Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Je vais donner une conférence sur un ordre ésotérique, transcendantal. Tout d’abord, il convient de savoir quelle est la raison pour laquelle nous tenons cette réunion. Qu’est-ce qui a causé cette rencontre…

Incontestablement, il y a des soucis en vous, et il y en a aussi en moi ; alors, vous êtes ici pour m’écouter, et je suis ici pour vous parler. Tout d’abord, nous devons comprendre la nécessité de se comprendre; entre nous tous nous allons enquêter, nous allons chercher, investiguer, dans le but de savoir, réellement, quel est le but même de l’existence.

Il est essentiel de savoir d’où nous venons, où nous allons, pourquoi nous sommes ici et pourquoi. Vivre pour vivre, manger pour exister, travailler pour manger, ne peuvent pas réellement être le seul objet de la vie. Sans aucun doute, nous devons résoudre l’énigme de notre existence, nous devons comprendre le sens de la vie…

Notre mouvement Gnostique international compte cinq millions de personnes, il est implanté dans tout l’hémisphère Occidental et bientôt nous allons conquérir l’Europe, le Moyen-Orient et tout le continent Asiatique… Nous avons formé un courant ésotérique-Christique qui n’a qu’une seule raison : l’auto-réalisation intime de l’Être, et c’est tout.

Alors, le moment est venu de découvrir qui nous sommes.

Le corps physique n’est pas tout ; voir l’organisme humain d’une personne, ce n’est pas avoir connu, en vérité, l’Être. L’organisme est composé d’organes, ceux-ci de cellules, les cellules de molécules et les molécules d’atomes. Si nous divisons un atome, nous libérerons de l’énergie. En fin de compte, le corps humain est composé de différents types et sous-types d’énergie. Einstein a dit que l’énergie est égale à la masse multipliée par la vitesse de la lumière au carré. Il a également déclaré que la masse est transformée en énergie; l’énergie est convertie en masse. Bref, on dirait que toute vie est énergie, déterminée par d’anciennes ondulations vibratoires, déterminant de nouvelles fréquences oscillatoires…

Les scientifiques connaissent peut-être la mécanique de la cellule vivante, mais ils ne savent rien de la profondeur vitale. Au nom de la vérité, nous dirons qu’ils ont fabriqué de puissantes fusées atomiques qui voyagent vers la Lune, d’énormes vaisseaux, des bombes atomiques, etc., mais jusqu’à présent, ils n’ont pas été en mesure de développer une graine végétale capable de germer. Ils jouent avec l’insémination artificielle, ils font de nombreuses expériences avec des zoospermes et des ovules, ils pourraient même réaliser des « enfants d’incubateur » ou des « bains de laboratoire » (il est incontestable que tout zoosperme, uni à un ovule, pourrait naître dans des circonstances favorables, la cellule germinale, et cela aurait des possibilités de développement). Ainsi, le fait que des « enfants de laboratoire » puissent naître est quelque chose que nous ne remettons pas en cause ; mais ce n’est en aucun cas avoir résolu le problème de la vie et de la mort.

Si l’on met les substances chimiques d’un zoosperme et d’un ovule sur la table du laboratoire à étudier, je suis sûr que les savants pourraient très bien faire un zoosperme mâle et un ovule femelle ; je suis sûr qu’ils pourraient le rendre très similaire à l’organisme naturel, mais ce dont je suis aussi absolument sûr, c’est que jamais, à partir de tels gamètes artificiels, la création d’un nouvel organisme humain ne pourra être réalisée.

M. Alfonso Herrera, le sage Mexicain, l’un des plus grands sommités que nous ayons eu dans notre pays, le Mexique, a réussi à créer une cellule artificielle (il était l’auteur de la « théorie de la plasmogenèse ») ; il a créé une cellule, très semblable à la cellule naturelle, mais cette cellule n’a jamais eu de vie, c’était une cellule morte.

Alors, les hommes de science jouent avec la mécanique des phénomènes, avec ce que la nature a créé, mais ils ne sont pas capables de créer une simple graine végétale capable de germer, et pourtant ils se prononcent contre le réel, contre le divin, contre l’architecte divin de l’univers. Il est facile de se prononcer contre le Logos ; il est très facile de nier l’architecte divin, mais de démontrer une telle affirmation, une telle négation, quelle difficulté ! Car jusqu’à présent pas un seul scientifique n’est apparu sur la face de la Terre capable de faire germer la graine de l’herbe la plus insignifiante, une graine artificielle, et cette graine germe vraiment. Vous pouvez la faire paraître très exacte, mais elle ne germe pas, elle est morte. Les scientifiques décomposent les amebas ou les amibes, et réalisent également l’union des organismes protoplasmiques avec d’autres organismes protoplasmiques, etc., etc., etc., mais ils ne créeront jamais la vie ; ils jouent avec ce qui est déjà fait. Des greffes de plantes sont faites, avec lesquelles la flore est fondamentalement modifiée. Les fruits de telles greffes n’ont pas les mêmes valeurs énergétiques que les fruits originaux. En tout cas, on joue avec la mécanique des phénomènes, avec ce qui est déjà fait,

Lorsqu’il s’agit d’explorer l’organisme humain, la cellule vivante est découverte, mais la force vitale est inconnue des scientifiques. Évidemment, l’organisme humain a un « nisus formativus », c’est-à-dire une profondeur vitale organique. Je veux me référer, emphatiquement, au lingam sarira des Théosophes, au corps vital, à la condensation thermo-électromagnétique.

Les scientifiques Russes, en ce moment, étudient le corps vital. Ils possèdent un extraordinaire appareil de perception optique au moyen duquel il leur a été possible de voir et de photographier le corps vital ; il est étudié en relation avec l’organisme physique et aussi en dehors de l’organisme physique.

Les scientifiques Russes ont donné un nom au corps vital : ils l’appellent « corps bioplastique ».

Ainsi, le corps physique a un siège vital, sans lequel il ne pourrait exister. Mais ce n’est pas tout ; au-delà du corps physique et de son siège vital organique, se trouve l’« ego ».

On a beaucoup parlé de l’ego ; d’innombrables théories antithétiques s’affrontent. Nombreux sont les adorateurs de l’ego, nombreux sont les hommes de main de « l’alter ego ». Pour certaines écoles, l’ego est sacré ; pour d’autres, l’ego est duale : on parle du « Moi » supérieur et du « Moi » inférieur ; on dit que le « Moi » supérieur doit dominer le « Moi » inférieur, ce qui est faux.

Pour parler de l’ego avec autorité, il faut avoir développé un sens de l’auto-observation psychologique. Ce n’est qu’ainsi, et par expérience directe, que l’ego, le « Moi », le moi-même, l’ego, est mentionné avec une clarté cristalline. Lire une théorie sur l’ego, le faire vôtre puis le défendre bec et ongles, repose finalement sur des preuves peu fiables ; se placer dans telle ou telle école pour agir à partir de là et réagir, en défendant la conscience egoïque, est en fait inintelligent.

Nous devons savoir ce qu’est ce ego, c’est-à-dire ce « Moi » qui domine le corps vital et le corps physique.

Présenter une thèse sans expérience directe est paradoxal, incongru, illogique, cela ne résiste pas vraiment à une analyse approfondie.

Nous pourrions utiliser la logique déductive ou inductive, les syllogismes ou les prosyllogismes, n’importe quelle discipline intellectuelle d’Orient ou d’Occident pour défendre nos thèses sur l’ego (chacun est libre d’utiliser des procédés de toute nature pour défendre ses points de vue, liés à la question égoïque), mais rien de tout cela, dans sa profondeur, n’est intelligent. Vous devez aller plus loin ; vous devez expérimenter. Ce n’est qu’ainsi, sur la base d’une expérimentation directe et non indirecte, que nous pourrons véritablement établir des axiomes mathématiques concernant le moi-même, l’ego.

Évidemment, les meilleurs psychanalystes, Théosophes, etc., etc., etc., se sont trompés sur l’ego…… en parlant de l’« ego subliminal », échoue malheureusement…

L’« alter-ego » des grands spirites ne résiste pas non plus à une analyse superlative et transcendantale : elle est théorique dans l’âme. Même H.P.B. (Blavatsky) elle-même s’est trompée sur l’ego ; le considérant comme divin. Si elle en avait fait l’expérience, elle n’aurait pas défendu la conscience égoïque autant.

Qu’est-ce donc que l’ego, ce moi-même, ce « Moi » que nous portons en nous ? Ce n’est qu’en nous observant psychologiquement que nous découvrirons ce qu’est ce « Moi » : un faisceau de désirs, de souvenirs, de pensées, d’opinions, de concepts, de passions, de volitions, etc. L’ego n’est même pas une totalité, une unicité ; un tel ego, au fond, est pluralisé. Cela signifie, très clairement, que l’ego est multiple… Cela me rappelle les Tibétains. Ils affirment emphatiquement qu’il existe à l’intérieur de chaque être humain de nombreux « agrégats psychiques ». Sans aucun doute, ils représentent, en vérité, nos défauts psychologiques : colère, cupidité, luxure, envie, orgueil, paresse, gourmandise…

Dans l’évangile Christique du grand Kabir Jésus, il est dit que Ieshuá a sorti sept démons du corps de Marie-Madeleine. De toute évidence, il s’agit des sept péchés capitaux et cela ne fait aucun doute. Mais ces sept peuvent être multipliés par un autre sept et un autre sept, et d’autres, ainsi, au fond nos défauts sont multiformes.

« Non, même si j’avais cent bouches, cent langues et gorges d’airain, inspirées par des poumons de fer, je ne pourrais pas décrire la moitié de ceux que mes crimes horribles décrivent, ni la moitié des châtiments que ces crimes ont rencontrés. » – L’Enéide de Virgile

Si l’on parle de sept démons, on pourrait citer des milliers de démons (je le répète : nos défauts sont multiformes). Ainsi, de telles myriades de démons, de tels nombres, composent l’ego.

Incontestablement, le « Moi » est « Moi ». Il y a le « Moi » de la colère, le « Moi » de la cupidité, le « Moi » de la luxure, le « Moi » de l’envie, etc., etc. Toute cette multiplicité de « Moi » semble être des personnes, ce sont des personnes psychologiques dans notre personne : ils se combattent mutuellement, ils ne maintiennent aucun ordre. Quand l’un de la légion parvient à dominer les centres capitaux de la machine, il se croit le seul, le maître, le seigneur ; plus tard, il est déplacé.

Nous sommes remplis de nombreuses contradictions dans la vie : dès que nous affirmons quelque chose, aussitôt nous le nions ; nous n’avons pas de gravité permanente. Cela indique assez clairement que nous sommes une multiplicité d’éléments indésirables. Le plus grave de tout cela est qu’à l’intérieur de chaque élément inhumain la conscience a été embouteillée.

Les anciens psychologues, du siècle dernier, appelaient « objectif » tout ce qui correspond au monde physique, à l’expérience sensorielle, et « subjectif » tout ce qui concerne les processus psychiques. Nous, les Gnostiques, sommes différents : nous appelons le réel, le spirituel, le vrai, « objectif », et le sensoriel, « subjectif ». Malheureusement, tous les éléments indésirables que nous portons dans notre psyché sont subjectifs ; la conscience, l’essence, est embouteillée, emprisonnée, enchâssée dans tous ces éléments de type subjectif. Nous allons maintenant expliquer pourquoi la conscience des gens est dans un état inconscient, endormie.

Malheureusement, les gens n’accepteraient en aucun cas qu’ils « dorment » ; les multitudes supposent qu’ils sont « éveillés » et quand quelqu’un insiste sur l’idée que leur conscience est endormie, ils s’offensent même. Si les gens avaient leur conscience éveillée, ils pourraient voir, entendre, toucher et sentir les grandes réalités des mondes supérieurs ; mais la conscience des gens dorment, leur conscience est dans un état de somnolence.

Dès lors, l’éveil est essentiel, urgent, inajournable. Tout le monde ici présent dort, vous dormez ; tout le monde ici présent n’a jamais vu le monde tel qu’il est. Vous rêvez d’un monde que vous ne connaissez pas, vous le voyez avec votre conscience onirique, mais vous ne l’avez jamais vraiment vu ; vous pensez connaître la planète Terre, mais vous ne la connaissez pas. Encore plus : je suis sûr que les hommes ne connaissent même pas un seul poil de leur moustache.

Je demanderais à n’importe quel homme ici présent : combien d’atomes possède même un seul poil de sa moustache ? Qui pourrait me donner une réponse exacte et mathématique ? Qui pourrait passer, devant le tableau noir, à faire la somme totale de ces atomes, à la démontrer par une équation arithmétique, ou à établir une prémisse conduisant à un syllogisme exact ? Je suis sûr que ce n’est pas possible ; parce que la conscience des personnes présentes ici dort…

Qui parmi ceux ici a jamais vu la vérité ? Qui connaît la vérité ? Quand Jésus le Christ on lui a demandé « quelle est la vérité ? », il a gardé le silence ; et quand la même question a été posée à Gautama Sakyamuni Bouddha, il a tourné le dos et s’est retiré.

La vérité est l’inconnu d’instant en instant, de moment en moment. Ce n’est qu’avec la mort de l’ego que la conscience s’éveille, et seuls la conscience éveillée peut expérimenter ce qui est la réalité, ce qui n’appartient pas au temps, ce qui est au-delà du corps, des affections et du mental, ce qui est la vérité.

Tant que nous n’aurons pas expérimenté la vérité, nous ne saurons rien des mystères de la vie et de la mort. Il serait impossible de faire l’expérience de la réalité si nous ne libérons pas notre conscience d’abord, si nous ne l’extrayons pas d’abord de tous ces éléments indésirables qui constituent l’ego.

Quand on a brisé les divers éléments inhumains et subjectifs qui composent le « Moi » de la psychologie expérimentale, la conscience sera alors libre, souveraine. Alors seulement connaîtrons-nous la vérité, alors seulement connaîtrons-nous la réalité.

Nous vivons dans des rêves ; nous n’avons pas vu (je le répète) la planète Terre telle qu’elle est. Nous rêvons de la Terre-rêve, mais c’est pictural pour nous. Quand notre conscience s’éveille, nous verrons que la Terre est très différente du rêve que nous en avions, nous verrons une Terre multidimensionnelle ; nous connaîtrons le corps vital de cette masse planétaire dans laquelle nous vivons, nous découvrirons les mystères de la vie et de la mort, de tout ce qui est, de ce qui a été et de ce qui sera…

Quand la conscience s’éveille, nous entrerons en contact avec d’autres humanités qui vivent à côté de nous et que jusqu’à présent, nous les ignorons. Nous ne sommes pas les seuls habitants de la Terre ; l’humanité terrestre n’est en aucun cas la seule humanité qui vit sur la surface de la Terre. Ici, sur cette Terre qui tourne autour du Soleil, d’autres humanités coexistent avec nous ; dans les dimensions supérieures de la nature, il existe d’autres races humaines, en état de djinns, dirions-nous, dont nous ne sommes pas conscients.

Tous les êtres humains n’ont pas quitté l’Éden ; il y a encore des races humaines qui ne sont pas sorties de l’Éden et qui vivent dans la quatrième verticale, dans le gigantesque corps vital de cette masse planétaire qui tourne autour du soleil ; il y a des gens, je le répète, heureux, dans un état paradisiaque ; peuple d’Éden, des champs Elysées, de la terre promise, où coulent les fleuves d’eau pure de la vie avec le lait et le miel ; des gens qui n’ont jamais quitté le paradis ; ils vivent à côté de nous, et pourtant nous ne les voyons ni ne les touchons, mais ils existent.

Vous, je le répète, vous n’avez pas vu la planète Terre, vous ne la connaissez pas ; ce n’est qu’en rêve qu’ils voient une planète déformée, une planète picturale, une planète onirique.

L’éveil est essentiel. L’humanité ordinaire n’a que trois pour cent de conscience éveillée et quatre-vingt-dix-sept pour cent de conscience endormie. Rare est celui qui a dix pour cent de conscience éveillée. Si l’humanité en général avait même dix pour cent de conscience éveillée, alors il n’y aurait pas de guerres.

Quand on désintègre l’ego, quand il est réduit en poussière cosmique, quand on atteint « l’annihilation bouddhique », la conscience s’éveille, absolument, à cent pour cent.

Alors les merveilleuses portes de la terre promise s’ouvrent devant nous ; alors on entre en contact avec les dieux antiques, cités par la mythologie Grecque ; alors nous découvrons vraiment ce qu’est la religion-sagesse.

Rien de tout cela ne serait possible si nous ne nous résolvions pas d’abord à un changement radical.

Tels que nous sommes, avec notre conscience endormie, dans un état d’inconscience totale, nous sommes de véritables cadavres vivants ; nous sommes « morts » pour l’Être, nous n’avons aucune réalité.

Au nom de la vérité, je dois vous dire que nous sommes victimes des circonstances.

Il faut apprendre à initier de nouvelles circonstances, mais nous en sommes victimes. Seul l’Être peut faire, nous ne pouvons rien faire.

Nous existons sur la surface de la Terre exclusivement dans le but de servir l’économie de la nature. Chacun de nous est une « machine » chargée de capter certains types et sous-types d’énergie cosmique. Chaque machine humaine transforme les différents types d’énergie et les retransmet aux couches précédentes de l’organisme planétaire. Nous sommes des machines au service de l’économie de la nature ; nous nous croyons très grands et très sages, alors qu’en vérité nous ne sommes que des machines au service de la grande nature. L’humanité tout entière est un organe de la nature ; un organe chargé, justement, d’assimiler et d’éliminer certaines substances et forces. Et nous croyons que nous sommes puissants, alors qu’en vérité nous ne le sommes pas ; ainsi, reconnaître ce que nous sommes est essentiel.

Nous croyons que nous sommes déjà des « humains », au sens plein du terme, alors que nous ne le sommes pas encore. Être humain est quelque chose de très grand : un humain est le roi de la création, et nous ne sommes toujours pas rois de nous-mêmes, nous n’avons pas appris à diriger consciemment nos processus psychiques, et pourtant nous pensons que nous sommes grands. Nous devons commencer (si nous voulons changer), par reconnaître ce que nous sommes. Incontestablement, nous ne sommes que des bêtes intellectuelles condamnées à vivre, mais nous nous croyons sages…

Le Logos, le Soleil, fait une grande expérience en ce moment : il la fait dans l’éprouvette de la nature ; il veut créer des humains. Au temps d’Abraham, le Juif, de nombreuses « créations humaines » ont été faites ; au cours des huit premiers siècles du Christianisme, un certain nombre d’humains ont été créés ; en ces temps, un nouvel effort est fait : le Soleil veut créer l’homme.

Le Soleil a déposé dans nos glandes sexuelles les germes de l’être humain ; mais ces germes peuvent être perdus ; il n’est pas certain qu’ils se développeront. Si nous voulons que l’humain naisse en nous, comme le papillon dans la chrysalide, nous devons coopérer avec le Soleil. Ce n’est qu’alors que de tels germes peuvent se développer en nous.

Évidemment, il faut un terrain propice au développement des germes de l’humain : la disponibilité à l’humain est nécessaire. Si nous modifions l’organisme, si nous nous prêtons à des greffes glandulaires, si nous consentons à des greffes organiques, etc., le terrain organique ne sera pas favorable au développement des germes humains.

Dans le passé, il y avait une race humaine qui a définitivement établi une dictature politique (une race des temps secondaires ou primaires). Une telle race interdisait tout ce qui concernait les affaires religieuses ; la religion a entravé les objectifs politiques des dictateurs. La libre initiative était désintégrée, éliminée ; comme conséquence ou corollaire, l’intelligence a commencé à dégénérer. Cette race s’est livrée à toutes sortes d’expériences glandulaires, de greffes, etc. Au fil du temps, elle a commencé à se déformer ; la morphologie était fondamentalement altérée ; les processus dégénératifs s’intensifient de plus en plus : ladite race devient plus petite au fil des siècles. Des milliers et des millions d’années passèrent, et leur involution devint de plus en plus atroce ; ça s’est terminé dans un cercle mécanique, horrible, désastreux… Cette race dégénérée existe toujours, elle vit toujours sur la surface de la Terre.

« Quand on examine une ruche ou une fourmilière, on s’étonne de deux choses : d’abord, c’est la formidable logique, l’absolue exactitude, et le merveilleux ordre de ces sociétés communistes de type Marxiste ; deuxièmement, le manque d’intelligence individuelle chez ces créatures communistes. En effet, ces sociétés d’abeilles et de fourmis sont de type communiste. Si un clairvoyant exercé investiguait attentivement sur ces animaux, il découvrirait avec étonnement que ce sont les corps physiques des êtres qui sont mentionnés dans toutes les traditions et les contes folkloriques de l’humanité ancienne. Ce sont les titans ou génies primitifs, les anges déchus, etc., qui existaient sur la Terre avant l’apparition de la Première Race Racine.

Il est naturel qu’ils aient dû créer ces états communistes en exerçant un formidable effort intellectuel basé sur des dictatures affreuses. Il est vrai aussi qu’ils luttaient contre toutes les religions, et que leur seul but était de convertir l’individu en automate par la roue d’une grande machine sociale. L’issue a été fatale. Les individus ont perdu leur initiative individuelle, le mécanisme social est devenu rigide et sévère, et leur intelligence s’est atrophiée chez tous les individus. Ainsi, cet automatisme, cette mécanicité sociale dans laquelle l’intelligence n’est pas nécessaire, sans valeur, voire dangereuse, a été transmise à leurs descendants par héritage.

Il est urgent de savoir qu’au cours de millions d’années, ces sociétés pré-humaines ont diminué de taille et dégénéré, tout en conservant toujours par héritage les mêmes mouvements automatiques involontaires de leur mécanisme social. C’est donc l’origine des abeilles et des fourmis. C’est le danger du communisme.

La nature veut créer des individus conscients d’eux-mêmes et non des automates. La perte d’initiative individuelle amène l’automatisme et la perte d’intelligence.

Il ne faut pas s’étonner des corps minuscules des abeilles et des fourmis. Hérodote et Pline à travers leurs livres nous font remémorer l’histoire des légendes des fourmis et des abeilles gigantesques du Tibet. Rappelons aussi que le lézard est un petit crocodile. Par conséquent, le déclin de la taille est un processus tout à fait normal dans la nature. L’être humain actuel (mieux dit, humanoïde) descend des géants antédiluviens. » – Magie Christique Aztèque

Je n’affirme rien de manière dogmatique, comme certains dans ce public le supposent. Quiconque a développé les facultés superlatives et transcendantales de l’Être, celui qui peut dominer complètement les « légominismes » du grand Avatar Ashiata Shiemash, celui qui a éveillé la conscience superlative et transcendantale, celui qui a éliminé l’ego, pourra (en étudiant les tablettes akashiques de la nature) vérifier par lui-même et directement (et non indirectement) ce que j’affirme emphatiquement ici.

Argumenter pour argumenter, ou ériger des antithèses pour argumenter, dans le but de détruire les affirmations faites ici, est trop superficiel et sans fondement, quand on n’a pas expérimenté les « légominismes » d’Ashiata Shiemash.

Donc, si nous ne coopérons pas avec l’expérience solaire, il serait impossible que les germes de l’humain se développent à l’intérieur de nous. Ce sont les germes du corps astral, que l’humanité n’a pas encore ; ce sont les germes du corps mental, que les gens n’ont pas non plus ; ce sont les germes du corps de la volonté consciente, que l’humanité n’a pas encore. Cependant, les Théosophes, les Pseudo-Rosicruciens, les Yogis, les Aquarianistes, etc., etc., etc., croient qu’ils ont tout cela et bien plus encore ; ils croient qu’ils ont déjà le septénaire théosophique, qu’ils sont des humains unitotaux complets, qu’ils vont déjà être des dieux ineffables, etc., etc., même s’ils se saoulent dans les bars !

La crue réalité de tout cela est que soit nous collaborons avec le Soleil, soit nous ne le faisons pas. Nous devons dissoudre l’ego animal et créer les corps existentiels supérieurs de l’Être, ce n’est qu’ainsi que nous deviendrons des humains au sens le plus complet du terme.

Pour créer le corps astral, il faut une sexologie transcendante et transcendantale, il faut apprendre à manier le mercure de la philosophie secrète, il faut vraiment entrer dans le chemin de la régénération sexuelle, car les dégénérés de l’infrasexe – les fornicateurs, les adultères, les homosexuels, les lesbiennes, etc. – sont des graines pourries desquelles l’humain ne pourra jamais sortir ; de ce genre de créatures, il ne sort que des larves…

Soit nous allons nous régénérer, soit nous marcherons sur le chemin involutive descendante des mondes infernaux ! Nous sommes devant le dilemme de l’être ou ne pas être de la philosophie ; ce n’est pas le moment de jouer avec de vaines paroles ou des bavardages ambigus ; ce n’est pas le moment de se complaire dans des sophismes distrayants. Le moment le plus terrible dans lequel nous nous trouvons est arrivé. Le moment est venu où nous devons nous définir : soit nous devenons humains, soit nous involuons dans les entrailles de la Terre.

On pourrait me dire ceci : « par quelle autorité affirmez-vous cela, sur quoi cela se fonde-t-il ? » Au nom de la vérité, je dois vous dire (que vous le vouliez ou non, que vous le croyiez ou non) que je suis le cinquième des sept, que je suis Samael, que je suis le souverain de Mars. Je me fiche que vous y croyiez ou non ! Au temps de Jésus, le grand Kabir, il n’a pas non plus été accepté, et aucun maître venu sur Terre, ni aucun avatar, n’a jamais été cru. Je ne peux pas non plus m’attendre à ce que vous croyiez en moi. Bouddha n’a pas non plus été cru et il a été empoisonné ; ils ne croyaient pas en Milarépa et on lui a aussi donné du poison ; Jésus de Nazareth n’a pas été cru et il a été crucifié ; ils n’ont pas cru en Apolonius de Tyane et ils l’ont fait mourir dans une fosse pourrie, là dans un horrible cachot à Rome.

Ainsi, l’humanité hait les prophètes. Donc, je ne crois pas, je ne peux en aucun cas croire que vous m’admettez en tant qu’avatar ou quelque chose comme ça. Mais je dis ce que je sais ; j’ai le courage de le dire, à ceux qui croient et à ceux qui ne croient pas, que tous les gens qui peuplent la surface de la Terre ne sont toujours pas des humains mais des animaux, des bêtes, parce qu’ils mangent et dorment et vivent comme des bêtes. Ainsi, tant que nous ne nous résoudrons pas à créer les corps existentiels supérieurs de l’Être, nous continuerons à être des bêtes.

« J’ai dit dans mon cœur concernant la succession des enfants d’Adam, que Élohim pourraient les manifester, et qu’ils pourraient voir qu’ils sont eux-mêmes des bêtes. Car ce qui arrive aux enfants d’Adam arrive aussi aux animaux ; une chose leur arrive : comme l’un meurt, ainsi meurt l’autre. Assurément, ils ont tous un souffle ; Adam n’a aucun avantage sur les animaux, car tout (en eux) est vanité (Abel). » – Ecclésiaste 3 : 18, 19

Ainsi, si nous voulons créer ces corps afin de recevoir les principes psychiques et spirituels qui feront de nous de vrais humains, nous devons nous régénérer sexuellement, mettre fin à l’horrible vice de la fornication, mettre fin à la masturbation, à l’homosexualité, aux lesbianisme, à l’adultère dégoûtant. Ce n’est qu’ainsi, et en procédant avec énergie, que nous pourrons nous régénérer.

À quoi bon nous remplir la tête de théories si nous sommes pourris par l’adultère et la fornication ? A quoi cela nous sert-il de lire toutes les bibliothèques du monde, si nous continuons à être ce que nous sommes ? Même si nous disons que nous sommes et nous sommes, nous ne serons pas plus que ce que nous sommes ! Ainsi, l’heure de la régénération est arrivée, et c’est la chose fondamentale.

La transmutation des énergies créatrices est fondamentale, mais les gens détestent la transmutation. Ils détestent ça parce que l’ego déteste ce que signifie régénération. L’ego n’a aucun désir de mourir ; personne n’aime avoir une arme à feu sur la poitrine, personne n’aime être menacé avec une mitrailleuse, ainsi, l’ego ne peut jamais aimer que quelqu’un présente une doctrine liée à la transmutation et à la régénération sexuelles. Ça va contre le plaisir sexuel, ça va contre l’orgie, contre le vice, c’est ce que l’ego veut le plus.

Ainsi, c’est un dilemme que nous avons : soit nous nous régénérons, soit nous périrons. Bientôt une masse planétaire atteindra la Terre, une masse géante : je veux dire Hercolubus. Une telle masse produira une révolution totale de l’axe de la Terre et les mers engloutiront les continents actuels.

Les fornicateurs, les méchants et les adultères devront entrer dans les entrailles de la Terre pour retourner dans le temps.

Ceux qui entendent ces paroles diront qu’il n’y a pas d’amour, et ils se trompent. Oui, il y a de l’amour; ce qu’il n’y a pas, en aucun cas, c’est le piétisme, la moralité, la tolérance au crime, au vice, etc., etc., etc.

Nous sommes ici, nous tous, pour étudier ce soir ce que nous sommes et ce que nous devrions être.

J’ai dit que l’ego est juste un groupe de démons à l’intérieur de nous ; j’ai dit que nous devons annihiler toutes sortes de défauts psychologiques. J’ai également dit que nous devons créer des corps, que nous n’avons pas, afin de devenir des humains.

La transmutation est fondamentale pour la création de ces corps. Le sperme sacré doit être transmuté en énergie ; cette énergie créatrice est le mercure de la philosophie secrète, le mercure des sages. Avec cette merveilleuse énergie, nous pouvons réaliser la création des corps existentiels supérieurs de l’Être.

En alchimie on parle de sel, de soufre et de mercure. Nous sommes le « sel de la Terre » ; ce « sel » doit être fertilisé par le mercure et le soufre. Le mercure est l’« âme métallique du sperme », c’est l’énergie créatrice du troisième Logos. Le soufre est le feu divin en nous, le fohat, la flamme ardente qui doit se développer dans notre colonne vertébrale.

Lorsque nous aurons atteint la fusion complète du sel, du soufre et du mercure, à travers la transmutation et la sublimation, nous aurons le matériel pour créer le corps astral, nous aurons le matériel pour créer le corps du mental et nous aurons le matériel pour créer le corps de la volonté consciente.

La clé est très simple et je n’aurai aucun mal à la donner ici, devant ce public, ici, à tout le monde réuni : connexion du lingam-yoni sans éjaculation de l’ens seminis, car dans l’ens seminis il y a l’ens-virtutis du feu… Cet artifice merveilleux, extraordinaire, c’est le secreto-secretorum des Alchimistes médiévaux.

Autrefois, dans l’Égypte des pharaons, ce secreto-secretorum de la science d’Hermès, n’était délivré que de bouche à oreille et sous serment (c’est ainsi que je l’ai reçu au pays des pharaons). Quiconque violait le serment était condamné à mort. Les papyrus Égyptiens disent que « sa tête a été coupée, son cœur a été arraché, son corps a été brûlé et les cendres ont été jetées aux quatre vents ».

Or beaucoup ne veulent pas de ce bel artifice, ce secreto-secretorum, mais je le leur donne « en cadeau ». Dans l’Égypte ancienne, cela coûtait même la vie, alors ce secret était apprécié. Les sages ont toujours gardé le secret (de la préparation du mercure) ; je ne le cache pas, je vous le donne ; c’est ça…

Si vous fabriquez du mercure, vous créerez les corps existentiels supérieurs de l’Être, et vous pourrez alors recevoir les principes psychiques et spirituels et devenir des humains, mais de vrais humains. Cependant, il est nécessaire d’éliminer les éléments indésirables qui se chargent en nous, car si quelqu’un devait fabriquer les corps existentiels supérieurs de l’Être, si quelqu’un devait créer les véhicules transcendantaux de l’Être et ne pas éliminer les éléments indésirables que nous portons à l’intérieur, ils deviendraient un hasnamuss à double centre de gravité. Je le conseille car je n’ai pas envie de récolter une récolte d’hasnamussen ; je travaille à créer des humains : des humains solaires, de vrais humains, de véritables humains ; C’est l’objet de la mission que je remplis : je suis venu créer des humains.

Au nom de la réalité, au nom de la vérité, je dis : il est indispensable d’éliminer le mercure sec, c’est-à-dire les « Moi » qui ensemble constituent l’ego.

L’illumination est basée sur trois aspects fondamentaux.

Nous devons développer le sens de l’auto-observation psychologique. Dans le domaine de la vie pratique, en relation avec nos amitiés, avec les gens au travail, etc., les défauts que nous avons cachés surgissent spontanément, et si nous sommes dans un état d’alerte perception, d’alerte nouveauté, ces défauts peuvent être découverts.

Un défaut découvert doit être poursuivi, analysé, compris… Mais comprendre n’est pas tout ; nous avons besoin de l’exécution, de la dissolution, de l’élimination de chacun de ces défauts.

Il est urgent d’éliminer le défaut que nous avons compris. Le mental, par lui-même, ne peut fondamentalement altérer aucun défaut. Le mental peut les étiqueter avec des noms différents, les faire passer d’un département de l’entendement à un autre, les cacher à lui-même et aux autres, les justifier ou les condamner, mais en effet le mental ne peut jamais les modifier radicalement.

Si l’élimination est ce que nous voulons, il devient alors nécessaire de faire appel à un pouvoir supérieur au mental. Heureusement, ce pouvoir existe en chacun de nous, à l’état latent. Je veux me référer, emphatiquement, à Devi-Kundalini shakti, le serpent igné de nos pouvoirs magiques (Tonantzin, Isis, Réa, Cybèle, Adonia, Insoberta, etc.), dieu-mère !… C’est seulement en implorant l’aide de Devi-Kundalini shakti, seulement en suppliant Isis, Adonia, d’éliminer de notre psyché le défaut découvert et compris, que nous atteindrons alors sa désintégration totale. Alors, le moment est venu d’enlever nos défauts…

Si nous fabriquions les corps existentiels supérieurs de l’Être et sommes devenus humains, mais que nous n’avons pas éliminé les défauts psychologiques de notre psyché, nous échouerions malheureusement.

Nous deviendrions des « avortons » de la Mère Cosmique, des échecs, des hasnamussen avec un double centre de gravité.

Un hasnamuss a deux personnalités intérieures : l’une divine, l’autre ténébreuse. Un hasnamuss doit se développer dans les entrailles de la Terre jusqu’à ce qu’il devienne de la poussière cosmique. On ne veut en aucun cas une récolte de hasnamussen…

Les travaux doivent être complets :

  • nous devons travailler dans la neuvième sphère pour créer les corps existentiels supérieurs de l’Être
  • nous devons aussi éliminer l’ego animal
  • et enfin, nous devons lever haut le flambeau pour se sacrifier pour les autres, pour éclairer le chemin des autres…

Ce n’est qu’ainsi que nous provoquerons une transformation totale de notre intérieur ; ce n’est qu’ainsi que naîtra l’humain en nous ; ce n’est qu’alors que nous serons vraiment sauvés…

Mais aujourd’hui, l’animal intellectuel croit tout savoir, alors qu’en vérité, il ne sait rien. Parlant dans le style Socratique, nous dirions « non seulement qu’il ignore, mais il ignore aussi qu’il ignore. Non seulement il ne sait pas, mais il ne sait même pas qu’il ne sait pas »… Un ancien codex dit :

« Les dieux ont créé les humains de bois, et après les avoir créés, ils les ont fusionnés avec la divinité ». Mais il souligne aussi, « tous les humains n’arrivent pas à fusionner avec la divinité »…

Donc, il faut créer des humains. Mais il faut que ces humains soient intégrés à la divinité, car hasnamussen est précisément le résultat de ne pas avoir dissous l’ego, de ne pas avoir atteint l’intégration avec le divin.

Pour atteindre la stature d’un surhomme, il faut s’intégrer à la réalité, à la divinité. Vous devez d’abord créer l’humain, puis le surhumain. Le surhumain est au-delà du bien et du mal ; le surhumain est le Christ rouge, révolutionnaire, terrible rebelle ; le surhumain est au-delà des codes moraux obsolètes et maladroits ; il est au-delà des stupides dogmes de l’évolution ; au-delà de tout ce qui a été écrit en matière de théosophisme, de rosicrucianisme bon marché, de yogisme, de pseudo-yogisme, de spiritisme, etc, etc, etc…

Le surhumain est au-delà du bien et du mal, il manie l’épée de la justice cosmique, il dirige le cours des siècles, il transforme le plomb en or, il possède l’élixir de longue vie, il peut vivre avec son corps des millions d’années, il est le roi ou la reine de la nature, le roi ou la reine du feu qui flambe, le roi ou la reine de l’air, le roi ou la reine des eaux, le roi ou la reine de la terre, etc…

Dans quel but sommes-nous entrés dans ces études de type ésotérique, est-ce pour nous distraire ? Malheureusement, beaucoup de ceux qui étaient dans le pseudo-ésotérisme et le pseudo-occultisme bon marché qui foisonnent, dans ces écoles de type Kalkien, vraiment, ce qu’ils recherchent, c’est de la distraction, du plaisir, car lorsqu’ils sont appelés à s’occuper de la sagesse du serpent, à s’occuper de l’aigle, et à abandonner tous leurs dogmes, ils fuient dans la terreur, ils se cachent parmi ses volumes… Alors, ce qu’ils cherchent n’est pas l’auto-réalisation mais s’amuser. Et c’est que le mental est habitué à vagabonder, aujourd’hui il est distrait par une théorie, demain par une autre ; aujourd’hui le mental va à un cinéma, demain à un autre ; aujourd’hui à un cirque, demain à une taverne.

Donc être sérieux c’est très difficile… Ceux qui veulent vraiment être sérieux sont très rares.

Nous les Gnostiques sommes révolutionnaires, terriblement rebelles, nous allons à l’encontre du dogme de l’évolution, nous allons à l’encontre de toutes les théories établies par ce peuple Kalkien du 20e siècle.

Nous voulons l’éveil du serpent sacré, de la vipère divine à l’intérieur de nous, du cobra terriblement sublime. Je me réfère à la Kundalini, à ce serpent qui se développe et se déploie dans l’épine dorsale, à ce serpent qui ne s’éveille qu’avec la magie sexuelle de la transmutation de la libido sexuelle, citée par Saint Augustin.

Si tout cela ne suffit pas, les Hindous parlent de la Kundalini, de son développement, de son dédoublement… Mais je dis, en effet, que bien que les yogis disent « que les chakras s’ouvrent avec la Kundalini », incontestablement, personne ne pourra profiter des pouvoirs des chakras, des pouvoirs occultes, des pouvoirs ésotériques, si l’on n’a pas été préalablement avalé par le serpent.

Chez les Mayas du Yucatan, j’ai trouvé un temple ; là apparaît un grand serpent avalant un initié. Les Mayas disent que « nous avons besoin d’être dévorés par le serpent ». Oui, la sagesse du serpent est extraordinaire…

Nous devons éveiller le serpent en nous, basé sur la transmutation sexuelle, puis être « dévoré par le serpent ». Et plus tard, avec le temps, l’aigle, le Logos, « avalera le serpent », et alors nous deviendrons des surhumains. Cela vaut plus que toutes les théories qui ont été écrites dans le monde, que tous les milliers de volumes que lisent les prudes de toutes les écoles ; cela vaut mieux qu’une multitude de piétismes incongrus ; cela vaut mieux que toutes les poses de douceur feinte ; cela vaut mieux que de fausses fraternités…

Il faut vraiment éveiller le serpent, et se faire dévorer par le serpent, il faut devenir des serpents…

Alors, le temps des grandes réflexions est venu, et nous ne pouvons en aucun cas marcher avec de petites nappes d’eau tiède : soit nous nous définissons, soit nous ne nous définissons pas ; soit nous décidons de suivre le chemin qui mène au surhumain soit nous involuerons dans les entrailles de la Terre. Ces deux chemins sont à l’intérieur de nous, et nous devons choisir… un pas en arrière et nous serons perdus !

Les corps existentiels supérieurs de l’Être doivent devenir des véhicules d’or pur, en essayant d’atteindre l’intégration avec le divin, comme l’enseigne l’Alchimie. Mais pour que le corps astral devienne, par exemple, un véhicule d’or de la meilleure qualité, il faut en éliminer les éléments indésirables que sont la colère, la cupidité, la luxure, l’envie, l’orgueil, la paresse, la gourmandise, etc., et dès qu’il est fait d’or pur, il est dévoré par le serpent… Un corps mental d’or pur, libre de passions et de désirs, est avalé par le cobra sacré… Un corps de la volonté consciente, droit, sans éléments indésirables, est avalé par la vipère divine… Celui qui a créé les corps d’or pur, celui qui a atteint l’état archangélique, celui qui a été avalé par la serpent, sera dévoré par l’aigle, deviendra le serpent à plumes, comme Quetzalcoatl, comme Manco Capac dans le Pérou Inca, comme Hermès Trismégiste, le trois fois grand dieu ibis de Thot, dans l’Égypte des pharaons.

Nous avons besoin de nous transformer en dieux, et cela n’est possible que par la transmutation sexuelle et l’élimination de tous nos défauts, et enfin, par le sacrifice pour nos semblables…

Questions et Réponses

Ici s’achève mon exposé. Si l’un d’entre vous a quelque chose à demander, qu’il le fasse en toute liberté… qu’il ait la parole…

Étudiant : … à propos des fourmis…

Samael Aun Weor : Nous répondrons avec plaisir à votre question : certes, dans un passé ancien, il y a plusieurs millions d’années, il existait une race humaine (pas égale à la nôtre, car c’est impossible, du moins semblable), ladite race a créé une civilisation de type, dirions-nous, « communiste » (je ne veux pas dire « communiste », au sens littéral du terme, comme nous l’entendrions aujourd’hui, plutôt, dirions-nous, de manière similaire, analogue, similaire, comparable).

Que cette race se consacrait à la science était vrai (il y avait aussi la science à cette époque) ; ainsi, des expériences glandulaires étaient réalisées, il ne faut pas s’en étonner (les Atlantes ont également procédé à des greffes non seulement de glandes, de viscères, mais même de cerveaux !). Donc, cette « greffe » n’est pas quelque chose de nouveau. Mais à cause de toutes ces conditions, cette race a involué : sa morphologie a été fondamentalement altérée, et pendant des millions d’années elle a involué, jusqu’à ce qu’elle devienne ce qu’elle est aujourd’hui : je me réfère, clairement, aux fourmis.

Si l’on observe une fourmilière, on est étonné de voir l’ordre merveilleux de son palais ; évidemment, cela a résulté d’un grand effort. Sans doute, en principe, de véritables dictatures étaient nécessaires pour établir un tel ordre ; au fil du temps, les mouvements sont devenus mécaniques, ils ont été hérités des parents aux enfants (et continuent encore dans n’importe quelle fourmilière).

Si nous mettions fin à l’initiative individuelle, et définitivement, continuions indéfiniment l’expérience des greffes glandulaires, un tel sort nous attendrait…

Heureusement, dans notre cas précis, il y aura une catastrophe qui nous empêchera de continuer définitivement sur la voie des fourmis et des abeilles, puisqu’elles ont également mené des expériences similaires. Nous savons bien qu’il y aura bientôt une grande catastrophe, et cela est indéniable ; tous les astronomes du monde entier le savent : ils savent qu’Hercolubus vient, mais ils se taisent ; ils savent qu’il va provoquer une révolution des axes de la Terre, mais ils se taisent. Ils ne sont en aucun cas autorisés à provoquer des psychoses collectives. Jusqu’ici, ma réponse. Y a-t-il une autre question ?

Étudiant : … comment éliminons-nous l’ego ?

Samael Aun Weor : Évidemment, l’élimination de l’ego a trois facteurs définis. N’oubliez pas qu’à la guerre, les espions sont d’abord découverts, puis poursuivis, et enfin, ils sont emmenés au peloton d’exécution. Il devrait en être ainsi aussi des « Moi » ou éléments inhumains que nous portons en nous : ils doivent d’abord être découverts à travers l’auto-observation, alors ils doivent être compris, et cela se fait à travers une méditation profonde, à travers l’auto-réflexion de l’Être ; quand on médite sur ses défauts, quand on les comprend, quand on fait appel à l’auto-réflexion, alors on les comprend vraiment. Je ne parle pas de méditations complexes et difficiles, je parle de méditations naturelles, de méditation comme quand vous découvrez le défaut de la jalousie, vous savez que vous l’avez, vous méditez pour le comprendre, vous méditez sur ce défaut, vous arrivez à la conclusion qu’un tel défaut est absurde. L’élimination est la dernière chose. J’ai dit qu’il fallait faire appel à Devi-Kundalini shakti, le serpent igné de nos pouvoirs magiques, si nous voulons vraiment désintégrer le défaut que nous avons compris à tous les niveaux du mental ; c’est ce que j’ai dit, c’est ce dont j’ai parlé, c’est ce que j’ai cité : ces trois facteurs fondamentaux. Le long de ce chemin, nous détruirons l’ego, nous le réduirons en cendres, en poussière cosmique, nous libérerons la conscience, nous l’éveillerons, nous ferons l’expérience de la vérité et nous serons totalement illuminés. C’est tout !

Je recommande aux personnes présentes ici, de lire mon livre intitulé « Psychologie Révolutionnaire ». J’ai un autre livre en préparation, qui sortira bientôt dans les rues, je veux dire un livre intitulé « La Grande Rébellion », qui fait suite à « Psychologie Révolutionnaire », vous l’aurez bientôt en votre possession…

Quelqu’un d’autre a-t-il quelque chose à dire ? Qu’il le fasse en toute liberté !… Vous avez la parole, mon frère !

Étudiant : À propos du nom des sept anges ?

Samael Aun Weor : Au nom de la vérité, je dois dire ce qui suit : le premier ange est le souverain de la lune et son nom est Gabriel ; le deuxième ange est Raphael, l’esprit planétaire de mercure ; le troisième est Uriel, le régent de Vénus ; le quatrième est Michael le souverain du Soleil; le cinquième est Samael, ma Monade, situé au centre de gravité de Mars. Je suis son Dhyani-Bodhisattva : Samael ; le sixième est Zachariel, le souverain de Jupiter, et le septième est Orifiel, le souverain de Saturne, ce sont les sept Esprits de Dieu devant « l’agneau » (envoyé sur toute la Terre.)

« Et je vis, et voici, au milieu du trône et des quatre bêtes, et au milieu des anciens, se tenait un agneau comme il avait été immolé, ayant sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés sur toute la Terre. » – Apocalypse 5 : 6

Je n’ai rien de plus à ajouter; je l’ai dit !

Quelqu’un d’autre a-t-il quelque chose à demander ?… Ne restez pas dans le doute. Tout le monde a le droit de poser des questions, et celui qui n’est pas d’accord avec cela a le droit de réfuter, voici la plate-forme pour que vous parliez… Eh bien, puisque je n’entends personne qui demande quelque chose, je pense que nous allons terminer cette conférence…

Paix Invérentielle

Catégories : Conférences de Samael Aun Weor