Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Les Temps Lémuriens

Des races entières vivent en état de Jinn. Au temps d’Artaxerxès, il y a eu le cas, eh bien, en Perse, d’une tribu qui y est apparue, une tribu très étrange.

Étudiant : Maître, la quatrième verticale est-elle aussi appelée la quatrième coordonnée?

Samael Aun Weor : Quatrième coordonnée, ou quatrième dimension… Eh bien, cette tribu vivait dans leurs maisons (triomphantes, victorieuses), puis Artaxerxès a décidé de les soumettre, de les remplir d’impôts et de les dominer, et a envoyé des gens pour les soumettre à son sceptre. Mais quand les gens sont venus les chercher, chercher cette race, cette race avait disparu : il n’y avait plus ni maisons ni rien à l’endroit où ils étaient.

Cependant, Artaxerxès a reçu des cadeaux très étranges, envoyés par les gens de cette race. Il reçut des plumes d’aigle, qui avaient leur signification ; cela signifiait que tant qu’il ne possédait pas l’élément air, il ne pourrait pas les maîtriser. Il a reçu quelque chose qui signifiait que jusqu’à ce qu’il maîtrise l’élément de l’eau, il ne serait pas capable de les maîtriser. Il a reçu une taupe, ce qui signifie que tant qu’il n’a pas gouverné l’élément terre, il ne pourrait pas les gouverner. Et il a aussi reçu une salamandre (quelque chose qui représentait le feu, ou quelque chose qui représentait une salamandre, qui est le feu, n’est-ce pas?), ce qui signifiait que tant qu’il ne maîtrisait pas le feu, il ne pourrait pas les maîtriser pour qu’ils puissent se soumettre à lui. Ils ont exigé le contrôle du feu, de l’air, de l’eau et de la terre. Le jour où il atteindrait cette domination, ils se soumettraient volontiers à son sceptre. Pas avant, car ils ne reconnaissaient pas son autorité.

Qu’a fait ce grand seigneur, ce grand roi? Il a fermé sa bouche; il n’avait pas le choix! S’il ne maîtrisait pas les éléments, qu’allait-il faire? Voyons voir…

Étudiant : Dans cette quatrième coordonnée, les lois qui régissent cette quatrième coordonnée, sont-elles les mêmes que dans cette troisième dimension, ou les gens peuvent-ils voler et surmonter la loi de la gravité?

Samael Aun Weor : Les lois sont différentes, car dans la quatrième verticale, vous pouvez flotter avec un corps de chair et de sang, et tout. Dans la quatrième verticale, les lois sont différentes ; c’est clair.

Étudiant : Maître, je comprends qu’ici, dans la forêt de Chapultepec, il y a un temple en état de Jinn. Pouvez-vous faire passer n’importe quel frère ou sœur (pas comme vous l’avez fait là-bas dans la pyramide, mais avec le corps physique) à ce temple?

Samael Aun Weor : Oui, on peut, quand les membres du temple l’autorisent ; car nous n’allons pas défoncer les portes du temple, n’est-ce pas? Vous devez d’abord avoir l’autorisation…

Étudiants:…

Samael Aun Weor : Comme ce serait intéressant! Mais voyons…, tout cela a ses lois; On n’a pas le droit d’entrer dans le temple de Chapultepec s’il n’est pas dûment autorisé au préalable, et pour être autorisé, eh bien, il faut le mériter, n’est-ce pas? C’est un temple de la quatrième verticale ; c’est tout.

Maintenant, mettre quelqu’un dans la quatrième verticale, ce n’est pas si difficile, ce n’est pas si difficile. Avec un peu de pratique, cela peut être fait. Tout ce qu’il faut, c’est un peu de foi, de foi, beaucoup de foi. On se couche alors dans son lit, sur le côté gauche, on pose sa tête sur la paume de la main gauche, on surveille le sommeil et on invoque alors Harpocrate ; on l’invoque avec son mantra : harpo-crat-is. C’est comme ça qu’on l’invoque, et puis, eh bien, attendez un peu…

Lorsqu’on est couché sur le côté, on doit être placé sous la forme ou la figure que le poussin a à l’intérieur d’une coquille, à l’intérieur d’un œuf.

Sur le bureau ou la table de chevet qui se trouve à côté du lit, il faut poser, justement, la coquille d’un œuf de poule peint en bleu. Et imaginez que l’on est à l’intérieur de cet œuf ; et invoquez Harpocrate.

Quand on commence à ressentir beaucoup de « démangeaisons » dans le corps, le moment est venu! Il y a une tendance à se gratter; mais ne grattez pas. Et si vos mains, vos jambes et votre corps commencent à gonfler, c’est parce que vous entrez déjà dans la quatrième verticale.

Quand ça ressemble à ça, comme gonflé, eh bien, sortez du lit avec une vraie foi, et allez vous promener (en vous dirigeant vers la porte) en disant : « har-po-crat-is, aidez-moi parce que je pars avec mon corps »…

En quittant la chambre, ou avant de partir, on fait un petit saut avec l’intention de percer la quatrième verticale, d’entrer de plein pied dans la quatrième dimension, et si on flotte, c’est qu’on est prêt ; alors sortez de là, sortez de la maison, et allez avec le corps de chair et d’os, à travers la quatrième dimension, où vous voulez aller ; pas de problème, rien de mal.

Étudiant : Sort-on habillé?

Samael Aun Weor : Bon, d’habitude on sort en pyjama, n’est-ce pas? Pour cette raison, avant de sortir de la maison, il est conseillé de faire d’abord le test : faire le petit saut, pour voir si on flotte ; car ce ne serait pas très agréable de sortir en « sous-vêtements » dans la rue. Non, on fait d’abord le test, à l’intérieur, pour voir si on flotte, et si on flotte, alors on se paie le luxe de partir. Si on ne flotte pas, c’est qu’on n’est pas « entré » dans la quatrième verticale ; alors on retourne dans notre lit et on recommence l’expérience. C’est facile!

Étudiant : Et pour revenir, on ne reste pas là?

Samael Aun Weor : Pour revenir? Eh bien, il y a une loi dans la quatrième verticale, qui parfaitement…, une loi parfaitement stipulée par Lavoisier : « tout revient à son point de départ initial ». Dans la quatrième verticale, cette loi est pleinement remplie : on revient au point de départ initial…

J’ai, par exemple, fait de nombreuses expériences (dans mon existence actuelle) pour apprendre à voyager avec le corps physique à travers la quatrième verticale.

J’ai même compté jusqu’à 15 sorties infructueuses en une nuit. Ce truc de devoir quitter ma chambre après avoir fait un avec vos sarapes ou couvertures bien chaudes et on est sorti dans le patio de la maison, et même il pleuvait d’ailleurs, vous croyez que ça ne coûte pas un sacrifice, jusqu’à ce que je vienne attraper une pneumonie? En pur « pyjama » et tout ça, je commence à sauter et rien; et sauter et nager, retour au lit.

Mais, dans l’une de ces nombreuses sorties, je suis sorti; j’ai sauté et « sooooo! », je flottais dans les airs et j’ai dit: ehhh!… [rires]……je flottais, j’étais sur la photo, eh bien, comme ça je vais regarder comme dans les djinns, ben…, [rires] total que dans la quatrième verticale je flottais et déjà flottant, j’ai pu aller, parfaitement, là où je voulais…

Encore une fois, j’ai commencé à appeler des djinns, pour m’aider (dans la quatrième verticale il y a des gens qui vivent, des races entières) ; et j’ai appelé certaines personnes djinns (des mondes djinns, parmi ceux des pays djinns), pour qu’ils viennent m’aider.

Toute la nuit sainte (moi là, allongé sur le côté, la tête appuyée sur la paume de ma main), appelant ces gens des états djinns, pour qu’ils viennent.

Enfin, vers deux ou trois heures du matin, alors que j’éprouvais un état de laxisme très particulier, quelqu’un me toucha le bras. Je regarde encore, et je vois une dame qui est là, jeune, et elle me dit : « Eh bien, levez-vous! »

Et moi, comme ça, je me réveille (comme je le suis en ce moment), et je me lève? Mais comme je suis un homme de foi, eh bien, je me suis levé de mon lit, je me suis levé.

Alors je vois, avec étonnement, qu’à une petite table qui était là avec des chaises, à l’intérieur de la chambre, il y avait deux autres dames, assises autour de la table. Donc, avec elle, elles étaient trois.

Elles avaient des cartes du Tarot; et par le biais du Tarot, elles s’étaient consultées sur laquelle allait porter la responsabilité de m’emmener en Europe. Bien sûr, la « chance » est tombée sur celle qui m’a appelé, c’est pourquoi elle m’a appelé. Puis elle m’a dit : « Je dois vous emmener… »

« J’apprécie vraiment cela. »

Puis elle a dit : « Sortons!… »

Ce que j’ai remarqué, à mon grand étonnement, c’est qu’elle m’a emmené ici……comme pour m’aider à tenir le coup, n’est-ce pas?

J’ai marché, j’ai traversé un patio, j’ai pris un long couloir, j’ai ouvert la porte, je suis sorti dans la rue. Ouvrir la porte n’a pas ouvert la porte physique. Quelle porte a été ouverte? La contrepartie de la porte physique…

Alors, je suis sorti dans la rue. J’ai dit: « eh bien, je serai le seul, seul, à passer par la quatrième verticale. » Et grand fut mon étonnement quand je sors, et découvre que beaucoup d’autres personnes (hommes et femmes) vivent dans la quatrième dimension, avec un corps de chair et d’os…

Étudiant : Maître, et ceux qui sont en corps astral ne voient pas cet état?

Samael Aun Weor : Oui tout; là « ils sont mêlés » les vivants et les morts et le monde entier. Eh bien, dans l’ensemble, alors, j’ai commencé à marcher dans ces rues; mais cela m’a procuré, franchement, une grande joie (c’était un de mes premiers voyages, avec un corps de chair et d’os, dans la quatrième dimension). Cela m’a donné tellement de joie que j’ai décidé de flotter jusqu’aux nuages, puis, de là, de plonger au-dessus des maisons comme un avion. Mais, j’ai dû arrêter ces bouffonneries, ces jeux violents, et tout, quand la dame m’a rappelé à l’ordre. Elle m’a dit : « Monsieur, j’ai une grande responsabilité morale envers vous. Si vous continuez avec ce comportement, eh bien, vous allez vous tuer, vous pouvez vous tuer ; rappelez-vous que vous portez votre corps physique, vous pouvez vous tuer. Bien que vous soyez ici dans la quatrième dimension, vous pouvez vous tuer si vous continuez avec votre comportement.

« D’accord », dis-je, « vous avez raison ». Alors, j’ai continué à voyager avec elle et nous sommes arrivés à New York.

Là, dans un appartement d’un de ces gratte-ciel de New York, un autre gentleman nous attendait (il apprenait aussi à gérer les états djinns). Quand nous sommes arrivés, nous nous sommes salués, car cette dame me l’a présenté. Nous sommes devenus amis et puis, non seulement elle m’a emmené ici, mais lui aussi, elle a dit : « traversons l’océan! »

J’ai pensé : « En chair et en os, à cette heure de la nuit, et en traversant l’Océan Atlantique? » Pendant un instant, en quelques secondes, une idée m’est venue : « Et si nous quittions la quatrième dimension maintenant, et ici, au milieu de l’océan? Si nous perdions cet état djinn, comment resterions-nous là-bas, à cette heure de la nuit et au milieu de l’Océan Atlantique, en direction de l’Europe? »

Eh bien, nous avons continué à voyager jusqu’à ce que nous atteignions les plages d’Europe. À cette époque il y avait la seconde guerre mondiale…, la seconde guerre mondiale…

Eh bien, nous avons traversé certaines terres d’Europe (on pouvait voir la barbarie de la seconde guerre mondiale, qui était terrifiante). Alors cet ami m’a dit : « Ici, nous devons être très prudents, parce que nous sommes à l’intérieur de la quatrième dimension et nous ne portons aucune pièce d’identité, ni passeport, ni aucune de ces choses qui sont utilisées dans le monde tridimensionnel. Si malheureusement, nous perdons l’état Jinn ici », me dit-il, « nous tomberons ici dans ces terres et ici, ou ils nous mettront en prison, ou ils nous tireront dessus. Nous sommes au milieu d’une guerre mondiale, ici nous perdons nos vies ; nous devons être très prudents… »

Étudiant : Et cela dépend de soi, de ne pas perdre cet état Jinn?

Samael Aun Weor : Oui, cela dépend de soi d’être prudent, surtout à l’approche où il y a des pointes d’acier, des objets métalliques, du fer, car c’est très dangereux…

Alors, je lui ai dit: « Eh bien, marchons prudemment… »

Alors, cette dame nous a conduits jusqu’à ce qu’elle entre dans une maison en Europe, où une autre personne l’attendait, l’attendait aussi. Nous sommes restés là tous les deux, à converser un peu. Et il m’a dit : « Je ne sais pas ce que je vois en toi, m’a-t-il dit, mais en toi il y a un peu de science, un autre un peu de philosophie et beaucoup de magie.

Et je lui ai dit : « Tu as raison », je lui ai dit : « Je suis Samael Aun Weor… »

Nous avons attendu que cette dame fasse sortir une autre personne qui attendait là (une humble couturière qui étudiait les sciences djinns). Nous avons attendu patiemment, jusqu’à ce qu’elle la sorte, et maintenant elle est sortie aussi. Après cela, nous avons continué notre voyage et je suis allé là où je devais aller : dans un endroit secret de la vieille Europe. Je suis arrivé là où je devais aller, et après avoir été là où je devais être (ce qui est un « secret d’état »), puis, sur le chemin du retour, nous sommes revenus tranquillement à la maison à travers l’espace ; je suis retourné et je me suis allongé sur mon lit et tout, parfaitement.

Le voyage était merveilleux!

Étudiant : Maître, le temps de la quatrième verticale, comment se combine-t-il avec le temps de la troisième? Vous êtes arrivé ici le même soir?

Samael Aun Weor : Eh bien, franchement, je me fichais de regarder l’horloge. Parce qu’au milieu de l’expérience, on ne se souvient plus de la petite montre, on l’oublie, n’est-ce pas? Je sais seulement que le voyage a été long et qu’il a été merveilleux, très merveilleux…

J’ai aussi pu montrer que l’essentiel est la foi.

Pour cette raison : à une certaine occasion nous étions dans une maison, dans une ville au climat chaud, et comme c’était un climat très chaud, eh bien, là, la Maîtresse Litelantes a dormi sur son lit et j’ai dormi simplement sur le plancher, simple plancher, sur le sol, pour faire mes expériences djinns.

Je n’ai posé qu’un oreiller sur le sol, pas même une natte ; car je ne voulais pas de tapis, la chaleur était insupportable. Je voulais avoir un peu de fraîcheur par le sol (vous savez que dans les pays chauds c’est comme ça : dans les climats très chauds, on cherche le sol, parce que comme ça on obtient un peu de fraîcheur).

Eh bien, je me suis consacré à mon travail de concentration : regardant attentivement le rêve et profitant des premiers détails du rêve qui ont émergé, pour pouvoir me lever et saisir la quatrième verticale.

Maîtresse Litelantes (qui fume, ou fume encore de temps en temps), a pris ses grosses bouffées de fumée et m’a regardé depuis son lit, car elle était éveillée. Je ne saisissais pas complètement l’état de djinn, à ce moment-là, parce que je manquais de sommeil (ou quoi que ce soit), mais j’étais plein de foi.

Je me suis levé du sol où j’étais allongé, à ce moment plein de foi, j’ai dit : « Je vais dans la rue!.. »

Quand elle a vu que j’allais dans la rue, même pas en pyjama mais en sous-vêtements et cette chemise, n’est-ce pas? « Je vais dans la rue!… » Alors elle m’a dit : « Mais comment cet homme va-t-il aller comme ça, en sous-vêtements dans la rue? Alors elle, tout de suite, elle s’est précipitée vers la porte, elle a dit : « Attends une minute!, où vas-tu? »

Mais comme j’étais à ce moment-là, eh bien, pleine de foi, je lui ai dit : « Bouge! Et j’ai ouvert la porte et je lui ai même donné un coup de pouce comme ça, j’ai ouvert la porte et je suis sorti; et en la quittant, elle a dit: « Homme! » Il y avait un bar en face et la rue était pleine de monde, parce qu’il n’était pas tard le soir, n’est-ce pas? Elle a dit : « La police va attraper cet homme et le mettre dans le bateau… »

Oui monsieur, je suis parti. Elle s’est penchée pour voir en m’appelant : « Où vas-tu, comment vas-tu faire comme ça? »

J’étais toujours intrépide, j’allais aussi loin que j’allais, plein de foi, et c’est tout. Ce que je pouvais, je pouvais, parce que je devais être capable. Pourquoi? Eh bien, « à cause de ma fermeté », je devais être capable, n’est-ce pas? Simplement parce que je n’admettrais pas que je ne pourrais pas…

J’ai marché un pâté de maisons oui, et elle me regardait, jusqu’à ce qu’à un pâté de maisons, je disparaisse.

Eh bien, sur le bloc, j’ai sauté comme ça, mais avec une foi absolue, et la foi était si énorme, que je suis entré dans la quatrième verticale et je suis allé là où je devais aller (à un certain endroit, où je devais aller). J’ai flotté au-dessus de cette ville, cette petite ville, et je me suis dirigé là où je devais aller…

Au bout d’un moment… Ah! Quand elle a vu que j’avais disparu, elle a dit : « Je vais fermer la porte ; et à cet homme, qui sait ce qui lui arrivera. Elle ferma la porte et la verrouilla avec une poutre. Avec ces vieilles poutres qui n’avaient pas besoin de tant de petites clés mais d’un morceau de bois comme ça, pour verrouiller la porte, n’est-ce pas? Quelque chose de grossier, de poutre lourde.

Elle attendait impatiemment de voir ce qui allait se passer. Quand au bout d’un moment (« environ une heure », dit-elle), elle a été étonnée de me voir à nouveau allongée sur le lit. Parce que quand je suis revenu, peu importait que la porte soit fermée (puisque j’étais passé par la quatrième verticale, je l’ai traversé) j’arrivais et me recouchais. Quand elle s’est retournée, elle m’a revu là ; elle était étonnée. Parce que même avec la porte fermée, je suis passé par la porte…

Mais remarquez comment je suis entré en état de djinn : oui, il n’y avait même plus de rêve à ce moment-là, mais une foi pure, rien de plus qu’une foi absolue, sans l’ombre d’un doute. Ce que j’ai fait… pour faire une de ces choses, il faut trois choses, pas une : soit être dans un état d’extase, soit ivre de sagesse, fou… [rires].

Étudiant : Maître, quiconque vous a vu dans cette dimension allait vous voir dans ce costume?

Samael Aun Weor : Ben oui, je ne m’habillais certainement pas très bien… [rires], mais j’y suis allé! Et c’était l’important.

Étudiant : Maître, quelle conclusion une expérience vous donne-t-elle, par exemple? Laquelle est la suivante : une nuit, disons, le corps physique dort, mais à un certain moment il y a une vibration tellement énorme qu’on consciemment…., disons que le corps dort, mais il vient un moment quand la vibration énorme, énorme se fait sentir, alors, à ce moment-là, j’ai voulu exposer, ordonner, disons, leur demander de l’enlever, vous voyez? Parce que j’essayais d’atteindre, disons, l’astral, vous voyez? C’était…, je me suis endormi, disons, c’était à peu près le moment où j’ai réalisé que je sentais la vibration, mais je ne me souvenais pas que j’étais endormi, mais j’ai senti la vibration, et puis j’ai pensé que c’était l’astral ou qui allait arriver. Alors, j’ai demandé, j’ai demandé et j’ai demandé de pouvoir sortir en astral.

Samael Aun Weor : Alors, tu n’es pas sorti?

Étudiant : Non… [rires].

Samael Aun Weor : Eh bien, tu as perdu ton temps, homme, pas question. Tu dois continuer à faire des expériences pour apprendre comment sortir ; mais il faut apprendre à sortir. Maintenant, sort avec le… aha!…

Étudiant : Cette vibration…, une vibration dans tout le corps, énorme, formidable, toute une vibration…

Samael Aun Weor : Eh bien, tu n’as tout simplement pas fait l’effort. Tu as dû te lever de ton lit. Parce que quoi? T’attendais-tu à ce qu’ils viennent, te prennent dans leurs bras, puis te placent à un autre endroit et te donnent également un « milkshake » au chocolat? [rires].

Il est donc nécessaire de faire votre part, de vous lever, de vous lever, de commencer à marcher plein de foi, et tout; alors oui, « Frappe avec ton bâton pendant que tu supplie ton Dieu. »… action! C’est ce qu’il faut. Ah!…

Étudiant : Alors, est-ce qu’on ne peut pas sortir en état de djinn si on ne sait pas sortir en corps astral?

Samael Aun Weor : Beaucoup apprennent à voyager avec un corps de chair et de sang et apprennent ensuite à sortir en astral.

C’est facile! Sortir en chair est facile. Maintenant, il y a des gens qui ont du mal. Ils savent qu’il y a quelque chose, car quand on fait beaucoup d’expériences et qu’on n’y arrive pas, et qu’on veut finalement y arriver, je vais leur dire : on se concentre sur les sept puissances.

Je ne fais pas référence aux sept génies planétaires, non ; mais à un groupe de maîtres qu’on appelle « les sept puissances », avec le mantra mueresiranca, mueresiranca, mueresirancaaaa. C’est comme ça qu’il faut le chanter : mueresirancaaaa ; que les sept puissances viennent, qu’ils viennent; on les supplie avec notre cœur de venir et les supplie de préparer notre corps ; alors les sept puissances nous le préparent…

Mais ce travail doit être fait chaque nuit; continuer, encore et encore, pendant au moins un an. Quand on a eu du mal à travailler pendant au moins un an, travailler comme ça, un an au moins. Déjà après qu’on considère que son corps est prêt, alors on se consacre à retravailler avec les états djinns, jusqu’à ce qu’on l’obtienne.

Travailler avec Harpocrates me semble le mieux. Parce qu’il s’avère qu’Harpocrate est une divinité qui gère une variante de la force Christique, il gère les états djinns. Partout où il y a un temple djinn, la force Harpocratienne est là ; partout où il y a une personne qui entre en état djinn, il y a la force Harpocratienne. Mais il faut savoir prononcer le mantra.

Le nom d’Harpocrate est Harpocrate ; mais en tant que mantra c’est har-po-crat-is, har-pocrat-is, et puis on se concentre…, har-po-crat-is (là je l’enregistre sur ce magnétophone, pour que ça résonne)…

Étudiant : Maître, chaque fois que qu’on invoque les sept puissances, est-il essentiel qu’on le fasse avec ce mantra?

Samael Aun Weor : Non non non; les sept puissances sont avec le mantra mueresiranca.

Étudiant : Est-ce qu’un autre mantra est utilisé?

Samael Aun Weor : Non, c’est juste cela…

Étudiant : Ainsi, si, par exemple, dans un rituel, les sept puissances sont invoquées et qu’un autre mantra est utilisé, alors ils ne viennent pas?

Samael Aun Weor : Non, il n’est utilisé dans aucun rituel. Je ne sais pas, à moins que vous ne l’utilisiez dans un rituel.

Étudiant : Non, c’est pourquoi je demande?

Samael Aun Weor : Non, pour les sept puissances, le mantra mueresiranca est utilisé pour les appeler; et vous pouvez les appeler pour préparer votre corps afin de sortir en état Djinn. Alors, ils préparent votre corps, ils le préparent pour vous. Et il faut se servir de bains, d’herbes aromatiques ; prendre des bains…

Étudiant : Maître, ce processus peut être fait mentalement aussi bien que verbalement, n’est-ce pas?

Samael Aun Weor : Comme vous voulez. En tout cas, le mantra mueresiranca, est merveilleux. Il sert à préparer le corps, pour que le corps soit préparé… aha!

Étudiant : Maître, vous dites qu’on se baigne avec des herbes aromatiques, n’est-ce pas?

Samael Aun Weor : Oui, les bains aux plantes aromatiques aident beaucoup.

Étudiant : Comme lesquels?

Samael Aun Weor : Bon, il y a l’eucalyptus, il y a la menthe, il y a l’oranger, il y a la camomille, etc. les plantes aromatiques! Et on choisit des plantes qui ont de l’arôme, des plantes aromatiques ; ils vous aident à préparer le corps…

Étudiant : Les gringos faisaient déjà une expérience pour mettre un vaisseau dans la quatrième coordonnée, d’après ce qu’ils disent……et ils ont mis l’équipage ; qu’ils ont réussi à faire quelque chose mais non…

Samael Aun Weor : Pour adapter un vaisseau à la quatrième verticale, le vaisseau devait être fabriqué selon la physique tétradimensionnelle; vous devez fabriquer un vaisseau tétradimensionnel.

Et pour faire une physique tétradimensionnelle, il faut avoir une géométrie tétradimensionnelle. Et pour faire une géométrie tétradimensionnelle, il faut dessiner la quatrième verticale sur le papier.

Ainsi, lorsque vous dessinez la quatrième verticale, vous pouvez élaborer la géométrie tétradimensionnelle, et avec elle, élaborer une telle physique, par laquelle vous construiriez des vaisseaux tétradimensionnels pour voyager, dans la quatrième dimension, à travers l’espace infini.

Étudiant : Maître, j’ai lu un jour que pendant la Seconde Guerre Mondiale, des expériences avaient été menées avec des dispositifs à ondes, pour tracer, disons, un nouveau type d’arme, pour désintégrer la matière psychique de l’être humain…

Samael Aun Weor : Eh bien, c’est absurde, ce n’est pas possible. Sans appareil physique, ou sans onde physique, n’importe qui peut désintégrer la matière psychique.

Étudiant : Je pense que c’est M. Lobsang Rampa qui a dit cela à propos des Allemands, ou des Juifs, qui ont parlé d’inventer cet appareil pour tuer, dirions-nous, la matière psychique, pour détruire les humains, mais pas dans la partie physique.

Samael Aun Weor : C’est difficile et impossible. Vous pouvez détruire la partie physique, mais pas la partie psychique. Par exemple l’ego, qui va détruire l’ego? Pas soi-même avec son propre mental ne peut le détruire ; seulement la Mère Divine Kundalini peut le détruire…

Étudiant : Eh bien, maître…

Samael Aun Weor : …la personnalité qui peut être rendue visible et tangible à distance. Vous pouvez le faire, il y a des personnalités……c’est-à-dire plutôt le double, le double de vous; c’est le double de votre personnalité physique ; ce double peut se transporter et parler à votre femme, et elle peut vous voir. Tout le monde a un double…

Étudiant : Et ce n’est pas le corps astral?

Samael Aun Weor : Non.

Étudiant : N’est-ce pas une forme du mental?

Samael Aun Weor : Non, le corps physique a son double, un double physique, atomique, physique qui peut être rendu visible et tangible à distance.

L’astral a aussi son double ; une fois j’ai attrapé un double : le double de la maîtresse Litelantes j’ai pu l’attraper. Et après que je l’ai attrapé, elle aussi est venue dans l’astral et je lui ai présenté son double : « voilà j’ai ton double, regarde-le »… Elle a regardé ce double ; le double la regardait comme ça, comme si elle évitait la vue… Tout corps a un double.

Étudiant : Maître, après la mort du corps physique, que se passe-t-il?…

Samael Aun Weor : Eh bien, il se désagrège…

Étudiant : Maître, mais ce double est celui qui fait le contraire des actions que l’on fait?

Samael Aun Weor : Non, non, non, c’est un double atomique ; c’est cela; je dirais : « antimatière ». Je qualifierais ce double d’« antimatière ». Parce que tout comme la matière existe, l’antimatière existe ; de même que l’atome existe, l’anti-atome existe ; comme le neutron existe, il y a l’antineutron, l’anti-étoile…

Le double, je dirais que c’est physique, que c’est de l’antimatière, avec des charges électriques en sens inverse. Il est prouvé que l’antimatière existe, qu’elle a des charges électriques en sens inverse.

Étudiant : Mais vraiment, il y a des gens exactement comme soi, ce qu’ils appellent un « sosie »?

Samael Aun Weor : Il y en a aussi, ils existent aussi…

Étudiant : … sont-ils disponibles dans un pays?…

Étudiant : Lobsang Rampa parle de la façon dont parfois une essence a deux corps…

Samael Aun Weor : C’est ce que dit Rampa?

Étudiant : ha?

Samael Aun Weor : Est-ce que c’est ce que Rampa a dit? Hé, appelez G.K.!… Écoutez ce témoignage ici, afin que vous puissiez confirmer ce que je vous ai dit à propos de Romero Cortes.

Étudiant : Que Lobsang Rampa dit qu’il y a des essences qui ont deux corps chez deux personnes différentes (mais il les appelle des « poupées », n’est-ce pas? Deux poupées)…

Samael Aun Weor : Ce que je vous dis, nous avons ici le cas d’un ami, dont je ne citerai pas le nom, et il se trouve que cet ami est une autre des deux personnalités de cet homme qui s’appelait « Kephren » en Égypte. Khafre avait, ces derniers temps, deux personnalités ; il vivait simultanément dans les deux. L’un était le Dr Rafael Romero Cortés (avocat diplômé, en Colombie), et son autre personnalité, est physiquement très semblable, a les mêmes coutumes, a le même raisonnement, les mêmes connaissances et sa vie était similaire (c’était un avocat appelé Salas Linares); et il s’avère que c’est l’autre personnalité de lui même…

Étudiant : Maître, mais physiquement, est-ce qu’ils se ressemblent tous les deux?

Samael Aun Weor : Attendez-moi, puisque je vais manger un peu ce pain, ici; c’est une sorte de bon pain… [rires].

Étudiant : Ici, je vous ai laissé un peu…

Samael Aun Weor : Non, ne laissez pas ça là…

Étudiant : N’est-ce pas Salas Linares qui a rédigé les postulats du mouvement posclista au Mexique? L’avocat qui a aidé?

Samael Aun Weor : Il a beaucoup coopéré avec nous dans l’élaboration de tous ces postulats et principes de la plate-forme du parti socialiste Latino-Américain.

Étudiant : Je suis venu à la Gnose, à travers la doctrine, disons, de Lobsang Rampa, parce que c’est une doctrine qui attire tellement mon attention ; et c’est à cause du grand intérêt que j’avais à en apprendre davantage sur cette culture de Lobsang Rampa que la Gnose m’a intéressé…

Samael Aun Weor : Tuesday Lobsang Rampa, parce qu’il est initié ; cela ne peut être nié, il est un maître. Sa mission a consisté, concrètement, à faire un travail populaire, à jouer de la première « trompette » ; attirer l’attention des gens pour que chacun vienne chercher son chemin, n’est-ce pas?; cela a été le travail de Tuesday Lobsang Rampa. Et beaucoup sont venus la Gnose grâce au travail qu’il a fait…

Catégories : Conférences de Samael Aun Weor