Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Une discussion informelle en 1976 dans son salon.

Samael Aun Weor :…En vocalisant, nous développons ce pouvoir magique dont nous parlons. Eh bien, il y a certainement des écoles d’oratoire où l’on enseigne la vocalisation.

Étudiant : Est-ce que je vais écrire ceci pour les cours pour les instructeurs Gnostiques, maître?

Samael Aun Weor : Pour le monde entier, oui. Ce qui est certain, c’est que si on leur apprend aussi la vocalisation, ils acquerront tous un grand pouvoir dans la parole.

Étudiant : Maître, mais il y a une chose, c’est que je ne sais pas dans quelle mesure. Quand on s’inscrit dans une école de Karaté, de Judo ou de n’importe lequel de ces arts martiaux, l’une des choses que les instructeurs sont censés prendre en compte, c’est plus ou moins, à qui vont-ils donner ces enseignements, maître ; car un combattant de karaté peut désincarner une personne, puisqu’il a le pouvoir dans sa main. Dans quelle mesure pouvez-vous donner des clés à chacun pour qu’il acquière du pouvoir dans sa parole s’il ne sait pas comment il va s’en servir? Telle est la question.

Samael Aun Weor : « Alors, ne jouez pas avec le feu si vous ne voulez pas vous brûler. »

Étudiant : Aux frères et sœurs Gnostiques, oui, parce qu’ils sont censés être meilleurs?

Samael Aun Weor : Au moins s’ils se battent pour l’élimination de leurs défauts, mais ils gagneront vraiment en pouvoir dans leur parole. En ce qui concerne la prise de parole en public, c’est formidable…

Étudiant : Vous, maître, nous avez appris à utiliser les sept voyelles, mais beaucoup de gens se demandent pourquoi le « M » et le « S » sont inclus ; c’est-à-dire qu’ils sont surpris quand nous leur disons que « M » et « S » sont aussi des voyelles. Que pourriez-vous nous en dire?

Samael Aun Weor : Le « M » et le « S » sont aussi des voyelles. Mais si nous commençons à nous disputer pour savoir s’il y en a sept ou cinq, nous n’irions nulle part. La crue réalité des faits est que les Lémuriens, par exemple, utilisaient un alphabet de 300 consonnes et 51 voyelles, et qu’ils savaient les articuler.

Malheureusement, la parole a dégénéré. Comme les êtres humains ont dégénéré, la capacité de parler a dégénéré. De nos jours, seules quelques consonnes et voyelles sont utilisées. Par conséquent, certains archéologues ont eu du mal à articuler les consonnes et les voyelles trouvées dans certaines pièces archéologiques anciennes. Ils ne peuvent pas les articuler, et ils ont fait des combinaisons Anglaises avec ces consonnes (comme le « th » Anglais), mais ce ne sont pas des combinaisons faites par les Lémuriens. Ainsi, la capacité de parler a été perdue, malheureusement.

La langue Chinoise, cependant, conserve encore de nombreux sons anciens ; la langue Chinoise est la plus riche qui soit. Cela vaut donc la peine d’y réfléchir un peu.

Beaucoup prétendent que les langues les plus difficiles à apprendre sont le Chinois et l’Espagnol. Nous parlons Espagnol parce que c’est notre langue et les Chinois parlent Chinois parce que c’est leur langue, mais pour ceux qui ne parlent ni Chinois ni Espagnol, c’est quand même un peu difficile d’apprendre ces langues.

La capacité de parler a donc horriblement dégénéré. Certes, le vocabulaire qui est utilisé, collectivement, est trop pauvre, trop pauvre. Et même, les écrivains modernes n’ont plus un vocabulaire très riche, mais pauvre.

Aujourd’hui, on peut utiliser sept voyelles ; le « M » et le « S » sont aussi des voyelles. Le « M » se prononce mmmmmmm et le « S » sssssssssss… ce sont donc des voyelles… Les gens ignorent tellement de choses !… C’est comme, par exemple, actuellement, de tous les phénomènes de la nature qui se produisent autour de nous, seulement une millionième partie est perçue. C’est incroyable. Je ne parle pas de phénomènes métaphysiques, mais physiques, et seulement une millionième partie est ce qui est perçue. Ceci indique l’état de sommeil de la conscience dans lequel se trouve l’humanité.

Étudiant : Vous ne l’avez pas…

Samael Aun Weor : J’ai remarqué, par exemple, parmi les phénomènes de la nature, des choses que j’ai occasionnellement commentées avec certains d’entre vous. J’ai résolu de ne plus les commenter, puisque vous ne les comprenez pas…

Par exemple, quand j’étais jeune, j’ai personnellement connu le Maréchal de Gaulle (le Général de Gaulle, le général Français 1890 – 1970), pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945). Il était jeune quand il s’est soulevé contre Hitler. Il n’était pas d’accord avec le Maréchal Pétain. Le Maréchal Pétain a joué le jeu d’Hitler. Et oui, le Maréchal Pétain a pu empêcher le Führer d’envahir toute la France. Le Maréchal Pétain, n’ayant tout simplement pas la capacité de résister, comme de pouvoir vaincre les forces Allemandes, a décidé d’y jouer un petit jeu, n’est-ce pas? Un petit jeu politique là, n’est-ce pas?

Étudiant : Pour qu’ils ne bombardent pas Paris?

Samael Aun Weor : Pour éviter que Paris ne soit bombardé et ne fasse que détruire toute la France. D’ailleurs, ils ont mal payé le Maréchal Pétain : à la fin, ils l’ont condamné à la réclusion à perpétuité.

Mais bon, au début j’allais dire que je l’ai rencontré jeune, aussi jeune que possible, et nous avions le même âge. Entre parenthèses, je vais vous dire quelque chose que personne n’a jamais compris, jamais. Et je ne m’attends pas à ce que vous compreniez. Il s’est désincarné à l’âge de 80 ans (en 1970) ! [Note de l’Éditeur: Samael Aun Weor aurait eu environ 54 ans en 1970].

Étudiant : Général de Gaulle?

Samael Aun Weor : De Gaulle… Quand je l’ai rencontré nous avions le même âge, pourtant il s’est désincarné à 80 ans ! Je ne m’attends pas à ce que vous compreniez cela, car il est impossible que les zones du cerveau faites pour enregistrer cela fonctionnent en vous, elles ne fonctionnent pas. Ayant mon âge, comment s’est-il désincarné à 80 ans?

Étudiant : Permettez-moi une précision. [rires] Il est possible que ce soit à moitié compris, n’est-ce pas? [Rires] Ou peut-être que nous devenons plus confus. Je suis confus, mais je voudrais clarifier quelque chose. Vous l’avez connu à l’époque de la guerre mondiale, quand il avait, que dites-vous quel âge il a aujourd’hui?

Un autre étudiant : Se pourrait-il qu’il n’ait pas… du même âge?

Samael Aun Weor : C’était là-bas, vers 1939, il y a quelque temps, n’est-ce pas? Jeune…

Étudiant : Et s’est-il désincarné à l’âge de 80 ans?

Samael Aun Weor : Et il s’est désincarné à 80 ans, et je l’ai rencontré jeune, jeune… Mathématiquement nous dirons…

Étudiant : Il n’y a aucun moyen !

Samael Aun Weor : Il n’y a aucun moyen, absurde! Et je vous dis : les zones pour enregistrer ce phénomène ne fonctionnent pas dans le cerveau humain.

Étudiant : Mais le connaissiez-vous physiquement, maître?

Samael Aun Weor : Oui, à cette époque… Et il est mort à l’âge de 80 ans !…

Étudiant : Si sa vie s’est déroulée normalement, comment cela se passait-il?

Samael Aun Weor : Son curriculum vitae (expérience de vie), était normal…

Étudiant : A-t-il mené la vie « horizontale », parfaitement égale à n’importe quel être humain?

Samael Aun Weor : Comme n’importe quel…

Étudiant : À la seule différence que vous n’avez pas mené la même vie horizontale que les autres êtres humains?

Samael Aun Weor : Eh bien, vous pouvez chercher beaucoup d’évasions, mais cela n’a aucune explication logique. [Rires].

Étudiant :… D’ego… il n’a rien?

Samael Aun Weor : Maintenant, n’allons pas chez le Maréchal de Gaulle, cherchons maintenant, regardons-nous. Par exemple, il n’y a personne sur le chemin de la vie qui n’ait pas eu de camarades de classe, et il n’y a personne sur le chemin de la vie qui n’ait vu ses compagnons mourir vieux et sans jamais penser à ce qui s’est passé, et encore moins avons-nous réfléchi sur cela.

Investiguons, réfléchissons, et vous verrez. J’ai rencontré des parents, des amis, des camarades de classe, je les ai vu mourir vieux et je suis toujours en vie, comment cela s’explique-t-il? Je vais vous dire. Je ne pense vraiment pas que vous puissiez le comprendre, car il y a des zones du cerveau sur lesquelles vous ne travaillez pas ; pour comprendre, ils devraient avoir certaines zones cérébrales sur lesquelles ils ne travaillent pas actuellement…

Les explications de l’un viennent : « Bien sûr, untel a épuisé sa vie parce qu’il était un coureur de jupons, il s’est consacré à l’alcool, mais la vérité était qu’il est mort en tant que vieil homme, paraissant plus âgé qu’on ne l’est et ayant à peu près le même âge, un âge similaire à l’école ou au collège….

Étudiant : Si cette personne est décédée à 50 ans et qu’une autre a 50 ans, cette personne est-elle décédée à 80 ans?

Samael Aun Weor : Il est mort à 80 ans. Vous avez toujours interprété que cette personne s’est livrée aux vices, à l’alcool, à la drogue, a dégénéré et est morte plus tôt que prévu, ou vieillie plus tôt que prévu, cela a toujours été notre explication. Mais la crue réalité est qu’un tel ami est mort plus âgé que nous, ayant mené une vie similaire, et est mort vieil homme. Nous excusons beaucoup de choses ; nous disons que c’est l’alcool, la drogue, etc. Ils sont nés à notre époque, mais ils ont apparemment vieilli plus vite que nous. Nous disons : « Un tel est si vieux, mais il ressemble déjà à un vieil homme. » On dit ça parce qu’on l’a rencontré, mais ses petits-enfants ne disent pas ça, ils disent : « C’est mon untel grand-père. Il y a là un défaut qui ne rentre pas dans l’intellect, l’intellect ne le saisit pas ; et encore plus, qu’il n’y a pas de zones du cerveau pour ce problème. C’est l’un des phénomènes de la Nature qui se produisent autour de nous, qui ne sont pas actuellement capturés avec les facultés humaines existantes. Que s’est-il vraiment passé? Que cette personne a atteint l’âge de 80 ans. Si c’était notre ami, il jouait avec nous, comment est-ce possible?

Étudiant : Maître, l’homme génère-t-il des spermatozoïdes de différents types, et à travers la femme produit-il également différents enfants?

Samael Aun Weor : Bien sûr. Il y a des spermatozoïdes qui ne sont pas complets, d’où ce qui émerge est une dégénérescence humaine. À la naissance, il est paralysé, ou d’une autre manière. Si le père de l’homme dont nous parlons génère toujours le même sperme, mais dans des types A, B et C différents, les enfants sont tous les mêmes. L’enfant aurait-il pu vivre encore 30 ans? C’est possible. Voici un phénomène avec lequel je ne pouvais pas faire de parallèle, il ne pouvait être schématisé d’aucune façon, je ne pouvais pas, car il n’y a tout simplement pas de facultés pour pouvoir le percevoir, c’est une lacune du mental.

Je vais vous dire autre chose, une autre lacune, pour que vous puissiez voir. Je parle de phénomènes qui se produisent autour de nous et qui ne sont pas perceptibles. Si vous entrez dans les églises, vous trouverez parfois des femmes ou des hommes de telle manière… souvent on trouve un saint qui prie. Et ce bienheureux ressemble à quelque saint de marbre, de bois ou autre, très semblable, si semblable que c’est étonnant. Cela a pu être observé par quiconque qui entre dans l’église, je l’ai observé, vous y voyez une personne en train de prier vêtue de l’habit de la Vierge du Carmel, mais cela ne ressemble pas à une statue qui devrait être dans une église. Eh bien, on en vient à croire que cette personne là dans le temple est de chair et de sang ; mais elle ne l’est pas, car il existe un phénomène bien connu depuis le Moyen Age et depuis l’Antiquité, qui est celui des statues vivantes, car en réalité, les statues sont chargées des fluides vitaux des dévots, des fanatiques. Et elles deviennent si chargés qu’elles s’imprègnent de la puissance vitale des dévots, ils deviennent même mobiles et même s’échappent physiquement de l’endroit où elles se trouvent, et elles peuvent occuper une place, par exemple, parmi les dévots, et s’asseoir et s’agenouiller, et priez, et tout cela; et puis la statue se retourne, retourne à nouveau à cette figure, pour prendre sa place, et les gens voient cette personne là, pleurant et tout cela, et il s’avère que ce n’est pas une personne réelle, c’est une statue.

Ce que je dis, c’est commun, c’est pourquoi il y a beaucoup de traditions qui disent que la Vierge de Lourdes, eh bien, parfois elle s’échappe…

Étudiant : Et la Vierge de Chiquinquirá qui marchait…

Samael Aun Weor : Elle marche !… Les Juifs de Prague savaient faire cela à volonté : ils fabriquaient une statuette de pierre, la préparaient comme par magie, et parvenaient même à la manipuler ou à l’envoyer faire telle ou telle chose à d’autres endroits, ils l’envoient même pour voler. C’est le phénomène des statuettes Praguoises des quartiers Juifs…

Quand les statues sont chargées de fluides vitaux, elles deviennent mobiles, et il arrive des moments magiques où elles s’échappent et prennent place parmi les fidèles et disent : « Cette personne a une ressemblance avec une statue, avec un saint »… Oui monsieur, c’est la statue du saint ! Mais personne ne pense que c’est la statue du saint, personne n’y pense. Pourquoi n’y pensez-vous pas? Parce que vous êtes profondément endormi dans votre conscience.

Je les ai découverts, ils ne me font pas de mal, mais j’ai vu tous les membres de l’église devant une statue, à genoux, la place de la statue était vide, et aucun des membres de cette église ne s’en est rendu compte.

Je ne parle pas d’un phénomène d’une autre dimension, mais de quelque chose de physique. Si j’avais eu un appareil photo à ce moment-là, j’aurais pu photographier l’événement ; mais il y a aussi ceux qui ne m’auraient pas permis, ou plutôt, cela aurait été dangereux pour moi aussi.

Ces types de germes ont des gardiens élémentaux, et s’ils se rendent compte que vous révélez ce secret, ils peuvent vous abattre. Cela ne peut pas être livré.

Cela m’est arrivé quand j’étais dans l’église, il y a une personne semblable à une statue, en train de prier, de prier, et c’est la même statue qui s’était échappée un instant, et qui était là. Cela se produit normalement dans la troisième dimension.

J’ai peur d’en avoir trop dit, parce que du coup vous allez découvrir une de ces choses dans une église et quand vous la découvrez, eh bien…

Ces phénomènes ne sont perçus qu’en une millionième partie par l’être humain ; un millionième des phénomènes physiques qui se produisent autour…

Il m’est arrivé un cas inhabituel. Il s’avère qu’un jour, dans l’astral, une dame adepte est venue me rendre visite chez moi dans le monde astral. J’ai commencé à lui parler de sujets ésotériques, et finalement j’ai fini par dire : « Je veux te dire que je veux me désincarner. Je veux mourir. »

« J’aimerais que tu meures, mais ni toi ni moi ne pouvons mourir. » J’étais abasourdi…

« Pourquoi, qu’est-ce que tu dis? »

« C’est quelque chose comme tu l’entends. En quelle année es-tu né? »

Je lui ai dit : « Je suis né le 6 Mars 1917. » J’étais convaincu d’être né à Bogotá, en Colombie, en Amérique du Sud.

Alors je lui ai dit et elle m’a répondu : « Mais ne te souviens-tu pas que deux ans plus tard, en 1919, tu vivais dans le Nord du Mexique? Ne te souviens-tu pas de ces lettres de change que je te vendais quand je travaillais dans cet entrepôt de Los Angeles, et que tu as voyagé du Nord du Mexique à Los Angeles pour m’acheter ces lettres de change?

J’étais stupéfait…

Que vont savoir les scientifiques sur tous les phénomènes de la vie et de la mort ! Par exemple : à quel point sont-ils fascinés par leur science ultramoderne, n’est-ce pas? Ce qui en soi est ridicule.

Ils pensent qu’ils vivent mieux maintenant. Ils disent que d’ici l’an 2001 ou d’ici l’an 2100, il sera possible de vivre 120 ou 130 ans ; qu’au début du 19e siècle, c’était tout au plus 40 ou 50 ans. Alors je les ai entendus dire à la télévision, il y a quelques nuits, oui, braire de la manière la plus effrayante, c’est ridicule. Nous savons tous très bien que nos ancêtres vivaient plus longtemps. Par exemple : je connais certains de mes parents qui ont duré plus de cent ans, et je pense que parmi vous ils ont dû avoir des parents qui ont vécu assez longtemps. Au Moyen Âge, on vivait normalement plus longtemps qu’aujourd’hui ; c’est facile à calculer. Simplement avec les statistiques, simplement avec les notaires, les anciens dossiers, ce n’est pas difficile, pour cela il n’y a pas de problèmes, n’est-ce pas? C’est prouvé. Qu’on vienne me dire que les gens vivaient 40 ans au début du 19e siècle et que maintenant on en vit environ 80 grâce aux antibiotiques et aux merveilles des hommes de science, ce n’est rien de plus que ridicule !

D’un point de vue ésotérique, nous les initiés savons très bien qu’en Lémurie ils vivaient normalement de 12 à 15 siècles, mais alors l’être humain était gouverné par le principe Fulasnitamnien, celui qui gouverne les humains. Malheureusement, quoi qu’il en soit, disons que l’abominable Organe Kundabuffer était implanté dans l’organisme humain, les cristallisations des mauvaises conséquences dudit organe furent un véritable désastre ; la conscience a été englobée, enfermée dans ces mauvaises cristallisations, et logiquement ils ont détérioré le corps vital et la vie a commencé à se raccourcir, et toutes les facultés humaines se sont précipitées sur le chemin de l’entropie (un principe dégénératif qui – à la longue – tend à tout égaliser). Ainsi, à l’époque de l’Atlantide, moins de la moitié était vécue, déjà en Égypte, seulement 140 ans étaient vécus en moyenne de la vie humaine, et au Moyen Âge tout au plus 110 ou 120 ans plus ou moins. Au début du 19e siècle il était normal d’atteindre les 80 ans, mais à notre époque, ici au Mexique, « l’assurance-vie » a donné la moyenne de la vie humaine, de 50 à 65 ans, c’est-à-dire qu’on ne vit presque plus….

Étudiant : La moyenne au Venezuela est de 61 ans.

Samael Aun Weor : 61? Eh bien, vous vivez à peine. Alors, ne venez pas dire que c’est maintenant que vous vivez le plus.

Là, vous pouvez voir l’état d’inconscience dans lequel ils sont, c’est tellement terrible ! Maintenant, nous avons des procédures, au nom de la vérité nous les avons, pour vivre au-delà du « normal ». Je vous suis sincère, je suis un homme qui vit au-delà de la normale. Vous direz : « comment est-ce possible? » Oui, je vais le souligner : le cerveau que j’utilise pour penser était 4000 ans dans un sarcophage en Égypte. J’ai laissé ce corps vivant quand je vivais dans la dynastie des pharaons. Je suis né en Égypte mais je ne suis pas mort en Égypte. Mon corps est allé dans un sarcophage. J’ai laissé ce corps là vivant, je l’ai mis en état de catalepsie. Je dis « catalepsie » pour que vous me compreniez, mais c’est plutôt une science plus ancienne que celle de la catalepsie.

Par exemple, les hypnotiseurs utilisent l’hypnotisme pour mettre n’importe qui dans une transe hypnotique afin de l’endormir. Je n’ai pas utilisé l’hypnose car elle est trop pauvre, trop naissante, comme pour les petits jeux d’enfants. Qu’est-ce que j’ai utilisé? J’ai utilisé une autre science supérieure à celle de l’hypnotisme, c’est ce que j’ai mis en pratique ; j’ai chassé n’importe qui hors du corps, et je l’ai repoussé dans le corps à nouveau, je l’ai sorti dans l’astral, en effet, c’est vraiment une science que je connais et qui est antérieure à la catalepsie ; c’est plus puissant…

Étudiant : Étiez-vous un initié à ce moment-là?

Samael Aun Weor : J’ai été initié pendant plusieurs mahamanvantaras.

Étudiant : Avez-vous contribué à la création de la planète Terre avec les cosmo-créateurs?

Samael Aun Weor : Je suis avec les cosmo-créateurs depuis l’aube de la vie, depuis le moment où la planète Terre est sortie du chaos…

Eh bien, je vous parle de l’Égypte. Mon corps y a été laissé en catalepsie. Il est dans une crypte souterraine, il y a environ 4000 ans, depuis l’époque du pharaon Khafré.

Mais à ce moment, en ce 20e siècle, je porte ce corps par le biais d’un échange atomique. Les atomes de mon corps Sud-Américain sont transférés dans mon corps Égyptien, les atomes de mon corps Égyptien sont transférés en lui. Déjà une partie du corps que j’ai est Égyptienne, et dans environ trois à sept ans, tout le corps Égyptien sera là.

Donc, quand je pars pour les îles Canaries, j’irai avec mon corps Égyptien, totalement. Je ne porterai plus rien de ce corps Sud-Américain, rien d’ici. Grâce à l’échange atomique dans la quatrième verticale, les atomes s’adaptent à l’archétype vibratoire, et cela me permettra d’effectuer le Grand Oeuvre, sinon, comment le ferais-je? Un si long travail !…

Étudiant : Et que se passe-t-il après avoir possédé le corps Égyptien?

Samael Aun Weor : J’en ai déjà une partie, au moins vous pouvez être sûr que cette tête que vous voyez est déjà une tête Égyptienne, elle est déjà une partie de la momie.

L’autre jour, je donnais une conférence et il y avait des gens qui m’ont distingué en tant qu’Égyptien ; déjà la tête est la même tête qui était dans le sarcophage, le reste du corps change, les viscères, tout. En ce moment « Je suis la mort ». Pourquoi? Parce que le corps Sud-Américain que j’avais, ce corps, est déjà en train de se désintégrer, ses atomes sont transférés dans une tombe, et les atomes de la momie sont transférés ici.

Étudiant : Et pourriez-vous faire revivre ce corps Sud-Américain?

Samael Aun Weor : Bon, ce corps Sud-Américain n’est pas encore mort, il reste vivant mais avec les fonctions organiques en suspens. Donc si vous regardez bien, ici, mon corps reste avec une certaine apparence corporelle Sud-Américaine, sinon cela empêcherait les gens de s’approcher de moi, mais réellement « Je suis la mort ».

Les anciens Égyptiens cultivaient une science que les modernes ne soupçonnent même pas de loin. Cette science nous a permis de conserver nos corps physiques, de pouvoir exister et de sortir avec notre corps de la tombe vers l’extérieur, de vivre parmi les mortels au milieu de ce 20e siècle. Je ne veux pas dire que tous les compagnons de cette époque ont fait de même, mais il y a un groupe de personnes qui ont laissé nos corps vivants dans la tombe, très bien scellés.

Étudiant : Qu’est-ce que cela a à voir avec les tragédies dont on parle et les choses terribles qui sont arrivées aux archéologues qui ont creusé dans les pyramides d’Égypte, dans les tombeaux où ont été retrouvés des corps parfaitement conservés?

Samael Aun Weor : Ce sont des gens qui sont venus profaner nos tombeaux et puis ils sont morts, ils sont venus profaner nos tombeaux, et ils ont reçu ce qu’ils méritaient, leur châtiment, ils ont cru que c’était de la moquerie.

Par exemple, la malédiction a été placée sur la tombe de Toutankhamon ; les archéologues n’y croyaient pas, ils portaient la chose à la concurrence (comme le sont les modernes, qui prennent tout pour concurrence). Eh bien, aucun n’est resté en vie, ils sont tous morts…

En Lémurie, on pouvait vivre de 12 à 15 siècles, puis cela diminuait, jusqu’à aujourd’hui on vit à peine. Par quel principe était déjà gouvernée l’humanité dégénérée? Après le début de son processus dégénératif, elle n’était plus régie par le principe Fulasnitamnien, elle était régie par un autre principe, le principe Itoklanoz, qui est le principe qui régit désormais la vie humanoïde, comme il régit les chiens, les chevaux et tous les animaux.

Autrefois, il était temps de créer ; ceux qui n’avaient pas créé les corps existentiels supérieurs de l’Être eu plus qu’assez de temps pour pouvoir les créer. Aujourd’hui, il n’y a presque plus de temps, il est presque impossible de vivre, car depuis que les êtres humains sont régis par le principe Itoklanoz, ils meurent quand ils s’y attendent le moins. Autrefois, ils mouraient consciemment…

Voyez comme c’est triste ! Actuellement, l’être humain dépend du même principe Itoklanoz qui régit les bêtes. L’humanité n’est plus régie par le Principe Fulasnitamnien. C’est très triste, vraiment regrettable.

Cependant, quand on fabrique les corps existentiels supérieurs de l’Être et atteint l’état de véritable être humain et élimine l’ego, on reste encore sous le Principe Fulasnitamnien, à condition de s’intégrer d’abord au Logos, car il existe un codex qui dit : « Les Dieux ont créé les humains en bois, et après les avoir créés, ils les ont fusionnés avec la divinité », mais le codex ajoute : « Tous les humains n’ont pas réussi à fusionner avec la divinité. »

Il est clair que les humains qui n’atteignent pas la fusion intégrale avec le Logos, hélas, à la fin, involuent dans les entrailles de la Terre et se désintégrent ; ce sont des créations appelées à se désintégrer.

Pas tous les humains parviennent à s’intégrer à la divinité et à dépendre du Principe Fulasnitamnien, la fusion de l’humain avec le Logos est nécessaire avant tout. Ayant atteint cela, alors cela dépend du Principe Fulasnitamnien, et comme point de départ, il leur est donné mille ans d’existence.

Si, arrivés à mille ans, ils veulent prolonger leur vie, ils demandent un autre allongement, encore mille ans, et s’ils veulent l’allonger davantage, ils viennent demander mille autres ; ainsi, il y a des maîtres qui existent depuis des millions d’années…

Mille est le nombre exact d’années de vie d’un être humain gouverné par le Principe Fulasnitamnien. Le Comte de Saint Germain a dit que pendant les mille premières années devie qu’ils lui ont donné, il a encore trouvé de nouvelles choses sur Terre, des nouveautés qui ont attiré son attention ; après les mille ans, il ne trouva plus rien de nouveau sur Terre ; dit le Comte de Saint-Germain.

Maintenant, en parlant des cornes, en cela il y a aussi le positif et le négatif. Les hiérophantes Égyptiens utilisaient les cornes d’argent. Dans mon corps astral, j’ai assisté à la danse d’argent des hiérophantes où les hiérophantes assistent à la danse sacrée en portant des cornes d’argent. Les cornes sont symboliques, elles représentent la constellation du Taureau, le Verbe, la Parole, il faut donc penser aux cornes, les cornes d’argent des hiérophantes…

Je ne nie pas que dans la chute que j’ai eue sur le plateau d’Asie centrale, j’ai perdu les cornes, mais je les ai déjà retrouvées. J’espère seulement maintenant avoir en mon pouvoir, dans mon poing, la Pierre Philosophale, pour voir plus tard combien de tridents apparaîtront dans ces cornes.

Si je parviens à faire apparaître les six tridents, je serai plus que satisfait. Savez-vous ce que c’est que d’avoir six tridents? C’est beaucoup à aspirer, ils ne sont possédés que par ceux qui ont développé le Raisonnement Objectif à son plus haut degré, le degré de l’infini, mieux dit, à trois pas du degré de l’infini qui soutient tout, dans sa plus haute forme d’être ; chaque trident indique le degré de force.

Ces cornes, à qui appartiennent-elles? Elles appartiennent à Lucifer. Mais qui est Lucifer? Il est le reflet du Logos à l’intérieur de nous (vous avez vu qu’on fait des ombres), l’ombre du Christ ; ainsi pourrait l’ombre du Christ être méchant ou ténébreux? Il serait même absurde de le supposer.

Lucifer-Xolotl

Si nous exorcisons, anathématisons l’ombre du Seigneur, ce serait autant que d’anathèmer le Seigneur, alors le Lucifer-Nahua, Lucifer-Xolotl, ou Lucifer-Prométhée, parce que, pour faire simple, c’est en synthèse l’ombre du Logos parmi nous, pour notre bien ; « Échelle pour monter, échelle pour descendre » ; Personne ne peut monter que par cette « échelle », personne ne peut descendre que par cette « échelle ».

Lisez la « Divine Comédie de Dante Alighieri » et là vous le confirmerez…

Au fur et à mesure que l’on progresse dans le développement du Raisonnement Objectif, les cornes sont récupérées et les tridents des cornes de Lucifer apparaissent sur elles, c’est clair; le nombre de Tridents correspondant à votre progression ; Avoir six tridents, c’est avoir atteint le plus haut Raisonnement Objectif de l’Être.

Qu’entend-on par Raisonnement Objectif? Pour comprendre la valeur des cornes, nous dirons que le Raisonnement Objectif est cette fonction du Mental Intérieur par rapport à la conscience. En nous, comme nous l’avons déjà expliqué, il y a trois mental : le Mental Extérieur ou Mental Sensuel ; le Mental Intermédiaire et le Mental Intérieur…

Si un être humain possède les six tridents sur les cornes, cet être humain est complètement éveillé, il est seulement à trois espaces de l’infini qui soutient tout, qu’on a une connaissance objective et complète, transcendantale et vraie (qu’on connaît les mystères de la vie et la mort, non parce que quelqu’un le lui a dit ou a cessé de le lui dire, ou parce qu’il l’a lu ou a cessé de le lire, mais par expérience directe), la connaissance superlative et transcendantale du Raisonnement Objectif, a le droit d’utiliser les cornes dans les cérémonies d’argent des hiérophantes, comme partie de leur tenue religieuse.

Je suis sûr que les cornes de Moïse avaient les six tridents, j’en suis sûr ; qu’il possédait les six tridents, il ne fait aucun doute que Michel-Ange, qui était un initié, lorsqu’il a ciselé Moïse avec ces cornes, il les a vus, c’est clair ; beaucoup ne s’expliquent pas, « mais comment, Moïse est ciselé avec des cornes?! ».

Aussi l’Arche de l’Alliance avait quatre cornes, des cornes de bouc. L’étymologie du mot « trident » est claire : « trident » égal trois.

Un trident ressemble à une fourche à trois pointes; bien sûr, les tridents du mental ! Ainsi, celui qui parvient à avoir les six tridents du mental, que veut-il de plus?

Alors regardons les cornes de manière plus réfléchie. Bien sûr, je ne vous dis pas que les ténébreux n’ont pas de cornes, oui ils en ont, mais ce sont déjà les cornes à leur manière sinistre ou négative, ce sont l’antithèse des cornes d’argent des hiérophantes. Les cornes de la majorité sont ténébreuses. Ce sont des démons.

Lucifer est un problème labyrinthique, parce que les prêtres Catholiques l’ont tellement défiguré, ils l’ont mis assis sur le monde avec un trident et des ailes de chauve-souris noires, gouvernant l’univers ; Eh bien, tout cela est absurde, car en effet Lucifer n’est rien de plus que le reflet du Logos à l’intérieur de nous-mêmes. L’amour du Christ est si grand qu’il a projeté son ombre à l’intérieur de nous pour nous aider…