Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Peinture de William Blake

Chers frères et sœurs, amis, camarades de classe : parlons un peu. Certes, à travers ces dissertations, nous entendons tous chercher une solution à de nombreux soucis intimes. Je ne prétends pas en savoir plus que vous, et je ne pense pas non plus que vous prétendiez en savoir plus que ma personne insignifiante. Nous voulons juste vous rassembler, partager nos préoccupations ; et c’est tout! La sincérité nous encourage.

Nous avons besoin d’un bien-être intégral. Nous souffrons tous. Nous avons tous de l’amertume dans la vie. Nous voulons tous un changement.

Respect de Soi

En tout cas, je pense, et vous en conviendrez, qu’un bien-être intégral est le résultat du respect de soi.

Cela semblerait assez étrange à un économiste, à un philosophe, etc. Par exemple, qu’est-ce que le respect de soi aurait à voir avec la question économique, ou avec des problèmes liés au travail, ou avec la force de travail, avec le capital, etc. ? Je vais vous dire ceci : notre niveau d’être attire notre vie.

Nous vivions dans une très belle maison à Mexico. Derrière cette maison, il y a un grand terrain qui était vide. Un jour, un groupe de « parachutistes » (comme on les appelle au Mexique) envahit cette terre. Ils construisirent bientôt leurs huttes en carton et s’y installèrent. Incontestablement, ils sont devenus quelque chose de sale au sein de ce si beau quartier. Je ne veux pas les sous-estimer, mais vraiment, si leurs cabanes en carton étaient bien rangées, personne ne s’y opposerait. Malheureusement, il y avait un effroyable laisser-aller chez ces gens.

Du toit de notre maison, j’observais attentivement la vie de ces gens. Ils s’insultaient, ils se faisaient du mal, ils se saoulaient, ils ne se respectaient pas, ils ne respectaient pas non plus leurs semblables. Leur vie était horrible dans la misère et dans les abominations.

Si auparavant les patrouilles de police n’y étaient pas vues, plus tard, elles visitaient toujours le quartier; si avant ce quartier était paisible, alors c’est devenu un enfer.

Ainsi, j’ai pu vérifier que notre niveau d’être attire notre vie ; cela est évident! Supposons que l’un de ces habitants se soit résolu du jour au lendemain à se respecter et à respecter les autres. Évidemment, il changerait !

Qu’entend-on par « respectez-vous » ? Quittez la délinquance, ne volez pas, ne forniquez pas, n’adultérez pas, n’enviez pas le bien-être des autres. Soyez humble, simple. Abandonnez la paresse, devenez une personne active, ordonnée, décente, etc.

Quand un citoyen se respecte, il change de niveau d’être, c’est logique ! Et en changeant le niveau d’être, sans aucun doute, il attire de nouvelles circonstances, car il aurait des relations avec des personnes plus décentes, avec des personnes différentes, et éventuellement, cette raison des relations provoquerait un changement économique et social dans son existence.

Par conséquent, cela répondrait à ce que je dis, à savoir que le respect de soi intégral est à l’origine du bien-être social et économique.

Mais si on ne sait pas se respecter, on ne respecte pas non plus ses voisins et on se condamne à une vie malheureuse, malheureuse.

Image de Soi

Le principe du bien-être intégral est dans le respect de soi. N’oubliez pas que « l’extérieur n’est que le reflet de l’intérieur ». Cela a déjà été dit par Mr. Emmanuel Kant, le philosophe de Königsberg.

Si nous étudions attentivement « La Critique de la Raison Pure », nous découvrons certainement que « l’extérieur est l’intérieur » (paroles citées de Mr. Emmanuel Kant).

L’image de l’extérieur des gens et les circonstances qui les entourent sont le résultat de l’image de soi.

Nous avons tous une image de soi. Ce mot « image de soi » (composite) est profondément significatif.

Justement, une photographie de Fernando me vient à l’esprit en ce moment. Il y a une photo de notre ami Fernando et, chose curieuse, deux Fernando apparaissent sur la photo : l’un, très immobile, en position ferme, le visage tourné vers l’avant ; l’autre apparaît marchant devant lui, avec une forme de visage différente, etc. Comment est-il possible que deux Fernando apparaissent sur une photo ? Je crois que cette photo mérite d’être agrandie, car elle peut être utilisée pour la montrer à toutes les personnes de ces études. Évidemment, je pense que le second Fernando est l’auto-réflexion du Fernando original ; cela est évident ! Parce qu’il est écrit que « l’image extérieure de l’homme et les circonstances qui l’entourent sont le résultat de l’image de soi ». Il est aussi écrit que « l’extérieur n’est que le reflet de l’intérieur ». Et les gens, et les choses que nous rencontrons dans la vie, sont le reflet de nous-mêmes, car « ce qui est à l’extérieur est ce qui est à l’intérieur », disait Mr. Emmanuel Kant, le philosophe de Königsberg.

Alors, si nous ne nous respectons pas, si l’image intérieure de nous-mêmes est très mauvaise, si nous sommes pleins de défauts psychologiques, de tares morales, indéniablement, des événements désagréables surgiront dans le monde extérieur, des difficultés économiques et sociales, etc.

Mais n’oublions pas que l’image extérieure d’une personne et les circonstances qui nous entourent sont le résultat de l’image de soi.

Nous avons une image de nous. À l’extérieur il y a l’image psychologique, qui peut être photographiée, mais à l’intérieur, nous avons une autre image : l’image de soi, ou pour mieux préciser nous dirons qu’à l’extérieur nous avons l’image physique, sensible ; à l’intérieur nous avons l’image d’un type psychologique, hypersensible.

Si à l’extérieur nous avons une image pauvre, misérable, et si cette image s’accompagne de circonstances désagréables : situation économique difficile, problèmes de toutes sortes, conflits que ce soit à la maison, dans la rue, au travail, etc., c’est simplement parce que notre image de soi psychologique est pauvre et défectueuse, horrifiante. Dans l’environnement nous reflétons notre misère, notre néant, ce que nous sommes.

Si nous voulons changer, nous avons besoin d’un changement total : l’image, les valeurs et l’identité doivent changer radicalement.

Valeurs

J’ai dit dans une des conférences ici que chacun de nous est un point mathématique dans l’espace, qui accepte de servir de véhicule à certaines sommes de valeurs. Certains servent de véhicule aux « grandes valeurs » et d’autres peuvent servir de véhicules aux « valeurs médiocres ». Chacun est chacun.

La plupart des êtres humains servent de véhicule aux valeurs de l’ego, le Moi, le moi-même, l’obstiné. Ces valeurs peuvent être positives ou négatives.

Ainsi, identité, valeurs et image forment un tout.

Je dis que nous devons passer par une transformation radicale. J’affirme, emphatiquement, que l’identité, les valeurs et l’image doivent être totalement changées. Nous avons besoin d’une nouvelle identité, de nouvelles valeurs, d’une nouvelle image. C’est une révolution psychologique, une révolution intime.

Il est absurde de continuer dans le cercle vicieux dans lequel nous évoluons actuellement. Nous devons changer complètement.

N’oubliez donc pas que l’image de soi donne naissance à l’image extérieure. Quand je dis image de soi, je veux dire cette image psychologique que nous avons.

Quelle est notre image psychologique ? Est-elle colérique, cupide, lubrique, envieuse, orgueilleuse, paresseuse, gloutonne ou quoi ? Quelle que soit l’image que nous avons de nous-mêmes, ou mieux, notre image de soi, donnera naturellement lieu à l’image extérieure.

L’image extérieure, bien que très bien habillée, pourrait être médiocre.

L’image d’une personne orgueilleuse est-elle belle, de quelqu’un qui est devenu insupportable, qui n’a pas un grain d’humilité ?

L’image d’un lubrique est-elle très agréable ? Comment agit un lubrique ? Comment vit-il ? À quoi ressemble un lubrique dans sa chambre ? Quel est son comportement dans la vie intime avec le sexe opposé ? Peut-être est-il un dégénéré ?

Quelle serait l’image extérieure d’une personne envieuse, de quelqu’un qui souffre à cause du bien-être des autres, et qui nuit secrètement aux autres par envie ?

Quelle image horrible présente un paresseux ! Celui qui ne veut pas travailler, sale, abominable…

Que dirons-nous du glouton ?

Ainsi, en effet, l’image extérieure est le résultat de l’image intérieure ; cela est évident ! Si un homme apprend à se respecter, il change sa vie, non seulement dans le domaine de l’éthique ou de la psychologie, mais aussi dans le domaine social et économique, et même politique. Mais il faut changer !

C’est pourquoi j’insiste, mes chers amis, sur le fait que notre identité, notre image, nos valeurs doivent changer.

Notre identité actuelle, nos valeurs actuelles, l’image que nous avons actuellement de nous-mêmes, est misérable. À cause de cela, notre vie sociale est pleine de conflits et de problèmes économiques. Personne n’est heureux aujourd’hui, personne n’est heureux.

Mais pourrions-nous changer l’image, les valeurs, l’identité que nous avons ? Pourrions-nous assumer une nouvelle identité, de nouvelles valeurs, une nouvelle image ? Je dis clairement que c’est possible.

Incontestablement, il faudrait désintégrer l’ego.

L’Égo

Nous avons tous un « Moi ». Quand on frappe à une porte et qu’on nous demande : « Qui est-ce ? »

Nous répondons « Moi ! »

Mais qui est ce « Moi », qui est ce « moi-même » ? Qui est-ce « ego » ? En vérité, l’ego est une somme de valeurs négatives ou positives.

Nous pourrions désintégrer l’ego, mettre fin à toutes les valeurs positives et négatives que nous avons, et ensuite, nous pourrions servir de véhicule à de nouvelles valeurs : les valeurs de l’Être. Mais dans ce cas, nous avons besoin d’une didactique, si nous voulons éliminer les valeurs que nous avons actuellement, pour provoquer un changement.

Avant tout, il faudrait bien faire appel à la psychanalyse intime. Quand on fait appel à la psychanalyse intime pour découvrir ses défauts psychologiques, une grande difficulté surgit.

Je veux me référer emphatiquement à la force du contre-transfert. On peut s’auto-investiguez, on peut « s’introvertir », mais quand on essaie, la difficulté du contre-transfert surgit toujours. [Éditeur : Le contre-transfert se produit lorsque l’observateur s’attache au phénomène observé. Ainsi, lorsque nous sommes attachés à un défaut, il est très difficile voire impossible de le comprendre.]

Il s’agit de transférer notre attention vers l’intérieur, dans le but de nous explorer pour nous connaître, et d’éliminer les valeurs négatives qui nous nuisent psychologiquement, socialement, économiquement, politiquement et même spirituellement.

Malheureusement, je le répète, quand on essaie de s’introvertir pour s’explorer et se connaître, le contre-transfert surgit immédiatement, ce qui est une force qui entrave l’introversion.

S’il n’y avait pas de contre-transfert, l’introversion serait plus facile. Malheureusement, le contre-transfert entrave complètement l’introversion, et nous avons besoin d’une psychanalyse intime, nous avons besoin d’une auto-investigation intime pour vraiment nous connaître.

Rappelons-nous cette phrase de Thalès de Milet : « Nosce te ipsum » (« connais-toi toi-même », et tu connaîtras l’univers et les dieux). Quand on se connaît, on peut changer. Tant qu’on ne se connaît pas, tout changement ne nous sera d’aucune utilité. Mais avant tout, mes chers amis, il faut s’auto-analyser.

Auto-analyse

Comment surmonter la force du contre-transfert qui rend difficile la psychanalyse intime ou l’auto-analyse ? Cela ne serait en effet possible, vraiment, qu’à travers l’analyse transactionnelle et l’analyse structurelle.

Quand on fait appel à l’analyse structurelle, on connaît ces structures psychologiques qui rendent l’introspection intime difficile et presque impossible, voire impossible. En connaissant de telles structures, nous les comprenons, et en les comprenant nous pouvons alors surmonter l’obstacle.

Mais nous aurions besoin de quelque chose de plus : nous aurions également besoin d’une analyse transactionnelle. Il y a les transactions bancaires, commerciales, etc. Il y a aussi les transactions psychologiques. Les divers éléments psychiques que nous portons en nous sont sujets à des transactions, des échanges, des luttes, des changements de position, etc. Ils ne sont pas quelque chose d’immobile, ils existent toujours à l’état de mouvement.

Quand on connaît, par l’analyse transactionnelle, les différents processus psychologiques intimes, et qu’en plus de cela on a aussi connu les différentes structures, alors la difficulté d’introversion psychologique prend fin, et l’auto-exploration de moi-même, de soi, avec pleine Succès.

Celui qui parvient à une auto-exploration complète, sur tel ou tel défaut, tantôt connaître la colère, tantôt connaître la cupidité, ou la luxure, ou l’envie, ou l’orgueil, ou la paresse, ou la gourmandise, etc., peuvent faire de formidables progrès psychologiques.

Il faudrait d’abord commencer par séparer le défaut que l’on veut éliminer de nous-mêmes, et plus tard, le dissoudre.

Un défaut désintégré libère un certain pourcentage d’âme essence. Au fur et à mesure que nous désintégrons chacune de nos fausses valeurs, c’est-à-dire nos défauts, l’essence psychique enfermée en elles sera libérée.

Et enfin, l’essence psychologique totalement libérée nous transformera totalement. Ce sera le moment précis où les valeurs éternelles de l’Être s’expriment à travers nous. Incontestablement, ce serait merveilleux, non seulement pour nous-mêmes, mais pour l’humanité.

Quand quelqu’un a réussi à désintégrer, ou à dissoudre complètement des valeurs négatives, incontestablement, on se respecte, et en se respectant, on respecte les autres ; on devient, disons, source de bien pour tous ; on devient une créature parfaite, consciente et merveilleuse.

Cette image mystique de soi, disons, d’une personne éveillée, naîtra par séquence ou corollaire, l’image parfaite d’un noble citoyen, dont les circonstances seront également bénéfiques dans tous les sens; ce sera un maillon d’or dans la grande chaîne universelle de la vie ; ce sera un exemple pour le monde entier, une source de bonheur pour de nombreux êtres ; une personne illuminée au sens le plus transcendantal du terme; quelqu’un qui jouira d’une extase continue et délicieuse.

Dynamique Mentale

N’oubliez pas, mes chers amis, qu’en dynamique mentale, nous avons besoin de savoir quelque chose sur « comment » et « pourquoi » le mental fonctionne.

Le mental, incontestablement, est un instrument que nous devons apprendre à utiliser consciemment. Mais il serait absurde de supposer qu’un tel instrument soit efficace, si l’on ne connaît pas d’abord le « comment » et le « pourquoi » du mental.

Quand on connaît le « comment » et le « pourquoi » du mental, quand on en connaît les divers fonctionnalismes, on peut le contrôler ; il devient un instrument utile et parfait, un véhicule merveilleux à travers lequel nous pouvons travailler pour le bien de l’humanité. Un système réaliste est vraiment nécessaire si nous voulons vraiment connaître le potentiel du mental humain.

De nombreux systèmes de contrôle mental abondent de nos jours. Il y a ceux qui pensent que certains exercices artificiels peuvent être magnifiques pour le contrôle de l’entendement. Il y a des écoles, il y a beaucoup de théories sur le mental et de nombreux systèmes.

Mais comment en effet serait-il possible de vraiment faire quelque chose d’utile du mental ? Pensez-vous que si nous ne connaissons pas le « comment » ou le « pourquoi » du mental, nous pourrions le rendre parfait ? Nous avons besoin de connaître les différents fonctionnalismes du mental, si nous voulons qu’il soit parfait.

Comment il marche ? Pourquoi il marche ? Ce « comment » et ce « pourquoi » sont définitifs.

Si nous jetons, par exemple, une pierre dans un lac, nous verrons que des vagues se forment. Ce sont la réaction du lac, de l’eau contre la pierre. De même, si quelqu’un nous dit un mot ironique, ce mot vient au mental et le mental réagit contre ce mot ; viennent ensuite les conflits.

Tout le monde est en difficulté ; tout le monde vit en conflit. J’ai observé attentivement les tables de discussion dans de nombreux organismes, écoles, etc. Ils ne se respectent pas. Pourquoi ? Parce qu’ils ne se respectent pas.

Prenez un sénat, une chambre des représentants, ou simplement une « table » d’école. Si quelqu’un dit quelque chose, quelqu’un d’autre se sent concerné, se met en colère et dit quelque chose de pire ; les membres d’un conseil d’administration se querellent. Cela indique que le mental de chacun d’eux réagit contre les impacts venant du monde extérieur, c’est très grave.

Il faut en effet faire appel à la psychanalyse introspective pour explorer son propre mental ; il devient nécessaire de se connaître un peu plus dans l’intellectuel.

Pourquoi réagissons-nous à la parole d’un autre ? Dans ces conditions, nous sommes toujours des victimes. Si quelqu’un veut que nous soyons heureux, tout ce qu’il a à faire est de nous tapoter sur l’épaule et de dire quelques mots gentils ; si quelqu’un veut nous voir bouleversés, il n’a qu’à nous dire quelques mots désagréables.

Où est donc notre vraie liberté intellectuelle ? Où ? Si nous dépendons complètement des autres, nous sommes des esclaves.

En effet, nos processus psychologiques, en réalité, dépendent exclusivement d’autres personnes ; nous ne commandons pas nos propres processus psychologiques. C’est terrible ! Ce sont les autres qui gouvernent en nous, et dans nos processus intimes !

Un ami arrive soudainement et nous dit qu’il nous invite à une fête. On va chez l’ami, il nous offre un verre, on est désolé de ne pas l’accepter, on le boit. Un autre verre arrive et on le boit aussi, et un autre, et « on continue à boire » et enfin on finit « saoul ». Ainsi, cet ami était propriétaire et seigneur de nos processus psychologiques.

Pensez-vous qu’un tel mental peut être utilisé pour quelque chose ? Si quelqu’un nous gouverne, si tout le monde a le droit de nous gouverner, alors où est notre liberté intellectuelle ? Où est-elle ?

Du coup on se retrouve devant une personne du sexe opposé, on s’identifie beaucoup à cette personne et à la longue on se retrouve impliqué dans la fornication ou l’adultère. Cela signifie que cette personne du sexe opposé pourrait faire plus : celle-là a initié notre processus psychologique, celle-là l’a contrôlée, celle-là nous a soumis à sa volonté. Est-ce la liberté ?

Valeurs de l’Être

L’animal intellectuel appelé à tort « humain », en réalité, réellement, a été éduqué pour nier son identité, ses valeurs et son image authentiques. Quelle sera l’identité authentique, les valeurs et l’image intime de chacun de nous ? Est-ce l’ego, ou la personnalité ? Non ! Grâce à la psychanalyse introspective, nous pourrions aller au-delà de l’ego et découvrir l’Être.

Incontestablement, l’Être est notre identité, nos valeurs et notre image authentiques.

L’Être, en lui-même, est le K-H, le Kosmos-Humain ou le cosmos-humain. C’est notre identité authentique, nos valeurs et notre image.

Malheureusement, comme je vous l’ai déjà dit, l’animal intellectuel faussement appelé « humain » s’est éduqué à renier ses propres valeurs intimes ; il est tombé dans le matérialisme de cet âge dégénéré ; il s’est livré à tous les vices de la terre ; et suit le chemin de l’erreur.

Accepter la culture négative inculquée subjectivement à l’intérieur de nous, suivre le chemin de la moindre résistance, est absurde. Malheureusement, les gens, à cette époque, aiment suivre le chemin de la moindre résistance et acceptent la fausse culture matérialiste de ces temps, la laissent ou la permettent de s’instiller dans leur psyché, et c’est ainsi qu’ils en viennent à nier les vraies valeurs de leur Être.

Je veux que vous réfléchissiez bien ce soir, mes chers amis, à ces choses !

Rappelez-vous que là-haut, dans l’espace infini, dans l’espace étoilé, toute action est le résultat d’une équation et d’une formule exacte. De même, par simple déduction logique, nous devons affirmer emphatiquement que notre véritable image, l’Intime, l’Humain-Cosmique, est au-delà de l’ego et des fausses valeurs, et est parfait. Chaque action de l’Être, incontestablement, est le résultat d’une équation et d’une formule exacte.

Il y a eu des cas où l’Être parvient à exprimer à travers quelqu’un qui a réussi un changement d’image, de valeurs, d’identité, et alors, ce « tel » est en fait devenu un prophète, une personne illuminée. Mais il y a aussi eu des cas malheureux où celui qui a servi de véhicule à son propre Être n’a pas vraiment compris les intentions du divin.

Lorsqu’une personne qui sert de véhicule pour l’Être ne travaille pas de manière désintéressée en faveur de l’humanité, incontestablement, cette personne n’a pas compris ce qu’est l’équation et la formule exacte de toute action de l’Être.

Seul celui qui renonce aux fruits de l’action, qui n’attend aucune récompense, qui n’est motivé que par l’amour à travailler pour ses semblables, a certainement compris l’activité de l’Être.

Nous devons passer par, je le répète, un changement total de nous-mêmes. L’image, les valeurs, l’identité, doivent changer, et au lieu d’avoir la pauvre image de l’humain terrestre, nous devons avoir une image spirituelle, céleste, ici même et en chair et en os.

Au lieu de posséder les fausses valeurs de l’ego, ce qui doit être dans nos cœurs et dans nos mentals ce sont les valeurs positives de l’Être.

Au lieu d’avoir donc une identité grossière, il faut avoir une identité mise au service de l’Être. Réfléchissons…… jusqu’à ce que nous devenions l’expression vivante de l’Être. « L’Être est l’Être et la raison d’être de l’Être c’est être l’Être lui-même. »

Distinguons clairement l’expression de l’expression de soi : l’ego peut s’exprimer, mais une telle expression ne sera jamais une expression de soi. L’ego s’exprime à travers la personnalité et ses expressions sont subjectives : il répète ce que les autres lui ont dit, il raconte ce que les autres lui ont raconté, il explique ce que les autres lui ont expliqué, mais l’ego n’a pas une expression de soi évidente de l’Être.

La véritable expression de soi objective de l’Être c’est ce qui compte. Lorsque l’Être s’exprime à travers nous, il le fait parfaitement.

Il faut désintégrer l’ego, le Moi, le moi-même, fondé sur la psychanalyse intime, pour que le verbe, la parole de l’Être, s’exprime à travers nous.

Ainsi se termine mes paroles pour ce soir.

Paix Invérentielle !

Catégories : Conférences de Samael Aun Weor