Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

La Pistis Sophia

Jésus n’instruit jusqu’ici ses disciples que jusqu’aux régions du Premier Mystère

Il arriva, quand Jésus fut ressuscité d’entre les morts, qu’il passa onze ans à s’entretenir avec ses disciples, et à les instruire seulement jusqu’aux régions du Premier Commandement et jusqu’aux régions du Premier Mystère, qu’à l’intérieur du Voile, dans le Premier Commandement, qui est le vingt-quatrième mystère en dehors et en bas – ceux (vingt-quatre) qui sont dans le deuxième espace du Premier Mystère qui est avant tous les mystères, le Père sous la forme d’une colombe.

« Joyeux dans l’espérance, souffrant dans la tribulation, sois constant dans ta prière. » – La Pistis Sophia Dévoilée par Samael Aun Weor

La Pistis Sophia doit être expliqué ésotériquement. Seuls ceux qui l’ont vécu peuvent expliquer les paragraphes ésotériques de La Pistis Sophia, car il ne s’agit pas de simples projections de l’intellect. Depuis que j’ai vécu tout cela, il m’est donc possible d’expliquer chaque paragraphe de la doctrine du bien-aimé, contenue dans La Pistis Sophia.

La Pistis Sophia originale est en Copte ; elle a été traduite en d’autres langues et bientôt nous l’aurons en Espagnol…… l’année prochaine (1978), nous pourrons avoir ce livre dévoilée. Même si c’est en fin d’année.

Étudiant : Vénérable maître, il existe une version Espagnole de La Pistis Sophia, sortie en Espagne ; et il y a un frère, un étudiant Gnostique qui connaît beaucoup l’Anglais et peut la lire et la traduire comme cela, immédiatement…

Samael Aun Weor : C’est parfaitement bien, et cela circule dans tous les pays d’Europe, n’est-ce pas ? Mais cela n’aide pas les gens.

Étudiant : C’est vrai…

Samael Aun Weor : Parce que si elle n’est pas dévoilée, c’est comme si (au lieu de l’Anglais) on parlait le Chinois ici en Amérique. Personne ne comprendrait.

Étudiant : Maître, si ce frère peut vous être utile pour qu’il puisse vous aider plus rapidement avec la traduction ?…

Samael Aun Weor : Ce n’est pas nécessaire…… cela va commencer…… et la livrer littéralement comme cela, la simple traduction, personne ne la comprend. La doctrine secrète du sauveur du monde est en code et seul celui qui comprend les mystères la comprend ; et seul celui qui les a vécus et les vit connaît les mystères.

Étudiant : Il y a un livre qui est sorti au Venezuela, qui est « l’Évangile du Verseau de Jésus le Christ », c’est ainsi qu’il s’appelle. Mais c’est comme vous dites : « ce n’est pas révélé ». Mais il est entendu que de nombreuses parties des enseignements Gnostiques y sont contenues mais voilées.

Samael Aun Weor : Eh bien, cela ne vaut rien pour les misérables. Nous devons livrer à l’humanité La Pistis Sophia dûment dévoilée et expliquée, la doctrine secrète du Nazaréen, les volumes secrets du Christ. De cette façon, l’humanité recevra l’évangile Christique, la doctrine complète, qui a été gardée secrète pendant 20 siècles.

Catastrophes

Alors en effet, après tout cela, les catastrophes finales viendront. Parce que l’évangile doit être prêché d’abord…… puis les catastrophes. Car vous devez savoir que, justement, les temps de la fin sont arrivés !…

« Et cet évangile du royaume sera prêché dans le monde entier pour servir de témoignage à toutes les nations ; et alors viendra la fin. » – Matthieu 24 : 14

Celle qui a toujours produit des catastrophes mondiales à travers les siècles a toujours été la planète Hercolubus. C’est un monde géant, peut-être six fois plus grand que Jupiter, et Jupiter est des centaines de fois plus grand que la Terre.

Quand Hercolubus arriva à la fin de la civilisation Lémurienne, il produisit de grands tremblements de terre, il attira le feu des volcans à la surface ; ce continent s’enfonça peu à peu dans les vagues déchaînées de l’Océan Pacifique.

Lorsque Hercolubus est arrivée à la fin de la civilisation Atlante, il a causé la révolution des axes de la Terre ; les mers se sont déplacées et toute l’humanité a été submergée dans les eaux avec son continent.

Maintenant, Hercolubus est de nouveau en vue. De tous les observatoires du monde, on le voit. Les scientifiques l’ont baptisé du nom de « Barnard » ; de toute façon, ils peuvent lui donner le nom qu’ils veulent. Nous, ésotériquement, le connaissons sous le nom de « Hercolubus » ; et il est déjà, je le répète, en vue…

En se rapprochant, il produit différents effets telluriques sur notre globe. Lorsqu’il se rapprochera, il commencera à attirer magnétiquement le feu liquide qui se trouve à l’intérieur de la planète Terre. Déjà très proche, il attirera, il attirera magnétiquement ce feu ; il est même possible qu’une partie de notre croûte géologique explose. Alors, ce feu brûlera tout ce qui a la vie. Des rivières de feu couleront partout ! Le feu liquide de l’intérieur de la Terre détruira toute cette civilisation. Il ne restera rien, et ce sera la fin de toute l’humanité !…

Étudiant : Maître, ce même feu est le magma des volcans, ce que les volcans vomissent, n’est-ce pas ?

Samael Aun Weor : C’est le même feu des volcans…

Étudiant : De la lave ?

Samael Aun Weor : La lave en effet, donc, le feu fait partie de ses substances, de ses matières inflammables qui jaillissent de l’intérieur du monde. Mais en effet, tout cela est produit par le feu ; et le feu sort de l’intérieur de la Terre. Et ce feu sautera à la surface et « la Terre et toutes les œuvres qui s’y trouvent seront brûlées » ; tout va brûler.

Mais à l’approche maximale il apportera……déjà au maximum, il y aura une révolution des axes de la Terre. L’approche maximale est terrible, car c’est une masse tellement énorme, quand elle passe près, elle tourne… c’est-à-dire qu’elle fait un gâchis : les pôles deviennent l’équateur et l’équateur les pôles ; les eaux changent de lit, et la submersion totale des continents habités actuels a lieu.

Les astronomes le savent. La carte que nous avons dans l’association, ici dans nos études Gnostiques, nous l’avons trouvée dans une bibliothèque de journaux, ou l’un des nôtres l’a trouvée dans une bibliothèque de journaux, ici à Mexico. Donc ces cartes……c’est une chose qu’on pourrait déjà appeler « officielle ».

S’il n’est pas médiatisé, c’est en raison de la censure gouvernementale, qui interdit la formation de psychoses collectives dans les villes. Les astronomes ont été contraints de se taire. Mais il n’y a pas d’observatoire au monde où l’on ne sache pas ce qui va se passer : dans tous les observatoires il y a déjà une carte de la catastrophe, c’est une affaire tout à fait officielle ; et les gouvernements le savent, plus personne ne l’ignore.

Il n’est pas médiatisé pour éviter la psychose collective, les gouvernements interviennent, censurent.

Mais c’est un fait : Hercolubus est en vue de tous les observatoires du monde ! Il s’approche à une vitesse fantastique, se dirigeant vers la Terre…

Étudiant : Vénérable maître, et ésotériquement, dans quelle mesure de temps, plus ou moins, ces approches auront-elles lieu ?

Samael Aun Weor : Eh bien, les calculs varient beaucoup ; il n’y a toujours pas de précision absolue à ce sujet. Mais Michael de Nostradamus assure que c’est en 1999, l’approche maximale d’Hercolubus…

Étudiant : En 1999, « au septième mois », dit-il…

Samael Aun Weor : Oui, c’est ce qu’il a dit, « au septième mois ».

Étudiant : Il y a un autre livre où il dit que c’est en 1988…

Samael Aun Weor : Je connais les « siècles » de Nostradamus, complètement, je les connais par cœur, et je ne l’ai jamais vu en 1978…

Étudiant : Non, en 1988…

Samael Aun Weor : Pas en 88, pas en 98, mais en 1999…

Étudiant : Bien que dans un autre livre, il est dit que c’est le 2500…

Samael Aun Weor : Eh bien, le 2500 est symbolique, car si nous additionnons 2 + 5, nous avons 7. Et 7 est le septième (mois ou septième) sceau de la révélation de Saint Jean. L’humanité a brisé six sceaux ; quand le septième est brisé, vient la grande catastrophe. Ainsi, six ont déjà été brisés, seul le dernier manque et la catastrophe viendra.

Les Quatre Âges

Étudiant : Maître, est-ce ce que l’évangile veut dire quand elle dit « un temps, des temps et la moitié d’un temps ». C’est-à-dire un (1) et un (1) : deux et demi 1/2 : cinq ?

Samael Aun Weor : Non, ce n’est pas ça, ce qui se passe, c’est que le système solaire se déplace autour du zodiaque ; c’est l’année sidérale. Quelque chose de similaire se produit avec l’année terrestre : la Terre tourne autour du Soleil et revient à son point de départ. Et cela forme l’année terrestre de 365 jours et des fractions de minutes et de secondes. Quant à l’année sidérale, elle est différente : le voyage n’est plus autour du Soleil, c’est le système solaire qui parcourt la ceinture zodiacale, en un terme d’environ 25 968 ans, plus ou moins ; une moyenne, car il est difficile dans ce domaine, les calculs exacts.

Mais il arrive que pendant l’année sidérale il y ait quatre saisons : le printemps, l’été, l’automne et l’hiver. Une race ne dure pas plus longtemps que le voyage du système solaire autour de la ceinture zodiacale.

Ce voyage dans lequel nous nous trouvons a été initié après le déluge universel, sous la régence de la constellation du Verseau. Et le système solaire a déjà fait un tour complet autour de la ceinture zodiacale, et il est de retour en Verseau.

Ainsi, l’année sidérale se termine. Nous sommes à la fin, déjà pratiquement ; il ne reste que quelques degrés et la catastrophe approche. Chaque année sidérale se termine par une catastrophe. À la fin de chaque année sidérale, Hercolubus revient. Et cela marque la fin de l’année sidérale.

Hercolubus est actuellement de retour. Il est déjà à la vue de tous les télescopes du monde. Et Michael de Nostradamus dit que bientôt, il sera visible à midi. Ainsi, l’arrivée de ce « roi terrible » que Nostradamus prône ou prophétise, est un fait !

Or, une race ne dure pas plus, je le répète, que la durée d’une année sidérale, la durée d’un voyage du système solaire autour de la ceinture zodiacale ; c’est combien de temps dure une race.

Et c’est une année sidérale, puisqu’elle a quatre saisons : le printemps (l’âge d’or). L’été (l’âge d’argent). L’automne (l’âge de cuivre). L’hiver (l’âge de fer).

Dans l’âge d’or tout est harmonie, paix et perfection. Personne ne vit qui a un ego. Dans l’âge d’or, les personnes qui ont un ego ne reçoivent pas de corps. Dans l’âge d’argent, les splendeurs diminuent un peu, mais la vie est toujours belle. Les frontières et les guerres commencent dans l’âge de cuivre ; l’ego se développe à nouveau, l’humanité redevient mauvaise. L’âge de fer est l’hiver terrible (c’est l’âge dans lequel nous sommes actuellement), celui de la méchanceté poussée au maximum. Et puis vient la catastrophe.

Donc en ce moment, nous sommes exactement à la fin du kali yuga, c’est-à-dire la fin de l’âge de fer, de l’hiver.

Évidemment, Daniel le prophète a parlé et a dit : « J’ai vu dans ma vision de nuit, et voici, les quatre vents du ciel se sont abattus sur la grande mer. » Et alors il vit quatre grandes bêtes monter de la mer, différentes les unes des autres…

« La première, dit-il, ressemblait à un lion et avait des ailes d’aigle. Je regardais jusqu’à ce que ses ailes aient été arrachées, et qu’elle ait été soulevée de la terre, et qu’elle se soit tenue sur ses pieds comme un homme, et qu’un cœur d’homme lui ait été donné.

« Et voici une autre bête, une seconde, » dit-il, « ressemblant à un ours, et elle se dressa d’un côté, et elle avait trois côtes dans la gueule entre ses dents : et elles lui dirent ainsi, Lève-toi, dévore beaucoup de chair.

Il dit : « Après cela, j’en vis et voici une autre (la troisième), semblable à un léopard, qui avait sur le dos quatre ailes d’oiseau ; la bête avait aussi quatre têtes ; et la domination lui a été donnée.

Puis, il dit : « Après cela, j’ai vu dans les visions nocturnes, et voici une quatrième bête. »

La première est l’âge d’or, la seconde l’âge d’argent, la troisième l’âge de cuivre…

Et la quatrième – dit-il – était très différente des autres bêtes : épouvantable et terrible, et extrêmement forte ; et elle avait de grandes dents de fer : elle dévorait et brisait en morceaux, et frappait le résidu avec ses pieds : et elle était différente de toutes les bêtes qui étaient avant elle ; et elle avait dix cornes. Je considérai les cornes, et voici, une autre petite corne s’éleva parmi elles, devant laquelle il y avait trois des premières cornes arrachées par les racines. Et voici, dans cette corne, il y avait des yeux comme des yeux d’homme, et une bouche qui dit de grandes choses… » « ….Je vis, et la même corne fit la guerre aux saints, et prévalut contre eux. »

Et le pouvoir lui fut donné de détruire les saints des plus hauts et de causer partout un mal immense…

« Jusqu’à ce que l’Ancien des Jours vienne, dit-il, et que le jugement soit rendu aux saints du Très-Haut ; et le temps vint où les saints possédèrent le royaume… »

Et Daniel lui demanda la vérité de tout cela. Alors, il lui dit, et lui fit connaître l’interprétation des choses.? » Il répondit: « jusqu’à un temps, et des temps, et la moitié d’un temps. »… – Daniel 7 : 2-7, 16

« Un temps », l’âge d’or ; les « temps », les âges d’argent et de cuivre ; « et la moitié », la moitié de l’âge de fer. Nous sommes actuellement là-dedans, justement. Donc, la fin est pour ce temps. Nous sommes au milieu de l’âge de fer, presque à la fin, plus de la moitié. Alors, avant, on est allé un peu trop loin ; Nous sommes presque allés un peu trop loin.

Étudiant : Vénérable maître, d’après tout ce qui vient d’être dit, pourrions-nous……plus de 94 ans à cette race racine ?

Samael Aun Weor : Eh bien, tout calcul numérique en ce moment est un peu audacieux, car, certainement, nous pourrions dire qu’il ne nous reste que 94 ans ; un autre pourrait dire qu’il y en a moins à faire, mais, exactement, le jour et l’heure il n’y en a qu’un qui le sache, qui est, justement, le père de toutes les lumières. Parce qu’il est écrit :

« Mais personne ne connaît ce jour et cette heure, non, pas les anges qui sont dans les cieux, ni le Fils, mais le Père. » – Marc 13 : 32

Ce que je peux vous assurer, c’est que nous sommes au commencement de la fin. La catastrophe approche.

Nostradamus dit cela en 1999 (28 = 10)… Eh bien, cet homme ne s’est jamais trompé… Hélas ! Mieux vaut que tout cela soit réalisé d’un coup. Comme tout cela, puisse-t-il s’accomplir, que l’âge d’or vienne, c’est ce que nous attendons : l’âge d’or.

Évidemment, alors, nous formons tous l’armée du salut mondial. Cette armée devra être formée avec des gens de toutes les nations, peuples et langues ; c’est évident.

L’Âge Futur

Mais de cette même armée sortira une synthèse ; et cette synthèse ou ce groupe……sera composé d’hommes et de femmes qui auront travaillé très intensément sur eux-mêmes. C’est-à-dire qu’ils ont pu détruire, sinon 100% de l’ego, du moins, au moins, 50% même.

Car une personne qui a détruit ne serait-ce que 50% de l’ego, est une personne qui donne déjà beaucoup d’espoir. Celui-là a montré qu’il peut travailler, et qu’il travaille sur soi. Évidemment, un groupe aussi sélect sera sorti en son temps et à son heure, de manière concrète et pratique.

Et donc, parce qu’avec un groupe de frères avancés de l’Himalaya, nous allons travailler, enfin, en équipe, en prenant partout où nous trouverons ceux qui n’ont pas d’ego, ou qui ont au moins dissous 50%.

Et des groupes seront organisés qui iront sur une certaine île du Pacifique. C’est à la veille de la catastrophe finale. Ces groupes formeront un seul groupe, après tout, qui vivra dans un endroit désert, dans un endroit……dans le Pacifique, quand la catastrophe arrivera, rien ne se passera à cet endroit.

Et ce groupe y restera un moment. En ces jours-là, la Terre entière, après la grande catastrophe, sera enveloppée de feu et de vapeur d’eau ; il sera revenu à l’état originel primitif de chaos. L’humanité aura péri.

Ce groupe sélect qui a travaillé sur lui-même, pendant cet intervalle, se consacrera à terminer son travail : finir d’éliminer son ego. Et ceux qui ne le terminent pas seront séparés, ils ne recevront pas de corps physique ; seuls ceux qui terminent le travail recevront un corps.

Lorsque de nouvelles terres et de nouveaux continents émergeront du fond des océans, alors, il arrivera que ce groupe sélectionné y vivra et servira de noyau à la future sixième race racine ; alors l’âge d’or commencera.

Dans la future sixième race racine, personne qui a l’ego, ni même 1% d’ego, n’y sera admis, car quelqu’un qui a un peu d’ego suffit à corrompre l’âge d’or. Une personne avec un ego détruit tout, nuit aux autres. De même qu’une orange pourrie parmi un panier de bonnes oranges contamine les autres, elle les abîme ; ainsi, si quelqu’un avec un ego restait dans l’âge d’or, celui-là mettrait fin à l’âge d’or.

Ainsi, à l’âge d’or, il y aura une humanité innocente, dépourvue d’ego ; gouverné par les dynasties solaires ; il y aura une paix et une harmonie uniques ; il n’y aura pas de pays, pas de républiques, rien de tout cela. La Terre entière sera un monde, un pays pour tous.

Étudiant : Maître, une question : est-ce que la formation de l’ego est une loi, que toute l’humanité tombe, et que l’ego se forme ? Ou y a-t-il des humanités qui peuvent passer sans tomber de l’Éden ?

Samael Aun Weor : Non, cela arrive toujours, car à l’âge d’or il y a la paix ; à l’âge d’argent elle diminue légèrement……et les premiers symptômes de l’ego commencent à apparaître, quoique de manière très résiduelle ; à l’âge de cuivre, l’ego apparaît définitivement ; et à l’âge de fer, l’ego règne définitivement…

Étudiant : Alors, la sixième race racine répétera-t-elle, encore une fois, tout ce même drame ?

Samael Aun Weor : C’est le même processus pour n’importe quelle race racine ; les saisons se répètent toujours dans toutes les races racines. Cela commence par un voyage du système solaire autour du zodiaque ; et chaque race racine se termine par le voyage du système solaire autour de la ceinture zodiacale.

Lorsque le voyage de la race racine Atlante s’est terminé, ce continent a été submergé dans les eaux.

Lorsque le voyage de la race racine Lémurienne s’est terminé, ce continent a également été submergé dans les eaux.

Parfois le feu déclenche la catastrophe, d’autres fois l’eau. Dans la Lémurie, le feu a commencé la catastrophe ; en Atlantide c’était l’eau ; maintenant, ce sera à nouveau le feu, et tout ce qui est actuellement ici sera brûlé. Comme il est écrit par Pierre :

« Mais le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit, dans laquelle les cieux passeront avec un grand bruit, et les éléments fondront avec une chaleur ardente. La terre aussi et les œuvres qui s’y trouvent seront brûlées. » – 2 Pierre 3 : 10

En Atlantide, j’ai dit cela aux gens, au moment même où je vous parle, et les gens ne m’ont pas cru, ils ont ri, ils ont pensé que c’était un non-sens de ma part. Le même que maintenant que je vous parle, actuellement. Et je suis sûr que même ici parmi vous qui m’écoutez (qui sont apparemment très dévots), cependant, en voici un qui ne croit pas et il y en a d’autres qui s’interrogent. Et c’est parmi ce petit groupe ; maintenant, pensez à ce qu’il en sera de l’humanité ; comment ce sera avec les millions d’êtres humains…

Étudiant : Une question : ces êtres qui seront sauvés lorsque la catastrophe arrivera, le seront-ils dans des vaisseaux cosmiques extraterrestres ?

Samael Aun Weor : Eh bien, bien sûr qu’ils le seront ! Les vaisseaux cosmiques extraterrestres collaboreront, ils coopéreront ; mais ne pensez pas que tout va être basé sur des vaisseaux cosmiques extraterrestres, non. Il va falloir travailler très dur ! Parce que le peuple secret sera retiré de la fumée et des flammes, grâce à la coopération des frères et sœurs en équipe, qui travaillent. Parmi ceux-ci, je travaillerai en équipe avec beaucoup d’autres.

Ainsi, nous devrons les enlever selon toutes les lois normales, communes et en vigueur ; commencez même par les aider à obtenir un passeport…

Étudiant : Un passeport pour y aller pour en finir avec l’ego…

Étudiant : Non, mais ne pensez pas…

Samael Aun Weor : Nous devrons voyager normalement, officiellement…

Étudiant : Traverser les frontières et tout ça…

Étudiant : Maître, une autre question : quand vous avez dit qu’on vous redonnera un corps (le corps physique), sera-ce le même qu’avant, c’est-à-dire celui que vous aviez, ou d’une autre manière ?

Samael Aun Weor : Écoutez, ça n’a pas d’importance ! En ce moment, je porte ce pantalon et je me sens heureux, je pourrais en avoir des verts ou des rouges, ou des écarlates pour faire des histoires, mais je suis quand même heureux. Ainsi, le corps est un corps. Maintenant que vous avez ce corps, comment vous sentez-vous avec ce véhicule ?

Étudiant : Eh bien, je me sens bien, en ce moment…

Samael Aun Weor : Ensuite, ils peuvent vous en donner un autre et, quoi ?

Étudiant : C’est pareil…

Samael Aun Weor : C’est la même chose. Ce qui compte, c’est le travail, n’est-ce pas ? C’est ce qui est intéressant : le travail. Et il est clair que le corps physique sera donné à l’âge d’or, exclusivement aux personnes qui n’ont pas d’ego.

Il suffirait d’avoir ne serait-ce qu’un pourcentage de 1% d’ego, pour qu’on ne lui donne plus de corps. L’âge d’or est très difficile…

Involution

Les gens qui ont l’ego devront passer par l’involution submergée dans les mondes infernaux pour l’annihilation de l’ego. Parce que s’ils n’ont pas pu l’éliminer par eux-mêmes, la nature est très compatissante, elle se charge de les annihiler là-bas ; Elle fait ce service d’hygiène pour eux. Elle est chargée de les faire involuer dans les entrailles de la Terre, de les faire passer par la seconde mort, et les laisse sans ego.

Lorsqu’ils sont dépourvus d’ego, ils remontent à la surface pour faire partie de la nouvelle humanité. Tout est tellement bien fait ! Pour l’instant, tous les millions d’êtres humains qui peuplent le monde atteignent le cycle final des existences, c’est-à-dire les 108 existences. Parce que 108 vies sont attribuées à chacun dans chaque cycle de manifestation. Et la plupart d’entre eux ont déjà atteint le 108 ou sont sur le point d’arriver. Presque tout le monde est déjà arrivé. Donc, évidemment, le cycle de manifestation se termine pour toutes les âmes vivant actuellement sur Terre. Par conséquent, l’arrivée des cataclysmes est normale ; c’est une faveur qui leur est rendue : ils peuvent s’offrir le luxe d’entrer dans les entrailles de la Terre pour involuer dans le temps, à travers de nombreux siècles.

Chacun souffrira au sein des mondes souterrains, alors, selon son propre karma : certains souffriront plus que d’autres ; et certains dureront plus longtemps, vivant dans les mondes infernaux que d’autres. Tout dépend du débit et du crédit de chacun. La loi du karma est ce qui régit toutes ces choses.

Mais dans les mondes infernaux, enfin, en involuant, on passe par la seconde mort. Après la seconde mort, c’est-à-dire la mort de l’ego, l’âme est libre, d’être ! De remonter à la surface, à la lumière du soleil, et entamer de nouvelles étapes évolutives.

Évidemment, tout nouveau processus évolutif commence toujours à l’étape la plus basse, qui est le règne minéral ; et ça continue toujours avec le végétal, ça continue avec l’animal, et enfin, l’état « d’humanoïde » autrefois perdu est reconquis…

Ainsi, tous ces millions qui vont maintenant sombrer dans les lacs de feu ardent et de soufre, qui est la seconde mort, périront dans les entrailles du monde ; mais l’essence de chacun d’eux, l’âme, le principe immortel, ne périra pas, elle resurgira après la seconde mort : la Terre la vomira, si bien qu’elle recommencera de nouveaux processus évolutifs qui vont du minéral à l’homme ; C’est la crue réalité des faits…

Et finalement, cette nouvelle humanité, purifiée, sera gouvernée par les dynasties solaires……le peuple choisi, ce peuple vivra heureux, gouverné par les dynasties solaires.

Voilà donc le sort qui attend l’humanité. Mais moi, en tant qu’ami, je vous dis très sincèrement que vous feriez mieux de vous résoudre à mourir [psychologiquement] par vos propres travaux, et non comment la nature vous tue [vos défauts] là-bas. Là-bas, c’est terrible…

Dans les entrailles de la planète, les choses sont très dures ; on y vit une vie très amère, plus amère que le fiel. Là-dedans règnent « les pleurs et les grincements de dents ». Chacun des neuf cercles Dantesques est celui d’une douleur effrayante. Eh bien, pour certains, c’est plus que pour d’autres : pour le fils du voisin, par exemple, qui ne fait de mal à personne, car la douleur ne sera pas si grande. Pour Pedro, Juan ou Diego, Chucho, Jacinto ou José, qui n’était ni bon ni mauvais, mais simplement un pauvre imbécile, il y a vraiment peu de choses qui y vivent. Il se désintègre en un temps relativement court ; c’est clair…, relativement court…

Je connais un tel cas, celui d’un sujet xx qui était maçon au moyen âge : il n’était ni bon ni mauvais ; un pauvre imbécile là-bas qui travaillait à construire des maisons, à fabriquer des briques avec de l’argile ; et le Samedi il allait s’enivrer avec ses amis en buvant beaucoup de vin. Il n’était pas mauvais, il n’était pas bon ; c’était un imbécile ; c’était tout.

Il est entré dans les mondes infernaux, mais cela n’a pas duré longtemps : du Moyen Age, au Moyen Age ; placez-le au douzième siècle; il a involué dans les entrailles de la Terre, et il est sorti de la Terre récemment. S’il est parti, il aura environ… mis deux siècles ou trois. Il n’était pas méchant ; sa seconde mort fut rapide.

Il évolua donc comme élémental, comme gnome, dans le royaume des gnomes, après être sorti des entrailles de la Terre, après que la Terre eut vomi son âme.

Plus tard, il a évolué vers la plante et était un élémental végétal qui a pris forme à partir de petites herbes simples et humbles ; Il évoluait lentement. Là où ça a duré le plus longtemps, c’était dans un buisson, qui a duré environ un demi-siècle, quelque part. Mais il était heureux en tant qu’élémental végétal.

Plus tard, il a évolué dans le règne animal. Il a commencé par des formes rudimentaires de vie organique. Jusqu’à ce que finalement…

Étudiant : Dans une tortue ?…

Samael Aun Weor : Non, plutôt comme un oiseau, comme un animal comme ceux des arbres. Et en tant qu’oiseau, il évoluait jusqu’à ce que je le rencontre déjà là-bas. C’est un petit perroquet qui est là-bas, il n’a pas encore atteint l’état humain…

Étudiant : Ah, pas encore, maître ! 

Samael Aun Weor : C’est un petit perroquet ; et j’avais ce petit perroquet juste ici, c’est pourquoi je vous dis ceci……un de ces nombreux jours il s’est envolé, il s’est envolé. Bon, d’accord, bonne chance à lui ! Comme je ne lui ai jamais enlevé sa liberté, il est parti. Très bien, que Dieu l’aide ! D’accord…

Étudiant : Oh, et je pensais qu’il avait déjà un corps !

Samael Aun Weor : Ah, devenir humanoïde, non ! Ce ne sera pas pour maintenant, pour cette fois. Pour arriver à avoir un corps humain, il sera de retour à l’âge d’or…

Étudiant : Et il n’a fait de mal à personne, qu’est-ce que ça aurait été s’il l’avait fait ? s’il avait été comme nous un hasnamussen !…

Samael Aun Weor : Un hasnamussen ! Par exemple comme un Hitler, ou que diriez-vous comme un Mussolini ?

Étudiant : En tant que maçon, il n’a rien fait de plus que « boire », et il est rentré ivre à la maison et rien d’autre…

Samael Aun Weor : Personne ne lui a fait de mal ; et il a duré quelques siècles dans les mondes infernaux, parce qu’il était « très bon ». Il n’était ni bon ni mauvais, n’est-ce pas ? Mais c’était simplement un imbécile qui n’a fait ni bien ni mal.

La Précieuse Opportunité

Cependant (dans son précédent cycle), quand j’ai étudié la vie de cette créature (le perroquet), j’ai trouvé qu’il avait eu une très bonne chance en Perse. En Perse, il avait un corps féminin et est né dans une famille royale et aristocratique. Il a eu l’opportunité de poursuivre la prêtrise ; ses proches l’ont éduquée du mieux que possible ; les initiés ont essayé de la guider dans le chemin de la prêtrise, en tant que vestale du temple de la bienheureuse déesse Isis, ou Astarté. Malheureusement, elle n’en ressentait pas le besoin spirituel, il n’y avait pas de véritable inquiétude mystique dans cette essence. Ce n’était pas une essence mature. Eh bien, ils ont décidé de la laisser, en paix… Elle s’est mariée, elle a eu plusieurs enfants ; elle s’est désincarnée ; elle a continué à prendre des corps de plus en plus involutifs (elle n’a pas évolué, mais a involué), et en Europe elle a continué à involuer jusqu’à ce qu’il devienne ledit maçon. Plus tard, ayant achevé son cycle de manifestation, il entra dans l’involution submergée des mondes infernaux…

Étudiant : En d’autres termes, qui de la famille royale est devenu maçon à partir de ce moment-là ?

Samael Aun Weor : Oui, à travers les siècles, il a involué, il n’a pas évolué mais a involué, il a dégénéré.

Étudiant : Cette opportunité lui a été donnée pour que s’il avait pris le chemin de la droiture, cela aurait été autre chose, n’est-ce pas ?

Samael Aun Weor : Bien sûr ! Il serait devenu adepte ; il aurait été différent. Et l’être humain se voit toujours offrir une opportunité aussi brillante ; et ils savent rarement en profiter, parce que cette créature n’a pas su en profiter.

Étudiant : Avons-nous une telle opportunité en étant dans le mouvement Gnostique ?

Samael Aun Weor : Eh bien, bien sûr ! En ce moment, vous avez une opportunité brillante, où la connaissance vous est donnée, comme ceci, révélée. Si vous voulez devenir des adeptes, vous réussirez. La connaissance vous est donnée, comme ceci : révélée ! Les touches franches et suaves pour travailler d’un coup sur vous-mêmes ; mais si vous n’en profitez pas, eh bien, vous échouerez inévitablement ; mais si vous en profitez, vous n’échouerez pas. L’intéressant serait d’en profiter et de travailler sur soi ; ce serait la chose principale.

Les Échecs

Étudiant : Maître, pourquoi, même en sachant et dans les livres étant si clairs, pourquoi trouvons-nous la mort si difficile ? On dit oui, mais on échoue, pourquoi ? Quel est notre problème ?

Samael Aun Weor : J’ai vu cela chez les Sud-Américains, tout particulièrement ; c’est pourquoi je crains que nous n’obtenions une grosse récolte d’hasnamussen à double centre de gravité, dans les pays de la Colombie et du Venezuela.

Si vous observez parmi ces pays, il y a parmi les frères et sœurs une bonne aspiration de recevoir des initiations, des degrés, de développer des pouvoirs, etc., mais ils ne s’inquiètent pas le moins du monde de la désintégration de leur ego. Observez que cela se produit, en particulier en Amérique du Sud. Je crains, pour cette raison, que ce qui va se passer pour nous là-bas soit une bonne récolte d’hasnamussen avec un double centre de gravité, malheureusement…

Là, nous leur envoyons le livre intitulé Traité de Psychologie Révolutionnaire. Je ne sais pas si vous l’avez étudié, ou si vous ne l’avez pas étudié. Mais ce livre remplit donc une mission précise et définie.

Tous ceux qui m’écrivent me demandent des degrés, des initiations, comment font-ils, s’ils sont prêts à en recevoir une nouvelle : la quatrième, la cinquième ; tous sont des adeptes, tous des mahatmas, aucun d’eux n’est petit. Mais il n’y a personne qui m’écrit pour me dire, me dire quelque chose de son travail sur lui-même, dans le sens d’accomplir la dissolution de l’ego, aucun !… Ils n’ont aucun intérêt à mourir. Et dans ces circonstances ce que je crains c’est une bonne récolte d’hasnamussen avec un double centre de gravité…

Étudiant : Maître, quand un hasnamuss involue dans l’abîme, est-ce que cela prend plus de temps à se désintégrer ?

Samael Aun Weor : Oui, parce qu’il ou elle est un hasnamuss. Les hasnamussen durent des éternités dans les mondes infernaux.

Il est clair que si quelqu’un travaille dans la forge des Cyclopes à travers la transmutation du mercure brut, qui n’est rien d’autre que l’exiohehari, c’est-à-dire le sperme sacré, les sécrétions sexuelles, il parvient à fabriquer le mercure de la philosophie secrète.

Évidemment, ce mercure se cristallise par octaves ascendantes. Lorsqu’il cristallise, par exemple, dans une octave ascendante, le corps astral est formé, ce corps est fabriqué ; lorsqu’il se cristallise dans une seconde octave ascendante, le mental individuel est fabriqué ; quand dans une troisième octave ascendante, il se cristallise le corps de la volonté consciente, ou corps causal, est fabriqué… Ainsi, un tel humain est un humain au plein sens du terme. Si quelqu’un a les corps physique, astral, mental et causal, il devient un humain ; et celui qui devient humain incarne donc en lui et par lui les principes éthiques supérieurs, c’est-à-dire qu’il reçoit les principes psychiques et spirituels (c’est pourquoi il est humain). Mais s’il ne dissout pas l’ego, il devient un hasnamuss.

Ainsi, l’essence, d’une part, embouteillée dans l’ego, et l’être revêtu des corps solaires, voilà un hasnamuss à double centre de gravité : ange et démon à la fois ; deux personnalités : une blanche et une ténébreuse.

Étudiant : Alors, le danger est dans la fornication ?

Samael Aun Weor : Non, probablement qu’un humain ne pourrait pas être un fornicateur et pourtant être un hasnamuss.

Si l’on ne dissout pas l’ego, je le répète, alors cet ego fortifié devient une nouvelle personnalité ténébreuse, intégrée et forte. Ainsi, un hasnamuss a deux personnalités : une divine et une diabolique ; c’est un ange d’une part, et un diable d’autre part ; et il est les deux à la fois. Il est, pour cette raison, un avorton de la mère cosmique, un échec…

L’hasnamuss doit entrer dans l’involution submergée des mondes infernaux ; il doit se développer dans les entrailles de la planète, dans les entrailles de la Terre.

Le sort qui attend les hasnamussen est grave… Et ils prennent plus de temps, bien sûr ; ceux-ci passent des éternités dans les mondes infernaux. Parce que plus le degré de conscience est élevé, plus le degré de responsabilité est élevé et celui qui ajoute la sagesse ajoute la douleur…

Maintenant cette fornication, oui, est la base des hasnamussen, parce que tous les egos sont nés de cette racine. Mais ce n’est pas seulement la fornication, car il y a la colère, il y a la haine, l’envie, l’égoïsme, et chacun de ces défauts psychologiques est personnifié par un démon. Donc, tout cet ensemble de démons intérieurs, eh bien, constitue l’ego lui-même, n’est-ce pas ?

Étudiant : Maître, donc les véritables hasnamussen sont constitués de personnes qui sont à l’intérieur du mouvement et qui pratiquent la chasteté, et ils travaillent sur deux facteurs et oublient le premier facteur de la mort psychologique ? Alors, en pratiquant et en pratiquant la chasteté, en travaillant dans la forge des Cyclopes et en ne finissant pas l’ego, l’ego devient atomique, non, plus fort ? Alors, y a-t-il plus de chances que plus d’hasnamussen sortent dans la Gnose qu’en dehors de la Gnose ?

Samael Aun Weor : Eh bien, la « chasteté » est très difficile…

Étudiant : Très difficile jusqu’à ce que le Moi de la luxure soit terminé, cela va sans dire, maître…

Samael Aun Weor : Et l’ego de la luxure ne se termine pas du jour au lendemain…

Étudiant : C’est vrai, maître, je comprends…

Samael Aun Weor : Mais évidemment, si les différents agrégats psychiques ne se dissolvent pas, la personnification vivante de nos erreurs, l’ego perdure. Si quelqu’un transmute dans la forge des cyclopes pour fabriquer les corps existentiels supérieurs de l’Être, et ne dissout pas les agrégats psychiques qui constituent l’ego, évidemment, celui-là finit par devenir un hasnamuss.

Si, quelqu’un obtient la fabrication des corps ; mais d’autre part, puisqu’il n’a pas dissous l’ego, deux choses restent à l’intérieur de ce quelqu’un : d’une part l’ego, qui ne s’est pas dissous, et d’autre part, l’Être interne revêtu des corps existentiels supérieurs de l’être. Il y a deux personnalités : une blanche et une ténébreuse.

Alors, si l’ego n’est pas dissous, on devient un hasnamuss avec un double centre de gravité…

Quatre Types de Hasnamussen

Étudiant : Maître, y a-t-il différents types d’hasnamussen ? J’aimerais que vous me donniez une explication.

Samael Aun Weor : Eh bien, il y a quatre classes. Je vous ai parlé de ces quatre classes. Maintenant je vais les détailler, pour décomposer les hasnamussen :

Une première classe d’hasnamussen est donc celle des personnes qui n’ont que le corps planétaire, c’est-à-dire le corps physique. Ces types de personnes portent l’ego en eux, et ne possèdent pas encore les corps astral, mental ou causal, mais se sont consacrés à la magie noire, ce sont des hasnamussen du premier type. Ils sont périssables ; après la mort, ce genre d’égos, s’ils étaient très pervers, entrent une fois pour toutes dans les mondes infernaux, ils sont périssables…

Il existe une deuxième classe d’hasnamussen : les personnes qui ont fabriqué exclusivement le corps astral. Ils n’ont certainement pas fabriqué un autre véhicule ; ils n’ont pas dissous l’ego. Puisqu’ils ne l’ont pas dissous, n’ont pas travaillé ou fait quoi que ce soit d’autre, ils finissent par devenir des hasnamussen.

Donc, s’ils ne dissolvent pas ce qu’ils ont d’hasnamussen (cet aspect sinistre du couvent, ce négatif fatal), alors ils n’ont d’autre choix que de se réincorporer dans des organismes animaux : en chiens, en chats, en chevaux, en aigles, en etc…

Je n’appellerais pas cela une involution, mais simplement qu’ils doivent être réincorporés dans des organismes animaux…

Étudiant : Oui, parce que la loi leur refuse le corps humain…

Samael Aun Weor : On ne leur donne plus un corps humain pendant un certain temps, mais ils doivent plutôt se réincorporer dans des organismes ressemblant à des animaux, jusqu’à ce qu’ils éliminent ce qu’ils ont d’hasnamussen. Une fois éliminés, ils reprennent un corps humain, pour continuer leur travail ésotérique…

Il y a une troisième classe de hasnamussen, qui est celle des humains, des humains : des humains complets, qui ont fabriqué les corps existentiels supérieurs de l’Être, de manière complète, uni-totale. Évidemment, si cette classe de sujets ne dissout pas l’ego, eh bien, ils doivent involuer dans les entrailles de la Terre.

C’est une cristallisation négative du mercure. On dit que « négative », parce qu’ils n’ont pas dissous l’ego. Et une cristallisation négative doit être dissoute dans les entrailles de la Terre.

Et enfin, il existe une quatrième classe d’hasnamussen : celle de ces dhyani bodhisattvas, appelés eux-mêmes « trônes », « chérubins », « séraphins », « anges », etc., qui sont tombés dans la génération animale et ont donné lieu à la résurrection de l’ego en eux-mêmes. Ce genre d’hasnamussen, s’ils n’éliminent pas l’ego, car ils n’ont d’autre choix que d’entrer dans l’involution submergée des mondes infernaux…

Étudiant : Maître, chaque bodhisattva tombé fait partie de ces hasnamussen ?

Samael Aun Weor : Il existe plusieurs sortes de bodhisattvas : les simples bodhisattvas et les dhyani bodhisattvas… Ce sont les bodhisattvas des Elohim, les dhyani bouddhas, les princes de la nature, etc. Bien sûr, ceux-là, s’ils ne dissolvent pas l’ego, ils involuent……c’est le quatrième type d’hasnamussen, évidemment.

Souvenons-nous d’abord de Moloch, un ange lumineux d’autrefois, un roi horrible barbouillé du sang des sacrifices humains, des larmes des parents et du désespoir des mères. Mais le grand bruit des tambours et des timbales, étouffait les cris de leurs enfants, qui passaient par le feu pour être impitoyablement immolés à cet exécrable monstre, qui en d’autres temps était un beau Dieu…

Les Ammonites l’adoraient à Rabba et dans sa plaine aquatique, à Argob et à Basan, jusqu’au torrent de l’extrême Arnon… 

La légende des siècles dit que Salomon, fils de David, roi de Sion, a construit un temple à Moloch sur cette colline infâme.

Les sept seigneurs du temps déclarent que par la suite, ce vieux roi sage a dédié un bosquet sacré dans l’agréable vallée de Hinnom à cet ange déchu…

Pour cette raison, cette terre féconde et parfumée a changé son nom en Tophet et Gehennan noir, un véritable type d’enfer…

Ensuite, après Moloch, un homme-ange de la Lémurie archaïque et volcanique, où les fleuves d’eaux pures de la vie versaient du lait et du miel, vint Baal Pehor, la terreur obscène des fils de Moab, qui habitaient d’Aroer à Nebo, et même bien au-delà du désert le plus méridional d’Abarim…

Il demeura aussi à Hesebon et Horonaim, dans le royaume de Sion, au-delà des vallées fleuries de Sibma couvertes de vignes, et d’Eleale jusqu’au lac Asphaltick.

L’effrayant, gaucher et ténébreux Baal Pehor a incité les Israélites de Sittim dans leur marche depuis le Nil, à accomplir pour lui des rites impudiques, qui leur ont coûté des malheurs…

De là, cet Elohim, tombé au milieu des feux lucifériens et rougeâtres, élargit ses orgies lascives jusqu’à cette colline de scandale, près du bosquet de l’homicide Moloch…

Désormais, il est évident que leur abominable débauche était fermement établie par la haine, jusqu’à ce que le pieux Josias les conduise en enfer… » – Parsifal Dévoilé par Samael Aun Weor

Le Besoin Urgent d’Éliminer les Défauts

Étudiant : Vénérable maître, un hasnamuss qui fabrique tous ses corps existentiels de l’Être, lorsqu’il aura une autre opportunité de revenir sur Terre, avec un véhicule physique, en travaillant sur les trois facteurs, serait-ce à lui, seul, d’éliminer l’ego dans la forge de Vulcain, ou encore, reconstruire les corps qu’il a déjà formés ?

Samael Aun Weor : S’il a déjà formé les corps, pourquoi va-t-il les reconstruire ? Évidemment, le corps astral est immortel dans le monde des 24 lois. Incontestablement, le corps mental est immortel dans le monde des 12 lois. Le corps causal est immortel dans le monde des 6 lois. Il vous suffirait de rétablir le feu dans les véhicules ; l’autre, régénérer l’or de ses corps.

C’est ce qu’il devrait faire et ce qu’il doit faire…… et s’il ne rallume pas le feu, évidemment il est toujours éteint.

Et pour régénérer l’or et restaurer le feu, l’ego tout entier doit être dissous. Ainsi, si le dhyani bodhisattva était à terre, il se relève…

Étudiant : Vénérable maître, donc, en bref, nous devrions plutôt commencer à utiliser la forge de Vulcain pour l’annihilation bouddhique ?

Samael Aun Weor : Eh bien, bien sûr ! L’ annihilation bouddhique est indiqué. Vous devez mourir en vous-même, ici et maintenant. Or, incontestablement, la dissolution de l’ego s’effectue avec plus de succès, justement, dans la forge des Cyclopes. Celui qui invoque Devi Kundalini, sa Mère Divine cosmique, particulière, individuelle lors de la copulation chimique, sera évidemment assisté. Devi Kundalini-Shakti vous aidera ! Et si vous l’implorez d’éliminer tel ou tel agrégat psychique, lié à tel ou tel défaut psychique, Devi Kundalini va le pulvériser, le désintégrer…

Étudiant : Si on l’a compris…

Samael Aun Weor : Seulement s’il y a une compréhension préalable, bien sûr ! Auparavant, nous devons avoir compris le défaut que nous voulons éliminer et l’avoir compris de manière intégrale, uni-totale, après nous être rendus conscients du défaut que nous voulons éliminer de notre nature psychologique.

Étudiant : Vénérable maître, pourriez-vous nous enseigner une clé pour éveiller progressivement la compréhension ?

Samael Aun Weor : La compréhension ne s’éveille qu’à travers la méditation. Si nous voulons, par exemple, comprendre que nous avons tel ou tel défaut, comprendre la signification profonde du défaut que nous voulons vraiment comprendre, évidemment, à travers la méditation, nous pourrons le comprendre…, à travers la méditation

Mais je crois qu’il faut aller plus loin que la simple compréhension : il faut connaître la signification profonde du défaut compris. Et pour atteindre la signification profonde, il faut forcément une profonde méditation intérieure, mais profonde.

Si nous parvenons à saisir la signification profonde d’un défaut, nous comprendrons non seulement le défaut lui-même, mais aussi la contrepartie psychologique du défaut : la vertu qui est enfermée en lui et qui, comme antithèse, a été contenue dans le défaut lui-même… Atteindre la signification profonde est quelque chose d’extraordinaire…

Étudiant : Une autre chose maître, par exemple, ces défauts…, parce que souvent nous avons les défauts, et nous y sommes tellement attachés que nous ne voulons même pas les reconnaître, mais quelqu’un qui reconnaît un défaut pourrait le jeter à nous, et pour que nous puissions faire notre part, par analyse de rue, supposons, serait-il également utile qu’ils disent à l’un : « Regarde, vous avez une telle chose » ? Ou de quelqu’un, d’un ami de quelqu’un qui peut dire : « Regarde, tu as ce défaut, tu as ceci »…

Samael Aun Weor : Il me semble que personne n’a le droit de juger qui que ce soit, et pour cette raison, chacun de nous doit se découvrir. Car celui qui a certains défauts, il les projette sur les autres. Si, par exemple, nous avons de l’égoïsme, nous projetons notre égoïsme sur les gens qui nous entourent et nous voyons tout le monde comme égoïste.

Alors ce quelqu’un qui nous impose ce défaut, il l’a beaucoup, mais il le voit en nous. Alors, pour cette raison, c’est soi-même qui doit se découvrir.

Étudiant : Vénérable maître, pourriez-vous enseigner ici, aux personnes présentes, la pratique que vous nous avez donnée la dernière fois, sur l’éradication de l’ego, avec la Mère Divine ?

Samael Aun Weor : La pratique est tout simplement naturelle : quand vous avez faim et que vous êtes petits, vous demandez du lait à votre mère…

Étudiant : Celle avec le…

Samael Aun Weor : Eh bien, c’est déjà une question de groupes ; Passons maintenant au travail individuel : si vous avez faim et que vous êtes petit, vous demandez à votre maman de vous nourrir, n’est-ce pas ? Si on a soif, elle donne à boire ; si on a sommeil, elle nous met au lit. Eh bien, c’est ainsi qu’il faut être avec sa Mère Divine Kundalini : ayant compris un défaut, eh bien, nous devrons beaucoup supplier notre Mère Divine cosmique (avec le sentiment le plus pur, avec le plus grand naturel), de nous retirer ce défaut, et ainsi elle le fera.

Mais force est de constater que le maximum de puissance se trouve dans la forge des Cyclopes. Car vraiment, dans la forge ardente de Vulcain, toute la puissance de la Mère Divine Kundalini est renforcée, par une électricité sexuelle transcendante. Ainsi, elle peut, comme ça, supprimer plus rapidement n’importe laquelle de nos erreurs.

Sans doute, toute erreur est personnifiée par quelque agrégat psychique ; rappelez-vous que les écritures sacrées disent que Jésus a sorti sept démons du corps de Marie-Madeleine… Sept egos (colère, cupidité, luxure, envie, orgueil, paresse, gourmandise). Et ces sept, à leur tour, sont à la tête de la légion.

Ainsi, chaque être humain porte en lui de multiples agrégats psychiques inhumains……chacun d’eux semble être une personne vivante. Si nous disons qu’à l’intérieur d’une personne il y a des milliers de personnes, nous ne nous trompons pas, c’est ainsi. Chacun de ces agrégats ressemble à une personne : chacun a ses propres critères, ses sentiments, il a sa façon de parler, de sentir, de penser ; chacun est une personne complète.

J’ai eu connaissance d’un cas de sorcellerie qui s’est produit ici, dans notre mouvement Gnostique, au Mexique. Une vampiresse qui appelait ses petits frères et sœurs pour supprimer les sortilèges et la sorcellerie… Eh bien, cette personne était une dame, je dirais « vampiresse » ; elle n’a fait que les vampiriser… 

Élaboration d’un Instructeur sur la Conférence

Citations des écritures de la Kabbale commentées par un instructeur Gnostique, en tant qu’élaboration de la conférence de Samael Aun Weor.

Signification alchimique de l’ascension du feu créateur de Samaech ס, l’Auroboros אורוברוס. Samaech סמך le porteur de la puissance et de la lumière (Samaech Aun VeAur סמך און ואור), le long de la lettre Vav ו, la moelle épinière, qui est la maison de David דויד. C’est la naissance de la Vierge, la Schekinah שכינה ou l’onction du feu du Saint-Esprit, de Yesod יסוד au Iod יוד (les deux lettres Daleth ד du nom David דויד ), Le Iod י est la couronne de David דויד, Iod יוד correspond à Kether, Chokmah et Binah

La Gématrie du nom דויד David : 4+6+10+4 = 15. Quinze correspond à la lettre ס Samaech de יסוד Yesod. Quinze 1+5 = 6 ; six correspond à la lettre Vav ו, qui est la Maison de David, la maison de Samaech ס, l’Auroboros אורוברוס, Samaech סמך le porteur de la puissance et de la lumière (Samaech Aun VaAur סמך און ואור) de l’Ain Soph Aur אין סוף אר.

Malkuth מלכות correspond au royaume du Roi (מלך Melek) David דויד, c’est pourquoi la dixième lettre est Iod יוד, qui correspond à Malkuth מלכות, la dixième Sephirah, qui est Malkah מלכה, qui correspond au (Shabat שבת) septième jour de la création, la Reine Bet-Sheba בת שבע.

Les amoureux pratiquant l’alchimie sexuelle

Le premier Daleth ד correspond à Binah, le Père et la Mère, le Iod י et Hei ה de יהוה unis sexuellement dans Daath דעת. Et le Daleth à la fin du nom David דויד correspond au mari et à la femme, le Vav ו et le Hei ה de יהוה sexuellement unis dans Yesod יסוד.

Le Vav ו est la maison de David דויד qui correspond à Yesod et Tiphereth et Daath, unis au Fils, Ben בן, le Beth ב de Ben בן corresponds à Beresheet בראשית, ou Bet בית Rosh ראש, la maison principale de Chokmah חכמה sagesse, le Fils d’Adam Kadmon, le fils de David דויד. Et le Nun final de Ben בן, correspond au Messiah, Ieshua, Jésus, le fils de Nun יהושע בן־נון, INRI, le feu, le Christ, le fils d’Adam et Eve, qui sont Jah-Chavah יה-חוה.

« Et David (דויד) leva ses yeux Ath (את־עיניו) et vit l’ange (Chesed חסד) de יהוה (Binah בינה) debout (dans Daath דעת) entre (les piliers gauche et droit de) la Terre (בין הארץ) et entre (les piliers gauche et droit de) les cieux (ובין השמים), ayant une épée tirée (de Geburah גבורה) dans sa main (ידו) tendue sur Jérusalem (c’est-à-dire, tendue dans le pilier central de Yesod יסוד au Iod יוד dans la glande pinéale). » – I Chroniques 21 : 16

Parce que la terre (Malkuth ou physicalités) d’Israël a été corrompue par le mal (à cause de l’orgasme). »

Rabbi Eleazar dit: « Ce que David (דויד) a vu à ce moment terrible n’était pas un ange mais une manifestation du Saint (Binah בינה). L’Écriture utilise les mots ‘L’Ange du Seigneur’ comme une appellation métaphorique du Divin Être, comme l’a fait aussi Jacob en bénissant Éphraïm et Manasseh en disant:

« L’Ange qui m’a racheté de tout mal, bénis les jeunes gens ; et que mon nom (Israël dans Tiphereth) soit nommé sur eux, et le nom de mes pères Abraham (Chesed) et Isaac (Geburah) ; et qu’ils deviennent un maître (לרב) au milieu (de leur moelle épinière) de la Terre (leurs physicalités). » – Genèse 48:16

Et de plus, dans l’Exode, le Tout-Puissant est mentionné et désigné comme :

« L’ange de HaElohim האלהים, qui allait devant le camp d’Israël, s’éloigna et alla derrière eux ; et la colonne de la nuée s’éloigna de devant eux et se tint derrière eux. » -Exode 14 : 19

Que (les Neshamoth Chayim נשמת חיים d’) Israël agisse avec droiture ou non, le Saint est toujours son dirigeant et gouverneur afin qu’il ne devienne pas soumis à d’autres (egos, Goim גוים), et que ses bonnes œuvres puissent les mettre à la honte. On peut cependant dire, pourtant il est écrit :

« L’adversaire a étendu sa main sur toutes ses choses agréables : car elle a vu que les (egos, Goim גוים) sont entrés dans son sanctuaire, à qui tu as ordonné de ne pas entrer dans ta congrégation. » – Lamentation 1 : 10

IS-RA-ËL

Israël est un mot qui doit être analysé.

« Is » rappelle Isis et les mystères Isiaques.

« Ra » nous rappelle le Logos Solaire.

Rappelons-nous le disque de Ra retrouvé dans l’ancienne Égypte des Pharaons.

« El » est « El ». « El » est le Dieu intérieur et profond en chacun de nous.

Dans l’ordre et le corollaire étymologique correct, le peuple d’Israël est constitué par les différentes parties « de l’Être ».

Toutes les multiples parties auto-conscientes et indépendantes de notre propre Être individuel constituent le peuple d’Israël.

La grâce du Seigneur intérieur se déverse sur nous alors qu’en réalité nous avons traversé l’Annihilation Bouddhique. » – Extrait de : La Bible Gnostique : La Pistis Sophia Dévoilée par Samael Aun Weor

Nous avons écrit le mot goyim גוים en Hébreu, un mot qui dans la Bible est toujours traduit par « nations ». La forme singulière de goyim est goy [גוי], qui est un mot généralement donné à ceux qui ne sont pas Juifs, en Hébreu. Nous sommes d’accord avec cette définition, mais seulement du point de vue ésotérique, alchimique, kabbalistique, car si vous réarrangez les lettres du mot goy, vous trouvez le mot ego (יגו). C’est précisément ce qu’il faut comprendre par le mot goy (יגו), goyim (גוים), c’est-à-dire qu’il signifie ego ou egos. En réalité, tous les habitants de la Terre, y compris ceux de l’État d’Israël, ont un ego à l’intérieur et cet ego est précisément ce que la Bible appelle goyim [גוים] ou « nations ». Nos villes, nations, pays, etc. sont formés par une collection d’egos. Il est écrit:

« Nous devons détruire Babylone la Grande, la mère de toutes les fornications et abominations de la Terre. Évidemment, Babylone est notre ville psychologique, peuplée des agrégats psychiques (les goyim גוים) que nous portons à l’intérieur de nous. » – Extrait de : La Bible Gnostique : La Pistis Sophia Dévoilée par Samael Aun Weor

Le Zohar poursuit :

Si le Saint Gouverne (les Neshamoth Chayim נשמת חיים de) Israël comme indiqué, comment se fait-il que les (egos, les Goim גוים) sont entrés dans son sanctuaire et l’ont détruit ? L’Écriture elle-même en donne la raison, comme il est écrit :

« Ils ont entendu que je soupire : il n’y a personne pour me consoler : tous mes ennemis ont entendu parler de ma détresse ; ils se réjouissent que tu l’aies fait : tu feras venir le jour que tu as appelé, et ils seront comme moi. » – Lamentation 1 : 21

« יהוה a fait ce qu’il avait conçu ; il a accompli sa parole qu’il avait ordonnée dans les temps anciens : il a abattu et n’a pas eu pitié ; et il a réjoui ton ennemi à cause de toi, il a dressé la corne de tes adversaires. » – Lamentation 2 : 17

De ces mots, nous concluons et affirmons que malgré l’apparition de toutes ces calamités, le Saint est toujours le dirigeant de (les Neshamoth Chayim נשמת חיים d’) Israël et que ce n’est que par sa permission qu’elles auraient pu se produire. Observez, l’Écriture déclare :

« Et Elohim regarda la Terre (Malkuth ou physicalités), et voici, elle était corrompue ; car toute chair avait corrompu sa voie sur la Terre (Malkuth). » – Genèse 6:12

Parce que la Schekinah שכינה l’avait déserté, comme nous l’avons dit. De plus, il est précisé :

« Et HaElohim האלהים vit leurs œuvres, qu’ils se détournèrent de leur mauvaise voie ; et HaElohim האלהים se repentit du mal qu’il avait dit qu’il leur ferait ; et il ne l’a pas fait. » – Jonah 3:10

Le cri de la Terre (Malkuth ou physicalités) monte toujours vers le ciel et désire l’union avec le monde céleste, s’enrobe de vêtements (solaires) de beauté et de splendeur, comme le fait une jeune fille attendant l’arrivée de son amant.

Lorsque ses enfants (Malkuth ou physicalités) sont droits et vertueux, ils deviennent ses ornements. Il en fut bien autrement lorsque le déluge arriva, car alors ils étaient vils, dépravés et corrompus, de sorte que la terre rougissant de honte à cause de leurs actes de méchanceté se cacha, comme le fait une femme infidèle à son mari. Quand, cependant, ils sont devenus effrontés, ouvertement obscènes, obscènes et sensuels, alors comme une courtisane impudique écartant son voile, il est également devenu impur et corrompu, comme il est écrit :

« La Terre (Malkuth ou physicalités) est également souillée sous ses habitants ; parce qu’ils ont transgressé les lois, changé l’ordonnance, rompu l’alliance éternelle. » – Ésaïe 24 : 5

Ensuite, la corruption à la fois morale et physique a prévalu dans le monde entier, car toute chair avait corrompu sa voie sur la Terre.

Rabbi Eleazer était une fois en visite chez le Rabbi José, fils du Rabbi Siméon et petit-fils de Lakunya, qui, en le voyant, étendit un somptueux canapé sur le sol afin de s’allonger et de se reposer. Après s’être engagé un moment dans une méditation silencieuse, son grand-père dit :

« As-tu déjà entendu ton père expliquer le sens des mots :

« יהוה a fait ce qu’il avait conçu ; a-t-il accompli sa parole qu’il avait ordonnée dans les temps anciens ? » – Lamentation 2 : 17

Rabbi Eleazar dit : « Les étudiants initiés les ont interprétés ainsi, les mots ‘accompli sa parole’ (bitza emratho בצע אמרתו) signifient qu’Ælohim a déchiré sa robe pourpre de gloire et de lumière dont il s’était revêtu depuis le commencement de la création et a contribué à la beauté et à la perfection de son sanctuaire (l’Ain Soph Aur אין סוף אור). »

Puis demanda à nouveau à son grand-père : « Est-ce qu’un roi pense ou conçoit une punition avant que son fils ait mal agi ? »

A cela Rabbi Eleazar répondit ; « Un certain roi possédait un vase des plus coûteux et des plus précieux. Craignant de le perdre, il le faisait continuellement placer devant lui. Enfin, son fils vint le visiter et, à la suite d’une dispute qui s’éleva entre eux, le roi dans un moment de colère s’empara du vase et le brisa par terre. Telle est la signification des mots : « L’Éternel a fait ce qu’il avait conçu. »

Observez, depuis le jour où le sanctuaire a été terminé et achevé, le Seigneur l’a considéré avec une joie et un plaisir continus, mais craignant qu’Israël n’agisse mal, il a décidé qu’il devait être détruit. Alors que (les Neshamoth Chayim נשמת חיים d’) Israël gardait la bonne loi et vivait dans l’obéissance à ses préceptes, purement et droitement, il y avait dans le sanctuaire la gloire d’Elohim sur la Terre (Malkuth ou physicalités), mais quand (les Neshamoth Chayim נשמת חיים d’) Israël est tombé avec l’idolâtrie (de leur veau d’or ou de leur Nephesh Behemah נפש בהמה) et a abandonné son culte, il a été détruit. Lors de sa destruction, alors seulement le Saint s’est senti attristé par le châtiment des coupables. En toutes autres occasions, c’est une source de joie pour lui lorsque les méchants par leurs méfaits sont balayés du monde, comme il est écrit :

« Quand ça va bien avec les justes, la ville se réjouit ; et quand les méchants périssent, on crie. » – Proverbe 11 : 10

Si, toutefois, on objecte, on nous enseigne que le Saint ne se réjouit jamais de la punition du malfaiteur, observez que la punition est double dans son caractère. Il y a le châtiment de ceux qui, malgré les remontrances et la longanimité d’Elohim, persistent dans leur méchanceté. La souffrance de ceux-ci cause de la joie au Saint. Il y a aussi la punition de ceux dont la perversité dans le crime n’a pas atteint son paroxysme. Loin d’être une source de joie pour lui, leurs souffrances causent de la peine et du chagrin au Saint. Il y a des misérables qui sont affligés avant que leur méchanceté ait atteint son point culminant, comme il est écrit :

« Mais dans la quatrième génération (de Netzach נצח, le corps mental), ils reviendront ici : car l’iniquité des Amoréens (les intellectuels) n’est pas encore complète. » – Genèse 15 : 16

Si, encore une fois, on demande pourquoi Elohim châtie parfois ceux dont l’iniquité n’est pas complète ? Nous répondons, les malfaiteurs (les Nephesh Behemoth בהמות נפש) dont les mauvaises actions ne blessent qu’eux-mêmes ne sont punis que lorsque la mesure de leur iniquité est remplie, tandis que les injustes qui s’attachent à (les Neshamoth Chayim נשמת חיים d’) Israël dans le but d’affliger et le blessant sont punis avant que leurs mauvaises intentions ne se réalisent. C’est le châtiment de cette classe de malfaiteurs qui cause du chagrin au Saint. Parmi ceux-ci se trouvaient les Égyptiens qui ont été noyés dans la Mer Rouge, et les ennemis de (les Neshamoth Chayim נשמת חיים d’) Israël au temps de Jehoshaphat. Il est écrit :

« Pendant encore sept jours, et je ferai pleuvoir sur la terre quarante jours et quarante nuits ; et toute substance vivante que j’ai faite, je la détruirai de la surface de la terre. » – Genèse 7 : 4

Rabbi Jehudah dit : « (Les Juifs authentiques sont seulement les enfants du lion de la tribu de Judah, c’est-à-dire les Christifiés. Ceux qui disent qu’ils sont Juifs (illuminés) et ne le sont pas, mentent. En réalité, ces gens appartiennent à la synagogue de Satan). » Pourquoi cette limite de quarante jours et nuits ? C’est parce que ce nombre se trouve toujours en relation avec (la treizième lettre Mem מ qui vaut 40) l’infliction de la peine, comme il est écrit:

« Quarante coups, il peut lui donner, et ne pas dépasser : de peur que, s’il devait dépasser, et le battre au-dessus de ceux-ci avec beaucoup de coups, alors ton frère ne te semblerait vil. » – Deutéronome 25 : 3

Ce nombre est fixé pour correspondre aux quatre quartiers cardinaux du monde, dont chacun est divisé en dix parties ou degrés comme l’homme a été créé pour correspondre avec eux d’une manière, pour la commission du crime, il ne doit pas être battu avec plus de quarante coups. Pour une raison semblable, ce nombre quarante était également nécessaire dans le châtiment du monde. »

Rabbi Isaac était assis en présence de Rabbi Siméon, et au cours de la conversation posa la question : « Quel est le vrai sens des mots :

« Et la Terre était corrompue devant les Elohim. Bien que l’homme commette un crime, comment peut-il affecter la Terre et la rendre corrompue ? »

Rabbi Siméon répondit : « L’Écriture nous informe que la Terre (Malkuth) et toute chair qui s’y trouve étaient ensemble devenues corrompues. On trouve une autre expression ou déclaration similaire :

 « Et la terre est souillée : c’est pourquoi je visite l’iniquité de celle-ci sur elle, et la terre elle-même vomit ses habitants. » – Lévitique 18 : 25

Maintenant, s’il est dit, bien que les hommes aient péché, comment leurs crimes pourraient-ils causer la corruption de la Terre, de sorte qu’avec eux, elle soit sujette à la punition ? Observez que les péchés de l’humanité qui la corrompent sont effaçables par la repentance, sauf celui de l’auto-souillure ; et ainsi l’Écriture déclare:

« Car bien que tu te laves avec du nitre et que tu prennes beaucoup de savon, ton iniquité est pourtant marquée devant moi, dit Adonai Iod-Havah אדני יהוה. » – Jérémie 2 : 22

Et encore:

« Car tu n’es pas un Dieu qui prend plaisir à la méchanceté : et le mal n’habitera pas avec toi. » – Psaume 5 : 4

Ce n’est que par une pénitence extraordinaire que ce péché odieux peut être expié, à propos duquel il est écrit :

« Et Er, le premier-né de Judah, était méchant aux yeux de יהוה; et le SEIGNEUR le tua. » – Genèse 38 : 7

Lequel verset a déjà été commenté.

De nouveau, Rabbi Isaac interrogea Rabbi Siméon : « Pourquoi Dieu a-t-il puni les antédiluviens par un déluge d’eau plutôt que par le feu ou un autre fléau ? »

Rabbi Siméon répondit : « Il y a là un profond mystère. En se livrant au péché odieux de l’auto-pollution (mieux dit, l’orgasme ou la pollution sexuelle), l’homme a entravé et empêché l’union des eaux d’en haut avec les eaux d’en bas, ou en d’autres termes, les principes mâle et femelle (fluidiques), et comme par conséquent punis par un élément aqueux, de sorte que dans leur cas, la punition correspond au crime.

« L’an six cent de la vie de Noah, le second mois, le dix-septième jour du mois, en ce même jour toutes les fontaines du grand abîme jaillirent, et les écluses des cieux s’ouvrirent. » – Genèse 7 : 11

Les fontaines du grand abîme se réfèrent à (Mah מה de HaMayim המים), les eaux d’en bas (le fluide génital), et les fenêtres du ciel à (Mi מי de HaMayim המים), les eaux d’en haut (le liquide céphalo-rachidien). » – Zohar

Catégories : Conférences de Samael Aun Weor