avait formé.

« [Alors, du Vav] d’Adamah [l’Akasha] Iod-Havah Elohim [Parabrahman] fit pousser chaque arbre [force tattvique vivante] qui est agréable à la vue et bon à manger ; l’Arbre de Vie [la colonne vertébrale] également au milieu du jardin [humain] [qui est, la Prakriti, dans la nature psychosomatique humaine], et l’Arbre de la Connaissance du bien et du mal [la force créatrice sexuelle dans la nature psychosomatique humaine].

« Vav, le fleuve [נהרה – Naherah – lumière, luminosité – Prana] est sorti de [Daath, le haut de la colonne vertébrale, l’Éden supérieur] pour arroser le jardin [sa nature psychosomatique ou Éden inférieur] ; à travers Vav, de là [de Yesod] il [l’Akasha Tattva] a été séparé et est devenu en quatre têtes.

« Le nom du premier est Pison [Tattva Tejas] : c’est celui qui entoure tout le pays de Havilah [Geburah], où il y a de l’or ; et l’or de cette terre est bon : il y a le bdellium et la pierre d’onyx. Et le nom du deuxième fleuve est Gihon [Tattva Apas] : c’est celui qui entoure tout le pays d’Éthiopie [Chesed]. Et le nom du troisième fleuve est Hiddekel [Tattva Vayu] : c’est celui qui va vers l’est de l’Assyrie [Tiphereth]. Et le quatrième fleuve est l’Euphrate [Tattva Prittvi]. Et Iod-Havah Elohim « (Tattva Anupadaka) a pris l’homme [Tattva Adi], et l’a mis dans le Jardin d’Éden pour l’habiller et le garder. » – Genèse 2 : 6-15

Adamah est représenté ici dans ce tableau de Jofra où il nous montre la Prakriti, la Mère Divine, avec ses pieds sur la terre ayant une galaxie spirale comme ventre d’où toutes les possibilités infinies de création ont émergé dans l’univers.

Dans le Gnosticisme, nous enseignons que la Prakriti, la Mère Divine, a cinq aspects fondamentaux. Chaque aspect en tant que substance primordiale fondamentale a les trois gunas et les Vikritis pour créer n’importe quel univers. Alors, comprenez que pour contrôler les trois gunas, nous devons savoir comment travailler avec les cinq aspects de la Mère Divine Prakriti dans notre nature psychosomatique, puisque chaque aspect de la Prakriti a les trois gunas.

Ainsi, dans notre cas, lorsque nous parlons de notre propre Mère Divine (chacun a la sienne) évidemment, elle a les trois gunas. Ainsi, avec Son aide, nous contrôlons la création. C’est pourquoi le livre de la Genèse déclare que Iod-Havah Elohim (qui en Français est traduit par « le Seigneur Dieu ») a formé Adam à partir de la poussière d’Adamah. Cet Adam est le véritable homme. Le véritable être humain est formé à partir de la poussière d’Adamah. Nous dirons, en d’autres termes, Iod-Havah Elohim forma Adam en manipulant sagement les trois gunas et les Vikritis de la Mère Divine, aussi simple que cela ; ainsi, en manipulant sagement les trois gunas, c’est ainsi que Dieu crée. C’est pourquoi nous devons éveiller la Kundalini qui est enroulée trois fois et demie dans le chakra Muladhara. Quand cette Kundalini s’éveille alors Dieu [à travers le Tattva Anupadaka] qui dans notre cas serait Binah, notre propre Iod-Havah Elohim, commencera à contrôler à travers la glande pinéale les trois gunas en nous, afin qu’Adam émerge dans notre propre nature psychosomatique. C’est précisément ce qu’il faut comprendre.

Iod-Havah Elohim et Adamah est le même Brahma-Prakriti ou Purusha-Prakriti ; ils correspondent au pouvoir divin actif, créateur masculin-féminin de toutes les religions. Iod-Havah Elohim en tant que Brahama ou Abraham, fait le monde d’Adamah ou Prakriti.

Le même processus créatif qui se produit à travers Brahama dans l’univers se produit à travers Abraham au sein de l’être humain individuel. C’est le même processus que lorsque les cosmocréateurs contrôlent les trois gunas de la Mère Divine Cosmos pour créer des mondes, des planètes, mais c’est une affaire de Dieux. Finalement, si nous atteignons ce niveau, nous pouvons manipuler les trois gunas du cosmos, mais nous devons d’abord apprendre à manipuler les trois gunas en nous et sur cette planète avec la Mère Nature dans la quatrième dimension. Pour cela nous avons du travail avec les trois gunas en relation avec la magie élémentale ou nous dirons la Mère Fée Elémentale car la Mère Divine en tant que cinquième aspect est la Mère Fée Élémentale en nous qui se rapporte aux forces de la quatrième dimension, les forces instinctives en nous. Évidemment la Mère Divine nous guide dans la magie sexuelle afin que nous sachions quoi manger car rappelez-vous que les trois gunas se rapportent aux trois types d’aliments que nous pouvons digérer dans le corps physique. Nous avons besoin de nourriture tamasique, de nourriture rajasique et de nourriture sattvique ; Maître Samael l’explique dans ses livres. La magicienne Fée Élémentale, la Mère Divine, est celle qui nous dit quoi manger et quoi ne pas manger dans notre développement spirituel et le contrôle des gunas lorsque nous sommes éveillés. Mais quand nous ne sommes pas éveillés, nous devons suivre ce que le Maître Samael Aun Weor nous raconte dans ses livres.

« Il existe trois types de nourriture : Sattvique, Rajasique et Tamasique.

« Les aliments sattviques sont constitués de fleurs, de céréales, de fruits et de ce qu’on appelle l’Amour.

« Les aliments rajasiques sont forts, passionnés, excessivement chauds, trop salés, exagérément sucrés, etc.

« En effet, les aliments tamasiques sont constitués de sang et de viande rouge. » – Samael Aun Weor

Nous devons manger modérément tous les types d’aliments tattviques afin de contrôler les trois gunas. Oui, nous devons les contrôler, mais comprenez que c’est la Mère Divine qui nous aide à contrôler les gunas, que ce soit la Mère Nature ou la Mère Élémentale, ou même la Mère Mort car pour marcher sur le chemin de l’équilibre nous devons annihiler les trois gunas pervertis en nous. Oui, pour vaincre les trois furies en nous, nous devons adorer la Mère Divine Mort ; ceci, afin qu’elle annihile les gunas perverses que nous avons tous en vie.

Comme nous l’avons dit au début, ces trois gunas sont perverties en nous à cause de notre ignorance, nous les avons transformés en les trois traîtres du Christianisme : Judas, Pilate et Caïphe. Elles sont également représentées dans la Maçonnerie comme les trois assassins d’Hiram Abiff, que tout le monde a à l’intérieur, on peut aussi les désigner dans le Bouddhisme comme les trois filles de Mara ; ce sont les mêmes gunas.

Nous voyons toujours ces trois modifications perverties des gunas dans de nombreuses religions différentes avec des noms différents. Le point que nous devons comprendre est le suivant : elles sont une création pervertie que nous avons faite à cause de notre ignorance et la seule qui peut nous aider à les équilibrer est la Mère Divine dans chacun de Ses aspects parce que, encore une fois, il y a cinq aspects de la Mère Divine Kundalini.

Maintenant, si nous suivons la séquence de conférences que nous avons données la dernière fois en relation avec les deux serpents d’Éden, nous abordons ici encore le développement du Serpent d’Airain selon le livre du Zohar. Nous allons donc approfondir ce thème parce que les gens pensent que lorsqu’on aborde le serpent de la Kundalini cela n’est lié qu’à l’Inde et non à la Bible, pourtant, le Zohar mentionne ce pouvoir serpentin de manière très cachée, que nous allons dévoiler au profit de ceux qui veulent comprendre ce que le serpent symbolise dans la Bible.

Le Premier Précepte

Nous parlions des trois lettres Hébraïques Iod, Vav, et Nun final dans les conférences précédentes ; ils épellent le mot Ion. Le mot Ion nous rappelle l’éon parce que Iod, Vav, et Nun final peut également être lu comme éon. Maintenant, il y a un mot qui est très significatif mais commun de nos jours ; ce mot est Zion, et qu’est-ce que Zion? Eh bien, alchimiquement parlant, Zion est lié au travail alchimique que nous effectuons ; lisons la citation biblique suivante conformément à l’alchimie, à la Gnose.

« C’est pourquoi, me voici, dit Adonaï Jehovah, me voici dans Yesod à Zion, Une pierre – une pierre éprouvée, une pierre angulaire précieuse, fondée dans Yesod ; les fidèles ne se précipiteront pas. » – Ésaïe 28 : 16

Le précédent est une déclaration alchimique. Ésaïe 28 : 16 est traduit de plusieurs façons car il existe de nombreuses traductions de la Bible, mais, les personnes qui traduisent ce verset particulier ne sont pas des Alchimistes, mais nous sommes des Alchimistes et nous savons de quoi nous parlons. Par exemple, la lettre que nous écrivons devant Iod Vav et Nun final est la lettre Tzaddi qui est communément associée au mot tzadik. Lorsque les Kabbalistes voient la lettre Tzaddi, ils disent Tzadik qui signifie juste. Quand on observe la lettre Tzaddi, elle ressemble à une lettre Nun inclinée. En Kabbale nous savons que la lettre Nun n’est qu’une lettre Vav plié en haut et en bas. Il est plié dans le cou et plié à la base de la colonne vertébrale. Alors une lettre Vav pliée en haut et en bas est représentée en forme de lettre Nun. Mais, la lettre Nun – représentée sous la forme de la lettre Tzaddi – est inclinée vers l’avant, ceci, afin de tenir sur son dos – qui est la lettre vav, la colonne vertébrale – une lettre Iod. Dans d’autres conférences, nous avons expliqué que sous la forme de la lettre Tzaddi, nous voyons le travail alchimique avec la croix, car la croix alchimique est la méthode que les Alchimistes utilisent pour élever – le long de la colonne vertébrale – le Iod ou l’énergie shakti potentielle de Nun du coccyx à la tête. C’est pourquoi à côté de la lettre Tzaddi on voit le Tsadik ou le Seigneur Christ, Yeshua, mais la croix sur ses épaules ; la ligne verticale de la croix symbolise l’homme et l’horizontale, la femme accomplissant l’acte sexuel. En d’autres termes, le mot Tzadik est également associé à la chasteté.

« Et je te fiancerai à moi pour toujours ; oui, je te fiancerai à moi en [Tzadik-צדיק] justice, et en jugement, et en bonté de cœur, et en miséricorde. » – Osée 2 : 19

Sous la forme de la lettre Tzaddi nous voyons Tzalem [Hébreu צלם] l’image du seigneur portant la croix du tout bas de la colonne vertébrale, le coccyx vers le mont des crânes qui est sur notre tête, la colonne vertébrale est précisément le Mont de Zion. Lorsque nous demandons alchimiquement où se trouve le mont de Zion – parce que la Bible parle du mont de Zion – nous savons et comprenons immédiatement que le mot Zion se réfère à la colonne vertébrale de ceux qui travaillent avec l’alchimie.

La signification alchimique du mot ציון Zion : La lettre Tzaddi représente l’Alchimiste ; la lettre Iod est la tête de l’Alchimiste; la lettre Vav est la colonne vertébrale, le cœur et le sexe de l’Alchimiste ; la lettre Nun Final élève l’énergie sexuelle à travers la moelle épinière de l’Alchimiste ; le pied de la Nun finale atteint même les Klipoth de l’Alchimiste. Ainsi c’est à travers Nun que l’Alchimiste entre dans la purification des gunas. C’est pourquoi la lettre Nun, qui signifie poisson, est incliné en forme de la lettre Tzaddi. Cette inclination symbolise aussi l’humilité, l’humilité et la façon dont nous entrons dans la Nouvelle Jérusalem ou la Nouvelle Zion.

« Réveille-toi, réveille-toi, revêts-toi de ta force, ô Zion, revêts-toi de tes beaux vêtements, ô Jérusalem, la ville sainte, car désormais il n’entrera plus en toi d’incirconcis et d’impurs [fornicateurs]. » – Isaïe 52 : 1

Quand les gens lisent la citation précédente, ils pensent que l’âme d’un juste particulier entrera finalement dans une forteresse particulière, en effet, mais cette forteresse est la moelle épinière. Si vous visualisez les trente-trois vertèbres, c’est le mont de Zion sur lequel travaille chaque Alchimiste, car pour entrer dans ce יון eon, Zion ציון vous devez être un צ Tzadik, c’est-à-dire celui qui connaît le mystère de l’alchimie ou la justice.

Voyons comment le Zohar nous dévoile cela si facilement et magnifiquement. Nous avons parlé de la Prakriti parce que c’est précisément la Prakriti, la Shekinah, qui est la force serpentine d’airain, qui monte sur le Mont de Zion. Si vous observez votre colonne vertébrale et votre tête, vous verrez qu’elle a une forme serpentine. Notre tête physique est au sommet de la colonne vertébrale, qui a une forme serpentine ; ainsi, c’est pourquoi une tête humaine est toujours la tête du serpent ; c’est pourquoi le serpent biblique est toujours dessiné avec un visage humain. La Bible l’appelle le serpent d’airain ou le serpent de bronze et le serpent tentateur de l’Éden. Ainsi, lorsque nous travaillons dans Zion, nous travaillons avec les serpents.

Il me vient à l’esprit en ce moment même comment, de nos jours, certaines personnes parlent des reptiliens et comment ils font des blagues à ce sujet. Pour vous dire la vérité, un serpent est un reptile. Kabbalistiquement, Moïse est un crocodile et un serpent, un reptilien, et chaque maître qui éveille la Kundalini devient finalement un être reptilien, ce qui signifie un Dieu, en d’autres termes. Mais pas comme ce ridicule que vous trouvez sur Internet. On trouve aussi des initiés reptiliens chez les Aztèques, Quetzalcoatl le serpent à plumes, chez les Mayas, Kukulcan et Wotan, sont des Dieux reptiliens. Dans la Bible, Dieu ordonne à Moïse d’adorer un reptile, un serpent :

« Et Iod-Havah dit à Moïse : Fais-toi un serpent ardent, et place-le sur une perche; et il arrivera que quiconque sera mordu, quand il le regardera, vivra. » – Nombres 21: 8

Écoutez, ce n’est pas comme beaucoup de gens pensent qu’il s’agit d’un vrai serpent d’airain ou d’un serpent vivant. Les ignorants ne comprennent pas ce symbole alchimique. Nous devons étudier l’alchimie afin de savoir ce que signifie le serpent, car Jésus de Nazareth, qui porta la croix vers le mont des crânes – qui en Hébreu est Golgotha – l’a fait, en effet, en adorant, mieux dit, en travaillant alchimiquement avec le même serpent que Moïse a adoré dans le désert, c’est pourquoi Jésus a dit :

« Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, de même le Fils de l’homme doit être élevé [au Golgotha]. » – Jean 3 : 14

Oui. Jésus était un autre maître reptile. En d’autres termes, un immortel, car le serpent d’airain donne le pouvoir à quiconque sait travailler avec la Prakriti. Le serpent d’airain est un symbole de la Mère Divine Nature qui est contrôlée, manipulée par les forces du Saint-Esprit quand on sait comment. Ainsi, dans Ésaïe chapitre vingt-huit verset seize, nous lisons.

« C’est pourquoi, ici, dit Adonaï Jehovah, me voici dans Yesod à Zion, Une pierre – une pierre éprouvée, une pierre angulaire précieuse, fondée dans Yesod ; les fidèles ne se précipiteront pas. » – Isaïe 28 : 16

Adonaï est le Dieu de la Terre, Malkuth, et Iod-Hei-Vav-Hei est le Jehovah de celui qui travaille avec le nom sacré de Jah. Et qui est celui qui travaille avec le nom sacré de Jah? C’est l’Alchimiste qui comble le vide de Hei [la Yoni, le Saint Graal] avec son Iod [son phallus ou Lance de Loginus]. Rappelez-vous que nous avons dit que Dieu dans le monde de la création est Jah ; ainsi, quand Jah travaille, quand Iod marche avec Hei alors ce Iod comble le vide de la lettre Hei, donc la lettre Hei n’est plus Hei mais Chet. Et que signifie Chet? Chet signifie la vie spirituelle au moyen de l’union des effluves électriques des colonnes vertébrales de l’homme avec la femme grâce à la lettre Iod. Alors la lettre Chet, qui est la huitième lettre de l’alphabet Hébreu, est le mystère de la vie « Chai », parce que lorsque vous remplissez le vide de Hei avec la lettre Iod de « Jah », le Iod dépasse de la Chet, ensuite nous avons Chet et Iod, c’est ainsi que nous épelons Chai qui signifie la vie ; ainsi Jah devient Chai. Cela signifie que Jah est Chai, en d’autres termes, la lettre Chet est le Iod comblant le vide de Hei ; ainsi, ce faisant, c’est-à-dire en augmentant le Iod ou Shakti potentiel sexuel à travers notre colonne vertébrale pendant le Sahaja Maithuna, nous unissons les deux Vavs, ou les deux pouvoirs serpentins de la colonne vertébrale de l’homme [Vav] et de la femme [Hei] ; donc, c’est comme ça que ‘Iod’ [la colombe blanche, le Saint-Esprit] crée à travers Chavah, Eve, la mère des vivants. Comme nous l’avons expliqué dans d’autres conférences, le Iod ou Shakti potentiel sexuel s’élevant au dos de la lettre Nun – qui signifie poisson – symbolise le spermatozoïde et l’ovule transmutés en énergie. C’est le sens alchimique de la lettre Tzaddi.

Si nous observons le mot Zion, nous verrons deux lettres Nun et deux lettres Iod dedans ; la première Nun est une lettre Nun inclinée formant la forme de la lettre Tzaddi, qui porte une lettre Iod sur son dos; les deux lettres forment la forme de la lettre Tzaddi. La deuxième lettre Iod suit la lettre Tzaddi et à la fin du mot se trouve le deuxième Nun comme Final. Encore une fois, la lettre Iod symbolise la Shakti potentiel de Nun, le poisson ou le spermatozoïde ; le Iod est le prophète Joshua, qui est appelé le Fils de Nun, Joshua en Hébreu signifie sauveur, Joshua en Français est Jésus. C’est pourquoi Joshua est nommé fils de Nun et aussi parce que Nun symbolise Moïse, le Léviathan. Et pourquoi Moïse est Nun ou le Léviathan? Parce que Moïse épelle Ha-shem à l’envers, qui est le pouvoir serpentin de Iod-Havah, la Shekinah, tirée des eaux ; et qu’est-ce que les Alchimistes prennent de Ha-shamayim – השמים, les eaux-Yam ים? Ils prennent השמ Moshe, Moïse, Ha-Shem, le Nom ou Shakti potentiel du Nun, le poisson, qui est le Iod entre les deux Mems de מים Mayim. C’est pourquoi Moïse est appelé symboliquement, le Léviathan, le Nun, qui signifie littéralement poisson en Araméen.

« Peux-tu prendre le Léviathan avec [וו deux lettres Vav] un hameçon…? » – Job 41 : 1

Moïse, le Léviathan symbolise réellement la volonté qui se développe lorsque l’Alchimiste, le juste, fait sortir le Iod, la Shakti potentiel, du Nun, le poisson, le spermatozoïde et l’ovule et sublime cette énergie le long de la colonne vertébrale. Ainsi, la volonté est Moïse, qui est le Nun, le Léviathan ; et celui qui suit fidèlement Moïse est le Iod, Joshua, fils de Nun ou le fils du Léviathan, Moïse. En d’autres termes, comme Moïse a élevé la Shakti potentiel du serpent dans le désert, Joshua, Jésus, le Fils de Nun, le Fils de l’homme, le Fils, le Iod du spermatozoïde et de l’ovule de l’homme et de la femme soient sublimés au Golgotha.

Suivons maintenant la séquence des Tsadikim selon l’Ancien Testament. Joshua est appelé un Tsadik, Joseph en Égypte est aussi appelé un juste, un Tsadik. Moïse est aussi appelé Tsadik. David est aussi un Tsadik, un juste. Ainsi, tous les prophètes sont des Tsadiks ou des Justes. La Bible déclare toujours que nous devons devenir justes ; mais, pour devenir un juste, un Tsadik, nous devons accomplir le travail alchimique expliqué sous la forme de la lettre Tsaddi. C’est pourquoi sa forme montre une lettre Nun inclinée, comme pour dire, sois humble devant Dieu, le Iod, parce que le pouvoir de Kether monte comme la lettre Iod sur la colonne vertébrale des Tsadikim, et cela signifie la chasteté. Tel est le sens du Tzadik. C’est pourquoi le pouvoir de Iod-Havah dit dans Ésaïe 28 : 16 : « Me voici dans Yesod à Zion. » Qui est dans Yesod? Dans Yesod – Sexe – sont les deux Nuns, le spermatozoïde et l’ovule de Zion, c’est-à-dire à la base de la colonne vertébrale – c’est-à-dire Zion – la forteresse, c’est là que nous avons le Nun Final. Par Yesod nous construisons le corps physique et les corps internes.

Alors, Yesod est le fondement même de la colonne vertébrale et de l’Arbre de Vie. C’est très clair, alors « Me voici dans Yesod à Zion, une pierre, la pierre philosophale, la pierre cubique de Yesod, la pierre éprouvée la pierre angulaire précieuse, fondée dans Yesod ; les fidèles ne se précipiteront pas. » Que comprenez-vous lorsque vous lisez la citation précédente? Les fidèles sont aussi les justes. « Ils ne se précipiteront pas » signifie qu’ils ne forniqueront pas parce que lorsque vous êtes dans l’acte sexuel, vous ne devez pas vous précipiter. Alors, ne vous précipitez pas dans Yesod ; contrôlez l’acte sexuel, contrôlez votre feu. C’est le sens de « les fidèles ne se précipiteront pas ». C’est précisément une déclaration alchimique donnée par Isaïe à ceux qui connaissent le mystère de la lettre Nun, la quatorzième lettre de l’alphabet Hébreu et comme nous l’avons déjà appris, Nun est sous la forme de la lettre Tzaddi et à la fin du mot Zion.

Maintenant, il y a une autre lettre qui a aussi la lettre Nun dans sa forme, et c’est la lettre Ayin, mais, la forme de la lettre Ayin est différent. La lettre Ayin est une autre lettre Nun mais ouvertement étendu ayant la lettre zayin comme un phallus érigé vertical au milieu de celle-ci. Cela signifie que le pouvoir sexuel féminin de Zayin dépasse de la lettre Nun, qui comme nous l’avons déjà expliqué est une lettre Vav brisée. Quand nous écrivons Ayin et Tzaddi ensemble nous épelons le mot Otz, qui en Hébreu signifie « Arbre ». Par conséquent, le mot Otz – Arbre – a deux lettres Nun : une lettre Nun inclinée sous la forme de la lettre Tzaddi et une lettre Nun ouvertement étendue dans la forme de lettre Ayin. Ainsi, alchimiquement parlant, la lettre Nun est la base d’Otz Chaim et d’Otz Daath, l’Arbre de Vie et l’Arbre de la Connaissance.

C’est pourquoi les Kabbalistes du Zohar déclarent que « d’Adamah Iod-Havah Elohim fit pousser chaque arbre [chaque Alchimiste] qui est agréable à la vue et bon pour la nourriture spirituelle ; l’Arbre de Vie aussi au milieu du jardin [de l’Alchimiste], et l’Arbre de la Connaissance du bien et du mal. Ainsi, tous les Alchimistes sont des arbres agréables à la vue et bons pour la nourriture spirituelle. En effet, parce que tout Alchimiste, tout magicien blanc est une lettre « Vav », un magicien de עוץ – Oz, un prêtre qui travaille avec les forces de Nun, la Mère Divine, la Prakriti dans sa colonne vertébrale.

« Bereshit Bera Elohim – בראשית ברא אלהים – Au commencement créa Elohim. » – Genèse 1 : 1

Alchimiquement, ces mots se lisent : ברית-אש ברא אלהים Brith Esh Bera Elohim – Le Pacte de Feu créa Elohim.

« Ces mots [בראשית ברא אלהים] sont inclus dans le premier commandement qui est connu comme « la crainte du Seigneur », la première étape dans l’acquisition de la vraie sagesse et de la connaissance. Il est aussi appelé le commencement parce que c’est la vraie porte par lequel nous entrons dans les mystères supérieurs de la vie divine et est le fondement sur lequel le monde existe. » -Zohar

Quand nous lisons que le Zohar déclare que les mots Bereshit Bera Elohim sont inclus dans le premier commandement qui est connu comme « la crainte du Seigneur », nous comprenons que pour comprendre cette déclaration, nous devons être des Alchimistes. Dans les conférences précédentes, nous avons expliqué que le mot בראשית Beresheeth est brisé comme ברית אש Brit Esh qui signifie Pacte de Feu; ברית אש Brit Esh est également lié à la circoncision ou au pacte de feu que nous devons faire pour entrer dans les mystères. Nous savons que la circoncision est מילה Milah en Hébreu, mais quand nous disons ברית Brit en Hébreu, cela est associé au pacte de Dieu avec les Alchimistes, qui est en relation avec la circoncision qui est l’ablation chirurgicale du prépuce du pénis humain, qui se rapporte à la sensation sexuelle animale. La circoncision est une cérémonie pratiquée non seulement dans le Judaïsme mais aussi dans l’Islam et d’autres religions mineures. La coupure du prépuce du pénis humain, qui s’appelle la circoncision, est un préambule au pacte alchimique sexuel avec Dieu que le circoncis accomplira « au commencement » s’il décide d’entrer dans le chemin spirituel qui mène à Zion. Cette cérémonie religieuse est très douloureuse pour le garçon. Plus tard, à l’âge adulte, il en connaîtra la signification alchimique. Il apprendra alors qu’il doit retrancher de son Corps, Mental et Esprit le Nephesh, la bestialité de son âme animale ; pour cela il doit apprendre au début comment transmuter son énergie sexuelle en volonté, ceci, afin d’entrer dans les mystères du premier commandement. Ainsi, si nous ne pratiquons pas la chasteté alchimique, nous ne remplissons pas le premier commandement, même si nous sommes physiquement circoncis. C’est ce que les Alchimistes appellent ברית אש Brit Esh, et ce que, les Kabbalistes dans le Zohar déclare, est lié au premier commandement.

« Il y a trois sortes de craintes, dont deux ne sont d’aucune utilité dans la recherche de la vérité, et n’ont aucune référence, sauf à la jouissance et au plaisir corporels ou physiques, et à la préservation de la richesse, et sont donc totalement sans mérite. La véritable crainte est cette affection qui naît d’un sentiment de révérence envers le Saint comme étant tout-puissant, la racine sans racine de toute vie et existence et aux yeux de qui l’univers illimité avec tous ses habitants n’est rien.C’est la crainte qui, lorsqu’elle est exercée, tend à provoquer plus près du temps où la Volonté Divine prévaudra universellement à travers le monde. » -Zohar

« Le début de la sagesse [Chokmah] est la crainte de Iod-Havah, et la connaissance [Daath] des Saints est la compréhension [Binah]. » – Proverbes 9 : 10

Quand les gens lisent la citation précédente, ils ne comprennent pas qu’une telle crainte doit être en admiration. Pour être en admiration devant Iod-Havah nous devons être dans l’acte sexuel car il est là lorsque vous ressentez la présence de Iod-Havah. Telle est la crainte, mieux dit, la crainte dont nous parlons ici. Ce n’est pas que nous ayons à avoir peur de Dieu ou d’une quelconque divinité. Le livre du Zohar déclare :

« En prononçant ces paroles, Rabbi Siméon fut touché aux larmes et dit : Malheur à moi si je parle ou si je garde le silence! Car si je parle, les pécheurs sauront comment adorer et servir le Seigneur, et s’abstenir de cela ajoutera ainsi à leur culpabilité, et si je garde le silence, alors je retiens la connaissance qui devrait vous être transmise. L’homme dont la crainte naît de la peur d’une affliction qui peut l’assaillir, tombe sous le pouvoir et l’influence du mal qui devient son bourreau. La seule crainte droite est celle décrite par les Écritures, comme suit :

תחלת חכמה יראת יהוה ודעת קדשים בינה

« Le commencement de la sagesse est d’être en admiration de יהוה dans Daath [où nous trouvons] les Saints [Abba et Aima venant de] Binah. » – Zohar

Le mot תחלת Teheloth « le commencement » est associé à לתחלב Le-Teheleb émulsionner, ce que font les Alchimistes dans ציון Zion, car Proverbes 9 :10 ne dit pas בראשית Bereshit, le commencement, mais תחלת Teheloth, qui signifie aussi le commencement. Mais pourquoi n’est-il pas écrit Bereshit? C’est dans le but de pointer vers לתחלב Le-Teheleb parce que modifier l’état de la matière est ce que font les Alchimistes. Les Alchimistes émulsifient lorsqu’ils mélangent, lorsqu’ils transforment judicieusement des éléments dans leur nature psychosomatique en accomplissant l’acte sexuel.

Nous émulsionnons la substance primordiale au début de notre travail alchimique et c’est le commencement de la sagesse, qui est aussi ברית-אש Brith Esh, le pacte de feu. Un tel pacte de feu est accompli lorsque nous sommes dans l’acte sexuel et lorsque nous sentons le feu dans nos organes sexuels, tel est le commencement de la sagesse. Si vous savez comment transmuter vos forces sexuelles, c’est le commencement de la sagesse ; à travers l’alchimie sexuelle en étant un juste, un Tzadik, c’est ainsi que la Prakriti, la Shekinah, s’élève dans notre colonne vertébrale dans la ville de Zion. Si vous n’émulsifiez pas, vous perdez simplement votre temps parce que לתחלב Le-Teheleb, émulsionner, est associé au premier commandement, c’est-à-dire en admiration de Iod-Havah dans l’acte sexuel même.

Rabbi Simeon bar Yochai a dit dans le Zohar: « Car si je parle, les pécheurs sauront comment adorer et servir le Seigneur » les pécheurs dans ce cas sont nous les fornicateurs, qui saurons comment adorer le Seigneur, mais, si nous ne le faisons pas, nous ajouterons à notre punition, et c’est pourquoi il est en larmes. En d’autres termes, il dit malheur à moi parce que si j’explique cela, j’aiderai les pécheurs à cesser d’être des pécheurs, mais s’ils continuent à faire ce qu’ils font, c’est-à-dire forniquer, ils ajouteront plus à leur karma parce qu’ils sauront ce qu’ils font.

« Quiconque commence la vie divine avec cela [avec Brith Esh ברית-אש], commence bien et observe tous les autres préceptes qui y sont inclus. »

Avez-vous compris que בראשית ברא אלהים Au commencement créa Elohim? Ou, avez-vous compris que ברית-אש ברא אלהים Brith Esh Bera Elohim? En d’autres termes, avez-vous compris que si vous adorez Iod-Havah de cette manière alchimique, vous créez un Elohim à l’intérieur de vous? Parce que Bereshit créa Elohim [notre Monade], les cieux [nos âmes] et la terre [nos corps solaires].

« Au contraire, quiconque ne l’exerce pas les brise et les viole, et à lui peuvent être appliquées les paroles de l’Écriture :

« Et la terre était sans forme et vide, et les ténèbres étaient sur la surface de la grande profondeur, et l’esprit d’Elohim se déplaça sur la surface des eaux. » – Genèse 1: 2

La déclaration précédente de Genèse 1 : 2 s’applique directement aux hypocrites qui forniquent tout en sachant qu’ils ne le devraient pas. Pour eux leur terre, leur nature psychosomatique est sans forme et vide puisque l’obscurité est sur la surface de leur subconscience, inconscience et infra-conscience et parce que le feu du Saint-Esprit de Elohim qui [dans la glande pinéale] se déplace sur la surface de leurs eaux sexuelles est toujours expulsé « au commencement », ainsi, ils enlèvent eux-mêmes la lumière de leurs têtes ; c’est-à-dire qu’ils s’auto-décapitent au moyen de leur spasme abominable, de leur sale orgasme.

« C’est pourquoi dans Genèse 1: 2 est décrit les quatre types de châtiments infligés aux impies [c’est-à-dire à ces fornicateurs hypocrites]. »

Le livre du Zohar déclare :

« Tohu (sans forme), le châtiment d’étranglement auquel fait référence le prophète Isaïe 34 : 11 : « Et il étendra sur elle le cordon de mesure de [Tohu] confusion, et le plomb de [Bohu] vide. » Le cordon de Tohu ve Bohu, qui éjecte de grosses pierres par lesquelles les fornicateurs sont lapidés, qui est le deuxième type de châtiment. » -Zohar

Comment celui qui fornique reçoit-il la peine d’étranglement?

Lors de la contraction de l’orgasme, les sphincters et la prostate forcent violemment la lumière solaire Christique emmagasinée dans le semen à être expulsée hors du corps. Ainsi, à travers l’orgasme, Eve, le nom du cordon sexuel « Serpent Ida » s’étire, empêchant ainsi le flux de fluide de vie créatrice sexuelle de s’écouler vers Adam, le cerveau et le conduisant à l’inconscience et à la mort spirituelle par l’augmentation d’une carence de la lumière Christique vivante.

Quand on est en chasteté et transmute l’énergie sexuelle, la lumière Christique emmagasinée dans le semen est sublimée et nourrit le sang du cœur, qui à son tour alimente le cerveau. Toute l’énergie créatrice ou force sexuelle est placée dans le cœur, le cerveau puise dans le cœur pour être illuminé, éveillé. Mais quand vous forniquez, votre punition est par strangulation, ce qui signifie que la lumière Christique emmagasinée dans le semen ne monte plus jusqu’à votre cœur et votre cerveau, car à travers l’orgasme vous avez tendu le cordon Ida, vous étranglant ainsi en empêchant la vie et la lumière Christiques du sexe et du cœur de se précipiter vers le cerveau.

Rappelez-vous qu’il est dit qu’Eve (le serpent Ida) a mangé du fruit (la lumière Christique emmagasinée dans le semen de nos organes sexuels) et a donné à son mari (Adam, le cerveau). C’est donc le sens de l’étranglement, où le cerveau n’est plus en communion avec les feux du cœur parce que nous avons étranglé la lumière Christique venant du sang à travers la fornication.

Parlons maintenant du deuxième châtiment où le cordon d’Ida, le cordon de Tohu ve Bohu, éjecte de grosses pierres par lesquelles les fornicateurs sont lapidés :

« C’est pourquoi, ici, Adonaï Jehovah dit, me voici dans Yesod à Zion, une pierre – une pierre éprouvée, une pierre angulaire précieuse, fondée dans Yesod ; les fidèles ne se précipiteront pas. » – Isaïe 28 : 16

Le Seigneur demeure dans la pierre, ainsi, lorsque nous éjectons le Seigneur, la pierre reste sans force, ainsi, nous sommes spirituellement tués avec notre propre pierre, cela est également lié au sexe.

« Pendant l’acte sexuel, notre substance séminale descend dans sa cavité correspondante… Lorsque cette substance séminale est déversée, nous perdons alors des millions d’atomes [pierres] solaires Christiques. Instantanément, ces atomes [pierres] solaires sont remplacés par des millions d’atomes démoniaques, qui entrent par le cordon Brahmanique au moyen des contractions des mouvements orgasmiques génitaux. » – Samael Aun Weor

Ainsi, à travers l’orgasme les atomes de lumière solaires Christiques sont remplacés par des atomes ou des pierres lunaires démoniaques qui nous tuent spirituellement. Par conséquent, alchimiquement parlant, la lapidation est une punition physique et spirituelle auto-induite.

Alors, que les Pharisiens fornicateurs hypocrites qui se croient sans péché et qui interprètent la bible à la lettre morte soient les premiers à jeter leurs pierres d’accusations diffamatoires Tohu ve Bohu contre nous, les Gnostiques.

« Le troisième châtiment est l’obscurité (choshek) ou la mort par le feu [passionnel], comme il est écrit: « Quand [comme dans le Jardin d’Éden] vous avez entendu sa voix du milieu des ténèbres, car [à cause de la fornication] la montagne [de Zion] a brûlé d’un feu [passionnel]. » (Deutéronome 5 : 23).

« Alors parla [le Logos Solaire incarné à l’intérieur de] Jésus leur dit de nouveau : Je suis la lumière du monde : celui qui [transmute sa libido] me suit [c’est pourquoi] il ne marchera pas dans les ténèbres, mais aura la lumière [emmagasinée dans le semen] de la vie. » – Jean 8 : 12

L’obscurité est simplement l’absence de lumière solaire! Le Christ Solaire est la lumière qui nous donne la conscience des mondes internes et de notre Dieu Intérieur, mais lorsque nous forniquons, nous forçons violemment la lumière solaire Christique stockée dans le semen à être expulsée de notre corps; ainsi, l’obscurité est le seul élément qui reste sur la surface de notre profondeur, notre conscience.

« Alors Delilah [ou Lilith, à travers l’orgasme] vida [la force du soleil des gonades] de Samson et dit : « Les Philistins [agrégats psychiques] sont sur toi! » Samson se réveilla de son sommeil et pensa : « Je vais sortir comme avant et me libérer. » Mais il ne savait pas que [à cause de l’orgasme] Iod-Havah l’avait quitté. Alors les Philistins [agrégats psychiques] saisirent sa [conscience] et arrachèrent [la lumière solaire Christique de] ses yeux [pituitaire et pinéal]. » – Juges 16: 20, 21

Ainsi, nous sommes maintenant liés par des chaînes de bronze et obligés de moudre le grain dans la roue du samsara. Et si nous fermons nos yeux physiques et essayons de voir dans notre propre subconscience avec les yeux de l’esprit, nous trouvons l’obscurité et toute cette souillure de ces ego ou Philistins. Maintenant, comme Samson, nous voulons nous libérer, mais ce n’est pas facile, pour cela nous devons travailler dur dans l’alchimie afin de surmonter les ténèbres, parce que nous avons créé ces ténèbres avec notre comportement sexuel.

« Les mots : « Et l’esprit d’Elohim se déplaça sur la surface des eaux », se réfèrent au quatrième mode de punition, à savoir, la mort par décapitation avec une épée. Il est écrit : « Et il plaça à l’est du Jardin d’Éden, des Cherubim et une épée flamboyante qui tournait dans tous les sens pour garder le chemin de l’Arbre de Vie » (Genèse 3:24). Cette épée flamboyante porte le nom de « Esprit » et symbolise l’infliction de la mort infligée aux transgresseurs des commandements de la loi. » – Zohar

En d’autres termes, les fornicateurs s’autodécapitent, parce que le feu sexuel emmagasiné dans leurs eaux créatrices sexuelles qui « au commencement » devrait monter victorieusement à travers leur colonne vertébrale jusqu’à leur glande pinéale – au moyen de la volonté du Saint-Esprit – est au lieu de cela – au moyen de leur mauvaise volonté – chassé à cause de leur sale orgasme ; en effet, c’est ainsi qu’ils se coupent la tête et les envoient dans l’abîme.

C’est ce qui est littéralement arrivé à ce grand initié Zanoni (qui, si vous épelez son nom avec des lettres Hébraïques, ce serait צאנוני avec Tzaddi). Zanoni était un maître immortel mais il est tombé amoureux d’une chanteuse à Naples en Italie. Il forniquait avec elle, ainsi, le résultat de sa transgression était la mort par décapitation. C’est ainsi que Zanoni a perdu la tête sous la guillotine, un exemple très cruel de ce type de châtiment. Spirituellement parlant on perd la tête quand on fornique. En effet, c’est ainsi que le Zohar explique ces quatre châtiments qui sont écrits alchimiquement au début, dans la Genèse.

Ainsi, si nous ne comprenons pas le premier précepte, qui est « Brith Esh ברית-אש le pacte de feu créa Elohim », nous ne comprenons alors pas les autres préceptes, car :

« Quiconque commence la vie divine par lui, commence bien et observe tous les autres préceptes qui y sont renfermés. »

Écoutez très attentivement « Brith Esh Bera Elohim ברית-אש ברא אלהים le pacte de feu crée Elohim, » בראשית ברא אלהים – Bereshit crée Elohim. Cela signifie que le pacte de chasteté et le feu crée un Elohim à l’intérieur de vous, mais si vous ne le faites pas, alors vous, en tant que terre psychosomatique, resterez sans forme et vide et les ténèbres seront toujours sur la surface de votre psyché et l’Esprit de Dieu s’éloignera de la surface de vos eaux créatrices, qui, comme nous avons déjà expliqué, ces eaux sont vos eaux sexuelles.

Le Deuxième Précepte

« Après avoir décrit le premier précepte, à savoir la crainte du Seigneur, venons-en maintenant au second qui lui est intimement associé et jamais séparé de lui, c’est-à-dire l’amour parfait. » -Zohar

Avez-vous appréhendé cela? La citation précédente signifie : après avoir su transmuter notre énergie sexuelle dans l’acte sexuel, nous devons connaître l’amour parfait. Parce que Brith Esh ברית-אש le pacte de feu n’est pas seulement la transmutation sexuelle mais aussi le développement de l’amour parfait.

« Que chacun devrait chérir et entretenir envers son Créateur. Si l’on demande ce qu’est l’amour parfait, c’est l’amour de la perfection, le seul grand amour, comme il est écrit : « Marche devant moi et sois parfait » (Genèse 17 : 1). De plus, l’Écriture dit : « Et Dieu dit que la lumière soit » (Genèse 1 : 3). Par le mot Lumière, on entend l’amour parfait. » -Zohar

En d’autres termes, au moyen du feu – de Brith Esh ברית-אש le pacte de feu – dans l’acte sexuel nous devons sacrifier toute notre animalité, nous devons annihiler notre luxure. Nous devons annihiler, sacrifier notre colère, etc. en d’autres termes, nous devons travailler à l’annihilation de notre ego parce que c’est à travers l’acte sexuel qu’est la crainte du Seigneur que nous utilisons l’énergie de notre Mère Divine Prakriti ou Serpent d’Airain pour équilibrer nos trois cerveaux, les trois gunas, et c’est précisément ce que nous devons faire pour développer l’amour parfait.

Moïse a enseigné l’Amour Parfait aux multitudes au moyen du serpent d’airain.

« L’amour parfait est celui qui se manifeste de deux manières ou aspects différents et mérite seulement d’être appelé ainsi. Il y a ceux qui aiment Dieu s’il leur accorde la richesse, la longueur des jours, la progéniture, la prospérité mondaine et le succès dans leurs entreprises commerciales, mais le haïssent et le méprisent si la roue du destin ou la bonne loi leur apporte malheur et souffrance. L’amour parfait est celui qui ne change pas, mais continue et demeure le même en toutes circonstances, qu’elles soient joyeuses ou défavorables. Nous devons donc aimer Dieu même si il nous ôte la vie, la santé, oui tout ce qui nous est cher. » -Zohar

Alors, comprenez que les deux manières ou aspects différents de l’amour parfait sont associés au premier commandement, Jésus a dit :

« Tu aimeras Iod-Havah ton Elohim [Intérieur] de tout ton cœur et de toute ton âme, et de tout ton mental [et de toute ta force]. C’est le premier et grand commandement. Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements [deux manières ou aspects différents] dépendent toute la loi et les prophètes. » – Matthieu 22 : 37-40

Néanmoins, les gens ne sont heureux avec Dieu que lorsque Dieu leur donne tout mais lorsqu’ils sont soumis à des épreuves, lorsqu’ils font face à leur karma, ils commencent alors à se plaindre « Regardez ce que Dieu m’a fait. Moi, qui suis une douce brebis ; moi, qui travaille pour les autres, moi qui suis juste, moi qui suis dans la chasteté, et regarde maintenant je passe cette terrible épreuve. » Écoutez, ces terribles épreuves arrivent parce que nous devons développer l’amour parfait. L’amour parfait ne consiste pas seulement à dire « oh Dieu est l’amour parfait ». Maître Samael dit la Monade doit atteindre la perfection dans la maîtrise. Quand la Monade atteint la cinquième initiation des mystères majeurs, il a gagné le droit d’être nommé Maître sur la Terre, mais pas Maître de perfection. Les maîtres de perfection sont différents de ceux qui n’atteignent que la cinquième initiation des mystères majeurs. Les maîtres de perfection ont développé l’amour parfait. Ceux qui atteignent la cinquième initiation des mystères majeurs savent ce qu’est l’amour dans une certaine mesure. Mais, Maître Samael Aun Weor a déclaré: « seuls ceux qui ont appris à recevoir les impressions négatives, les impressions désagréables des prochains avec joie, avec amour, ont développé l’amour parfait. » Voici un exemple d’amour parfait :

« Et lorsqu’ils furent arrivés au lieu appelé Calvaire, ils le crucifièrent là, ainsi que les malfaiteurs, l’un à droite et l’autre à gauche. Alors Jésus dit : Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. Et ils se partagèrent ses vêtements, et tirèrent au sort. Et les gens se tinrent là, et les chefs avec eux aussi se moquèrent de lui, disant : « Il a sauvé les autres ; qu’il se sauve lui-même, s’il est le Christ, l’élu de Dieu. » Et les soldats aussi se moquaient de lui, venant à lui, lui offrant du vinaigre, et disant : « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même. » Et une suscription était aussi écrite sur lui en lettres Grecques, Latines et Hébraïques : C’EST LE ROI DES JUIFS. Et l’un des malfaiteurs qui ont été pendus l’insulta en disant : « Si tu es le Christ, sauve-toi et nous. » Mais l’autre répondant le reprit en disant : « Ne crains-tu pas Dieu, puisque tu es dans la même condamnation? Et nous en effet à juste titre ; car nous recevons la juste récompense de nos actions, mais cet homme n’a rien fait de mal. » Et il dit à Jésus : « Seigneur, souviens-toi de moi quand tu entreras dans ton royaume. » Et Jésus lui dit: « En vérité, je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi au paradis. » – Luc 23 : 33-43

Pourtant, nous, dans notre propre mariage, lorsque notre époux se comporte mal, lorsque notre épouse fait quelque chose de désagréable, là, nous montrons très clairement que nous n’avons pas développé l’amour parfait. Maître Samael dit : les Alchimistes doivent apprendre à recevoir avec joie, avec amour, les impressions négatives de leur épouse. Si votre épouse vous traite mal, apprenez à le recevoir avec amour ; mais, pas par masochisme, mais par amour, c’est-à-dire en comprenant qu’il ou elle n’est pas parfait(e). C’est facile à expliquer mais difficile à pratiquer lorsque nous sommes avec notre épouse, qui est en effet la première avec qui nous devrions apprendre l’amour parfait. Que diriez-vous d’aimer votre prochain comme vous-même dans la rue, notre famille, nos connaissances, les gens que nous ne connaissons pas? Nous devons aussi apprendre l’amour parfait avec eux. Écoutez, si on fait l’inventaire des réactions où on aurait dû montrer l’amour parfait, on est tous perdants, n’est-ce pas? Nous serions tous perdants parce que nous avons l’ego vivant. À propos des épreuves pour développer l’amour parfait il est écrit :

« Et la multitude parlait contre Dieu et contre Moïse : Pourquoi nous as-tu fait monter d’Égypte pour mourir dans le désert? Car il n’y a pas de pain, ni d’eau ; et notre âme déteste ce pain léger.

« Et Iod-Havah a envoyé des serpents ardents parmi la multitude, et ils ont mordu les gens ; et beaucoup d’Israélites moururent. La mutitude vint donc vers Moïse, et dit : Nous avons péché, car nous avons parlé contre Iod-Havah et contre toi; prie Iod-Havah qu’il nous enlève les serpents.

« Et Moïse pria pour la multitude. Et Iod-Havah dit à Moïse : Fais-toi un serpent ardent, et place-le sur une perche ; et il arrivera que quiconque sera mordu, quand il le regardera, vivra.

« Et Moïse fit un serpent d’airain, et le mit sur une perche, et il arriva que si un serpent avait mordu quelqu’un, lorsqu’il vit le serpent d’airain, il vécut. » – Nombres 21 : 5-9

Le serpent d’airain est un alliage alchimique réalisé à travers l’alchimie sexuelle, il représente l’essence même de la Shekinah, l’essence de la Mère Divine sur une perche, sur notre moelle épinière, en adorant sa Présence Divine sur l’autel sexuel de l’amour, c’est ainsi que nous parvenons à développer l’amour parfait ; elle est la seule qui puisse nous aider à développer l’amour parfait, car elle est l’essence même de l’amour parfait.

Écoutez, nous adorons la Mère Divine, le serpent d’airain, non seulement en disant tous les jours : « Oh Mère Divine Je t’aime. » Ce n’est pas suffisant! Adorer le serpent d’airain et vivre signifie annihiler ces ego liés à nos réactions désagréables contre notre prochain, car celle qui annihile ces ego est la Mère Divine. Elle sait que les trois gunas sont déséquilibrées en nous. Elle sait que les trois gunas sont les trois traîtres, Judas, Pilate et Caïphe en nous. Elle sait que les trois traîtres sont bien vivants en nous. Alors Jehovah Elohim, le Saint-Esprit, qui est l’époux de la Mère Divine, a dit : « Fais-toi un serpent ardent, et place-le sur une perche ; et il arrivera que quiconque sera mordu, quand il le regardera, vivra. »

Donc, si nous ne pouvons pas contrôler les serpents qui nous mordent, ces épreuves envoyées de Geburah, nous ne développons pas l’amour parfait, car nous ne pouvons pas si nous avons l’ego vivant. Alors, adorons la Mère Divine, adorons le serpent d’airain, car « Mon peuple est détruit faute de connaissance ». – Osée 4 : 6

S’il vous plaît, comprenez que pour adorer le serpent d’airain, il ne s’agit pas d’avoir une image ou une sculpture serpentine d’airain ou un serpent vivant dans votre maison, non! Adorer le serpent d’airain signifie travailler avec l’alchimie, travailler avec « Brith Esh ברית-אש » le pacte de feu en étant un Tzadik, un juste, en chevauchant le serpent du coccyx tout au long de Zion ou cette forteresse qui est la ville de Zion, en portant notre croix sur notre dos du coccyx au mont des crânes, qui est notre propre tête. C’est ainsi que nous le faisons, mais, dans la Bible, cela est écrit avec des symboles. C’est ainsi que les Alchimistes l’entendent, sinon cela ne vaut rien.

Le Zohar continue d’associer l’amour parfait à la crainte du Seigneur, ou mieux dit, à la crainte du Seigneur pendant l’acte sexuel, où nous développons également l’amour parfait au moyen de l’annihilation de notre ego, ce qui se rapporte au deuxième précepte. Il est précisé:

« La crainte du Seigneur est inséparable de ses commandements, surtout celui de l’amour parfait, et heureux l’homme dans la vie et la conduite duquel ils se manifestent et se conjuguent, comme il est écrit :

« Heureux est l’homme qui est continuellement en admiration, puisque celui dont le cœur est présomptueux tombera dans le mal. » – Proverbes 28 : 14

Car sa crainte et son amour sont si associés que même si les malheurs l’assaillent et l’accablent, cela n’a pas d’importance. Il est impassible et son cœur ne s’endurcit pas au point de tomber dans le péché. » – Zohar

Maître Jésus donne un exemple d’être continuellement en admiration. Dans l’évangile de Luc chapitre 18 il est écrit :

« Deux hommes montèrent dans le temple pour prier, l’un un Pharisien, et l’autre un publicain. Le Pharisien se leva et pria ainsi avec lui-même : ‘Dieu, je te remercie de ce que je ne suis pas comme les autres hommes, des extorqueurs, des injustes, des adultères, ou même comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine, je donne la dîme de tout ce que je possède. »

Voyez-vous comment le Pharisien agit? C’est l’ego Pharisien à l’intérieur de nous. Lorsque nous commençons à travailler avec ces enseignements et que nous sommes en chasteté et que nous annihilons l’ego tout d’un coup nous nous sentons mieux que les autres ; si nous pratiquons la méditation, nous disons : « Oh, cette autre personne vient juste ici et écoute la conférence mais ne fait rien, mais je fais de la médiation, de la vocalisation ; j’annihile mon ego, alors j’avance, mais, ces pauvres gens qui écoutent les conférences et ne font rien, ils vont en enfer, j’ai pitié d’eux. Oui, c’est ainsi que se comportent de nombreux Gnostiques. Parcontre, le public qui écoute est précisément le publicain qui se reconnaît pécheur.

« Et le publicain, se tenant à distance, ne levait même pas les yeux vers le ciel, mais se frappait la poitrine en disant : ‘Dieu aie pitié de moi, un pécheur.’ Je vous le dis, cet homme est descendu dans sa maison justifié plutôt que l’autre ; car quiconque s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé. » – Luc 18 : 10-14

Mais, être exalté n’est pas comme beaucoup de gens le pensent, « si je m’humilie, je serai exalté et peut-être que je recevrai, tout d’un coup, une invitation spéciale à venir ici et recevrai une récompense devant tout le monde, » donc, ils diront « oh cet homme est si saint! » Non! Dieu vous récompensera en secret, ce n’est donc pas pour vous vanter, pour vous vanter d’être humble. Oui, les gens pensent que pour être humble, il faut s’en vanter. Écoutez, ce n’est pas de l’humilité. C’est être comme ce Pharisien, qui dépasse toujours à travers de nombreux Gnostiques de nos jours. Et pas parce que je fais la leçon à ce sujet, et pas parce que je le dis, que cela montre que je ne le fais pas, « oh ils le font mais je ne le fais pas! » non! Je le fais aussi. Écoutez, parfois l’orgueil est silencieux! Parfois on ne s’en vante pas, mais on y pense « ah oui je suis bon mais je ne le dis pas, parce que si je le dis, je montrerai ma vanité et ce n’est pas bon », alors je m’en vante en silence. Maître Samael dit que les Gnostiques devraient travailler sur l’orgueil mystique et la vanité mystique qui en nous est malheureusement très forte. Ainsi, si nous voulons développer l’amour parfait, nous devons imiter David ou Persée.

David tient la tête de Goliath dans sa main gauche et son épée dans sa main droite après l’avoir décapité ; Persée fait la même chose ; il tient la tête de méduse et tient aussi l’épée après l’avoir décapitée. Qui est Méduse? Qui est Goliath? C’est cette mauvaise volonté que nous avons à l’intérieur. La mauvaise volonté qui est toujours prête à faire de mauvaises choses, mais pas les commandements du Seigneur. Nous développons l’amour parfait lorsque nous accomplissons alchimiquement le premier commandement.

Dans la Bible, Samuel oint Saul comme roi d’Israël. Saul est écrit avec les lettres Shin Aleph et Lamed. Ce sont les mêmes lettres qui épellent Sheol, Enfer. Mais, Saul est la façon dont il est traduit dans la Bible. Ainsi, Saul signifie Enfer. Saul était le premier roi d’Israël. Parlons maintenant de Saul alchimiquement. Saul qui fut le premier roi d’Israël symbolise l’Alchimiste qui atteint la Cinquième Initiation des Mystères Majeurs et qui contrôle donc ses archétypes, son Israël à l’intérieur, car Israël selon la Kabbale se rapporte au cœur, à Tiphereth, Jacob, le Malachim. Ainsi, Sheol ou Saul est un roi rempli d’ego. Saul est un roi, un Malachim, un ange, un Maître de la Cinquième Initiation des Mystères Majeurs, mais il n’a pas tué Goliath comme l’a fait David. Il est un Sheol, l’enfer ou mieux dit, un Hasnamuss, un Marut מארות à double polarité.

Dans le Gnosticisme, nous expliquons que nous sommes tous des Hasnamussen parce que nous avons l’ego et nous avons la conscience, deux polarités, mais, être un Hasnamuss à double centre de gravité c’est différent. Cela signifie que quelqu’un qui a atteint la Cinquième Initiation des Mystères Majeurs et a toujours l’ego vivant, faisant ainsi des ennuis avec son ego, avec son Sheol, l’enfer. C’est pourquoi quand vous lisez l’histoire de Saul ou Sheol dans la Bible, vous trouvez qu’il est un oint parce qu’il est un Maître, un Malachim, un roi, mais il ne fait pas les bonnes choses et c’est pourquoi Dieu donne le royaume à David. Mais qui est David? David n’est pas Shéol. Le Maître qui atteint la Cinquième Initiation des Mystères Majeurs est encore rempli de problèmes, avec Klipoth, avec le Shéol, avec l’enfer ; ses ego émergent de Klipoth et fait des erreurs parce que son ego est vivant ; donc Saul est Shéol. Mais, David est celui qui tue Goliath et c’est pourquoi la Bible déclare que Sheol ou Saul a tué ses milliers mais David ses dix mille. C’est une déclaration kabbalistique très alchimique. En étudiant l’Arbre de Vie nous savons très bien que l’âme de Saul se rapporte aux Klipoth, mais l’âme de David à Malkuth.

Ainsi, lorsque nous lisons que David a tué ses dix mille, nous disons alors que dix signifie dix sephiroth. En d’autres termes, David est un Maître qui a atteint l’amour parfait ou la perfection dans la Maîtrise, cela signifie qu’il a non seulement perfectionné son âme dans Malkuth, mais aussi dans Yesod, Hod, Netzach, Tiphereth, Geburah, Chesed, Binah, Chokmah et Kether. David a développé son âme dans tout l’Arbre de Vie. Tel est le travail que le Maître Samael Aun Weor a effectué le long de la Seconde Montagne. Ainsi, atteindre tous les niveaux de Yetzirah jusqu’à atteindre la perfection dans la Maîtrise, c’est ce que le livre du Zohar appelle l’amour parfait. Ainsi dix mille est une quantité kabbalistique symbolique.

Il me vient à l’esprit en ce moment une déclaration parmi les Gnostiques, ils disent que le Maître Samael a déclaré que nous avons dix mille egos. Ainsi, à travers la méditation nous avons demandé pourquoi le Maître Samael dit que nous devons annihiler dix mille egos. Eh bien, c’est une déclaration alchimique et kabbalistique. Cependant, les intellectuels pensent que le Maître Samael comptait ses égos. Nous ne le pensons pas, puisqu’il disait toujours en parodiant Virgile le poète de Mantoue :

« Bien que nous ayons mille langues à parler et un palais d’acier, nous ne serions pas en mesure de les énumérer toutes… »

Ainsi, il a également dit : « le jour, la date et l’heure n’ont pas d’importance » de même, la quantité intellectuelle exacte d’egos!

Nous ne pensons pas que lorsqu’il annihilait son ego il s’inquiétait de connaître le nombre exact d’agrégats psychologiques qu’il avait déjà annihilé et continuait à les compter pour finalement atteindre 10 000. Mais nous comprenons que le compte qu’il faisait était kabbalistique. Nous comprenons qu’il a d’abord annihilé les ego par rapport à Malkuth puis, comme il l’explique dans Les Trois Montagnes, il a continué avec l’Ennéagramme, de Yesod jusqu’à atteindre enfin Kether, le sommet de l’Arbre de Vie dans le monde de Yetzirah ou le monde de la formation, où il a atteint la perfection dans la maîtrise, c’est-à-dire dix mille kabbalistiquement parlant. Alors, s’il vous plaît, ne dites pas que nous avons dix mille egos parce que c’est ridicule. Les nombreux ego que nous avons sont innombrables, nous le savons! Comprenez, dix mille signifie perfectionner Malkuth, Yesod… etc., jusqu’à Kether, tout cela dans le monde de Yetzirah afin d’atteindre la résurrection. C’est ce que représentent David et Persée.

« Saul [שאול] a tué ses milliers, et David [ודוד] ses dizaines de milliers. » – Samuel 18 : 7

Voyez les lettres qui épellent « Et David » – Vav Daleth Vav Daleth. David signifie chaudière en Hébreu. Une telle chaudière est précisément Zion, la colonne vertébrale, car nous devons faire bouillir nos eaux créatrices avec les feux de la Kundalini, les feux de la Prakriti, ceci, afin d’équilibrer les trois gunas, qui sont pervertis chez tout initié qui a l’ego vivant. David l’a fait au moyen de « Brith Esh ברית-אש » le pacte de feu, en étant un Tsadik, un juste, et en coupant la tête de Goliath.

Saul a atteint la maîtrise parce que pour atteindre la maîtrise, vous devez tuer beaucoup d’ego. Vous devez tuer beaucoup de bestialité dans la Première Montagne, mais la Seconde Montagne est plus difficile. Saul a fait la Première Montagne mais David a fait la première et la seconde montagnes. De nos jours, dans le Gnosticisme, de nombreux Maîtres atteignent le niveau de Saul, de Sheol, de l’Enfer. Ils en ont tué mille, mais le seul qui en a tué dix mille est leMaître Samael Aun Weor parce qu’il a atteint le sommet de la Seconde Montagne et a développé l’amour parfait, c’est-à-dire la perfection dans la maîtrise ; tel est le sens de dix mille. Et ce n’est pas ce que beaucoup de gens pensent qu’à chaque fois qu’ils méditent, ils disent aujourd’hui j’ai tué l’un et dans l’autre méditation, cette fois j’en ai tué deux, ils méditent à nouveau et disent, maintenant j’en ai tué trois, maintenant cinq et ainsi de suite. Et deviennent anxieux parce qu’ils doivent continuer d’avancer, puisqu’ils veulent atteindre dix mille. Ainsi, la voie du fou est ridicule. Nous devons étudier la Kabbale et l’Alchimie afin de comprendre ce que nous faisons par rapport au massacre des dix mille à tous les niveaux du mental, parce que Aleph signifie mille en Hébreu ; ainsi, dix mille signifie aussi travailler avec les trois forces primaires parce que la lettre Aleph symbolise la colonne vertébrale ou la lettre Vav, le firmament qui sépare les eaux des eaux ; ces deux eaux sont représentées par les deux lettres Iod, qui sont au-dessus et au-dessous de la lettre transversale Vav qui fait la forme de la lettre Aleph. Cette lettre signifie mille et représente le travail personnel alchimique que nous avons à faire avec les deux eaux dans le pilier central de l’Arbre de Vie, la lettre Vav, notre colonne vertébrale, dans chacun des dix sephiroth.

Ainsi. Si nous ne connaissons pas l’Alchimie et la Kabbale alors nous interprétons à tort ce que le Maître Samael dit et ce que d’autres Maîtres ont dit, comme certaines personnes qui interprètent littéralement ce qui est écrit dans la Bible et disent: « Oh David a tué dix mille personnes et Saul n’en a tué qu’un millier car à cette époque, les femmes dansaient et chantaient et adoraient David parce qu’il était un plus grand tueur que Saul. » C’est une interprétation courante car les gens ne comprennent pas que tout cela est un symbole psychologique. Donc, ne lisez pas la Bible ou tout autre livre sacré littéralement. Sinon, les ignorants pourraient penser que pour être un grand initié, il faut tuer des gens.

De nos jours, les ignorants religieux lancent les gens dans des « guerres saintes » ; ainsi, les fanatiques vont tuer leurs frères, croyant qu’après cela ils iront au paradis avec leur ego d’assassinat vivant. Ils n’ont même pas tué leurs mille egos, sans parler de leurs dix mille ; leur ego est très gras. Comme dans Saul [שאול] Sheol ou enfer, les trois gunas, les trois traîtres, sont très gras et vivants en eux.

D’autres Gnostiques déclarent que les trois gunas sont liés à trois aspects de la Mère Divine quand le maître Samael clairement indiqué:

« Nous devons chercher avec des aspirations infinies à l’intérieur de chacun de nous ces trois assassins du maître secret, pour qu’enfin, un jour donné (la date, le jour et l’heure n’ont pas d’importance), nous nous exclamions de toute la force de nôtre âme, « Le Roi est mort, salut au Roi! »

« Il est clair que le premier traître est bien le démon répugnant du désir. « Il est incontestable que le deuxième déloyal est l’horrifiant démon du mental.

« Il est évident, clair et définitif que le troisième traître est le vil démon de la mauvaise volonté.

« Judas est le premier. C’est lui qui vend le Christ secret pour trente pièces d’argent.

« Pilate est le second. Il se lave toujours les mains et se déclare innocent ; il ne se reconnaît jamais coupable.

« Caïphe est le troisième. Il ne fait jamais la volonté du Père ; il abhorrait le Seigneur et l’abhorre encore.

« L’origine de ces trois maléfiques est en effet extrêmement ténébreuse. Il est indubitable qu’ils sont le résultat de l’effroyable perversion des trois gunas. » – Parsifal Dévoilé

La Mère Divine a cinq aspects ; mais, ils déclarent que les trois gunas se rapportent à trois de ces cinq aspects. C’est ridicule. Chaque aspect de la Mère Divine a les trois gunas en son sein parce que les trois gunas ne sont que la matière primordiale avec laquelle la Mère Divine travaille dans n’importe quel univers ; ainsi, ne confondez pas la Mère Divine avec les gunas.

Une chose est votre mère et une autre est vous. Votre mère est votre mère, mais le résultat de votre mère, c’est vous. Les gunas viennent de la Prakriti mais elles ne sont pas la Prakriti elle-même. Ne mélangez pas les choses.

« Quiconque veut naître de nouveau, quiconque veut atteindre la Libération Finale, doit éliminer les trois Gunas de la Prakriti de leur nature.

« Celui qui n’élimine pas la Guna Sattva se perd dans le labyrinthe des théories et abandonne le travail ésotérique.

« Celui qui n’élimine pas Rajas fortifie l’ego lunaire par la colère, la convoitise et la luxure. Il ne faut pas oublier que Rajas est la racine même du désir animal et des passions les plus violentes. Rajas est la racine de toute concupiscence. Cette dernière, en elle-même, est à l’origine de tout désir. Celui qui veut éliminer le désir doit d’abord éliminer la Guna Rajas.

« Celui qui n’élimine pas la Guna Tamas aura toujours la conscience endormi. Il sera paresseux. Il abandonnera le travail ésotérique à cause du relâchement, de l’inertie, de la paresse, du manque de volonté, du manque de chaleur, du manque d’enthousiasme spirituel. Il sera victime des illusions insensées de ce monde et il succombera à l’ignorance. » – Samael Aun Weor

Vikritis signifie la modification ou le résultat des trois gunas, mais Vikritis et les trois Gunas ne sont pas la Mère Divine. Ils sont le résultat de la substance primordiale, Prakriti, qui est la Mère Divine dans chacun de Ses aspects.

Le Troisième Précepte

Étudions maintenant le troisième précepte alchimique. Il y a en fait quatorze préceptes que nous devons étudier. Pourquoi quatorze ? Parce que quatorze est la lettre Nun, l’Arcane quatorzième appelé tempérance, qui est la façon dont l’Alchimiste mélange dans son firmament, sa moelle épinière, les eaux supérieures aux eaux inférieures.

« Lorsque l’homme septénaire est sexuellement uni à la femme septénaire, la somme est le quatorzième Arcane du Tarot. » – Samael Aun Weor

Le troisième précepte enseigne que le Seigneur de l’univers est un être tout-puissant qui est Iod Havah et revendique également son unité par la récitation des six mots du Shema qui correspondent à la sixième direction de l’espace, avec une intention fixe de faire sa volonté. Le mot Un (אחד, ehad) dans le Shema devrait être égal en durée à la prononciation des six mots. C’est pourquoi l’Écriture dit :

« Vav Elohim dit : Que les eaux [מ Mem] sous les cieux [א Aleph] soient rassemblés en אחד ehad un seul endroit, et que [ד Daleth] la terre sèche apparaît : et il en fut ainsi. » – Genèse 1 : 9

Ce que nous venons de lire est le troisième précepte alchimique selon le Zohar. Mais si vous n’avez pas la moindre idée de l’Alchimie et de la Kabbale vous ne le comprendrez pas. Dévoilons-le pour que nous comprenions tous, car nous sommes au temps de la fin. D’abord le Shema est la prière que les Orthodoxes prient chaque jour le matin et le soir. Cela dit :

« Écoute Israël Iod Havah est notre Elohim Iod Havah est un. »

שמע ישראל יהוה אלהינו יהוה אחד

« Shema Isreal Iod Havah Elohim Iod Havah Ehad. »

Cette prière compte six mots au total. La prière proclame l’unité de Dieu mais comment comprendre une telle unité? D’abord parce que le soir c’est la femme et le matin c’est l’homme. « Et le soir et le matin étaient un jour. » Mais pour faire ce un jour, nous devons unir l’homme et la femme dans l’acte sexuel. C’est pourquoi nous trouvons la lettre Chet dans le mot Ehad, Aleph, Chet, Daleth. Qu’est-ce que Aleph? C’est la colonne vertébrale avec les deux eaux, que ce soit chez l’homme ou chez la femme. Les eaux supérieures sont le liquide céphalo-rachidien, et les eaux inférieures sont les fluides sexuels, et les deux sont divisées par la colonne vertébrale. C’est la forme de la lettre Aleph, alchimiquement parlant. En synthèse quelle est la lettre Chet? Nous avons déjà expliqué que la lettre Chet c’est l’homme et la femme unissant leurs fluides spinaux, c’est-à-dire unissant leurs Vavs, leurs arbres de vies ; puisque la lettre Chet signifie la vie. Comprenez-vous le point sexuel alchimique de cette affaire?

Alors quand l’Aleph de l’homme est uni à l’Aleph de la femme Chet émerge alors d’eux, alors nous avons « אח Ech » et ce mot signifie frère et sœur, frère. Puis en leur ajoutant (les frères et sœurs, Adam et Eve, le « אח Ech ») la lettre Daleth (quatrième lettre de l’alphabet Hébreu, qui représente le tetragrammaton יהוה) nous en faisons une unité, אחד Ehad – UN. C’est pourquoi le mot Ehad signifie Un. Telle est l’explication alchimique de Aleph, Chet, Daleth, Ehad, Un. La prière dit : « Écoute Israël Iod Havah Elohim est un » ; comprenez qu’Israël est un dans l’acte sexuel, parce que tous les archétypes d’Israël sont un dans le cœur. Et quand nous disons Shema Israël, comprenez que dans la Kabbale, dans l’Alchimie, les mots écouter, entendre et Israël, sont associés à la lettre Vav. Ainsi, quand nous disons écoute, écoute Israël, nous disons : écoutez avec votre cœur, avec votre âme, avec votre conscience à travers votre colonne vertébrale, pourquoi? Parce que dans votre colonne vertébrale vous avez vos sept chakras, et pour que l’âme, « Israël » écoute Dieu, vous devez développer les sept églises d’Assiah.

Il n’y a aucun moyen que quelqu’un comprenne Dieu ou entende Dieu s’il n’a pas les Sept Chakras développés dans sa lettre Vav, sa colonne vertébrale. Et Israël signifie vos archétypes, toutes les parties de votre âme. Donc, pour entendre, nous devons développer notre bouddha-dhatu, les chakras de la Kundalini.

Qu’est-ce qui devient un? Les fluides sexuels de אלה-ים Elah-Yam, notre Déesse de la Mer [la brume de Mah – האד-מה] deviennent un dans notre cœur, pendant l’acte sexuel, dit la femme ; Qui le devient? Les fluides ardents cérébraux spinaux השמים ha-Schamayim de notre Dieu, le Dieu de la Mer אל-הים [la pluie המטיר de Mi] deviennent un dans nos têtes, pendant l’acte sexuel dit le mari. Le Qui et le Quoi du mari et de la femme deviennent un pendant l’acte sexuel, leur יהוה devient un. Le roi accompagné de la reine dans Malkuth pendant la copulation sexuelle alchimique alors qu’ils sont concentrés sur leur Glande Pinéale vocalisent : Miiiiiiiiiiii ; immédiatement après ils se concentrent sur leur cœur et ils vocalisent : Maaaaaaaahhhhh ; et tout en visualisant la shakti potentiel de leurs fluides sexuels s’élevant du bas de leur colonne vertébrale vers leur glande pinéale et la stockant dans leur cœur, tout en étant émerveillés, ils vocalisent: YoooooooooooooM: « Écoute oh Israel יה Iod-Hei, Mi et Mah, venant de Yesod, s’unissent à Vav dans Tiphereth au moyen de Daath devient un « jour » ; donc, lors de la copulation alchimique sexuelle, notre Elohim [IAO] יהו Iod-Hei-Vav, Kether, Chokmah et Binah, dans notre ה Hei, notre physicalité, est aujourd’hui, היום, parce que « Elohim appela la lumière Jour.

Oui, dans l’acte sexuel même, du bas vers le haut de notre colonne vertébrale, il n’y a plus de Dieux mais Un. La prière déclare « Iod Hei Vav Hei יהוה est un. » Parce que יה Iod-Hei est Jah quand le Iod י comble le vide de la lettre ה Hei alors vous formez la lettre ח Chet qui représente les deux forces de חיה Chaiah l’âme de Binah. La même chose se produit avec וה Vav-Hei du Saint Nom יהוה Iod-Hei-Vav-Hei, le ו Vav comble le vide de la deuxième lettre ה Hei ; ainsi, nous avons deux lettres ח Chet, l’un en-haut et l’autre en-bas. Le ח Chet en-bas est שדי אל חי Shaddai El Chai dans Yesod, le Elohim fait avec Brith Esh ברית-אש, le pacte de feu dans l’Éden inférieur, avec l’union sexuelle du mari et de la femme. Et le ח Chet en-haut est נשמת חיים Neshamah Chaim dans Daath, le souffle de Elohim en haut dans l’Éden supérieur, formé par l’union de deux souffles Akashiques, Abba et Aima Elohim.

Abba et Aima unis dans Daath, la gorge, l’Éden supérieur, et mari et femme unis dans l’acte sexuel dans Yesod, l’Éden inférieur, sont יהוה Iod-Hei-Vav-Hei, le Elohim inférieur en bas et le Elohim supérieur en haut ; et tout cela forme une unité dans l’acte sexuel alchimique. C’est la raison pour laquelle l’Écriture dit :

ויאמר אלהים יקוו המים מתחת השמים אל־מקום אחד ותראה היבשה ויהי־ כן

« [Le] Vav [le serpent du] Elohim [supérieur] dit [dans l’union sexuelle], Que les eaux [sexuelles de מ Mem] sous les cieux [de א Aleph] soit rassemblées dans [Yesod, le ח Chet inférieur de] אחד echad – un endroit, et que [ד Daleth] la terre sèche apparaisse : et il en fut ainsi. » – Genèse 1 : 9

Les eaux sous les cieux sont unies dans l’acte sexuel. Qui et quelles sont les eaux sous les cieux? Notre liquide céphalo-rachidien et le semen sont les eaux sous les cieux. Nous sommes dans Malkuth et nous sommes sous les cieux parce que les cieux de Yetzirah, les cieux de Briah, les cieux d’Atziluth sont au-dessus de Malkuth, et notre physicalité est Malkuth. Ainsi, les eaux sous les cieux sont rassemblées en un seul endroit lorsque nous accomplissons l’acte sexuel alchimique ; c’est ainsi que nous rassemblons המים Ha-mayim, les eaux de notre liquide céphalo-rachidien et de notre fluide sexuel dans l’union sexuelle alchimique du mari et de la femme, qui, lorsqu’ils sont unis physiquement alchimiquement, forment la lettre ח Chet inférieure, חי vie. C’est ainsi que nous unissons les eaux sous les cieux en un seul endroit.

Quel est cet endroit? Cet endroit est la moelle épinière, la perche, où nous élevons le serpent d’airain lorsque nous transmutons notre énergie sexuelle, lorsque nous unissons la Shakti potentiel de nos eaux sexuelles. C’est ainsi que nous élevons le serpent d’airain sur notre colonne vertébrale. Ainsi, la moelle épinière est le seul endroit où les eaux sont rassemblées. « Et que la terre sèche apparaisse. »

Quelle est la terre sèche qui apparaît? La terre sèche qui apparaît est Daath, connaissance dans les corps solaires ; parce que de là, de Daath, l’Éden supérieur, flue vers le bas Vav, le fleuve [Hébreu נהרה – Naherah – lumière, luminosité – Prana] la Shakti potentiel de Elohim. Et le fleuve s’est séparé, et devient en quatre têtes, les quatre pointes de la lettre Daleth, les quatre fleuves de l’Éden inférieur.

« Le nom du premier est Pison : c’est celui qui entoure tout le pays de Havilah, où il y a de l’or ; et l’or de cette terre est bon : il y a du bdellium et de la pierre d’onyx. »

La terre de Havilah est notre propre corps physique [la terre sèche], et l’or de cette terre est les atomes solaires de notre système séminal, c’est-à-dire l’or potable du semen.

« Et le nom du deuxième fleuve est Gihon : c’est celui qui entoure tout le pays d’Éthiopie. »

Ce deuxième fleuve est le liquide céphalo-rachidien, qui est l’autre pôle de notre système séminal. Avec lui, nous englobons tout le pays d’Éthiopie, c’est-à-dire l’ensemble de notre tête et de notre gorge, puisque nous formons le cerveau et la gorge avec le liquide céphalo-rachidien.

« Et le nom du troisième fleuve est Hiddekel : c’est celui qui va vers l’orient de l’Assyrie. Et le quatrième fleuve est l’Euphrate. » – Genèse 2:10-14

Le fleuve qui va vers l’orient de l’Assyrie et le fleuve Euphrate sont les deux pôles du système séminal de la femme. Donc, la femme est vers l’orient des hommes, car la femme est la porte du Paradis, et cette porte est toujours vers l’orient. – Samael Aun Weor

La lettre Daleth est la quatrième lettre de l’alphabet Hébreu. Daleth indique les quatre fleuves qui sont sous les cieux. Lorsque la Shakti potentiel, l’esprit de leurs eaux, se rassemble dans la moelle épinière, alors la terre sèche apparaît. Cette terre sèche représente aussi les corps solaires. Alors quand le mari et la femme à travers l’alchimie sexuelle savent rassembler toutes ces forces solaires à l’intérieur d’eux, ils naissent alors de nouveau de l’eau et de l’Esprit.

« Genèse 1 : 9 signifie que les eaux des fleuves qui se jettent dans l’océan [de la moelle qui est votre tête] peuvent témoigner de l’unité des six directions. L’accent doit également être mis sur la lettre ד « Daleth » dans le mot אחד echad (un), le nombre étant égal à quatre et indiquant les quatre directions des fleuves. Pour cette raison, cette lettre dans le mot אחד echad (un) apparaissant dans ce verset est toujours écrite plus grande que les autre lettres. L’attestation des six points ou directions ayant été faite, doit être confirmée par six autres mots : ברוך שם כבוד מלכותו לעולם ועד Béni soit le nom de la Gloire de Son Royaume pour toujours et à jamais. » – Zohar

Maintenant la première prière en-haut : « écoute oh Israël Jah Havah est notre Elohim Jah Havah est un », a six mots. Et la deuxième prière en-bas : « béni soit la gloire de son royaume pour toujours et à jamais », a également six mots. Six en haut et six en bas, que symbolisent ces deux prières? Elles symbolisent l’unité.

Six en-haut représente les six sephiroth qui forment le véritable homme, l’Homme Intérieur : Chesed, Geburah, Tiphereth, Netzach, Hod, et Yesod. Ces six sephiroth sont représentés par les six pointes saillantes masculines de l’étoile à six pointes. Malkuth, qui est une sephirah féminine, représente la physicalité qui reçoit, capture, les six attributs de l’homme véritable, l’Homme Intérieur. Malkuth représente également Eve, qui reçoit, capte, les six attributs d’Adam. La femme est toujours réceptive, ainsi, les six en-bas sont représentés par les six entrées féminines, les six ouvertures féminines de l’étoile à six pointes qui reçoivent les six pointes saillantes masculines de l’étoile à six pointes.

Comprenez-vous que nous parlons de l’étoile de David? Lorsque l’on compte les six pointes saillantes masculines plus les six entrées ou ouvertures féminines, symboles de l’homme et de la femme dans l’étoile de David, on a alors douze vortex. C’est pourquoi le Maître Samael déclare que l’étoile de David a douze pointes, pas six. C’est pourquoi Jacob, Israël, Tiphereth, le Soleil, a engendré à travers Vav, le fleuve [Hébreu נהרה – Naherah – lumière, luminosité – Prana] douze tribus, enfants, archétypes dans Malkuth. Ces douze archétypes sont les descendants des quatre fleuves dans Malkuth, représentés par les quatre femmes de Jacob ; mieux dit, les douze tribus d’Israël sont la progéniture du Soleil à travers les quatre fleuves de l’Éden. Ces quatre fleuves représentent les eaux sexuelles créatrices du mari et de la femme dans l’acte sexuel alchimique. C’est de l’alchimie kabbalistique quand on sait interpréter, quand on sait lire, sinon on tombe dans l’erreur.

« En reconnaissant cette unité [sexuelle] [de ces fleuves de l’Éden] symbolisée par la lettre ד « Daleth », Adam marche sur un sol sec que [Prakriti] produit [comme archétypes] des arbres et des fruits. C’est aussi pourquoi Elohim appela le sol sec, la terre, qui est [Malkuth] mentionnée deux fois, le sol et la terre étant une seule et même chose. וירא אלהים כי־ טוב » – Zohar

Prakriti est la terre primordiale, la terre, Adamah, sol, car en Hébreu le mot Adamah signifie aussi terre au-dessus et au-dessous. C’est ainsi qu’on le voit alchimiquement.

« Et Elohim vit que c’était bon », symbolisant l’unité d’en haut et l’unité d’en bas. Lorsque cela s’est produit, la terre [la Prakriti] a pu produire des fruits et des fleurs. » – Zohar

Ainsi, au moyen de ce travail alchimique sexuel, nous devenons en admiration devant le Seigneur et nous développons également l’amour parfait à l’intérieur, et par l’union de la lumière solaire extraite des quatre fleuves de l’Éden entre mari et femme, la terre sèche apparaît, qui sont les corps astral, mental et causal. Alors notre Elohim intérieur dira « Je vois que c’est bien » parce qu’alors vos corps solaires astral, mental et causal fonctionnent comme une seule unité à l’intérieur, grâce à Vav, le serpent d’airain qui monte dans la moelle épinière, car c’est à travers cet utérus qu’elle crée.

« [Le] Vav [le serpent du] Elohim [supérieur] dit: Que les eaux [sexuelles] sous les cieux soient rassemblées en un seul lieu, [afin que] Vav, la terre sèche apparaît : Vav fut. » – Genèse 1: 9

Comme on le voit, tout se passe dans notre colonne vertébrale. Les trois enroulements et demie du serpent sont symbolisés au Mexique par Quetzalcoatl, qui au début émerge de la bouche d’un serpent. Le demi-enroulement est représenté par le visage d’un homme naissant du serpent, un homme qui plus tard doit être avalé par le même serpent. Est-ce que vous voyez? Il existe de nombreuses interprétations de ce symbole, mais, à ma connaissance, c’est simple. Lorsque les trois enroulements, qui représentent les trois gunas, s’éveillent harmonieusement à l’intérieur, alors le demi-enroulement, le véritable homme, apparaît. L’homme est engendré dans notre colonne vertébrale. Ainsi, c’est le serpent qui enfante. C’est pourquoi dans le Gnosticisme, on dit que tous les dieux sont les enfants de Nut, la Mère Divine. Nut est la Prakriti. Elle représente le serpent qui monte, le serpent d’airain qui guérissait les Israélites dans le désert, le serpent qui monte dans la colonne vertébrale et enfante, en commençant par le corps astral. C’est pourquoi vous voyez le visage de Quetzalcoatl sortir de la bouche du serpent. Quetzalcoatl représente le corps astral, le tout début de la naissance.

Personne ne peut naître de nouveau s’il n’élève pas le serpent d’airain comme Moïse l’a fait dans le désert, car élever le serpent d’airain revient à élever le Fils de l’homme, le fils de nos eaux sexuelles.

Cette force serpentine est appelée Kundalini en Sanskrit, la force Christique qui monte dans notre colonne vertébrale et qui construit la ville de Zion, notre forteresse qui est notre colonne vertébrale, quand nous sommes justes, un Tzadik, quand nous travaillons avec le Nun. C’est ainsi que « Vav, la terre sèche apparaît » parce que réellement chaque corps que nous créons est la progéniture du serpent, à commencer par notre corps physique, même si notre physicalité actuelle de terre sèche n’a pas été créée dans la chasteté. C’est pourquoi Jean-Baptiste a appelé toutes les personnes qui sont nées de fornication vipères ; il ne les a pas appelés serpents :

« Mais quand il vit beaucoup de Pharisiens et de Sadducéens venir à son baptême, il leur dit: Ô génération de vipères, qui vous a avertis de fuir la colère à venir? Produisez donc des fruits dignes de la repentance : Et ne pensez pas à dites en vous-mêmes : Nous avons Abraham pour père, car je vous dis que Dieu peut, de ces pierres, susciter des enfants à Abraham. Et maintenant aussi la cognée est mise à la racine des arbres : c’est pourquoi tout arbre qui ne produit pas de bons fruits est coupés et jetés au feu. » – Matthieu 3 : 7-10

Ainsi, notre physicalité de terre sèche n’est pas la progéniture du serpent d’airain parce que nous sommes des vipères, c’est-à-dire la progéniture du serpent tentateur de l’Éden. Mais, à travers le travail d’alchimie sexuelle, nous deviendrons enfants du serpent d’airain et serons appelés serpents à plumes, serpents à plumes ou serpents d’airain comme Moïse, parce que nous avons développé la Prakriti, la Mère Divine à l’intérieur de nous, qui est Adamah. De la poussière d’Adamah, la terre, Jehovah Elohim forma Adam. Ainsi, cela est également symbolisé dans le panthéon Aztèque en rassemblant toutes les eaux toutes les mers de Yesod et c’est ce qu’on appelle un bon travail alchimique sexuel.

Questions et Réponses

Question : J’ai eu du mal à comprendre ce qu’est les Vikritis?

Réponse : Tout ce que nous faisons avec les trois gunas est Vikritis parce que les trois gunas sont les éléments de base dans le sein de la Mère Divine Prakriti et elles nous sont accordées parce que nous devons apprendre à être Elohim. Quoi que nous fassions avec les trois gunas, c’est Vikritis.

Question : En rapport avec l’explication des quatre châtiments du Zohar qui les associent à la terre sans forme et vide, les ténèbres sur l’abîme et l’esprit d’Elohim planant sur la surface des eaux ; J’ai du mal à comprendre comment l’étranglement, la lapidation et la décapitation, etc., s’y rapportent.

Réponse : Ok. C’est une bonne question, et simple à répondre si nous connaissons la Kabbale et l’Alchimie. Pour commencer, concentrez votre mental sur votre colonne vertébrale. Votre cerveau et votre moelle épinière qui flottent dans le liquide céphalo-rachidien, et sur vos pierres, qui est Yesod car c’est dans ces eaux que l’Esprit de Dieu plane. Ce sont les eaux, donc, quand vous n’êtes pas un fornicateur, quand vous êtes dans la chasteté, Dieu brille comme une lumière là-dedans. Cette lumière est la flamme de l’épée qui monte dans la colonne vertébrale jusqu’au cerveau, c’est l’épée flamboyante, qui est la lumière, qui est le même Esprit, parce que cet Esprit est la Mère Divine et est aussi le Christ. Le Christ naît de la Mère Divine et est également lié au trône de votre Intime. C’est l’épée que vous recevez quand vous êtes en chasteté ; la puissance de cette épée est le mot qui est exprimé par la langue de votre bouche, la langue est la pointe de cette épée. Ainsi, si vous avez cette lumière dans votre colonne vertébrale, cela signifie que votre Vav, votre moelle épinière est illuminée par les sept chakras. Ainsi, vous pouvez entendre très clairement les paroles de votre Dieu Intérieur et écrire et comprendre ce que d’autres Maîtres ont écrit dans différents livres parce qu’ils ont aussi entendu la voix de leur Dieu Intérieur et ils ont écrit ce que leur Dieu Intérieur leur a commandé.

Donc, évidemment, en ce moment, nous sommes Tohu ve Bohu, sans forme et vide donc, c’est ce que nous sommes maintenant, mais quand nous étions dans le règne animal, dans le règne végétal et dans le règne minéral, cette lumière brillait dans notre colonne vertébrale parce que la colonne vertébrale des élémentaux des minéraux, des plantes et des animaux sont toujours illuminées, car ils sont innocents, mais lorsque les élémentaux entrent dans le niveau humanoïde et forniquent, lorsqu’ils ne font pas Beresheeth Bera Elohim ou Brit Esh Bera Elohim, ils expulsent alors le Elohim intérieur, parce qu’ils forniquent. Nous, les animaux intellectuels, forniquons, donc nous ne suivons pas le premier commandement et c’est ce que dit le livre du Zohar concernant Beresheeth Bera Elohim. Nous avons tué ; nous avons expulsé le Elohim intérieur, parce que nous continuons à être des animaux.

Ainsi, lorsque nous étions en chasteté toute la lumière de la moelle épinière, toute la lumière de notre épée, allait dans notre cœur et notre cœur avait une intuition superlative qui comprenait Dieu, le plus haut. Mais quand nous avons forniqué, l’étranglement s’est produit, ce qui signifie que la lumière n’entrait plus dans le cerveau. On s’auto-étrangle parce que quand on étrangle une autre personne on empêche le flux du sang d’entrer dans le cerveau et aussi le souffle de Dieu d’entrer dans les poumons, ainsi le circuit de la respiration s’arrête quand quelqu’un est étranglé. Ainsi, la fornication c’est aussi l’étranglement parce que lorsque nous forniquons nous nous étranglons, nous devenons sans formes et vides, vides de vie, puisque vos pierres envoient votre vie vers le bas et donc la lumière qui montait auparavant descend maintenant et vous restez dans les ténèbres, ainsi, l’esprit qui est le Iod dans votre glande pinéale, qui planait sur vos eaux, se retire de votre tête ; ainsi, vous subissez la décapitation parce que vous tombez tête baissée dans l’abîme.

Question : Vous parlez du besoin d’alchimie sexuelle et j’ai lu sur certains maîtres qui accomplissent l’acte sexuel dans le plan astral au lieu du plan physique, alors, pouvons-nous accomplir l’acte sexuel dans le plan astral au lieu du plan physique?

Réponse : Non! Il y a une raison pour laquelle nous avons des corps physiques, si c’était vrai, pourquoi aurions-nous des corps physiques? Quelle serait la raison de la création des corps physiques si cette théorie était vraie, que nous pourrions simplement faire le travail dans le plan astral? Beaucoup de maîtres qui ont des corps astral peuvent faire beaucoup de travaux que nous ne pouvons pas faire, c’est vrai, mais nous, débutants, avons besoin du corps physique, Malkuth, la reine Prakriti.

Vous voyez, notre corps physique est réellement la Prakriti, mais parce que nous ne respectons pas la Mère Divine nos trois gunas sont en ébullition. Elles sont les trois cerveaux, les trois traîtres. À travers elles, nous ne créons que de mauvaises choses et à cause de ces Vikritis, nous ne pouvons pas contrôler les gunas, mais la Mère Divine nous aide. C’est pourquoi le Bouddha est assis sous l’arbre Bodhi contrôlant les trois gunas, et c’est pourquoi un serpent est derrière le tenant flottant sur les eaux. Ce serpent est la Mère Divine.

La même chose se produit avec Moïse dans le désert. Il enseigne au peuple à adorer le serpent d’airain, qui est la Mère Divine, parce que les gens sont punis et souffrent à cause des serpents passionnés qui viennent d’en haut parce qu’ils ont l’ego vivant. Alors Moïse leur a enseigné comment adorer le serpent, qui est précisément le développement des feux de la colonne vertébrale en Zion en étant un Tsadik et de cette façon nous entrons dans le chemin dans le monde physique, parce que nous commençons par le bas. Si vous avez le corps astral alors vous saurez quoi faire avec le corps astral mais si vous n’avez pas le corps astral solaire, mais plutôt le corps des désirs nommé kama rupa, le corps astral lunaire, alors que pratiquez-vous dans le plan astral? Alors parlez-moi de vos rêves, quel genre de rêves avez-vous? Rêves mouillés?

Ainsi, si ce que vous vivez dans le monde astral, ce sont des rêves mouillés, en effet, ces rêves ne sont pas liés à la maîtrise mais à la Guna Rajas pervers que nous devons contrôler, et seuls la Mère Divine peut nous aider à le faire, ceci, afin d’échapper au Klipoth, les entrailles de Malkuth, l’ombre de l’Arbre de Vie, car le plan astral inférieur, Hod, se rapportent à Lilith, la demeure des fornicateurs. Ainsi, ceux qui atteignent physiquement ou astralement l’orgasme pendant la copulation sexuelle, n’ont aucune part dans l’Arbre de Vie, qui est Israël, en particulier le pilier du milieu. Leur place est donc dans Klipoth au plus profond des entrailles de Malkuth, et pas au-delà. En effet, parce que les bêtes intellectuelles fornicatrices de la terre tirent leur esprit de l’intérieur de leurs épines dorsales.

C’est pourquoi Hod, le corps astral, est le premier corps que nous devons créer. Et seul la Mère Divine peut nous aider depuis le fondement même de l’Arbre de Vie. Ainsi, nous devons d’abord annihiler les ego des entrailles de Malkuth et elle nous aidera à le faire. Nous devons équilibrer les gunas dans le corps physique et dans chaque corps de Zeir Anpin jusqu’à atteindre quarante-neuf niveaux.

Question : Qu’en est-il des Dakinis?

Réponse : Les Dakinis sont des maîtresses féminines qui se matérialisent dans le plan physique afin d’aider les grands initiés à atteindre la chasteté dans le plan physique et d’effectuer d’autres travaux. Ce sont des maîtresses astrales pour des maîtres masculins, pas pour des débutants. Les seules choses qui peuvent se matérialiser pour les débutants sont les démons, ainsi que les vampires et les incubes ou les succubes.

Question : Les gunas sont-elles parfaitement équilibrées dans chaque Maître?

Réponse : Non! Elles ne le sont pas, car si elles l’étaient, ils ne seraient pas dans la manifestation. La création se produit parce que les trois gunas de l’Aïn Soph sont déséquilibrés. Seuls les Paramarthasatyas ont parfaitement équilibré les trois gunas en eux-mêmes. S’ils veulent apparaître dans la création, ils peuvent le faire, mais uniquement à cause de leur compassion. Mais, nous tous qui nous manifestons dans l’univers, dans la création, le faisons parce que les trois gunas sont déséquilibrées en nous, et pas seulement dans le corps physique mais dans tous les corps. Je comprends que la perfection dans la maîtrise ou ce que nous appelons l’amour parfait se rapporte à la compassion, à l’équilibre parfait des gunas dans chaque corps et aux six degrés du raisonnement objectif. La Mère Divine, la Prakriti immanifestée est celle qui aide tout bodhisattva à entrer dans l’Absolu.

« Swami Vivekananda a dit que des dieux tentateurs apparaissent lorsque l’initié essaie d’entrer dans l’Absolu, ils lui proposent de faire de lui un roi de certaines zones de l’univers, afin qu’il ne se libère pas. Ces dieux tentateurs n’ont pas pu devenir libérés, donc jaloux de leur propre hiérarchie, ils tentent le candidat d’empêcher son entrée dans l’Absolu. Ces êtres sont mille fois plus dangereux que les humains….. à travers de nombreux Mahamanvantaras ces Dieux se libèrent des masses planétaires pour finalement entrer dans la béatitude indescriptible de l’Absolu. Néanmoins, il y a certains Logoï – comme le Dieu Sirius, gouverneur d’environ dix-huit millions de constellations – qui n’ont toujours pas réussi à se libérer du cosmos, pour entrer dans l’Absolu. » – Volonté Christ par Samael Aun Weor

« Derrière la Prakriti immanifestée se trouve l’Absolu immanifesté. Il faut d’abord entrer dans la Prakriti immanifestée [l’Aïn Soph] avant de nous immerger dans le sein de l’Absolu immanifesté [l’Ain]. » – Astrologie Pratique par Samael Aun Weor

Maître Samael l’explique aussi très clairement dans Les Trois Montagnes.

Séquentiellement, lorsque le bodhisattva atteint le sommet de la Seconde Montagne, tout le monde dit : Shéol, Enfer, en a tué mille mais Samael Aun Weor le long de la Seconde Montagne ses dix mille, c’est-à-dire que David a tué ses dix mille, parce que David représente la colonne vertébrale. David est le symbole de la colonne vertébrale avec le feu de la Mère Divine Kundalini équilibrant les trois gunas.

Question : La Gnose déclare que Yogananda et Sivananda ont annihilé un certain pourcentage de leur ego. Pourtant, je ne les ai jamais lus ou entendus parler de l’annihilation de l’Ego, pouvez-vous clarifier cela?

Réponse : Oui, dans le Kriya Yoga de Yogananda, les mauvaises tendances psychologiques, que nous appelons ego – des langues Latines ou Grecques – sont nommés avec différents mots Sanskrits. Même Sivananda parle de ces mauvaises tendances psychologiques mais il ne les appelle pas « ego ». Le Latin ou le Grec ego est appelé en Sanskrit Asura, ce qui signifie démon, et ses mauvaises tendances sont : Asuya : Jalousie ou envie ; Kama, Luxure ; Mada, Fierté ; Lobha : Convoitise, cupidité ; Krodha : Colère, courroux ; etc. Dans cette conférence, nous avons parlé des gunas et Sivananda parle de la façon d’équilibrer les gunas. Dans le Bouddhisme, ces mauvaises tendances sont appelées samskaras. En nous, les mauvaises tendances des trois gunas sont appelées Vikritis, elles sont le résultat du déséquilibre des gunas. Yogananda a éliminé ces mauvaises tendances à un certain niveau parce que pour détruire les dix mille mauvaises tendances comme David ou Samael Aun Weor nous devons d’abord atteindre la Maîtrise. Nous devons éveiller la conscience d’abord ; c’est-à-dire que nous devons annihiler notre mille, qui est le niveau de Saul. Une fois que nous annihilons mille, nous continuons d’avancer et le long du monde de Yetzirah, comme David, nous annihilons nos dix mille.

Question : Pouvez-vous expliquer de quelle manière les trois traîtres sont liés aux trois gunas?

Réponse : D’accord, lisons d’abord ce que Maître Samael Aun Weor déclare à ce sujet :

« L’origine de ces trois maléfiques est en effet extrêmement ténébreuse. Il est indubitable qu’ils sont le résultat de l’effroyable perversion des trois gunas. » – Parsifal Dévoilé

Par conséquent, nous comprenons que chacun des trois traîtres est lié aux trois gunas parce qu’évidemment le démon de la mauvaise volonté, qui est Caïphe, est lié aux trois gunas déséquilibrées dans le monde causal ; Judas le démon du désir est le résultat des gunas déséquilibrées dans le monde de Hod. Nous pouvons également dire que Judas se rapporte à Rajas, un désir fort, mais Caïphe, qui est aussi appelé mauvais désir, se rapporte également à Rajas. Pilate qui est le démon du mental est aussi associé au désir mais dans le mental, Netzach.

Mais quand on parle des gunas on peut aussi dire : Sattva qui est connaissance, sagesse, est dans la tête ; Rajas, le désir est en relation avec le cœur, avec le cerveau émotionnel ; et Tamas, l’inertie, ne rien faire… la paresse, le sommeil, se rapporte au cerveau moteur. Mais, les gunas ont de nombreuses subdivisions que nous connaissons et apprenons lorsque nous avançons sur le chemin, sinon nous ne ferons que prononcer des concepts intellectuels, comme de nombreux Gnostiques qui pensent encore qu’ils doivent littéralement annihiler dix mille egos, parce qu’ils ne comprennent pas la Kabbale et l’Alchimie. Oui, ils pensent littéralement qu’ils ont exactement dix mille egos à annihiler ; cella dans la Kabbale s’appelle la bêtise limitée, c’est-à-dire la foi aveugle et la croyance vulgaire érigée dans Klipoth comme intelligence et connaissance.

Question : Que pouvez-vous nous dire sur Salomon. Est-il lié à la Troisième Montagne?

Réponse : Shelomah, Salomon est lié au dernier travail que l’Initié fait au sommet de la Seconde Montagne, c’est-à-dire lorsque l’Initié transmute ses corps mercuriels en or pur après avoir annihilé ses dix mille egos. L’initié entre comme Salomon dans la Troisième Montagne, qui est quelque chose de très élevé, seulement pour les Dieux. Mais ne vous inquiétez pas pour le moment.

Question : Que signifie Bodhisattva?

Le bodhisattva est bodhi et sattva, sagesse et connaissance.

Question : William Blake était-il un grand Initié?

Réponse : Eh bien, j’aime personnellement les peintures de William Blake pour illustrer mes conférences car, à mon avis, elles conviennent très bien à certaines déclarations kabbalistiques, mais pas seulement à ses peintures. Évidemment William Blake était un initié car quand on voit ses dessins c’est assez évident qu’il savait ce qu’il faisait. Mais, à son époque, il n’était pas permis de parler publiquement et clairement d’ésotérisme. Alors, quand je vois son travail, il est évident pour moi qu’il connaissait l’ésotérisme. Quel niveau de maîtrise il a atteint, je ne le sais pas ; ce que je sais en effet, c’est que j’aime ses dessins.

Catégories : Préceptes d'Alchimie