Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Il existe deux types d’humanités. Le premier, nous appellerions l’humanité mécanique, et l’autre, nous appellerions l’humanité consciente.

Pour passer du centre de gravité mécanique au centre de gravité conscient, il faut travailler, il faut faire appel à la troisième force, qui est le travail Gnostique sur soi, ici et maintenant…

L’humain numéro un est l’humanoïde mécanique simplement instinctif, où l’instinct et les centres mécaniques ou moteurs prédominent.

L’humain numéro deux est l’humanoïde émotionnel, un individu qui évolue dans le monde des émotions inférieures, le monde des passions, des désirs animaux, etc.

L’humain numéro trois est l’humanoïde simplement intellectuel, l’humanoïde qui raisonne toute la journée, toute la vie ; ces humanoïdes fondent toutes leurs activités exclusivement sur leur centre intellectuel.

Les humanoïdes un, deux et trois forment le cercle de la « confusion des langues ». Les humanoïdes un, deux et trois sont la « Tour de Babel », car dans ce cercle il y a confusion des langues : l’intellectuel ne comprend pas l’humanoïde émotionnel ; l’instinctif ne comprend pas l’émotionnel ; l’émotionnel ne comprend pas l’intellectuel ; l’émotionnel ne comprend pas non plus l’instinctif, l’instinctif ne comprend pas non plus l’émotionnel… Il y a là confusion des langues, personne ne comprend personne. L’humanoïde intellectuel dit un mot et l’entend à sa manière. Si un humanoïde intellectuel affirme quelque chose et le dit à un humanoïde émotionnel, l’humanoïde émotionnel ne comprendra pas l’intellectuel : il interprétera les paroles de l’intellectuel en fonction des émotions, il leur donnera une traduction complètement différente. À son tour, l’humanoïde instinctif, lorsqu’il dit quelque chose, l’intellectuel l’écoute à sa manière, l’interprète de la manière qui lui paraît correcte… L’émotif ne saurait non plus comprendre l’instinctif ; quand il affirme quelque chose d’instinctif, il ne le comprend pas. En résumé, bien que la même langue soit parlée dans un pays, les humanoïdes un, deux et trois ne se comprennent pas, ils vivent dans le cercle de la confusion des langues, dans le cercle de Babel. Personne là-bas ne comprend personne. Il faut beaucoup de travail aux humanoïdes un, deux et trois pour se comprendre. Les humanoïdes un, deux et trois interprètent les choses à leur manière, comme ils semblent l’être, et il s’avère qu’aucun d’eux ne comprend les autres. Humanoïdes un, deux,et trois sont ceux qui ont causé les guerres mondiales ; les première et seconde guerres mondiales ont été causées par les humanoïdes un, deux et trois…

Il faut devenir un humanoïde numéro quatre avant de pouvoir appartenir au « royaume ». Le royaume est composé d’humains cinq, six et sept. Dans le royaume, tout le monde se comprend, il n’y a pas de « confusion des langues ».

Les humains numéro cinq possèdent un corps astral et savent qu’ils le possèdent, ils l’utilisent à volonté.

L’humain numéro six possède un corps mental et sait qu’il le possède.

L’humain numéro sept, possède un corps causal et sait qu’il le possède

La confusion, le problème de l’humanité, c’est chez les humanoïdes un, deux et trois, ceux de la Tour de Babel, ce sont eux qui ont des problèmes. Ce sont eux qui ont vraiment fait beaucoup de dégâts. Je crois que les hiérarchies divines devraient séparer les un, les deux et les trois et laisser les humanoïdes quatre, et les humains cinq, six et sept seuls, parce que les un, deux et trois ont des problèmes depuis longtemps et ne se comprennent pas les uns et les autres. Évidemment, une grande catastrophe est en train de venir qui se chargera d’effectuer cette opération chirurgicale sur cette humanité, cela séparera les « brebis » des « boucs  » (c’est ainsi qu’on l’écrit)…

Quel est le nombre humanoïde quatre ? L’humanoïde numéro quatre est l’individu qui a équilibré les centres de sa machine organique, qui a déjà une lune qu’il s’est fabriquée, une lune psychologique. Celui-ci a déjà créé un centre de gravité conscient. Ce type d’humanoïde est prêt à entrer dans les activités du Royaume.

On sait que pour créer une lune en nous, c’est-à-dire un centre de gravité conscient, un centre de gravité permanent, nous devons faire appel à une troisième force, c’est évident. Cette troisième force est le travail ésotérique. Nous vous donnons ici les enseignements dont vous avez besoin pour que vous puissiez créer en vous un centre de gravité conscient. Évidemment, celui qui veut créer un tel centre doit commencer par abandonner l’auto-considération, l’auto-sentimentalité.

Quand on s’aime trop, quand on se considère trop, quand on est plein d’auto-sentimentalité, de soupirs, d’angoisse, de tristesse, etc., on déteste généralement ses semblables ; c’est-à-dire que plus on s’aime, plus on a pitié de soi, plus on haïra tous ceux qui nous entourent. Les démons les plus vengeurs, les humanoïdes les plus pervers, sont ceux qui s’aiment trop, qui se valorisent trop, qui sont remplis, je le répète, d’auto-sentimentalité, d’auto-compassion ; mais si l’on se déteste, alors on aimera ses semblables.

Je ne veux pas vous dire qu’il faut devenir masochiste ; non, je ne veux pas aller aussi loin dans cette conférence, il n’y a pas besoin d’être masochiste ; mais je veux vous dire qu’il faut reconnaître ses propres imperfections, il faut accepter qu’on soit une créature mécanique, que notre vie se meut sur les rails des habitudes, des coutumes acquises ; il faut accepter qu’on soit rempli de jalousie, de rancunes, d’horribles ressentiments, etc…

Quand on l’accepte, quand on accepte qu’on n’est qu’un vil ver de la boue de la terre, quand on accepte qu’on est une créature mécanique, quand on se déteste, alors on commence à former, on commence à créer en soi, le centre de gravité conscient. Ainsi, on passe du centre de gravité mécanique au centre de gravité conscient, en travaillant sur soi-même ; c’est la troisième force. Cela vaut la peine de vous préciser ce soir que nous, ici, dans notre institution, allons vous apprendre à travailler sur vous-même, afin que vous puissiez créer, en vous-même, le centre de gravité conscient. Lorsque vous pourrez donner forme à ce centre, vous cesserez d’être des individus mécaniques, vous deviendrez des créatures conscientes, vous aurez formé en vous, disons, une lune psychologique consciente.

Évidemment, nous devons faire beaucoup de créations en nous-mêmes. Beaucoup plus tard, avec le temps, vous devrez créer autre chose ; ils auront besoin de créer le soleil psychologique en eux-mêmes ; alors ils deviendront sans aucun doute des humains solaires. Mais vous ne pourriez pas devenir des humains solaires si vous n’avez pas préalablement assimilé en vous l’intelligence solaire, c’est-à-dire si vous n’avez pas préalablement créé en vous le soleil spirituel, le soleil conscient, le Soleil-Christ.

Donc, nous devrons commencer par créer la lune psychologique, avant de pouvoir créer le soleil psychologique en nous, ici et maintenant. Beaucoup plus tard, dans le temps, il sera nécessaire de créer la galaxie psychologique intérieure, au sein de notre nature humaine. Plus tard, cet infini connu (l’« infini d’Einstein », je dirais), cet infini qui a environ 100 000 millions de galaxies, chacune avec 100 000 millions de soleils, et ainsi de suite (pour autant que les télescopes puissent le percevoir, dans 600 000 années-lumière), il doit aussi être créé en nous-mêmes ; alors, nous aurons atteint la stature des dieux.

De plus, si nous pensons aux différents infinis, qui peuvent être démontrés grâce aux mathématiques transfinies, alors nous comprendrons que les possibilités pour nous sont également transfinies… Si sur un tableau noir nous mettons le signe de l’infini et en ajoutons un autre : l’infini plus l’infini égale infini, cette opération mathématique permet d’établir un axiome (pas une simple théorie, mais un axiome) : la thèse des différents infinis… Il y a un infini et bien d’autres infinis, et tous les infinis sont fondés sur l’Absolu.

Maintenant, je veux vous dire, mes frères et sœurs bien-aimés, qu’un humanoïde qui a fait sa lune psychologique, c’est-à-dire un centre de gravité conscient, est en fait devenu indépendant de la mécanique lunaire, car il y a un principe de l’homéopathie qui dit : « similian similius curando » (le similaire se guérit avec le similaire). Ainsi, nous dirions aussi que si la lune mécanique nous a convertis en entités mécaniques pures, nous pouvons devenir indépendants en créant en nous une lune psychologique, c’est-à-dire un centre conscient de gravité (ainsi nous devenons indépendants de cette force lunaire qui produit les marées hautes et basses, qui sert de poids à cette mécanique de la nature).

Mais ce n’est pas tout : un individu qui possède le centre de gravité conscient, parce qu’il a fabriqué une lune psychologique consciente, qui lui a permis de devenir indépendant de la mécanique lunaire, doit évidemment créer en lui un soleil psychologique. Quand le crée-t-il ? Quand il fabrique les corps existentiels supérieurs de l’être, par l’accomplissement du Devoir Parlock de l’Être, c’est-à-dire du devoir cosmique de l’Être qui a trois facteurs :

la mort, ou la destruction des « éléments indésirables » que nous portons en nous

naître, la seconde naissance (« celui qui n’est pas né d’eau et de feu, dit Jésus le grand Kabire à Nicodème, n’entrera pas dans le Royaume des Cieux. » Pour entrer dans le Royaume, il faut créer les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être, c’est-à-dire qu’il faut « naître d’eau et de feu »)

troisièmement, Sacrifice pour l’Humanité, parce que si nous sommes égoïstes, si nous ne travaillons pas pour nos semblables, si nous ne levons pas haut le flambeau pour éclairer le chemin des autres, nous ne progresserons pas ; l’égoïste, si piétiste soit-il, ne fera aucun progrès dans ces études.

Alors, frères et sœurs, la création du soleil psychologique en nous a trois facteurs que vous connaissez déjà : mourir, naître et se sacrifier pour l’humanité…

Quand on assimile l’intelligence solaire, les idées solaires, on devient un humain solaire. Le soleil a voulu et veut créer des humains solaires ; il a déposé dans nos glandes endocrines sexuelles, les germes de l’humain solaire. Ces germes peuvent être perdus et la chose normale est qu’ils soient perdus ; c’est une expérience que fait le soleil, une expérience très difficile : créer des humains, des humains solaires…

Au temps d’Abraham, le prophète, le Soleil a accompli de nombreuses créations. Au cours des huit premiers siècles du Christianisme, le Soleil a réussi à créer des humains ; au Moyen Âge, quelques créations ; à ce moment, le Soleil, l’astre-roi se bat, faisant le dernier effort pour créer des humains, avant la destruction de cette race racine.

Απόλλων et Αρτεμίδα tuant les enfants de Νιόβη

Lorsqu’une humanité perd tout intérêt pour les idées solaires, le Soleil perd également tout intérêt pour cette humanité et la détruit ; ainsi le Soleil crée une nouvelle race racine pour son expérience dans le laboratoire de la nature : créer des humains solaires.

De toute évidence, la création d’humains solaires ne serait pas possible si nous ne coopérions pas avec le Soleil. Nous avons, dans les glandes sexuelles, les germes de l’humain, mais la disponibilité à être humain est nécessaire. Si nous coopérons, si nous travaillons selon les idées Gnostiques, alors l’humain solaire naîtra en nous, il émergera. C’est un peu comme le papillon qui se forme à l’intérieur de la chrysalide : quand il est prêt, l’insecte en sort, et s’envole…

De même, nous sommes comme une chrysalide : l’humain solaire doit se former en nous, mais pour qu’il se forme il faut coopérer (c’est fondamental). Quand on coopère, le Soleil naît en nous, un Soleil psychologique, l’humain solaire. Le Soleil veut une récolte d’humains solaires et évidemment, il a droit à cette récolte parce qu’il a créé cette pellicule très mince de vie organique sur la croûte terrestre ; cela lui donne plus de droits (si un agriculteur sème, il a le droit de récolter). Le Soleil a établi, sur la croûte de notre monde, une vie organique, une très fine pellicule de vie organique. Nous ne nions pas que cette pellicule extrêmement fine soit une usine à douleur (qui le nierait ?).

Mais le Soleil a droit, je le répète, à une moisson d’humains solaires ; c’est ce qu’il veut. À cet effet, il a le droit de réclamer ce paiement, puisqu’il a travaillé ; celui qui travaille a droit à sa rémunération… Donc, si nous voulons créer la lune psychologique, c’est-à-dire un centre de gravité conscient en nous, et plus tard, après cela, le Soleil psychologique, nous aurons besoin de sacrifices ; sans sacrifice, il n’est pas possible de créer une lune psychologique. Et on va parler un peu de sacrifice… Si, par exemple, on cesse de s’aimer, en cela il y a sacrifice ; mais nous avons une tendance marquée à trop nous aimer, le « Moi » de l’estime de soi existe en nous, c’est évident, et cesser de s’aimer implique des sacrifices.

Pour cesser de s’aimer, il faut apprendre à accueillir les manifestations désagréables de nos semblables. Si on en est capable, alors on est aussi capable de donner vie à son centre de gravité conscient ; car en cela il y a sacrifice. Êtes-vous capable, peut-être, de recevoir avec plaisir les paroles d’un insulteur ? Seriez-vous sûr de sourire à celui qui vous a giflé ? Soyons honnêtes avec nous-mêmes : nous devons changer et cela n’est possible que sur la base du sacrifice ! Accueillir les manifestations désagréables de nos semblables implique un sacrifice ; mettre de côté l’auto-considération, l’auto-sentimentalité, c’est le sacrifice.

Habituellement, nous protestons toujours contre ceux qui nous blessent avec leurs paroles et c’est une erreur de protester. La personne qui nous fait du mal nous offre une nouvelle opportunité extraordinaire : elle ne nous offre rien de moins qu’un « gymnase psychologique », à travers lequel il est possible d’apprendre à accueillir les manifestations désagréables de nos semblables… Que deviendrait de nous s’il n’y avait pas d’insultes ? Où s’entraînerait-on, dans quel lieu, quel serait le « gymnase psychologique » ?

Oui, nous avons besoin d’être insultés, blessés et même giflés ; Mais l’important est d’apprendre à accueillir toutes les offenses, car si l’on découvre qu’on a le « Moi » de la colère, on va devoir travailler avec ce « Moi » de la colère : on devra le comprendre pleinement et ensuite plaider auprès de la Mère Divine Kundalini, de supprimer un tel « Moi » de notre nature psychologique. Si l’on a en soi le « Moi » de l’amour-propre, il faudra prier la Mère Divine Kundalini, il faudra la supplier et elle éliminera ce « Moi » de notre nature ; alors nous ne nous aimerons pas, ou pour mieux dire, nous ne nous aimerons pas nous-mêmes. Alors les insulteurs sont utiles, c’est évident…

Et la jalousie ? Si l’on parvient à détruire en soi la jalousie, non seulement la jalousie passionnée, mais aussi la jalousie religieuse, la jalousie politique, etc., alors on aura fait un grand pas. Vous devez vous déclarer ennemi : de votre auto-considération, de votre louange, de vos peurs secrètes ; vous devez devenir indépendant de la jalousie, de l’orgueil, de la vanité, si vous voulez vraiment créer, en vous-même, un centre de gravité conscient.

Ceux qui l’ont vraiment atteint sont les humanoïdes numéro quatre. L’humanoïde numéro quatre est maintenant prêt à créer un corps astral et à entrer sur le chemin des humains.

L’humain numéro cinq vit dans le monde astral, absolument conscient ; quiconque possède un corps astral peut voyager avec ce corps à travers l’espace, peut visiter d’autres planètes, peut être en contact avec le cercle conscient de l’humanité solaire, qui opère sur les centres supérieurs de l’Être. Un humain numéro cinq, est prêt à devenir un humain numéro six, et devient humain numéro six lorsqu’un corps mental est fabriqué ; alors on est capable de saisir toute la sagesse de la nature.

L’humain numéro six devient humain numéro sept lorsqu’un corps causal a été fabriqué, alors on peut recevoir l’âme et les principes spirituels et devenir un humain solaire, un vrai humain. C’est pourquoi j’ai dit qu’après avoir fabriqué la lune psychologique, nous devrons fabriquer le soleil psychologique ; mais ces avancées se font sur la base de purs sacrifices.

Comment un humain qui a fabriqué le soleil psychologique et la lune psychologique, un humain solaire, par exemple, pourrait-il devenir un humain galactique s’il ne descendait pas ? Il doit descendre à la « Neuvième Sphère » à la « Forge des Cyclopes », aux mondes infernaux; pour ressusciter plus tard, monter plus tard vers les étoiles et devenir ce qu’on appelle un « humain galactique », il faut créer une galaxie à l’intérieur de soi et on ne la créera que par le sacrifice, descendant déjà dans les mondes infernaux. Un humain galactique a parfaitement le droit de voyager de galaxie en galaxie ; cela signifie qu’il peut, en fait, rejoindre un équipage intergalactique.

Que dirions-nous de l’humain qui s’élève déjà à l’état d’infini, qui a créé un infini à l’intérieur de lui ? Pour cela, il doit descendre pour souffrir, il doit entrer dans les entrailles de quelque monde, pour connaître les lois infinies et remonter ensuite ; alors il crée en lui un infini. Un tel humain peut voyager de galaxie en galaxie (il le mérite, c’est un dieu). De plus en plus de possibilités existent : il peut pénétrer dans l’infini suivant, ou dans d’autres infinis, et s’élever de degré en degré, mais chaque ascension est précédée d’une descente ; il n’est pas possible de monter si l’on n’est pas descendu auparavant.

Ainsi, ce n’est que par le sacrifice que l’on peut se transformer et devenir quelque chose de différent ; cependant, ne confondez pas une descente avec une chute. Évidemment, ceux qui n’ont pas atteint le sommet de l’initiation, confondent très facilement une chute avec une descente, c’est évident… Ce sont ceux-là qui dans le mouvement disent : « tel maître est tombé, tel frère ou telle sœur est tombé », et ils jettent la langue pour voler sans connaître les faits, ils ne comprennent pas les lois de l’Alchimie, ils n’ont jamais étudié « l’Apocalypse » du point de vue ésotérique, ils ne savent rien de la « Genèse » alchimique ; ils calomnient les maîtres…

Il faut donc être sévère dans l’analyse, profond dans la réflexion ; nous devons donc comprendre le travail qui doit être fait. Nous devons nous élever petit à petit, de degré en degré, et passer du centre de gravité mécanique au centre de gravité conscient, et cela n’est possible que grâce à une troisième force. Cette troisième force est le travail ésotérique Gnostique. Ici, nous allons vous donner les moyens, tous les systèmes, toute la science dont vous avez besoin pour devenir l’humain numéro quatre. Nous avons donc besoin que vous compreniez que seuls ces types de personnes sont celles qui ont déjà un centre de gravité conscient fort.