Écrit par : Gnostic Instructor   Catégorie : Kabbale de la Genèse

La naissance du Christ est toujours célébrée le 24 Décembre à minuit. Cela justifie la réflexion: pourquoi est-ce que le 24 du 12e mois, à 12 minuit que nous célébrons Noël? L’addition de 12 + 12 = 24.

L’Arcane 12 du Tarot Éternel

Arcane 24 du Tarot Éternel

Le nombre 24 est résolu kabbalistiquement lorsque l’on ajoute 2 + 4 = 6. 6 est l’Arcane des Amoureux.

Arcane 6 du Tarot Éternel

Là, nous avons la synthèse de 12 (un amoureux) avec 12 (un autre amoureux) qui ensemble sont l’Arcane 24. Qu’est-ce que le Maître Samael nous a dit au sujet de l’Arcane 24? Il dit, dans la Pistis Sophia :

« Sur (Tiphereth, la sixième sephirah) le Mont des Oliviers, le Christ intérieur réfléchit profondément.

Le Dernier Mystère est le Vingt-Quatrième Mystère.

Ceci est compté de l’intérieur vers l’extérieur ; tu le sais. »

La Mère Divine Kundalini travaille dans le Vingt-Quatrième Mystère, tissant son propre métier à tisser. » – Samael Aun Weor, La Pistis Sophia

Approfondissons cette explication kabbalistique. Rappelez-vous que la femme et l’homme ont trois cerveaux : le cerveau intellectuel, le cerveau émotionnel et le cerveau moteur-instinctif-sexuel. Ces trois cerveaux doivent être dans l’apôtre, ce qui signifie qu’ils doivent postuler avec le nombre 12, qui est l’apôtre.

Si vous additionnez les nombres de 12, 1 + 2 = 3. L’apôtre doit avoir son épouse. Comme je l’ai dit, 12 + 12 = 24. Lorsque les époux s’unissent sexuellement, ils travaillent avec la Mère Divine Kundalini, la Tisseuse. Qui est la Tisseuse? C’est elle qui construit les corps solaires dans le métier à tisser de Dieu. Qu’est-ce que le métier à tisser de Dieu? C’est la moelle épinière.

Alors la Mère Divine, dans la moelle épinière du mari et de la femme, travaille profondément dans le vingt-quatrième mystère, tissant sur son métier à tisser, construisant ce qu’Elle a à construire, quand nous travaillons dans l’Alchimie.

Voilà pourquoi la naissance du Christ est célébrée le 24 Décembre à minuit (12 heures du soir). Lorsque le 25 Décembre vient, c’est parce que la Kundalini, le feu du Saint-Esprit, s’est éveillée. C’est le tout début de notre travail alchimique, expliqué kabbalistiquement.

Nous allons expliquer un autre mystère kabbalistique et alchimique, qui est lié au livre de la Genèse :

בראשית ברא אלהים את השמים ואת הארץ

והארץ היתה תהו ובהו וחשך על פני תהום ורוח אלהים מרחפת על פני המים

Cela est traduit par :

« Au commencement, Elohim créa le ciel et la terre, et la terre était sans forme et vide, et les ténèbres étaient sur la surface de l’abîme, mais l’esprit d’Elohim planait au-dessus de la surface des eaux. »

Expliquons cela en relation avec l’Alchimie, en rapport avec ce que nous avons expliqué : un époux est 12, et l’autre est 12. Ainsi, 1 + 2 = 3. 3 cerveaux réunis avec 3 cerveaux = 6, les amoureux. Les amoureux travaillent avec la Mère Divine, pour qu’Elle commence à faire Son travail, dans le métier à tisser de Dieu, la moelle épinière.

Comme vous pouvez le voir, nous parlons de création. Pas, cependant, la création telle qu’on l’entend communément : la création de la physicalité animale, dont nous n’avons pas besoin d’expliquer le processus car nous sommes très familiers avec la biologie. Au lieu de cela, ce dont nous parlons ici est l’Alchimie, qui est liée à la création des corps solaires. C’est ce qui est écrit dans le livre de la Genèse.

Commençons donc par parler du premier mot de la Genèse, qui en Hébreu est Berashith בראשית. On comprend que le mot Berashith בראשית contient 6 lettres dont les anagrammes contiennent de nombreux mystères. De manière significative, cependant, ces 6 lettres de Berashith se rapportent spécifiquement aux mystères des amoureux, le 6e Arcane, qui à son tour se rapporte aux mystères de la création.

La sixième lettre de l’alphabet Hébreu est la lettre Vav, et elle est liée à la Sephirah Tiphereth, l’âme humaine ; mais au saint nom יהוה d’Elohim, Vav est la troisième lettre. Dans la Kabbale, Iod représente Kether, Hei représente Chokmah et Vav représente Binah. Le royaume de Binah, le Saint-Esprit, est dans Yesod, c’est pourquoi Vav s’écrit וו deux Vavs, car un Vav représente le sexe masculin et l’autre Vav le sexe féminin dans Yesod, le royaume de Binah. Vav représente aussi la moelle épinière.

En Hébreu la lettre Vav signifie « et », et elle a le son « Va », qui se rapporte aux eaux créatrices sexuelles. C’est pourquoi chaque verset du livre de la Genèse commence par Vav : cela représente le mystère des amoureux, le 6e Arcane, unis sexuellement et sublimant leurs eaux créatrices sexuelles à leur cerveau, afin d’accomplir les six jours du premier chapitre du livre de la Genèse, à travers l’Alchimie.

Par conséquent, nous pouvons dire qu’un anagramme important est Bara-Taish ברא תיש. Qu’est-ce que Taish תיש? En Hébreu, cela signifie « bouc ». Laissez-moi vous dire…

Dans le livre des Nombres, il y a beaucoup de mystères. L’un de ces mystères concerne la permission de manger de la viande. Pourquoi? Parce que la viande est liée à l’élément feu. Dans le Deutéronome 14 :4, il est écrit :

« Voici les animaux que vous pouvez manger : le bœuf, le mouton, le bouc. » – Deutéronome 14 : 4

Vous savez que le bouc est souvent représenté, à travers de nombreux symboles, notamment en relation avec le symbole de Baphomet.

Dans ce symbole de Baphomet, nous trouvons la tête d’un bouc au sommet d’un corps humain avec des ailes, assis au sommet de la planète Terre, avec le caducée de Mercure comme phallus, car c’est un bouc. Mais ce bouc a une poitrine de femme et un corps d’homme. Sur le devant du caducée, vous trouvez le symbole de l’arc-en-ciel, autour des eaux. C’est un beau symbole, un symbole de Taish תיש. Taish תיש est écrit, Tav-Iod-Shin, et nous le répétons, cela signifie « bouc, chèvre ».

L’expression Bara-Taish ברא תיש, ou Berashith בראשית est composée de Bara ברא (qui signifie « création, créer ») et Taish (« bouc ») תיש. Ainsi, ce mot Bara-Taish, Berashith signifie « créer avec le bouc ». Cependant, le bouc lui-même n’est qu’un symbole de feu; c’est le feu, comme une torche sur sa tête, entre les deux cornes de ce symbole de Baphomet. Il faut comprendre que c’est un très beau symbole.

Cette créature, telle qu’elle est représentée, n’existe pas. C’est simplement un symbole de différents éléments, à l’intérieur desquels le feu est caché. Ce feu est principalement caché en face du bouc, Taish תיש.

Donc, « Berashith (Bara-Taish) Bara Elohim (« créa Elohim ») ». C’est très profond. Maître Samael Aun Weor nous dit que le Elohim est l’unité multiple manifestée qui émerge de l’unité multiple immanifestée. En d’autres termes, Elohim émane d’Aelohim, l’Absolu.

Lorsque vous observez l’espace la nuit, vous découvrez qu’il y a des millions d’étoiles, qui brillent, scintillent dans l’obscurité de l’espace. L’espace est l’obscurité, mais il y a une explication à l’obscurité de l’espace. Observez la lumière, ou mieux dit la flamme d’une bougie. Allumez une bougie et observez la flamme. Au fond même de cette flamme, nous découvrons les ténèbres ; nous appelons cela la lumière noire. En Hébreu, cette lumière noire est appelée Hoshek חשך.

Au-dessus de cela se trouve une lumière bleuâtre foncé, puis vous constatez que le jaune de la flamme apparaît, et au-dessus de cela, les autres couleurs de la lumière, le blanc. Le fait est que la couleur de la flamme est d’abord noire, puis bleu foncé, puis jaune, puis blanche. C’est ainsi que vous décrivez simplement les couleurs de n’importe quelle flamme. Celui qui consume la bougie, qui fait fondre la bougie, c’est la lumière noire, c’est le jaune et le blanc de la flamme qui éclairent. C’est comme cela qu’on décrit Elohim. Elohim est la lumière blanche qui émerge du jaune, qui émerge de la lumière bleu foncé, qui émerge du noir.

Pourquoi parle-t-on de feu et de lumière? Parce que les gens associent Baphomet à ce mot Latin très connu, Lucifer. Lucifer n’est pas un mot Hébreu, comme nous l’avons dit, c’est du Latin. Ce mot en Latin est composé de : Luci (Lumière) et Fer (apporter, porter, transporter). Ainsi, le mot Lucifer signifie littéralement « porteur de lumière ».

Alors, quel est l’élément, lié à ce que nous avons déjà expliqué dans cette conférence, qui porte la lumière? C’est le feu. Allumez une bougie, et vous verrez comment cette bougie, dans l’obscurité, vous éclairera. Cette lumière est ce que le livre de la Genèse appelle, Elohim. En d’autres termes, c’est l’unité multiple manifestée. Cette lumière émerge d’Aelohim, la lumière incréée de l’Espace Absolu. C’est pourquoi Lucifer en Latin signifie « porteur de lumière ». C’est la première manifestation, qui est toujours représentée par un Taish תיש, un bouc, car le bouc est le porteur du feu dans nos eaux sexuelles créatrices qui vibrent dans le corps vital entre les genoux et nos organes génitaux.

De plus, faites attention, le 24 Décembre est pendant le signe zodiacale du Capricorne. Vous rendez-vous en compte? Le Capricorne est le signe lié au bouc.

Donc, le Christ est né le 24 Décembre, à minuit, dans le signe zodiacal du Capricorne. N’est-ce pas intriguant?

Qui gouverne le signe du Capricorne? Le Capricorne est gouverné par Saturne. Saturne est lié au Samedi. Le Samedi est lié au Chabbat, le saint Chabbat, le Sabbath. Lorsque nous étudions kabbalistiquement les planètes qui régissent les signes du zodiaque, nous découvrons simplement que Binah, Le Saint-Esprit, la 3e Sephirah de l’Arbre de Vie, est gouvernée par Saturne. Les Évangiles déclarent que le Père du Christ est le Saint-Esprit. Le Saint-Esprit en Sanskrit est Shiva ; dans le Christianisme, c’est la colombe blanche. Il est fascinant de voir comment la planète Saturne se rapporte à Noël.

Quel est l’arbre gouverné par Saturne? Le pin. C’est pourquoi nous constatons que l’arbre de Noël est toujours lié au pin. Le pin, selon Maître Samael Aun Weor, se rapporte au mental. Saturne est le mental. Saturne est appelée « l’Ancien des Jours » ; c’est le Theomertmalogos. Saturne règne sur le Capricorne, le signe du bouc. Saturne est également connu sous le nom de Chronos, dans la mythologie Grecque. Ainsi, nous voyons comment le bouc, le symbole du feu, se rapporte au feu du Saint-Esprit.

Notre physicalité est connue dans l’ésotérisme sous le nom de « terre ». Bien sûr, Saturne est dans le ciel, et sur la terre, c’est pourquoi il est écrit :

ברא-תיש ברא אלהים את השמים ואת הארץ

« Bara-Taish Bara Elohim Ath HaShamayim VeAth HaAretz »

Le feu créateur (bouc) créa Elohim la Shekinah dans le ciel et la Shekinah sur la terre

Donc, évidemment, la terre est la dernière Sephirah, en comptant de haut en bas. Cette 10e Sephirah s’appelle Malkuth, et elle représente notre physicalité, notre matière. Au-dessus, vous trouvez le Saint-Esprit, qui est symbolisé par la colombe, est une trinité, qui dans la Kabbale est appelée Kether-Chokmah-Binah, Père-Fils-Saint-Esprit. Le Père gouverne la tête, le Fils gouverne le cœur et le Saint-Esprit gouverne l’énergie sexuelle, les organes génitaux. C’est ainsi que Père-Fils-Esprit Saint, unis en une seule trinité, fécondent Malkuth, notre physicalité, à travers l’Alchimie. Rappelez-vous que nous parlons ici kabbalistiquement.

C’est ainsi qu’il est écrit que le Christ est le fils du Saint-Esprit et de Marie, qui est Malkuth, notre physicalité. Ici, on parle d’énergies, d’énergies qui créent en nous ce qu’il faudrait créer, quand on connaît l’Alchimie.

C’est ainsi que cela s’explique kabbalistiquement. L’essentiel est le suivant : pour que cette lumière brille à l’intérieur de nous, nous avons besoin de feu, car le feu entre en activité lorsque nous sommes sexuellement unis avec notre épouse, alchimiquement parlant. C’est pourquoi le livre de la Genèse déclare que « la terre (notre physicalité) était sans forme et vide ». Mais que « les ténèbres étaient sur la surface de l’abîme ». C’est vrai. Si vous vous observez, vous verrez que vous êtes sans forme et vide. Vide de quoi? Vide de lumière. Sans forme de quelle manière? Parce que vous n’avez pas l’être humain créé à l’intérieur de vous. Votre physicalité apparaît avec la forme d’un être humain, oui, mais au fond de votre psyché, vous avez de nombreux éléments animaux qui ne devraient pas être là.

La forme humaine, intérieurement, psychologiquement, n’existe pas encore. C’est pourquoi la Genèse déclare : « Et la terre était sans forme et vide. » Pourquoi? Parce que « les ténèbres étaient sur la surface de l’abîme ». En d’autres termes, les ténèbres, dans ce cas, Hoshek חשך, agissent, se manifestent à travers un animal. Nous devons nous comporter, sexuellement parlant, comme un être humain, afin que notre Elohim, mieux dit, l’Esprit d’Elohim, travaille en nous-mêmes. C’est pourquoi la Genèse dit, « et le Ruach Elohim רוח אלהים (l’Esprit d’Elohim) planait sur la surface des eaux. » N’est-ce pas beau?

Le paragraphe suivant dit : « et Elohim a dit : « Que la lumière soit et la lumière fut. » Eh bien, c’est précisément ce que nous devons comprendre. Nous devons faire la lumière, ou mieux dit, notre propre Esprit particulier, Ruach רוח, doit faire la lumière à l’intérieur de nous, car il plane sur la surface de Hamayim המים, les eaux.

Quelles eaux? Dans l’Alchimie, les eaux sont le véhicule, l’habitat du feu, de la lumière. Comprenez-vous que notre physicalité est d’environ 70 % d’eau? Dans de nombreux pays, ils fabriquent de l’électricité, de la lumière, avec la force des eaux. Tout plan d’eau peut dégager de l’électricité. Qu’est-ce que nous avons lié à ce travail? On dit que la polarité positive de l’électricité est liée au liquide céphalo-rachidien ; et la polarité négative des eaux créatrices de la Genèse est liée au liquide génital.

Maintenant, observez comment les polarités positive et négative sont liées aux eaux de la Genèse, dans notre propre Malkuth, le corps physique. Vous savez très bien que les gens communs et ordinaires, lorsqu’ils mélangent leurs eaux sexuelles, dans l’acte sexuel, aboutissent à une grossesse. Neuf mois plus tard, le corps physique d’une autre âme est né. Mais là, on parle d’Alchimie. Ce que nous voulons, c’est la création de l’être humain à l’intérieur de nous. Pour cela, le Ruach Elohim, l’Esprit d’Elohim, doit effectuer cela sur la surface des eaux, ce qui, comme nous l’avons expliqué, se rapporte aux deux polarités, aux deux eaux créatrices que nous avons.

L’homme et la femme unis dans l’acte sexuel peuvent créer cela s’ils savent comment. C’est en relation avec les ténèbres parce que les ténèbres existent à l’intérieur de nous. Il n’y a pas de forme humaine à l’intérieur de nous, nous sommes vides de lumière à l’intérieur. Donc, nous devons faire de la lumière. C’est le tout début. Souvenez-vous qu’il est écrit « et Elohim vit que la lumière était bonne, et il appela la lumière jour, et l’obscurité il l’appela nuit. Et il y avait le soir et le matin du premier jour… »

Habituellement, quand les gens disent que le jour suivant est venu, nous associons normalement cela à la lumière à venir. Mais, ici, nous expliquons que cette lumière sort des ténèbres, selon l’explication que nous avons donnée de la flamme de la bougie : d’abord noir foncé, puis bleu foncé, puis jaune, puis lumière blanche. N’est-ce pas? C’est pourquoi nous sommes dans les ténèbres en ce moment, mais notre Esprit, notre Ruach peut faire la lumière à l’intérieur de nous.

Maintenant, si vous observez comment on écrit le mot « lumière » en Hébreu, vous découvrez que c’est écrit AUR, Aleph-Vav-Resh, Aur. Ce mot Aur אור (« lumière ») nous rappelle le mot Aur-Ora, Aurora, l’Aurora Borealis. L’Aurora Borealis est un magnifique halo de lumière, trouvé autour du pôle nord; dans l’hémisphère sud, ce même phénomène est connu sous le nom d’Aurora Australis ; cette lumière émerge de la Terre. Si vous voyez la planète Terre depuis l’espace, vous voyez comment cette Aurora Borealis ou Australis émergent de la Terre ; en effet, les feux intérieurs de la Terre portent la lumière jusqu’aux pôles, nous donnant la lumière spectaculaire des Auroras. C’est précisément ce que nous devons savoir.

L’Aurora Australis se rapporte au Sud, et ésotériquement à ce que nous appelons les fluides génitaux. Tout le monde a cette énergie dans son liquide génital. Nous devons élever ce fluide, ou mieux dit, cette énergie, vers la tête, qui dans ce cas est le pôle Nord, la tête, afin d’accomplir ce dont nous parlons ici : « et Elohim dit, que la lumière soit, et la lumière fut. » En d’autres termes, nous devons élever la lumière, l’énergie, des organes génitaux jusqu’à la colonne vertébrale, jusqu’à la tête, dans notre physicalité.

C’est ce qui est décrit dans le livre de la Genèse. Beaucoup de gens disent, selon leur interprétation littérale, « Le Soleil et la Lune ont été créés le quatrième jour… alors d’où cette lumière émerge-t-elle le premier jour? » Eh bien, elle sort de la terre ; on l’appelle l’Aurora Borealis. C’est simple.

Si vous voulez répéter la création de cette lumière en vous-même, vous devez apprendre à libérer cette lumière dans votre physicalité, alchimiquement parlant. Comment? En réalisant l’Arcane 24, et en le faisant en Saturne, car Saturne travaille dans notre matière, quand on connaît l’Alchimie, et c’est le mystère du premier jour.

C’est pourquoi les gens qui sont saints, qui ne sont pas comme toutes les bêtes qui forniquent, ils sont représentés avec un halo au-dessus de leur tête. Ce halo représente le fait qu’ils font de la lumière dans leurs ténèbres ; de leurs ténèbres, ils prennent la lumière et s’éclairent. Ils ont, dirons-nous, leurs propres Aurora Borealis particulières, car ils savent sublimer leur Aurora Australis à travers leur moelle épinière, qui est le métier à tisser de la Mère Divine, Marie, Malkuth, Myriam. N’est-ce pas beau?

C’est précisément le mystère de Noël. Ceci est associé au bouc, c’est pourquoi dans l’Évangile il est dit qu’à la fin, il y aura une séparation des boucs avec les brebis. Les bouc représentent ces personnes qui éjaculent le feu ; ils ne se soucient pas de la lumière, l’Aurora Australis, qu’ils portent dans leurs organes génitaux, ou mieux dit, dans les fluides de leurs organes génitaux. Ils aiment expulser ce précieux fluide de leur corps; ils se comportent comme n’importe quel animal. Ce sont les boucs.

Mais, les personnes qui savent sublimer cette Aurora Australis, vers leur cerveau, sont les brebis, elles développent un halo autour de leur tête, et Aurora Borealis, car leur tête est illuminée par la lumière de Marie et du Saint-Esprit. C’est ainsi qu’ils reçoivent le Saint-Esprit, car ils contrôlent le feu des têtes, qui est gouverné par le Bélier. C’est pourquoi il est écrit que Dieu est un feu dévorant. Si Dieu est un feu dévorant, c’est parce que Dieu est feu, représenté dans le règne animal par le Buffle, la brebis et le bouc, par des animaux.

Alors, faites la lumière dans les ténèbres à travers l’Alchimie.

Parlons maintenant de la croix de l’Alchimie sexuelle. Il est écrit:

« Et Pilate (qui représente le mental) a écrit un titre et l’a mis au-dessus de la croix. Et l’écriture était, INRI.

Ce titre a alors été lu par beaucoup de Juifs : car le lieu où Jésus fut crucifié était proche de la ville : et il était écrit en Hébreu (ישוע נצרת, מלך יהודים), et en Grec (Ιησούς από τη Ναζαρέτ, Βασιλιάς των Εβραίων), et en Latin (Iesus Nazarenus Rex Iudaeorum). » – Jean 19 : 19, 20

Ainsi, au sommet du pôle vertical de la croix est écrit INRI (ינרי).

Nous savons déjà que יהוה se rapporte aux quatre mondes de la Kabbale, à savoir :

Atziluth, à la lettre Iod י du saint nom יהוה. Iod י est représenté par Kether, en d’autres termes, Kether, la couronne, contient en lui-même les 10 Sephiroth archétypales et Ath את, tous les archétypes représentés par les 22 lettres de la Kabbale. Les lettres Iod י, Hei ה, Vav ו du saint nom יהוה d’Elohim sont représentés par Kether, Chokmah, et Binah, le premier triangle de l’Arbre de Vie. Le deuxième Hei ה du saint nom kabbalistique יהוה est représenté par l’Aïn Soph.

Briah, aux lettres Iod י et Hei ה dans le monde de la création ; et Yah יה, à savoir, Abba El Hayam, אבא אל-הים et Ama Elah Yam אמא אלה-ים.

Yetzirah, aux lettres Iod י et Hei ה et Vav ו du saint nom יהוה d’Elohim, dans le monde de la formation, et qui représente IAO יהו.

Assiah, le monde de la matière et de l’action, est représenté par la dixième lettre Iod י du saint Ath את, la Shekinah dans Malkuth, Malkah, la Reine. On retrouve ici les quatre lettres Iod י, Hei ה, Vav ו, et Hei ה du saint nom יהוה d’Elohim, selon l’axiome hermétique « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. »

INRI (ינרי)

Les Iod י et le Nun נ de « IN » vibre au-dessus dans Atziluth, dans Kether, la glande pinéale. Le Reish ר et le Iod י de « RI », le feu passionnel, Howah הוה, de Malkuth, notre Assiah ou la physicalité vibre en bas dans nos organes génitaux. Lorsque le feu monte de nos organes génitaux à travers notre moelle épinière et touche notre glande pinéale, la lumière comme un halo brille au-dessus de nos têtes.

La tentation est feu sexuel, ainsi, le triomphe sur la tentation est lumière, en d’autres termes, le Vav ו (notre moelle épinière), l’utérus et le métier à tisser de la Mère Divine (Elah Yam אלה-ים) est « sans forme et vide ; et l’obscurité est sur la surface (des fluides sexuels de Yesod) de l’abîme. »

« Car Iod-Howah Eloeh-Ha יהוה אלהיך dans Malkuth) est un feu dévorant, un Dieu jaloux même (El אל). » – Deutéronome 4: 24

Ainsi, si nous surmontons la passion, un mot qui en Hébreu s’écrit Hei-Vav-Hei (Howah הוה) dans l’acte sexuel ardent, nous élevons le Iod de Malkuth, le feu, vers le cerveau et développons nos propres Aurora Borealis individuelles, puisque l’Esprit d’Elohim plane sur la surface des eaux sexuelles ou des fluides cérébro-spinal et génitaux, pour faire la lumière dans les ténèbres. Comme il est écrit :

« Et la terre était sans forme et vide ; et les ténèbres étaient sur la surface de l’abîme. Et l’Esprit d’Elah-Yam רוח אלה-ים) plana sur la surface des eaux. » – Genèse 1 : 2.

Concernant le Theomertmalogos émergeant de l’Absolu Solaire, Maître Samael Aun Weor a dit:

« Si le Logos jailli du divin inconnaissable, le Diabolus lui a donné la liberté de le faire… » – Samael Aun Weor

Le Diabolus Grec, dans ses profondeurs, est le Lucifer Latin, le reflet du Logos à l’intérieur de nous, celui qui donne cette pulsion sexuelle instinctive. Ainsi, en dominant la pulsion sexuelle, on obtient le coup de lance dans le dos de Diabolus, alors on s’élève de degré en degré à travers le corps même du seigneur Diabolus.

« Mais pour cela il faut polir le sacrement de Romae (anagramme Latin pour Amore, Amour) il faut blanchir l’airain. L’airain ne peut pas devenir blanc si l’on n’affine pas le sacrement de l’église de Rome, avec l’exigence de travailler sur les agrégats psychiques inhumains que nous portons à l’intérieur ; il faut les détruire avec la lance de Longinus.

Les tridents marquent exactement les degrés de perfection atteints par le raisonnement objectif. Si un humain a seulement cinq tridents, il sera fait à l’image et à la ressemblance de l’Éternel ; si cinq tridents apparaissent sur ses cornes sur son front, c’est évidemment un humain fait à l’image et à la ressemblance du Créateur, mais pas une âme humaine vivante. Une âme humaine vivante, je le répète, porte six tridents sur ses cornes. On sait très bien ce qu’est un trident : la fourche à trois pointes. Bien, Lucifer a des cornes, elles sont portées par le Lucifer Intérieur que chacun de nous a à l’intérieur ; Lucifer est le reflet du Logos. En principe ce Lucifer est le fameux Diabolus Grec, noir comme du charbon. Quand on détruit l’ego, alors ce Diabolus (un archange de lumière) s’intègre avec nous. Il fait de nous des archanges, il gardera aussi ses cornes d’argent, les cornes d’argent des hiérophantes. Le nombre de tridents indique le degré de progression du hiérophante. » – Samael Aun Weor

Pour travailler avec le Diabolus Grec qui est le Lucifer Latin, nous devons développer notre propre Moïse particulier, qui représente le corps de la volonté ou le corps causal. Tout le monde n’a pas Moïse, en tant que corps causal solaire.

« Normalement, dans le monde des causes naturelles (le monde causal), on découvre des millions d’enfants. Oui, ces enfants sont, disons, les âmes humaines de millions de personnes, parce que chaque personne a sa propre partie humaine et psychique dans le monde des causes naturelles. Mais ces « petites âmes » —pardonnez-moi l’insigne, ce que je fais intentionnellement, dans un but précis — ne se sont pas encore développés, puisqu’elles n’ont pas, à proprement parler, le corps des causes naturelles, le corps causal ; elles n’ont pas encore acquis la stature d’un humain causal. Si je disais que ces enfants ou « petites âmes » sont des « fantômes causaux », je donnerais une idée pâle, une idée très lointaine, en effet, de ce qu’ils sont réellement, car on ne pourrait, en aucune façon, appeler « fantômes » les âmes causales, car ce sont des créatures bien réelles ; mais ces enfants n’ont pas non plus atteint l’état d’« humains causaux ».

L’humain causal est l’humain causal ; l’humain causal est celui qui possède un corps causal, qui l’a fabriqué ; un humain causal y vit en tant qu’humain réel, non pas en tant qu’élément simple, mais en tant qu’humain ; il a une personnalité complètement définie, la personnalité causale… » – Samael Aun Weor

Alors soit on crée des boucs, soit on crée Elohim, parce que, Bara-Taish Bara Elohim ברא-תיש ברא אלהים.

Soyons plus précis pour mieux comprendre ce qui est dit. Jésus a dit :

« Vous êtes de votre père le Diabolus (διαβόλους), et vous ferez les luxures de votre père. Il était un meurtrier (ἀνθρωποκτόνος – anthrōpoktonos) depuis le commencement (« créa un bouc » Bara-Taish ברא-תיש), et ne demeurait pas dans la vérité, car il n’y a pas de vérité en lui (celui qui atteint l’orgasme). Quand il dit un mensonge, il parle de lui : car il (le fornicateur) est un menteur, et (son ego ou Diabolus) le père de celui-ci. » – Jean 8 : 44

Rappelez-vous, le Diabolus Grec est le même Lucifer Latin, le reflet du Logos à l’intérieur de nous, celui qui donne la pulsion sexuelle instinctive. Ainsi, en dominant la pulsion sexuelle, nous développons Moïse à l’intérieur de nous. Comme il est écrit :

« Et il y eut un feu masculin (איש) de la maison de Lévi, et prit pour femme une fille de Lévi. Et le feu féminin (אשה) conçut et enfanta un fils (dans la moelle épinière) : et quand elle vit qu’il était un bel enfant, elle le cacha trois mois. » – Exode 2 : 1, 2

Malkuth, Mtzarimah מצרימה, Égypte, est Assiah, notre physicalité, l’habitat de la dixième lettre, le Iod י de יהוה. Les lettres Hei-Vav-Hei הוה forme un mot qui se prononce Howah הוה.

Howah הוה est le feu passionnel de nos organes génitaux caché dans le Iod י, qui est soit le spermatozoïde, soit l’ovule dans Malkuth, notre physicalité.

Malkuth (notre physicalité) a un principe vital supérieur appelé le Corps Vital ; notre physicalité, en dernière synthèse, est tétradimensionnelle. Le spermatozoïde ou l’ovule nagent dans le tattva Akash dans les fluides cérébro-spinaux et génitaux, qui sont la synthèse finale de l’ensemble du métabolisme réalisé par le cinquième aspect de notre Mère Divine Kundalini. Maître Samael Aun Weor a dit:

« Quand j’ai voulu explorer, investiguer, me renseigner sur l’origine de ces pouvoirs et forces sexuels, je me suis retrouvé face à face avec la magicienne élémentale, avec ma Mère Divine Kundalini dans son cinquième aspect.

Certes, je l’avais vue. Elle avait la taille d’un gnome ou d’un pygmée, très petite et très belle…

Elle était vêtue d’une tunique blanche et d’une longue cape noire qu’elle traînait par terre. Sa tête était recouverte d’un cornet magique très spécial.

À côté de l’une des deux colonnes symboliques de la maçonnerie occulte, la Bien-Aimée m’avait commandé une nouvelle descente dans la « Neuvième Sphère » (le sexe)…. Le cinquième aspect de Devi Kundalini nous accorde la puissance sexuelle, la force instinctive naturelle, etc. » – Samael Aun Weor

Le corps vital est un corps thermo-électrique bleuté qui vibre dans Yesod, la neuvième Sephirah de l’Arbre de Vie, et est gouvernée par la lune. Les Tattvas sont liés au corps vital de la manière suivante :

Noms des Tattvas

Akash est le principe de l’éther. Dans le corps vital, de la racine de notre nez jusqu’au sommet de notre tête ; il vibre avec le mantra Ha.

Vayu est le principe éthérique de l’air. Dans le corps vital, de la racine de notre nez au cœur ; il vibre avec le mantra Ya.

Tejas est le principe éthérique du feu. Dans le corps vital, de notre cœur au nombril, il vibre avec le mantra Ra.

Apas est le principe éthérique de l’eau. Dans le corps vital, de notre nombril aux genoux, il vibre avec le mantra Va.

Prithvi est le principe éthérique de l’élément terre. Dans le corps vital, de nos genoux à nos pieds, il vibre avec le mantra La.

Nous devons apprendre à libérer le feu du Iod י et le sublimer jusqu’au cerveau dans l’acte sexuel même en vocalisant les mots mantriques Hébreux suivants donnés par Moïse dans nombres 10 :35, comme suit :

מקוה מינית – Mikvé Minit – Bain Sexuel

קומה – KuuuuuuMaaaaaahhh

י-הוה – IiiiiiiOoooood-Hooowaaaahhh

ויפצו – Vaaaaiiiaaafuutzuuu

איביך – AaaiiibeeeeeHaaaaaa

וינסו – Vaaaaiiiiannnuuussssuuuu

משנאיך – MmmmiiiiisssssaaaannneeeeHaaaaaa

מפניך – MmmmmmiiiiiipaaaaannnnneeeeeHaaaaa

Traduction : « Lève-toi, Iod י de ma passion Howah הוה (vers mon cerveau) – et que les ennemis de mon père soient dispersés, et que ceux qui le haïssent s’enfuient devant sa face. » – Nombres 10 : 35

Il n’est pas inutile de dire que le mantra « Mi מי » vibre dans le liquide céphalo-rachidien et le mantra « Mah מה » dans le liquide génital. Mi מי est l’habitat d’Aish – איש et Mah מה est l’habitat d’Asha – אשה dans les corps masculins ou féminins. C’est pourquoi l’Esprit d’Elohim plane sur la surface de – המים, Hamayim – les eaux.

Merci beaucoup.

Catégories : Kabbale de la Genèse