Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Commençons notre conférence ce soir… Nous commencerons aujourd’hui à parler de quelque chose d’intrigant, qui bien qu’étant cosmique, est néanmoins lié d’une certaine manière à l’Auto-réalisation intime de l’Être. Je veux faire référence, de manière emphatique, à la Lune. Il est commode que nous connaissions les influences de la Lune et la relation de ce satellite avec nous-mêmes et avec la planète Terre en général.

L’Origine de la Lune

Il existe deux théories contradictoires concernant notre satellite lunaire. On emphatiquement que la Lune est un morceau de la planète Terre éjecté dans l’espace ; il y a plusieurs auteurs pseudo-ésotériques et pseudo-occultes qui défendent cette théorie.

On dit qu’il y a quelques millions d’années, lorsque la comète Kondoor est entrée en collision avec notre planète Terre, deux fragments de notre planète ont été projetés dans l’espace… Voici les deux lunes ; car s’il est vrai que les gens croient que nous avons une Lune, en réalité nous avons deux lunes. L’autre est si petite qu’elle n’est vraiment perçu à travers le télescope que comme un grain de lentille (car elle ne mesure que quelques kilomètres). Elle est assez loin de notre planète Terre. Elle s’appelle « Lilith » et elle tourne autour de notre planète ; c’est « la Lune noire ». Mais nous n’allons pas nous occuper de Lilith maintenant. Il faut que nous nous occupions de ce satellite qui nous éclaire la nuit, car il est intimement lié à la partie psychologique de chacun de nous.

Au nom de la vérité, nous devons dire que notre satellite est plus ancien que notre planète Terre, et cela a maintenant été démontré avec des tests au carbone 14. Les pierres rapportées par les astronautes ont été soigneusement examinées, et cela a définitivement clarifié cette thèse.

Le monde oriental affirme emphatiquement que « la Lune est la mère de la Terre ». Ainsi, il y a deux positions sur ce satellite. Il faut donc percer son mystère… La Lune est-elle un morceau de la planète Terre projeté dans l’espace? C’est ce que disent de nombreux pseudo-ésotéristes, et même des ésotéristes célèbres… Est-elle plus ancienne que la planète Terre? C’est ce qu’affirme le monde oriental… Laquelle des deux thèses sera exacte? Les faits parleront…

Un certain auteur (dont je ne cite pas le nom, car en vérité, il ne faut en aucun cas critiquer qui que ce soit) a osé dire que « c’est une nouvelle planète, qu’elle est en train de naître, qu’elle est en train de se former », et qu’elle « vampirise ou suce la vitalité de la Terre, ainsi, elle vit de la Terre ». Mais le monde oriental dit que « la Terre est celle qui vampirise la Lune »…

Qui a raison? Passons aux faits. Les astronautes sont allés sur la Lune. Vous le savez, personne ne le nie. Des photographies y ont été prises, et rien n’indique que la Lune vampirise la Terre. Si la Lune vampirisait la Terre, il y aurait déjà de la vie sur la Lune, et il s’avère qu’elle ressemble à une boule de billard : des volcans éteints, des mers sans eau, du sable et encore du sable, des cailloux et encore des cailloux, d’énormes rochers, et pas de vie végétale ou animale. Les faits montrent donc que la Lune ne vampirise pas la Terre.

D’autre part, la Terre vampirise la Lune (bien qu’elle n’ait plus à la vampiriser). La Terre est riche en vie minérale, végétale, animale et humaine, c’est-à-dire que la vie de la Lune a été absorbée par la Terre…

Ce sont les faits, et je me réfère aux faits. Si la Lune vampirisait la Terre, alors la Lune aurait la vie, mais à la place elle est bien morte…

Le monde oriental dit que « la Lune est la mère de la Terre ». Je suis d’accord avec ce concept.

Mais comment pourrions-nous vraiment savoir quelque chose sur la Lune, autre chose que la simple répétition de ce que disent les Orientaux et de ce que disent les Occidentaux? Cela ne pourrait être possible qu’avec le type de vision Olooestesnokhnien, oui, uniquement avec ce type de vision, rien de plus. Je le répète : au moyen de la vision de type Olooestesnokhnien.

La Mort de la Lune

Épelons-le bien, notons-le : la vision O, L, OO (deux O), ES, T, ES, NOTKH, NIEN, correct. Ce type de vision est le seul sens qui puisse nous permettre d’investiguer sur quelque chose sur la Lune…

Mais de quel genre de « vision » s’agit-il? Quelle sorte de « vision » est celle qu’on appelle « Olooestesnokhnien »?

C’est un type de vision qui n’appartient pas au psychisme inférieur. C’est le type de vision de celui qui connaît la lumière de la lumière, de celui qui connaît la flamme de la flamme, l’Intelligence de l’intelligence, la Vérité de la vérité, le Caché du caché…

Celui qui n’a pas encore désintégré les agrégats psychiques en lui pourrait-il posséder ce type de vision? Évidemment pas! Ce n’est qu’avec un tel degré de vision qu’il serait possible de savoir quelque chose de vrai sur la Lune.

Au nom de la vérité, je dois vous dire que moi, en tant qu’initié ou bodhisattva, a dû travailler dans les mahamanvantaras du passé, et je connaissais vraiment l’ancienne Terre-Lune. Ce satellite était une planète comme notre planète : il y avait une riche vie minérale, végétale, animale et humaine, des mers agitées et des volcans en éruption, etc.

Tous les satellites de notre système solaire faisaient partie du système solaire passé, qui en ésotérisme est appelé « la chaîne lunaire ». Ainsi, tout système solaire naît, grandit, vieillit et meurt. C’est ainsi qu’était la chaîne lunaire, y compris la Lune qui nous illumine la nuit, qui était une planète des différentes planètes de la chaîne lunaire…

Les temps d’activité sont appelés en ésotérisme « mahamanvantaras » ; les périodes d’inactivité, les nuits cosmiques, sont appelées « pralayas ».

Ainsi, la Lune avait la vie et est la mère de la Terre ; cela doit être compris…

Lorsque la nuit cosmique est arrivée, la vie lunaire a basculé dans les dimensions supérieures de la nature et du cosmos, et la croûte géologique a été abandonnée, c’est-à-dire que les mers peu à peu s’appauvrissaient, s’évaporaient, et les volcans épuisaient leurs feux (après la septième grande race racines).

La Lune avait sept grandes races-racines, mais à la fin de la septième grande race-racine, toute la vie lunaire s’est transformée en quatrième dimension ; beaucoup plus tard dans la cinquième, plus tard dans la sixième et enfin dans la septième dimension ; le cortex physique a été correctement abandonné, transformé en cadavre.

Tout ce système solaire passé, dont les seuls exposants aujourd’hui sont les satellites lunaires de notre système solaire actuel, est physiquement mort, mais continue d’exister du point de vue de ce qu’on appelle « substance », c’est-à-dire, dans la dernière synthèse, il a été transformé en quelque chose que nous pourrions dire « pro-matière », en quelque chose qui est appelé « Iliaster ».

C’est quelque chose qui nous laisse penser : « Iliaster »… Qu’est-ce que « Iliaster »? nous dirions, le « protyle » de notre matière physique (cependant, ce terme, très moderne, ne nous satisfait pas non plus) ; c’est la substance, c’est la « mulaprakriti » des orientaux, et ainsi de suite.

Cela semble impossible, mais notre système solaire, en dernière synthèse, pourrait se réduire à une graine, à son Iliaster, et c’est tout!… Prenons un arbre ; un arbre a évolué à partir d’un germe, et dans le germe se trouvent potentiellement le tronc, les branches, les feuilles, les fleurs et les fruits ; l’Iliaster est la graine de tout système solaire. Ainsi, la chaîne lunaire fut réduite à son iliastre ; dans l’Iliaster, la matière restait au pouvoir, elle restait latente.

Je dois dire, au nom de la vérité, qu’au moyen de ce type de vision déjà cité, qui est de nature profondément « endotérique », il a donc été possible d’étudier les planètes dans leur Iliaster, elles sont au-delà du temps [quatrième dimension], aussi au-delà de l’éternité [cinquième dimension] : Elles sont déposées dans l’espace profond…

Olooestesnokhnien : Voilà le genre de vision qui nous a permis d’investiguer dans la mulaprakriti ; planètes déposées dans le sein profond de la non-manifestation, attendant une nouvelle manifestation. Comme c’est intéressant!

La Naissance de la Terre

Eh bien, lorsque l’aube de la nouvelle création, du nouveau mahamanvantara a commencé (c’est-à-dire du nouveau grand jour cosmique, dans lequel nous sommes actuellement), le Logos Causal ou Logos-Cause est entrée en activité ; il a déclenché le tourbillon électrique, l’ouragan électrique, et par la suite cette électricité a différencié l’Iliaster primitif, et une fois différenciée, la dualité est alors entrée en jeu.

Néanmoins, l’Iliaster lui-même n’est pas duel, il est moniste, il inclut purusha et prakriti, c’est-à-dire esprit et substance ; par conséquent, il est moniste. Mais l’électricité du Logos Causal, à l’aube de la création, a différencié cet iliastre, puis a surgit Ideos, c’est-à-dire le Chaos, le Misterium-Magnum, le Magnus-Limbus, puisqu’il y a deux limbes existentiels : le Magnus-Limbus du macrocosme et le limbus du microcosme.

Et tout comme du Magnus-Limbus l’univers a surgit à nouveau, s’éveille à une nouvelle activité, de même, de notre limbus microcosmique, les corps existentiels supérieurs de l’être peuvent surgir, si on le désire.

Lorsque le Limbus-Magnus est apparu, à la suite de la différenciation initiée par le Logos-Cause, le Logos Solaire, le feu, s’est immédiatement activé (ce devait être comme ça). En se dédoublant eux-même, les Elohim sont devenus père-mère. Dans l’union créatrice suprême de lui et d’elle, d’Osiris-Isis, le troisième s’éleva, le Kabir [le veau, l’enfant], le feu qui fit fructifier ce Magnus-Limbus – où se trouvait la graine de cet univers. Le Magnus-Limbus est l’endroit où la matière était potentiellement contenue; c’est le protyle original authentique, c’est la pro-matière ; il était là en potentialité, et le feu imprégnait le limbus-magnus ; et puis la vie lunaire reprit son activité, ce protyle revint à l’existence)…

Les mêmes éléments, base fondamentale de l’existence des créatures : le feu, l’air, l’eau et la terre, ont sans doute leur protyle originel, leur Iliaster. Celui qui gère l’Iliaster des éléments, devient évidemment roi ou reine des éléments de la nature et du cosmos.

Ainsi surgirent les éléments ; le feu s’est indubitablement cristallisé en air, l’air en eau et l’eau en terre, et une nouvelle planète est apparue, un nouveau système solaire qui a émergé de l’Iliaster ; une nouvelle terre, enfant de la Lune, enfant de l’âme lunaire, enfant de l’esprit lunaire, issu du protyle originel, ou de l’Iliaster…

Cette Terre, au début, était simplement mentale pendant la première ronde, astrale pendant la deuxième ronde, éthérique pendant la troisième ronde, et maintenant que nous sommes dans la quatrième ronde, elle est physique ; à la cinquième ronde, elle redeviendra éthérique, à la sixième ronde elle redeviendra astrale et à la septième ronde, mentale, et enfin, la vie retournera, une fois de plus, à son protyle originel, à son Iliaster, au germe duquel elle est venue, à sa graine authentique.

De même que dans un grain, dans un germe (par exemple, dans le germe d’un arbre) l’arbre entier est potentiellement contenu, de même, dans le germe de l’univers, l’univers entier est potentiellement contenu.

Voyez comment « la variété est l’unité »…

Réalisez par vous-mêmes à quel point de nombreux pseudo-ésotéristes, pseudo-occultistes et scientifiques se trompent, lorsqu’ils prétendent que « la Lune est un morceau de la Terre projeté dans l’espace »… Ce concept est faux ; aujourd’hui, la coquille grossière qui est restée, ce cadavre déjà sans vie, mort, tourne autour de son enfant la Terre ; et la Terre continue de la vampiriser, absorbant tous ses éléments, bien qu’elle n’ait plus rien à en absorber, puisque la Terre a déjà tout absorbé d’elle, vampirisée… Donc, ce n’est pas la Lune qui vampirise la La Terre, c’est la Terre qui a vampirisé la Lune ; les pseudo-ésotéristes et pseudo-occultistes qui prétendent que « la Lune est un morceau de Terre projeté dans l’espace » se trompent…

Vous devez investiguer directement. Au nom de la vérité, je dois témoigner qu’en tant que bodhisattva j’ai vécu dans l’ancienne Terre-Lune et j’ai connu ses sept grandes races et ses puissantes civilisations. Un jour viendra où la pelle des astronautes, archéologues ou géologues qui s’y rendront, découvrira dans le sous-sol lunaire des vestiges de cultures anciennes, et alors ils se rendront compte que, vraiment, « la Lune est plus vieille que la Terre »…

L’Influence de la Lune

Aujourd’hui, ce cadavre froid irradie la mort et la désolation, malheureusement… Il y avait un certain frère qui avait l’habitude de fixer la Lune pendant des heures ; a finalement perdu ses yeux, il est devenu aveugle pour toujours. Ce frère est déjà désincarné…

La Lune a une grande influence sur les marées hautes et basses (puisqu’elle est la mère de la Terre), sur la sève des plantes, sur les cycles des maladies, etc.

Néanmoins, la Lune est une amie très proche des sorcières et des magiciens noirs. Souvenons-nous des sorcières de Thessalie, qui connaissaient en profondeur les secrets de la Lune. Souvenons-nous des tantriques noirs du Bengale, et aussi des transhimalayas, qui n’ignorent pas les secrets de la Lune…

Les adeptes du cercle conscient de l’humanité solaire, qui opère sur les centres supérieurs de l’Être, gardent beaucoup de secrets par rapport à la huitième sphère submergée, qui est lunaire [lisez L’Enfer, le Diable et le Karma].

Quand on étudie « L’Énéide » de Virgile (le poète de Mantoue, le maître du Florentin Dante Alighieri), on se souvient peut-être des « Iles Strophades » et de cette sorcière appelée « Séléné » dont parlait le grand initié Virgile…

Au nom de la vérité, nous disons que la Lune est sombre, terriblement mécanique. Malheureusement nous héritons cela dans la chair, nous l’héritons dans le sang, dans les os, dans la psyché, dans tout, parce que notre planète Terre même, avec toutes ses créatures, est l’enfant de la Lune ; le monde de Yesod même, le mercure ou monde vital éthérique, contient aussi, en lui-même, la Lune (Terre et Lune, dans Yesod, est comme un œuf avec deux jaunes). La même cristallisation de toutes les graines, tant chez les humains que chez les plantes, et dans tout ce qui est, a été et sera, est due aux radiations lunaires…

Quel est le mystère par exemple d’un arbre? Sa graine, son germe. Quel est le mystère d’un homme? Son germe, sa graine ; puis dans le germe se trouve le misterium magnum d’un homme. Si nous ne travaillons pas avec le Mysterium Magnum du germe humain, nous n’atteindrons jamais l’Auto-réalisation intime de l’Être ; cela est évident.

Incontestablement, cet univers est né de son protyle originel. Lorsque le Bélier, l’agneau, le feu sacré imprégna le grand limbus, le Magnus-Limbus, la vie a surgit. Ce n’est que du côté du Bélier, de l’agneau, du feu (qui s’écrit avec ces quatre lettres : INRI), qu’il nous est possible de devenir indépendant des forces lunaires ; sinon, ce n’est pas possible.

L’Influence du Soleil

La Lune est terriblement mécanique. À une certaine occasion, je vous avais dit que le Soleil avait créé cette race-racine pour réaliser une expérience. Laquelle? Pour créer des humains, des humains solaires et les créations ont été peu nombreuses.

Au temps d’Abraham, certaines créations humaines ont été faites ; à l’époque, pendant les huit premiers siècles du Christianisme, il y avait d’autres créations humaines ; au Moyen Âge quelques-unes, et maintenant, en ce moment, le Soleil fait des efforts suprêmes pour voir s’il réalise quelques créations humaines de plus… Il essaie, avant l’arrivée d’Hercolubus, la planète qui vient produire l’incendie universelle et la révolution des axes de la Terre, avec la fin subséquente de la grande race Aryenne…

Eh bien, seulement du côté du feu, du Logos, du côté du Bélier, que nous pourrions devenir indépendants de la mécanique lunaire.

Tous les humanoïdes sont cent pour cent mécaniques, inconscients : ils travaillent avec la conscience endormie, ils vivent endormis, ils ne savent pas d’où ils viennent ni où ils vont, ils sont profondément hypnotisés. L’hypnose est collective, massive, elle flue dans toute la Nature, vient de l’abominable organe Kundabuffer). Cette race est hypnotisée, inconsciente, plongée dans le sommeil le plus profond, et il n’est possible de s’éveiller qu’en détruisant le « Moi », l’ego, en l’annihilant, le réduisant en poussière…

Notre Niveau d’Être Aujourd’hui

Nous devons reconnaître, en toute clarté, que presque tous les humanoïdes sont à un niveau d’Être très bas…

Tout d’abord, réfléchissons un peu, réfléchissons un instant à nous-mêmes. Nous avons émergé d’un rayon particulier de création, chacun de nous a son propre rayon particulier de création, et dans ce rayon auquel nous appartenons, il y a différents niveaux d’être.

Certains sont à des niveaux très bas, d’autres à des niveaux un peu plus élevés, car une chose est le niveau de l’ivrogne et autre chose est le niveau de l’ésotériste ou de l’occultiste ; une chose est le niveau de l’intellectuel et autre chose est le niveau du sujet émotionnel ; une chose est le niveau de la femme digne et modeste, et autre chose est le modèle de la femme indigne et impudique (il y a différents Niveaux d’Être)…

Vous, mes chers frères et sœurs, déjà à travers ces entretiens et ces conférences, avez reçu beaucoup d’illustrations ésotériques. Nous vous avons indiqué comment devenir indépendant des forces lunaires, qui sont mécaniques, et comment acquérir l’intelligence solaire. Je vous ai dit que par le feu, nous pouvons nous libérer de la mécanique lunaire. Je vous ai dit qu’au moyen du feu, nous pouvons devenir des humains solaires ; mais avant tout je veux que nous soyons honnêtes, chacun de nous, ici ce soir : avez-vous déjà réalisé, peut-être, votre propre niveau d’Être, le niveau d’Être dans lequel vous êtes?

Savez-vous que vous êtes hypnotisé, que vous dormez?

Avez-vous déjà réalisé que vous vous identifiez non seulement aux choses extérieures, au monde extérieur, mais que vous vous identifiez aussi à vous-même, à vos pensées lubriques, à votre ivresse, à votre colère, à votre avidité, à votre suffisance, à votre vanité, à vos préjugés, à votre orgueil mystique, à votre mérite personnel, etc.?

Avez-vous déjà réalisé que vous ne vous êtes pas seulement identifié à l’extérieur, mais à ce qui est vanité, à ce qui est orgueil?

Par exemple : avez-vous triomphé aujourd’hui d’aujourd’hui? Avez-vous triomphé d’aujourd’hui, ou est-ce qu’aujourd’hui a triomphé de vous?

Qu’avez-vous fait aujourd’hui, mes chers frères et sœurs; quel défaut psychologique avez-vous éliminé?

Êtes-vous sûr que vous ne vous êtes pas identifié aujourd’hui avec quelque pensée morbide, ou avec quelque pensée avide, ou avec l’orgueil, ou avec l’insulteur, ou avec quelque souci, avec quelque dette, etc., etc., etc.? Êtes-vous sûr de cela?

Avez-vous triomphé d’aujourd’hui ou est-ce qu’aujourd’hui a triomphé de vous?

Qu’avez-vous fait aujourd’hui : avez-vous déjà réalisé le niveau d’Être dans lequel vous vous trouvez?

Êtes-vous allé à un niveau d’Être supérieur, ou êtes-vous resté où vous étiez?

Qu’avez-vous fait, qu’avez-vous fait aujourd’hui, mes chers frères et sœurs? Aujourd’hui a-t-il triomphé de vous, ou avez-vous triomphé d’aujourd’hui?

Pensez-vous, peut-être, qu’il soit possible de passer à un niveau d’être supérieur si l’on n’élimine pas certains défauts psychologiques? Ou êtes-vous peut-être satisfait de ce niveau d’être dans lequel vous vous trouvez actuellement?

N’oubliez pas, je le répète, que dans ce rayon auquel nous appartenons, il y a différents niveaux d’Être, et si nous allons rester toute notre vie sur un seul niveau d’Être, alors que faisons-nous?

Pour chaque niveau, à chaque niveau, il y a certaines amertumes, certaines souffrances ; c’est évident…

Tout le monde se plaint de souffrir, tout le monde se plaint de problèmes, tout le monde se plaint de l’état dans lequel il se trouve, de ses luttes, mais je me demande une chose : les frères et sœurs s’inquiètent-ils, peut-être, de passer à un niveau d’Être supérieur?

Évidemment, tant que nous sommes au niveau d’être où nous sommes, il faudra répéter toutes les circonstances adverses que nous connaissons déjà, toute l’amertume dans laquelle nous nous trouvons ; les mêmes problèmes devront se poser encore et encore…

Beaucoup se plaignent ; ils disent : « Mais bon, comment puis-je sortir de l’état dans lequel je suis? Comment vais-je passer à un niveau d’Être supérieur? J’explique qu’ils doivent éliminer certains défauts, mais ils ne veulent pas comprendre…

Au-dessous de nous, chacun de nous, il y a différents niveaux d’Être. Au-dessus de nous, il y a différents échelons. Au niveau où nous sommes maintenant, il y a des problèmes ; les luttes, on les connaît déjà, les difficultés sont les mêmes, rien ne change. Tant qu’on est au niveau qu’on est, encore et encore les mêmes difficultés surgiront…

Voulez-vous changer, ne voulez-vous plus avoir les problèmes qui vous affligent tant : l’économique, le politique, le social, le spirituel, la famille, l’entreprise, la luxure, la haine, l’envie…, etc.? Voulez-vous vous épargner tant de difficultés? Eh bien, vous n’avez qu’à passer à un niveau d’Être supérieur.

Chaque fois que nous faisons un pas vers un niveau d’Être supérieur, nous devenons un peu plus indépendants des forces de la Lune, que nous portons, comme je vous l’ai déjà dit, dans la chair, dans le sang et dans les os, et dans l’Esprit, et dans l’âme, et dans tout, parce que nous sommes des « enfants de la Lune », malheureusement…

Parfois, nous avons parlé du « trait psychologique caractéristique particulier » de chaque personne. Certes, chaque personne a un trait psychologique caractéristique ; c’est vrai. Certains auront la luxure comme trait caractéristique, d’autres l’avidité, d’autres la haine, etc. Écoutez, le trait caractéristique est une somme de plusieurs traits caractéristiques particuliers.

Et je dois vous dire, mes chers frères et sœurs, que pour chaque trait caractéristique particulier, il y a toujours un événement défini, une circonstance définie. Qu’un homme est luxurieux. Alors observez sa vie, et il y aura toujours des circonstances de luxure dans sa vie, accompagné de certains problèmes… Cet autre est un ivrogne. C’est son trait caractéristique (observez sa vie). Que celui-là est cupide. Eh bien, c’est son trait caractéristique, et autour de lui il y aura des prisons, il y aura des problèmes financiers, des avocats, des procès, etc. Pour chaque trait caractéristique particulier, il y a toujours une circonstance, ou une série de circonstances définies qui se répètent toujours, toujours toujours…

Donc, si nous ne connaissons pas notre caractéristique psychologique, nous allons mal. Nous avons besoin de le savoir, si nous voulons passer à un niveau d’Être supérieur, et éliminer de nous-mêmes les éléments indésirables qui constituent cette caractéristique psychologique particulière. Sinon, comment passerions-nous à un niveau d’Être supérieur?

Vous voulez arrêter de souffrir, mais vous n’essayez pas de changer, vous ne vous battez pas pour passer à un niveau d’Être supérieur ; alors comment pourriez-vous changer?

Comment Sortir de la Souffrance

Or, il y a un fait concret dans la vie, et c’est la discontinuité de la Nature ; cela est évident. Tous les phénomènes sont discontinus [c’est-à-dire en niveaux séparés par des intervalles, des lacunes]. Ainsi, les différents niveaux d’Être sont discontinus. Cela signifie qu’à travers l’évolution, nous ne pourrons jamais atteindre la perfection ; le dogme de l’évolution est inutile, sauf à nous stagner.

Je connais beaucoup de pseudo-ésotéristes et pseudo-occultistes, des gens sincères, de bon cœur, enfermés dans le dogme de l’évolution, qui attendent le temps pour se perfectionner, et des milliers et des millions d’années passent et ils ne sont jamais perfectionnés. Pourquoi? Parce qu’ils ne changent pas le niveau d’Être, ils restent toujours au même niveau. Il faut alors dépasser le dogme de l’évolution, et entrer dans le chemin révolutionnaire, qui est le chemin de la révolution de la la conscience.

L’évolution et sa jumelle l’involution sont deux lois qui sont traitées simultanément dans tout ce qui est créé, elles constituent l’axe mécanique de la Nature, mais elles ne nous conduisent jamais à la libération. Elles forment la roue du samsara.

Il y a évolution dans le grain qui germe, dans la plante qui pousse, porte des branches et des fruits ; et il y a involution dans l’arbre qui se flétrit progressivement, dégénère, tombe en décrépitude et finit par mourir.

Il y a évolution dans la créature qui se forme dans l’utérus, dans le jeune homme qui se lance dans le combat avec la vie. Il y a involution chez le vieillard qui entre dans l’état de décrépitude et finit par mourir…

Les lois de l’involution et de l’évolution sont purement matérielles, physiques, elles n’ont rien à voir avec l’Auto-réalisation intime de l’Être. Nous ne les nions pas, elles existent, mais elles ne servent pas à l’Auto-réalisation. Nous devons être de véritables révolutionnaires, nous engager sur le chemin de la révolution de la conscience… Comment pourrions-nous passer à un niveau d’Être supérieur, si nous n’étions pas des révolutionnaires?

Regardons les différents barreaux d’une échelle : ils sont discontinus. De même sont les différents niveaux d’Être : discontinus ; un certain nombre d’activités appartient à chaque niveau d’être. Quand on passe à un niveau d’Être supérieur, il faut faire un saut et arrêter toutes les activités que l’on avait au niveau d’Être inférieur…

Je me souviens encore de ces moments de ma vie, il y a 30, 40 ou 50 ans, ils ont été transcendés. Pourquoi? Parce que je suis passé à des niveaux d’Être supérieurs, et ce qui était alors le plus important pour moi, mes activités à ce moment-là, ont été suspendues, coupées, car dans les échelons supérieurs il y a d’autres activités, qui sont complètement différentes.

De même vous, si vous allez à un niveau d’Être supérieur, vous devez laisser beaucoup de choses qui sont actuellement importantes pour vous, et qui appartiennent au niveau dans lequel vous êtes…

Cela inclut donc un saut, et ce saut est révolutionnaire, rebelle ; ce n’est jamais évolutif, c’est toujours révolutionnaire, rebelle ; ce n’est pas évolutif, ce n’est pas non plus involutionnaire : c’est révolutionnaire, rebelle…

Et ainsi, en remontant les différents Niveaux d’Être, nous atteindrons le plus haut niveau d’Être, ou les plus hauts niveaux d’Être dans Dieu.

Dieu lui-même est l’intelligence, c’est l’intelligence de l’intelligence ; ce n’est pas la lumière spirituelle, c’est la lumière de la lumière spirituelle, c’est la flamme de la flamme, la vérité de la vérité…

Pour arriver à cette expérience du réel du réel, il faut aller à des niveaux d’être supérieurs, et cela n’est possible qu’à travers des révolutions incessantes, des révolutions constantes…

Quand on étudie les évangiles du Christ, on se rend compte, en effet, que le Seigneur de la Perfection veut que nous nous libérions…

Regardons « les Béatitudes », par exemple, elles sont cent pour cent solaires, pas lunaires. « Les Béatitudes » commencent par nous enseigner la non-identification : « Heureux sont… » dit le Seigneur des Perfections, « Heureux les pauvres en esprit » car à eux est le Royaume des Cieux »… Mais bon, qui sont les « pauvre en esprit »? Vous est-il venu à l’idée d’y penser? Est-ce qu’un homme qui s’identifie à l’argent, à ses procès, à son entreprise, etc., est-il peut-être « pauvre en esprit »? Est-ce un homme qui est identifié à lui-même, qui est plein d’images de lui-même où il se sent grand, puissant, sublime, ineffable, etc., est-il peut-être « pauvre en esprit »? Évidemment non! Celui qui est plein de lui-même n’a pas laissé un peu de place pour Dieu ; alors il n’est pas « pauvre en esprit ». Comment pourrait-il être béni?

Prenez la fierté, par exemple. Celui qui a de l’argent n’est pas le seul à être fier. La fierté ne se retrouve pas seulement chez celui qui appartient à une famille très « frimeuse », comme on dit. Les fiers ne sont pas seulement ceux qui ont une toute nouvelle voiture, qui en sont satisfaits ; il y a une autre fierté ; je veux me référer clairement à l’orgueil mystique. Certaines écoles de type pseudo-ésotérique et pseudo-occulte disent : « Par la loi de l’évolution, nous deviendrons un jour des dieux ineffables ; l’homme est appelé à devenir un dieu… » Bien sûr, de tels enseignements conduisent à l’orgueil mystique, à la vanité spirituelle, à la mythomanie ; car un humain, bien qu’il soit très parfait, en réalité, bien qu’il devienne un bodhisattva, il n’est rien de plus que cela : un humain… Dieu est « le Père qui est dans le Secret », lui seul est Dieu. Le Père peut prendre un humain, s’il est très parfait, s’il est un bodhisattva ; le mettre dans son mental, ou le mettre dans son cœur, ou le mettre en œuvre en dehors de lui-même, quelque part, pour que cet humain fasse quelque chose ; mais pour cet humain, cette « marionnette » se sentir dieu, c’est une mythomanie de la pire espèce, du pire goût.

Les humains sont des humains, et rien de plus que cela : des humains. Dieu est Dieu. Mais nous, les humains, sommes des humains. Celui qui se sent très sage parce qu’il a une certaine connaissance du pseudo-ésotérisme ou du pseudo-occultisme ici, dans le mental, et pense qu’il est déjà un grand initié, etc., etc., etc., etc., il est tombé dans la mythomanie, il est plein de lui-même…

Chacun de nous n’est rien de plus qu’un vil ver dans la boue de la terre. Quand je dis ceci, je commence par moi-même, que je me considère comme ça et rien de plus que ça : un vil ver dans la boue du monde…

Dieu est Dieu, mais c’est ce qu’il est, c’est son affaire! Nous ne sommes pas des dieux, nous ne sommes que de vils vers dans la boue de la terre, et se croire des dieux est absurde, ou se croire sage…

Alors, vraiment, effectivement, mes chers amis, être imbu de vous-même, avoir de fausses images de vous-même, des fantasmes de vous-même, ce n’est pas être « pauvre en esprit »…

Quand on reconnaît son néant et sa misère intérieure, quand on ne se sent pas si sublime, ni si pieux, ni si sage, quand on comprend qu’on est un pécheur comme les autres, alors on n’est plus imbu de soi, et on sera « Heureux »…

Mais qu’est-ce que c’est que « d’être heureux »? Beaucoup pensent qu’ils seront heureux le jour où ils mourront et monteront là-haut, pour profiter du bonheur céleste, avec les petits anges. Non, c’est un faux concept! « Bienheureux » signifie « bonheur », « ils seront heureux ». Où? Ici et maintenant…! [Remarque : En Latin, chacune de ces bénédictions commence par le mot « beati », qui se traduit par « heureux » ou « bienheureux » (adjectif au pluriel).]

Ils entreront dans le royaume des cieux! Exact, puissent-ils entrent dans le royaume des cieux. Mais où est le royaume des cieux, où est-il dans l’univers? Soyons honnêtes avec nous-mêmes ; le royaume des cieux est formé par le cercle conscient de l’humanité solaire, qui opère sur les centres supérieurs de l’Être ; c’est le royaume des cieux. Alors soyons pratiques et comprenons tout cela ; c’est ainsi qu’il faut agir…

Ainsi, l’Évangile du Seigneur commence par nous enseigner la non-identification. Vous vous identifiez à vous-même en pensant que vous allez avoir beaucoup d’argent, une belle voiture de dernière génération, ou que votre copine l’adore, ou que vous allez faire fortune, ou que vous êtes un grand gentleman, ou que vous êtes un grand sage ; il y a plusieurs façons de s’identifier à soi-même. Il faut commencer par ne pas s’identifier à soi-même, puis ne pas s’identifier aux choses extérieures.

Quand on ne s’identifie pas, par exemple, à un insulteur, alors on lui pardonne, on l’aime, on ne peut pas lui faire de mal ; et si quelqu’un blesse son estime de soi, mais que l’on ne s’identifie pas à l’estime de soi, il est clair que l’on ne peut ressentir aucune douleur, puisqu’on n’est pas blessé.

Et si l’on ne s’identifie pas à sa vanité, cela ne dérange pas de marcher dans la rue même avec un pantalon rapiécé. Pourquoi? Parce qu’on ne s’identifie pas à la vanité. Ainsi : Tout d’abord ne pas s’identifier à nous-mêmes, et ensuite ne pas s’identifier aux vanités du monde extérieur.

Quand on ne s’identifie pas à soi-même, on peut pardonner. Souvenons-nous de la Prière du Seigneur : « Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous offensent »…

Je dis autre chose : il ne suffit pas de simplement pardonner, il faut annuler ses dettes ; et c’est tout. Quelqu’un pouvait pardonner à un ennemi, mais il n’annulerait jamais les dettes. Nous devons être honnêtes, nous devons annuler, et c’est le sens, de la substance de cette phrase qui dit : « Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous offensent »…

Tant qu’on s’identifie à soi-même, on ne peut pardonner à personne. Ça fait mal d’être insulté, ça fait mal d’être humilié, ça fait mal d’être rabaissé. Pourquoi? Parce qu’on a le « Moi » de l’orgueil, on a le « Moi » de l’estime de soi, là à l’intérieur, bien vivant ; et tant qu’on a le « Moi » de l’estime de soi, ça fait mal qu’un autre vienne et blesse notre estime de soi. Ainsi, si nous ne nous identifions pas à nous-mêmes, alors il nous est facile de pardonner, et plus encore, je dis : Annulez les dettes, c’est mieux…

L’évangile du Seigneur dit aussi : « Heureux les doux, car ils hériteront la Terre. »… C’est une autre bénédiction que personne n’a comprise. « Heureux », disons, les non rancuniers, car si on est rancunier, comment peut-on être « doux »? La personne rancunière passe son temps à « faire le calcul » : « Ah, mais j’ai rendu tant et tant de services à cet individu ; que moi, et moi, et moi, et moi, et je l’ai protégé, que j’ai fait tant d’œuvres de charité, et voyez comme il m’a payé! ». « Ah, cet ami que « J’ai » tant servi, et maintenant il n’est plus capable de me servir!… » Voici donc les récits du rancunier.

L’évangile du Seigneur, lorsqu’il dit : « Heureux les doux, car ils hériteront de la Terre. » devrait être traduit « Heureux ceux qui n’ont pas ressentiments »… Comment pourrait-on est « doux », si on est plein de ressentiments? Celui qui est plein de ressentiments, vit « en faisant des maths » à toute heure; donc il n’est pas doux. Alors, comment pourrait-il être « heureux »?

Qu’entend-on par « béatitude »? Il s’agit du « bonheur »… Êtes-vous sûr d’être heureux? Qui est heureux? J’ai connu des gens qui disaient : « Je suis heureux, je suis heureux de ma vie, je suis heureux »… pas comme ce mec », « Je ne sais pas pourquoi ce que j’ai tant désiré ne m’est pas fait »… Alors, ils ne sont pas contents ; vraiment ce qui se passe c’est qu’ils sont des hypocrites, c’est tout…

Être heureux est très difficile ; il faut d’abord être « doux ». Le mot « bienheureux » signifie « bonheur intime » (pas dans mille ans ; mais maintenant, ici même, dans cet instant où nous vivons…

Si nous devenons vraiment « doux », par non-identification, alors nous deviendrons heureux. Mais il faut non seulement ne pas s’identifier à nos pensées de luxure, haine, vengeance, rancune ou ressentiment, non ; nous devons éliminer de nous-mêmes les « démons rouges de seth », ces agrégats psychiques qui personnifient nos défauts psychologiques.

Nous devons comprendre, par exemple, quel est le processus du ressentiment, nous devons disséquer le ressentiment. Quand on arrive à la conclusion que le ressentiment est dû au fait que nous avons de l’estime de soi en nous, alors nous luttons pour éliminer l’ego de l’amour-propre, le « Moi » de l’amour-propre. Mais il faut le comprendre pour l’éliminer. Nous ne pourrions pas l’éliminer, si nous ne l’avons pas compris auparavant.

Oui, mes chers frères et sœurs, pour éliminer, il faut faire appel à Devi Kundalini Shakti ; elle seule peut désintégrer tout défaut psychologique, y compris le « moi » de l’amour-propre…

Êtes-vous sûr de ne pas avoir de ressentiment envers quelqu’un? Qui d’entre vous est sûr de ne pas être rancunier? Qui d’entre vous est sûr de ne pas « faire le calcul »? Qui?

Tout ce que je vous dis est lunaire ; voyez comment nous transportons la Lune jusqu’à la moelle de nos os. Et si nous voulons devenir indépendants de la mécanique lunaire, nous devons éliminer de nous-mêmes le « Moi » du ressentiment, le « Moi » de l’amour-propre, car il est écrit : « Heureux les doux (c’est-à-dire, ceux qui n’ont pas de ressentiment »), car ils recevront l’héritage de la terre »…

Cela doit être compris, mes chers frères et sœurs, comprenez-le avec une clarté méridienne. Quand on comprend cela, on avance sur le chemin qui mène à la libération finale…

Seulement par le feu solaire, par le feu du Bélier, de l’agneau, du bélier incarné, du Christ intime, que nous pouvons, en vérité, brûler tous ces éléments inhumains que nous portons à l’intérieur de nous ; et comme la conscience est déboîté ou désembouteillé, nous nous éveillons.

Mais la conscience ne peut s’éveiller tant qu’elle continue à s’enfermer dans les agrégats psychiques qui constituent ensemble le moi-même, le « Moi », l’ego. Nous devons traverser l’annihilation Bouddhique, ici et maintenant ; nous avons besoin de « mourir » d’instant en instant, ce n’est qu’avec la mort que le nouveau vient ; si le germe ne meurt pas, la plante ne naît pas.

Nous devons apprendre à vivre, nous libérant ainsi de cet héritage lunaire que nous avons. Nous apportons vraiment un tel héritage, mes chers frères et sœurs, du protyle même à partir duquel l’univers est né.

La Lune a donc été notre mère ; nous sommes lunaires, nous sommes des « sélénites », même si nous vivons sur Terre. Maintenant, nous devons devenir solaires, marcher vers la vie solaire, recevoir l’initiation solaire. Si nous procédons ainsi, nous atteindrons véritablement le bonheur et la libération authentiques ; sinon, ce ne sera pas possible…, ce ne sera pas possible…

Nous avons besoin de devenir de véritables humains solaires, au sens le plus complet du terme, et cela ne serait pas possible si nous n’éliminons pas, de notre nature psychologique, ce qui est lunaire en nous. Si nous réussissons, le feu nous libérera, nous transformera, fera de nous des créatures différentes…

Questions et Réponses

Eh bien, jusqu’ici mes paroles; maintenant je donne l’occasion de poser des questions. Chacun peut demander ce qu’il a besoin de demander, par rapport au sujet ; ne pas sortir du sujet en posant la question…… Je dois vous dire au nom de la vérité, que nous sommes dans la Troisième Chambre, et ceux qui viennent ici doivent venir préparés, ou ne pas venir, rester dans la Deuxième Chambre jusqu’à ce qu’ils soient prêts ; ici, nous n’avons, en ce sens, aucune considération d’aucune sorte… Les questions doivent être au niveau de la Troisième Chambre. Voyons voir, demandez ce que vous devez demander…

Étudiant : Maître, le trait psychologique a-t-il un rapport intime avec le niveau d’Être?

Samael Aun Weor. C’est incontestable, et chacun a son trait psychologique qui lui est propre, qui est aussi une somme de petits traits caractéristiques ; d’ailleurs, je dis : Au trait psychologique que chacun de nous possède, y correspondent certaines circonstances, et tant qu’on n’élimine pas de soi ce trait psychologique caractéristique originel, représenté par de multiples « Moi » ou agrégats psychiques, on passent toujours par les mêmes circonstances, encore et encore, parce que les mêmes circonstances correspondent toujours à chaque niveau d’Être, elles se répètent encore et encore.

D’un autre côté, si l’on monte d’un cran, à un autre niveau d’Être, les circonstances changent immédiatement, totalement. Mais, pour passer d’un pas à l’autre au niveau d’Être, nous avons besoin, tout d’abord, de connaître le trait psychologique caractéristique que nous avons, qui n’est rien d’autre qu’une somme de différents agrégats caractéristiques originaux…

Voyons voir… frère…

Étudiant : Vénérable maître, dans des conférences passées, vous nous avez parlé de la « loi de réabsorption ». La Lune étant, comme vous l’expliquez, un cadavre, ne se résorbera-t-elle pas dans le sein de l’incréé, restera-t-elle toujours sur la prakriti?

Samael Aun Weor : Vous parlez du point de vue d’une clé unique à l’investigation de la nature. Les matérialistes, les hommes de main du Marxisme ou du matérialisme n’ont en réalité qu’une seule clé pour l’investigation des mystères de la nature, et cette clé s’appelle « matière » (ils ne la connaissent pas, mais ils l’appellent « matière », bien qu’ils ne la connaissent). Nous, les Gnostiques, avons sept clés pour l’étude des mystères de la nature.

J’ai déjà dit, et je le répète, que les éléments de l’ancienne Terre-Lune sont revenus, je le répète, à leur Iliaster ; évidemment, lorsque les éléments fondamentaux que sont : le feu, l’air, l’eau et la terre, revinrent à leur Iliaster, la Lune se transforma en cadavre ; parce que les créatures ne pourraient pas exister sans les éléments ; la plante ne pourrait exister, ni l’animal ni l’humain, sans les éléments feu, air, eau et terre…

Imaginons que le corps humain a les quatre éléments à l’intérieur : le feu, représenté dans les globules rouges de celui-ci ; l’eau dans la lymphe, dans le sperme sacré ; de l’air dans ses poumons et de la terre dans ses os ; maintenant, enlevons les éléments, les quatre éléments de la Terre. La vie organique pourrait-elle exister à la surface de la Terre si les quatre éléments lui étaient retirés? Et où sont revenus les éléments, les quatre éléments de l’ancienne Terre-Lune? Ne sont-ils pas rentrés dans son Iliaster? Ils sont restés dans son Iliaster, c’est évident.

Alors ce que l’on voit aujourd’hui, cette croûte qui tourne autour de la Terre (favorable, très favorable oui pour les sorcières de Thessalie et pour les tantriques du Bengale et de l’Himalaya et des Transhimalayas), elle n’est plus qu’un cadavre qui tourne sans cesse autour de la Terre, mais elle n’est rien de plus que cela : Un cadavre.

Les scientifiques qui supposent qu’il s’agit d’un morceau de terre projeté dans l’espace, une éclaboussure terrestre, se trompent complètement! Pourquoi Vénus et Mercure n’ont-ils pas de lunes? Qu’est-ce qui se produit? Et pourquoi notre Terre a cette Lune et une autre qui est bien au-delà? Et pourquoi la planète Jupiter a-t-elle aussi des lunes et Saturne? Les scientifiques pourraient-ils nous donner une explication? Ou est-ce que peut-être sur Jupiter il y avait aussi des explosions pour former des Lunes, les mêmes que sur Saturne. Peut-être que Kondoor est également entré en collision avec Jupiter, ou Neptune ou Mars, qu’en savent-ils? Rien, rien, rien, rien!

Ils n’ont qu’une clef pour l’investigation des mystères de la nature ; nous avons sept clefs, ainsi toute vie lunaire est revenue, je le répète, à son Iliaster. Là, il fut déposé dans l’Iliaster ; qui différa plus tard de l’énergie électrique, pour donner naissance au chaos, ou aux idéaux, ou simplement au Misterium Magnum ou Limbus-Magnum (d’où l’univers est sorti plus tard, grâce à l’intervention du feu), c’est autre chose.

Donc tous ces éléments que nous avons aujourd’hui proviennent de la Lune, y compris l’élément terre qui a été laissé dans son Iliaster. Mais le cadavre qui gravite autour de la Terre (si sinistre et si sympathique aux sorciers et sorcières noires), évidemment, est appelé à disparaître, et il disparaîtra avant la fin de ce mahamanvantara, il se désintégrera dans l’espace.

Une autre question?

Étudiant : Maître, quelle est la raison de la luminosité que produit la Lune, à quel élément est due le fait qu’elle produit une telle lumière?

Samael Aun Weor : C’est un phénomène connu de tous ceux qui connaissent un miroir! Vous pouvez vous-même prendre un miroir et refléter la lumière du soleil et la projeter sur ce que vous voulez. C’est un miroir, tout simplement, qui réfléchit la lumière du soleil et la projette sur la Terre.

Une autre question? Parle frère…

Étudiant : La planète Lune subira-t-elle des modifications avec la venue d’Hercolubus, Maître?

Samael Aun Weor : Eh bien, pour autant que nous le sachions, elle est peut-être un peu plus éloignée de l’orbite terrestre, mais elle brillera certainement à une certaine distance de la Terre jusqu’à la fin du mahamanvantara.

Voyons voir… Tout le monde a le droit de demander, voici la liberté d’expression… Voyons frère Aladin…

Étudiant : Vénérable maître, on reconnaît les influences lunaires…… et tout ça, mais pourquoi les Cultures Mayas, par exemple, le Temple Lunaire de Chichén Itzá ont le symbole, alors, de l’Aka-Bolzub, la Mère Divine, et donnent origine au culte, aux centres lunaires, et parce qu’ici à Teotihuacán, dans la Pyramide de la Lune, des rituels étaient faits à la femme qui se désincarnait ou qui étaient initiés, c’est-à-dire qu’ils le rapportaient directement à la femme, à l’Isis, à la Lune? C’est ma question, maître.

Samael Aun Weor : Eh bien, observons aussi les cimetières : Là où règne la pourriture, où la végétation est plus riche, où est la mort, là règne la vie en abondance ; cela est évident.

L’aspect positif de la Lune ou la partie rayonnante de ce qu’est la Lune (pas l’aspect cadavérique, mais l’aspect Esprit), se référant donc proprement à l’Iliaster, se référant au Misterium Magnum (qui est dans les humains vivants, dans leurs glandes sexuelles et d’où peut naître l’adepte royal), se référant à ce Limbus-Magnum d’où est né le système solaire (qui est de type lunaire, où est contenu Aditi-Prakriti, c’est-à-dire l’Esprit et la substance primordiale), par conséquent, elle mérite d’être adoré.

C’est l’aspect positif, celui du Purusha-Prakriti, ou celui, simplement, de l’intelligence du Mahat qui est passée de l’ancienne Lune à la Terre. Car il est évident que dans ce grand Limbus-Magnum d’où est née cette Terre dans laquelle nous vivons, il y avait Mahat, l’intelligence universelle qui est toujours là, et qui ne fait qu’un avec la Prakriti, c’est-à-dire avec la vie, avec la nature.

Regardant les choses à partir de ce point, il y a des cultes lunaires, c’est évident ; Mais, une autre chose est le cadavre qui tourne autour de la Terre (ami des sorcières de Thessalie et des tantriques du Bengale, qui infecte avec ses germes en décomposition tout ce qui est, a été et sera).

Alors, ça vaut la peine de savoir que la Lune de la Lune est vénérée, mais la croûte géologique qui gravite autour de la Terre n’est pas vénérée, car nos ancêtres Mayas n’étaient pas des idolâtres, compris? Eh bien, le simple fait de regarder à partir de ce point resterait un symbole, rien de plus.

Quelle autre question y a-t-il? Eh bien, je vois le silence de tout le monde, et alors commençons notre Onction Gnostique.

Paix invérentielle!