Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Séléné, la Lune

Paix Invérentielle, frères et sœurs! Nous allons parler ce soir, un peu, des aspects intrigants liés, eh bien, à l’ésotérisme Gnostique, et j’espère que tout le monde y prêtera un maximum d’attention.

Au nom de la vérité nous dirons que l’essentiel est de travailler sur soi pour aboutir à un changement radical et définitif. Nous avons beaucoup parlé de sexe et aujourd’hui nous allons continuer avec des explications bien nécessaires pour le bien de tous…

L’Influence de la lune

Tout d’abord, je dois dire que nous dépendons, malheureusement, des influences mécaniques de la Lune. Ainsi, les « lunatiques » ne sont pas seulement des fous (dans des asiles), mais le monde entier, puisque nous dépendons tous de la Lune.

La Lune est comme un grand poids pour l’organisme planétaire dans lequel nous vivons, c’est-à-dire pour la planète Terre. Vous voyez l’influence de la Lune sur les plantes : en croissante, la sève se trouve, surtout, dans la partie supérieure des plantes ; en décroissante, l’influence lunaire fait descendre la sève et se concentre, très précisément, dans la partie inférieure du tronc et des racines.

Autrefois, les agriculteurs coupaient le bois, en particulier dans le croissant de lune, et plantaient dans la lune décroissante, obtenant un bois merveilleux qui durait des siècles. Maintenant, les gens ont oublié l’influence lunaire, et ils coupent les bois dans la lune décroissante et ils plantent dans le croissant, ce qui donne des bois qui se gâtent très vite.

Les personnes, par exemple, nées sous le signe du Cancer (tout particulièrement), changent de caractère en fonction des influences de la Lune.

La Lune produit les marées hautes et basses, régule le processus d’ovulation dans les ovaires du sexe féminin ; dirige la conception de toutes les créatures, etc. Aucune conception ne pourrait en effet avoir lieu sans l’influence lunaire.

La Lune, évidemment, est aussi liée aux maladies ; les cycles lunaires régissent le typhus, la variole, etc.

C’est un grand poids, comme le poids d’une horloge; de même que le poids d’une horloge fait fonctionner l’horloge (ou le pendule), de même aussi le pendule ou le poids, pour ainsi dire, qui est la Lune, fait fonctionner toute cette nature, toute cette Terre.

Pour toutes ces raisons, nous voyons que l’humanité est complètement lunaire. Et si on regarde le balancier d’une horloge, on voit qu’il est cent pour cent mécanique et qu’il régit toute la mécanique de l’horloge. Ainsi aussi la Lune (qui est le pendule de cette planète Terre), gouverne mécaniquement la planète entière et nous gouverne. Ainsi, les êtres humains, toute l’humanité, sont cent pour cent lunaires.

La Lune, bien sûr, prend de plus en plus de force en nous. Observez comment l’humanité se comporte. Si nous voyons un pendule, dans son mouvement de droite à gauche, nous pourrons remarquer comment se comporte toute la machinerie de l’horloge. De même, si nous voyons la Lune (qui est le pendule de cette planète Terre), nous observerons comment se comporte tout l’organisme terrestre.

Dans l’organisme Terre, tous les organismes vivants sont inclus ; chaque type d’organisme a une mission spécifique (définie) sur la planète Terre. Un groupe d’une famille d’insectes, par exemple, qui ne dure qu’un après-midi d’été, semble avoir peu d’importance, et pourtant c’est le cas. Cette classe d’êtres capte un certain type d’ondes cosmiques qui se transforment instinctivement et les retransmettent, intérieurement, aux couches précédentes de l’organisme planétaire dans lequel nous vivons…

Une famille, comme celle des tigres, on dirait : « eh bien, qu’est-ce qu’elle a à voir avec cette affaire? ». Beaucoup! C’est un autre type d’énergie que ces organismes captent, transforment et retransmettent aux couches précédentes de l’organisme planétaire dans lequel nous vivons.

Les plantes, par exemple, sont divisées en familles. Chaque famille de plantes capte certains types d’énergie. Il existe des plantes qui captent uniquement les énergies de la planète Terre elle-même, les transforment puis les retransmettent aux couches précédentes du monde dans lequel nous vivons ; il y a des plantes qui captent l’énergie solaire, la transforment puis la retransmettent aux couches précédentes de la Terre ; il y a des plantes, des arbustes, des arbres qui captent l’énergie de tout le système solaire et la transforment pour le bien de l’organisme terrestre ; il y a des plantes qui captent les énergies de tout le macrocosme, c’est-à-dire de toute la galaxie dans laquelle nous vivons, transforment ce type d’ondes et les retransmettent aux couches précédentes de la planète sur laquelle nous vivons ; et enfin, il y a des plantes qui captent toutes les énergies de tout le mégacosme, c’est-à-dire de tout cet infini dans lequel nous vivons, les transformons et les retransmettons aux couches précédentes de la planète Terre. Mieux dit, « de tout cet infini dans lequel nous vivons », car il y a plusieurs infinis (dans La Pistis Sophia on parle des « plusieurs infinis »).

Cet infini dans lequel nous vivons est visible à travers tous les télescopes et compte donc en moyenne environ 10 000 galaxies (disons). À chaque galaxie on peut mettre en moyenne 100 000 soleils avec leurs planètes correspondantes, etc.

Évidemment, tout cela, ensemble l’infini qu’on pourrait appeler « d’Einstein ». Je l’appellerais plutôt ainsi : « l’infini d’Einstein », parce qu’Einstein était l’homme qui, à notre époque moderne, l’avait prévu à travers ses calculs mathématiques. Il a dit : « l’espace tend vers une limite ». Il a aussi dit : « l’espace est courbe », il a aussi dit : « l’infini tend vers une limite »… Alors, ce sage a compris que nous vivons dans un espace infini, qu’il a une limite et qu’il est courbe…, qu’il est courbé.

Donc, au-delà de cet infini, il y a un espace vide, et bien au-delà de cet espace vide, un autre infini apparaît, et au-delà de cet autre infini, il y a un autre espace vide, puis un autre infini apparaît. Donc, nous avons la thèse des plusieurs infinis. Toute la multiplicité des infinis a pour fondement « l’immuable ». Qu’est-ce qu’on appelle « l’immuable »? L’immuable est l’Absolu…, l’Absolu…

D’accord, mais ne nous éloignons pas trop du sujet où nous allions. En effet (comme nous le disions), les plantes remplissent aussi la mission de transformer et de retransmettre l’énergie vers la Terre.

Toutes les espèces animales remplissent cette mission, et après tout, l’intérieur de l’organisme planétaire dans lequel nous vivons est soutenu précisément par cela : par les énergies cosmiques.

Mais l’humanité est l’organe le plus important de la nature. Pourquoi est-ce le plus important? Parce qu’il a trois cerveaux, à savoir les cerveaux intellectuel, émotionnel et moteur. L’intellectuel est situé dans le cerveau (le physique), l’émotionnel est dans le cœur et le moteur est au sommet de la colonne vertébrale. Cela fait de l’humanité l’organe le plus important, car elle peut assimiler certains types d’énergies, puis les transformer et les retransmettre aux couches précédentes de la planète Terre.

Alors, il faut savoir que chaque être humain est une petite machine qui transforme les énergies. C’est le but, ce pour quoi il vit, c’est ce pour quoi on existe physiquement sous la lumière du soleil, et tout cela est complètement mécanique et hautement régulé par la Lune.

Le libre arbitre, à proprement parler, n’existe guère. Imaginez, un instant, un violon à l’intérieur de son étui correspondant : il a à peine une petite et insignifiante marge, existant, bien sûr, entre l’instrument de musique et l’étui. Une telle marge, par similarité, nous donnerait une indication du type de libre arbitre que nous possédons. Cependant, il nous est possible d’élargir ce peu de libre arbitre : en travaillant sur nous-mêmes, en cessant d’être des machines.

Nous tous, avec toutes les créatures qui vivent à la surface de la planète Terre, et qui constituent, pourrions-nous dire, le monde organique, sommes la machinerie de ce grand organisme appelé « Terre ». Le pendule qui fait bouger cet organisme compliqué est la Lune.

L’humanité (à partir de ce principe) est complètement mécanique, et chaque jour elle devient de plus en plus mécanique, c’est évident. Il faut créer en nous une Lune psychologique ; alors seulement pourrions-nous cesser d’être des machines.

La Personnalité

À l’intérieur de nous, aujourd’hui, la seule chose que nous ayons est un centre de gravité mécanique ; un tel centre se trouve dans la personnalité. Évidemment, dans notre personnalité c’est ce qu’on nous a appris, l’exemple de nos aînés et de notre famille, ce qu’on a appris à l’école, dans la rue, au restaurant, à la cantine, etc. Tout cela constitue la personnalité, nous avons là notre centre de gravité.

Plus une personnalité c’est-à-dire que plus elle est cultivée, plus elle se démarque et est respectée par les autres. Les grands plénipotentiaires sont respectés, les grands ambassadeurs, les ministres du gouvernement sont respectés, les super-millionnaires sont respectés, les gens du « haut monde » sont respectés parce qu’ils ont des personnalités brillantes, ils portent dans leurs sacs ce qui s’appelle « l’argent ». Certains ont une culture intellectuelle fascinante et cela les rend plus brillants (dans leur apparence).

Alors, notre centre de gravité, aujourd’hui, est dans la personnalité, Malheureusement…

Celui qui n’a pas d’argent n’est pas respecté. À New York, je sais qu’il y avait un panneau qui disait : « Qui êtes-vous? l’argent parle pour vous : autant vous avez autant votre valeur l’est. Si vous n’avez pas d’argent, gagnez-en en travaillant ; et si vous ne pouvez pas l’obtenir en travaillant, obtenez-le toujours ». Tel publicité ou tel panneau existait à New York. Je ne sais pas si ça existe encore, mais ça a existé.

Voilà comment est l’humanité : « avoir de l’argent, eh bien, les pires défauts psychologiques sont couverts ; avec de l’argent toutes les portes du monde physique s’ouvrent ». « Monsieur l’argent est un gentleman puissant »…

Notre Centre de Gravité

Qu’est-ce que cela signifie? Cela signifie que nous avons notre centre de gravité dans la personnalité. Si quelqu’un n’a pas beaucoup d’argent, s’il est pauvre, s’il habite quelque part dans une humble petite maison et qu’il est mal habillé, eh bien, tout le monde le regarde avec…, plutôt, ils ne le regardent même pas; ils ne regardent même pas une personne comme ça, tout simplement ; il n’existe pas pour les puissants. Pourquoi? Parce qu’ils ont leur centre de gravité dans la personnalité ; et si d’autres ont un centre de gravité très petit, très faible, ils ne sont même pas pris en compte.

Cela signifie qu’il existe des centres de gravité plus forts que d’autres. Le centre de gravité de la personnalité, par exemple d’un Ford (le président des États-Unis), n’est pas le même que le centre de gravité qu’un humble travailleur de pioches et de pelles pourrait avoir, par exemple.

Plus le centre de gravité de la personnalité est bien, plus on est respecté, c’est clair. Mais ce centre de gravité est complètement mécanique.

Nous devons créer un nouveau centre de gravité, mais pas mécanique mais conscient. Est-il possible de le créer? Si c’est possible! Si nous le créions, nous passerions du centre de gravité mécanique au centre de gravité conscient. Mais vous ne pouvez pas passer du centre de gravité mécanique au centre de gravité conscient « juste parce que » – vous devez travailler sur vous-même.

Il faut d’abord faire la distinction entre personnalité et fausse personnalité. La personnalité normale doit exister, bien sûr que c’est le cas (c’est le véhicule de manifestation que nous avons); mais une autre chose est la fausse personnalité.

Si nous voulons créer en nous-mêmes le centre de gravité conscient, alors tout d’abord, nous devons éliminer de nous-mêmes les éléments indésirables de la vanité, de l’orgueil, de la vanité, de l’égoïsme, de l’amour-propre, de la jalousie, etc. Ce n’est qu’en éliminant ces éléments psychologiques que nous pouvons alors créer, dans notre constitution intime, c’est-à-dire dans notre essence intérieure, le centre de gravité conscient (c’est-à-dire la Lune psychologique ; la Lune psychologique est le centre de gravité conscient). Celui qui parvient à créer en lui-même une Lune psychologique s’affranchira sans aucun doute des influences mécaniques de la Lune qui tourne autour de la Terre.

Pour nous libérer donc de cette influence mécanique qui nous vient d’en haut, de la Lune physique, nous devons créer en nous, à l’intérieur de nous, la Lune psychologique, c’est-à-dire le centre de gravité conscient.

Contrairement au centre de gravité mécanique, qui est situé dans la personnalité, le centre de gravité conscient est véritablement situé dans l’essence, dans la conscience, dans l’âme. C’est la différence…

Or, éliminer les agrégats psychiques que sont l’orgueil, la vanité, la suffisance, la jalousie, la colère, l’estime de soi, l’égoïsme, implique pas mal de travail. Eh bien, ces agrégats jouissent évidemment d’une certaine auto-indépendance ; nous pourrions dire qu’ils sont des créatures psychologiques ou des personnes psychologiques existant dans la profondeur de nous-mêmes et qu’ils contrôlent la personnalité.

Au sein de telles « entités », l’essence, la conscience, est embouteillée. Si nous voulons désintégrer ces défauts, ces agrégats psychologiques, nous devons les comprendre ; et si nous voulons les comprendre, nous devons d’abord les découvrir.

Auto-observation

Dans la vie pratique, nous devons vivre dans un état d’alerte-perception, d’alerte-nouveauté, si nous voulons éliminer les agrégats psychiques indésirables que nous portons en nous. Par rapport à nos amis, dans la rue, sur la place publique, au temple, etc., les défauts que nous avons cachés apparaissent spontanément, et si nous sommes alertes et vigilants, comme la sentinelle en temps de guerre, alors nous les voyons.

Un défaut découvert doit être analysé, compris, totalement, à travers la méditation. Quand on a compris qu’on a tel ou tel défaut d’ordre psychologique, évidemment il faut le désintégrer. Il est possible de le désintégrer si l’on fait appel à une force supérieure au mental.

Le mental, par lui-même, ne peut fondamentalement modifier aucun défaut. Le mental peut le faire passer d’un niveau à un autre, le mental peut le cacher à soi-même et aux autres, le mental peut l’étiqueter de différents noms, il peut le justifier ou le condamner mais jamais l’éradiquer de lui-même.

Pour supprimer tel ou tel défaut découvert, nous avons besoin d’un pouvoir supérieur au mental. Heureusement, ce pouvoir existe.

Kundalini

Je veux me référer emphatiquement à la Kundalini ou au serpent Kundalini : le serpent igné de nos pouvoirs magiques ; Kundalini est un feu annulaire serpentin, enroulé en forme de serpent dans le centre magnétique du coccyx.

Lorsque ce feu s’éveille, il monte massivement le long du canal de la moelle épinière, éveillant des centres, des pouvoirs, etc., il nous transforme totalement. Il ne fait aucun doute que l’avènement du feu est le plus grand événement qu’un être vivant puisse avoir.

Ce serpent ascendant est appelé « Kundalini ». Si nous nous concentrons sur cette vipère sacrée, et la supplions d’enlever ou de désintégrer le défaut que nous avons, en question, découvert, vous pouvez être sûr qu’elle le fera. Cet agrégat qui personnifie le défaut sera alors réduit en poussière cosmique.

On peut désintégrer n’importe quel défaut, en méditation profonde, étant seul, ou en travaillant dans la neuvième sphère (célibataire, étant seul ; personnes mariées, travaillant dans la neuvième sphère). Incontestablement, les célibataires, dans leur travail, peuvent éliminer 25 ou 30% de tous les éléments indésirables que nous portons à l’intérieur.

Les personnes mariées peuvent aller plus loin : elles peuvent, au moyen de la force sexuelle électrique et avec l’aide de devi Kundalini shakti, annihiler à cent pour cent leurs défauts psychologiques.

Il vaut donc la peine de réfléchir à ce point (qui est très important).

Tout couple marié (Gnostiques-ésotéristes) en pleine copulation chimique ou métaphysique, peut invoquer devi Kundalini et sera aidé. Si le serpent igné de nos pouvoirs magiques était supplié d’éliminer telle ou telle erreur psychologique (si une telle demande était, en fait, en pleine copulation métaphysique), l’aide ne tarderait pas à venir et la désintégration de l’agrégat psychique en question serait être un fait concret, clair et définitif.

Alors, mes amis, il convient que nous réfléchissions, profondément, à toutes ces choses…

Devenir Conscient

Si nous parvenons à éliminer ces ego lourds de 96 lois qui constituent la fausse personnalité, nous créerons alors un centre de gravité conscient au fond de l’essence ; nous quitterons alors l’état de mécanicité lunaire et nous passerons à l’état conscient.

Or, le passage du centre de gravité mécanique au centre de gravité conscient implique un travail intentionnel et une souffrance volontaire sur soi, ici et maintenant…

Je vous donne donc la clé pour cesser d’être des machines ; car, aujourd’hui, vous pouvez être absolument sûr que vous êtes des machines.

Toutes les énergies qui viennent des planètes du système solaire ne pourraient pas entrer directement à l’intérieur de la Terre et si elles y pénétraient, eh bien, sans aucun doute, elles ne pourraient rien faire, elles ne pourraient déclencher aucun processus organique, elles ne pourraient pas soutenir l’économie de la planète Terre.

Pour que les ondes vitales qui viennent des mondes qui nous entourent puissent jouer leur rôle économique-vital à l’intérieur du monde, il faut des canaux capables de transformer ces ondes ; ces forces ont besoin de s’adapter à l’intérieur de la planète Terre, ces forces ont besoin de se transformer, de s’adapter à l’intérieur de notre monde.

Si ces forces cosmiques qui viennent des mondes ne passaient pas par des canaux de transformation, elles ne rempliraient pas leur mission à l’intérieur de la planète Terre. Évidemment, leurs rôles seraient nuls.

Il faut que les ondes cosmiques qui viennent de toutes les planètes de notre système solaire entrent, passent à l’intérieur de la Terre par leurs canaux respectifs.

Il y a des canaux dans la plante, il y a des canaux dans l’animal. Il ne fait aucun doute que les principaux canaux se trouvent dans les machines humaines (voilà la cause de leur existence)…

Quand on essaie de ne pas être une machine, quand on ne veut plus être une machine, la nature s’oppose à soi. La nature a en nous, en chacun de nous, des éléments, des pouvoirs, des forces qu’elle mobilise pour lutter contre nous. Et c’est parce que ce n’est pas commode pour la nature que quelqu’un veut cesser d’être une machine, c’est un attentat contre son économie ; ainsi la nature a des pouvoirs redoutables pour dompter, pour subjuguer ceux-ci à l’ordre, ces rebelles qui ont pris les armes contre elle. C’est la crue réalité des faits! Alors, on ne s’attend en aucune façon à ce que vous qui m’écoutez, arrêtiez d’être des petites machines du soir au matin, « juste parce que ».

Je vous ai observé ici, attentivement. Évidemment, vous êtes là pour m’écouter et je suis là pour vous parler, mais je vois, ici même, dans l’exposition, comment la nature travaille pour essayer de vous soumettre à l’ordre.

Certains d’entre vous, en écoutant ce discours, si vous prêtez l’attention voulue, vous verrez que vous vous êtes ennuyés ; il y a ceux qui ont bâillé, il y a ceux qui souhaitent déjà que cette conférence soit terminée, etc… La nature se sert de tout cela, ce sont les armes que la nature utilise pour empêcher quelqu’un de cesser d’être une petite machine.

Vous êtes des machines. Vous pourriez ne pas aimer ça ou penser que je vous insulte. Non, je vous promets que je ne vous insulte pas ; ce que je vous dis, je l’applique à toute l’humanité.

Vous cesserez d’être des machines le jour où vous prendrez les armes contre la nature, contre le cosmos, contre vous-mêmes, contre tout et tous.

Quand cela arrivera, eh bien, il y a une possibilité que vous cessiez d’être des machines (si vous ne succombez pas, parce que la nature ne va pas baisser la garde « juste parce que » ; c’est une attaque contre l’économie de la nature ; c’est évident).

Ainsi, ce dont nous avons d’abord besoin est de créer une Lune psychologique, si nous voulons devenir indépendants de cette Lune pâle qui tourne autour de la Terre, qui aspire nos énergies, qui a fait de nous des créatures mécaniques (car tous les êtres humains sont lunaires et bougent dans l’atmosphère psychologique de la Lune). C’est triste, mais vrai.

Conscient Après la Mort

Si nous vous observons après la mort, nous verrons que vous êtes inconscient, endormi, vous semblez somnambule ; si quelqu’un vous touche, vous êtes froid… froid comme de la glace…

Un cas très intéressant me vient à l’esprit, en ce moment où je parle avec vous : à une occasion, ils m’ont parlé d’une montagne où des choses inhabituelles se sont produites. Celui qui a osé grimper au sommet de cette montagne, celui-là est tombé, disons, « comateux » (celui-là a été « assommé », comme on dit). Eh bien, c’était parce que, disent-ils, « une apparition, une personne décédée à minuit, etc. » Total, qu’aucun habitant n’ose monter là-haut jusqu’au sommet…

Je me suis dit : « Bon, ça ne me fait pas peur en effet, je vais voir ce qui se passe ». En somme, je résolus, à minuit, d’y monter. Quand je suis arrivé au sommet, là, de cette montagne, j’ai dit: « Eh bien, voyons maintenant ce qui se passe, pourquoi les gens tombent ici dans le coma et les trouvent le lendemain morts, de sorte qu’ils doivent tirer leur langue, et verser de l’eau dessus, et tout? Voyons, qu’est-ce qui se passe? » Eh bien, j’ai regardé ce qu’il y avait là au sommet. Oui, j’ai vu un homme. Je suis passé près de l’homme, et je n’arrêtais pas de le regarder pour voir quelque chose; il ne respirait pas, il était debout ; il avait un pantalon comme ça, gris, une chemise blanche ; pâle, complètement pâle et il ne respirait pas. Et je me suis dit : « ce « type », qu’est-ce qu’il fait là? C’est celui-là qui rend tout le monde dans le coma? » Je ne pourrai pas me faire ça!… au cas où… J’avais mis, non pas un pistolet à la ceinture, mais une humble machette de pioche-pelle. Je n’avais pas besoin de sortir cette machette, ce n’était pas nécessaire…

L’homme me regarda (il avait des yeux de somnambule). Je peux vous assurer qu’il n’était pas du tout en train de se droguer, n’est-ce pas? En vérité, il n’avait rien de « drogué » chez lui, mais il était très pâle et ses pieds étaient légèrement suspendus au sol, c’est-à-dire qu’il n’était pas tout à fait perché, comme ça, fermement, au sol, mais légèrement suspendu…

J’ai dit : « Pas question, ce type… ce qui se passe, c’est qu’il est mort, c’est un défunt matérialisé ici, physiquement ». Il m’a regardé mais ne m’a pas attaqué. Eh bien, je lui ai récité tout ce que je savais, n’est-ce pas? J’ai récité la conjuration des quatre, la conjuration des sept, je l’ai béni et cinquante mille autres choses du genre, mais il est resté, enfin, impassible… Ses yeux étaient comme ceux qu’ont les somnambules…

Et j’ai dit : « Eh bien, est-ce le défunt qui fait tant peur aux gens? Waouh Waouh Waouh! »

Bon, j’ai continué mon chemin. Il n’a pas joué avec moi, je n’ai pas joué avec lui non plus; je n’ai même pas eu besoin de sortir cette petite machette que je portais « au cas où », ce n’était pas nécessaire…

Mais j’ai vu cet état somnambulique des yeux, c’est comme ça que sont les morts : après la mort ils marchent, comme ça, comme des somnambules. Parce que dans la vie, il ne leur est jamais venu à l’esprit de travailler sur eux-mêmes, ils n’ont jamais éveillé leur conscience, ils ont toujours été des créatures mécaniques à cent pour cent, et après la mort ils continuent d’être des somnambules, ce sont des somnambules inconscients, c’est très triste.

Une autre chose est celle de celui où un centre de gravité conscient a été créé ; celui-là est déjà différent : on le trouve déjà, après la mort, totalement conscient et il sait qu’il est mort.

Par exemple, le frère Guillermo Hickye est décédé récemment (certains d’entre nous le connaissaient et c’était un bon ami de Toni ; bref, c’était un bon frère Gnostique du siège patriarcal ; nous avions pensé l’envoyer comme missionnaire aux États-Unis). Déjà, après sa mort, un après-midi, en méditation, il est arrivé accompagné d’autres personnes. Il m’a salué et je lui ai dit : « Que s’est-il passé, Hickie? Tu réalises que tu es déjà mort? »

Il a dit: « Ah, eh bien, je le sais déjà, Maître, je sais déjà que je suis mort!… »

« Très bien, je vais te donner les enseignements que je t’ai donnés là-bas dans le monde physique ; je vais te les donner, maintenant, dans le monde astral ; je vais t’emmener dans différentes régions de l’univers… »

« Ah, j’aime ça, c’est ce que je veux! »

Les autres qui écoutaient dirent : « Le maître dit qu’il va te donner les enseignements ici dans l’astral! »

« Eh bien, c’est ce que je veux, c’est super, ça me fait plaisir! » il a dit.

« Eh bien, Hickye, nous allons continuer à t’enseigner… »

Et Hickye très heureux a dit au revoir.

Dans la vie, cet homme avait éliminé ces défauts de vanité, de vanité, d’orgueil, d’amour-propre, de colère, d’égoïsme. C’est-à-dire qu’il avait réussi, cet homme, à établir au plus profond de sa conscience, un centre de gravité conscient, c’est pourquoi il était maintenant éveillé dans l’astral, complètement éveillé…

Eh bien, pour aller de l’avant, mes amis, je crois que construire ou fabriquer le centre de gravité conscient n’est pas la seule chose non plus, quelque chose de plus est nécessaire.

Création de l’Âme

Si l’on veut, par exemple, avoir le droit de vivre sur n’importe quelle planète du système solaire, ou de voyager à travers les mondes qui constituent ce système solaire, alors on doit le mériter. Pour cela, il faudrait créer les corps existentiels supérieurs de l’Être, c’est-à-dire créer les corps planétaires à l’intérieur de soi.

Comment? Il faut fabriquer un corps astral. Quand on fabrique un corps astral, on sait qu’on l’a parce qu’on peut s’en servir, comme on peut se servir de ses mains, de ses pieds. Mais pour créer le corps astral, il faut nécessairement descendre dans la neuvième sphère. Qu’est-ce que la neuvième sphère? (Eh bien, je pense que la plupart de ceux qui sont ici ont déjà étudié la Gnose, n’est-ce pas? S’il y a quelqu’un de nouveau, que je ne connais pas, eh bien, dans ce cas, il devra apprendre ce qui va être enseigné)…

La neuvième sphère est le sexe ; la neuvième sphère correspond au sexe du centre de la Terre. Au centre de la Terre, il y a un saint huit, placé horizontalement (et fait d’or pur). Il y a le cerveau, le cœur et le sexe du génie planétaire. Toutes les forces qui circulent sur cette planète Terre sont organisées selon le saint huit.

Dans l’être humain, nous avons le cerveau, le cœur et le sexe. Le combat est terrible : cerveau contre sexe, sexe contre cerveau ; cela est évident. Si le sexe bat le cerveau, alors le pentagramme, qui est l’être humain, tombe la tête en bas, avec les angles inférieurs vers le haut et l’angle supérieur vers le bas. Mais si nous sommes capables de transmuter l’énergie sexuelle (dans la neuvième sphère), alors l’étoile à cinq pointes sera dans l’ordre : avec l’angle supérieur vers le haut et les deux angles inférieurs vers le bas.

Soit dit en passant, on nous a dit que lorsqu’une femme épouse un homme qui ne lui appartient pas, qui ne lui appartient pas de par la loi, elle est connue parce que le jour du mariage, elle apparaît «chauve», c’est-à-dire ses cheveux ne se voient pas. Les cheveux (ils sont très couverts ; elle les couvre inconsciemment).

Et quand un homme commet un adultère, quand il trompe sa femme, une marque apparaît : l’étoile à cinq pointes apparaît inversée, elle brille fatalement, c’est une étoile fatale. Ce sont des faits très intéressants, très importants, que nous devrions savoir…

Je veux donc vous dire que si l’on transmute le sperme sacré, on peut se permettre de créer les corps existentiels supérieurs de l’Être. Mais il faut transmuter le sperme sacré en énergie pour créer les corps existentiels supérieurs de l’Être.

Alchimie

À travers la transmutation du sperme sacré (qui en alchimie est appelé « mercure » ou « minéral brut »), il est possible de fabriquer le mercure de la philosophie secrète. Le mercure est l’âme métallique du sperme sacré; le mercure est aussi l’énergie sexuelle.

Pour pouvoir fabriquer du mercure, il est indispensable de ne pas éjaculer l’ens-seminis, c’est-à-dire l’entité du sperme. Incontestablement, le désir contenu transmutera le sperme sacré en énergie ; cette énergie est le mercure des sages.

Le mercure ou l’eau mercurielle est invisible à l’œil physique mais perceptible au sens de l’auto-observation psychologique. Incontestablement, ce sens porte aussi le nom de « clairevoyance ».

Évidemment, l’eau mercurielle est noire au début, mais si le sacrement de l’Église de Rome (romae) est raffiné, c’est-à-dire le sacrement de l’église de l’amour (amore), telle eau mercurielle (ou énergie sexuelle, de sorte que vous me comprenez) devient blanche.

Et si le sacrement de l’Église de Rome continue à se raffiner, si des rapports chimiques, ou des rapports métaphysiques, sont accomplis comme un rite religieux tantrique, alors cette eau mercurielle devient jaune.

Et si vous continuez dans le travail mystique, plus tard il arrive que cette eau jaune, ou mercure proprement dit, reçoive le soufre (le soufre c’est le feu), cela éveille le feu sacré, le soufre se libère de ses prisons, dans lesquelles il est enfermé vers le haut, et ce soufre, mélangé au mercure, forme un tourbillon de forces qui s’élèvent à travers le canal de la moelle épinière.

Nul doute que dans ce tourbillon de forces, il y a aussi du sel sublimé. Le sel, le soufre et le mercure, est le « vitriol » du sage, l’azoth, qui doit remonter par la colonne vertébrale jusqu’au cerveau.

Le surplus de cet azoth ou vitriol vient se cristalliser à travers la loi des octaves (dans une octave supérieure), avec la forme merveilleuse et extraordinaire du corps astral. Quand quelqu’un possède un corps astral, on peut voyager avec ce corps à travers toutes les planètes du système solaire, on a le droit de voyager en dehors de la planète Terre.

Bien plus tard, dans le temps, l’azoth, dans une seconde octave supérieure, vient se cristalliser dans la figure du corps mental. Le corps mental peut appréhender ou capter toute la sagesse de la nature.

Et enfin, dans une troisième octave, l’azoth vient prendre forme dans le corps causal.

L’Humain Solaire

Quand quelqu’un possède le corps physique, le corps astral, le corps mental et le corps causal, il reçoit l’âme humaine et les principes spirituels et devient un être humain, on est un humain (on a créé le système solaire en soi). Mais on n’est toujours pas un humain solaire ; on est simplement un humain parce qu’on a ses corps existentiels supérieurs de l’Être, et on possède aussi les principes psychiques.

Si cet humain veut progresser un peu plus, si on veut devenir un humain solaire, il faut nécessairement fabriquer le soleil psychologique à l’intérieur de soi.

De même que pour faire le système solaire il fallait créer les planètes psychologiques (du système solaire, à l’intérieur de soi, représentées dans les corps existentiels supérieurs de l’Être), de même, si l’on veut devenir un homme solaire, il faudra fabriquer le soleil psychologique à l’intérieur de soi. Pour ce faire, il faudra s’intégrer au Logos.

Un très vieux livre ou codex dit que : « les dieux créèrent les humains de bois », et que, « après les avoir créés, ils les fusionnèrent avec la divinité ». Mais ensuite il ajoute : « tous les humains ne parviennent pas à fusionner avec la divinité »…

Ainsi, les humains qui veulent devenir des humains solaires doivent se fondre avec la divinité ; et seuls ceux qui parviennent à fixer l’or dans les corps existentiels supérieurs de l’Être pourraient devenir des humains solaires.

Fixer les atomes d’or dans les corps existentiels n’est possible que si tous les éléments indésirables de notre psyché sont éliminés, tous les défauts que nous possédons, tous les éléments inhumains. Une fois cela réalisé, les corps existentiels deviendront des véhicules d’or de la meilleure qualité ; je parle d’or, d’or véritable, du vrai or…

Physiquement, il y a un test pour savoir si un humain a les véhicules existentiels supérieurs de l’Être convertis en corps d’or. Une preuve physique qu’ils sont en or, est celle du sperme sacré…

Le sperme sacré d’un humain Christifié, par exemple de Jésus de Nazareth ou d’Hermès Trismégiste (même si vous ne le croyez peut-être pas), est fait d’or, il porte de l’or, de l’or physique. Cela paraîtrait incroyable, mais c’est vrai.

Les initiés de cette stature ont l’exiohehari transformé en or. Mais, bien sûr, je fais référence à des humains comme Quetzalcóatl, ou Gautama Sakyamuni, ou Jésus le Christ (des créatures de cette stature).

Eh bien, et en allant plus loin, nous dirions que celui qui a fait son corps en or et vient déjà de posséder son sperme en or pur, évidemment, eh bien, a le Christ à l’intérieur d’eux, le Logos, le Verbe, la Parole, Dieu lui-même. Par conséquent, une telle créature est ineffable, c’est un humain solaire, une divinité solaire.

L’histoire nous parle de nombreuses divinités solaires dans le passé ; des personnes qui possédaient le Christ, que leurs corps existentiels supérieurs de l’Être étaient en or pur. Ce sont des humains solaires.

On dit qu’un humain solaire a fabriqué le soleil à l’intérieur de lui-même. Mais si un humain ordinaire (mais qui a les corps existentiels supérieurs de l’Être formés), veut devenir un humain solaire, il n’a d’autre choix que de redescendre dans la neuvième sphère, pour fabriquer de l’or dans ses corps.

Après les avoir faites d’or, il remonte. Et avec juste raison, Hermès Trismégiste a dit :

« Il est vrai, sans mensonge, certain et sur lequel on peut compter : le supérieur s’accorde avec l’inférieur, et l’inférieur s’accorde avec le supérieur, pour effectuer cette œuvre vraiment merveilleuse.

Comme toutes choses doivent leur existence à la volonté d’une unique chose, ainsi toutes choses doivent leur origine à une seule chose, la plus cachée par l’arrangement du seul Dieu.

Le père de cette seule chose est le soleil, sa mère est la Lune, le vent la porte dans son ventre ; mais sa nourrice est une Terre spiritueuse.

Cette unique chose est le père de toutes choses dans l’univers.

Son pouvoir reste parfait, après qu’il a été uni à une Terre spiritueuse.

Séparez cette Terre spiritueuse de la dense ou brute au moyen d’une douce chaleur, avec beaucoup d’attention.

Dans une grande mesure, monte de la Terre au ciel et redescend, renait sur la Terre, et le supérieur et l’inférieur sont augmentés en puissance.

Par cela tu participeras à la gloire du monde entier. Et les ténèbres fuiront loin de toi.

C’est la force de tous les pouvoirs. Avec cela tu pourras vaincre toutes choses et transmuter tout ce qui est fin et ce qui est grossier.

De cette manière le monde a été créé ; les dispositions pour suivre cette route sont cachées.

C’est pourquoi je m’appelle Hermès Trismesgiste, un en essence, mais trois en aspect.

Dans cette trinité est cachée la sagesse du monde entier.

C’en est fini maintenant de ce que j’ai dit concernant les effets du soleil. » – Hermès Trismégiste

Et si un humain solaire, par exemple, veut devenir un humain galactique, que doit-il faire? Évidemment, il faudrait fabriquer la galaxie psychologique (dans laquelle nous vivons), mais la fabriquer à l’intérieur de soi, et pour cela il faudrait redescendre dans la neuvième sphère, travailler dans la forge ardente de Vulcain, et là, dans cette forge, fabriquerait la galaxie psychologique qui donnerait le droit de vivre dans toute la galaxie, qui permettrait de prendre corps dans la capitale de la galaxie, qui s’appelle « Sirius ».

Sirius

Des millions de constellations tournent autour de Sirius. On nous avait dit que c’est 18 millions, mais les derniers calculs disent qu’il y en a beaucoup plus (des milliards de constellations). Cette galaxie est immense. La capitale lumière de toute cette galaxie est le grand soleil central Sirius.

Autour, soit dit en passant, de la planète Sirius, tourne une Lune, cinq mille fois plus dense que le plomb.

Si toute l’énergie vient de Sirius, pour les supra-cieux de tous les mondes et les soleils de la galaxie, il ne fait aucun doute que de cette Lune qui tourne autour de Sirius (cinq mille fois plus dense que le plomb le plus dense), vient l’énergie pour tous les infra-enfers de la galaxie.

Prendre corps sur Sirius? C’est seulement pour les dieux; dans Sirius le corps n’est pas donné sauf seulement aux dieux! Et cela signifie que les habitants de Sirius sont tous des dieux.

Leurs corps sont relativement petits, ils n’atteignent pas un mètre de haut, ou tout au plus un mètre ; ils sont maigres, ils ont toutes leurs facultés allumées, ouvertes, unies à leur dieu intérieur…

Ils n’ont pas commis l’erreur que nous commettons, ici sur Terre, de créer des villes. Je ne sais pas pourquoi ces terriens ont cette tendance à se regrouper dans les villes, dans les villages; les terriens ont ce sens grégaire de l’absurdité. Car dans les mondes avancés de l’espace infini, les villes ne se créent pas.

Par exemple, dans Sirius, il n’y a pas de villes ; Les habitants ont fait de Sirius une ville immense.

C’est-à-dire qu’il n’y a pas de villes là-bas, ils vivent dans les champs, dans les montagnes. Chaque maison a son jardin et son verger, où ils cultivent leur nourriture, leurs fruits à manger. Ils portent une humble tunique (tissée avec un rouet fait maison), ils portent des sandales en métal ; ils n’aiment pas détruire les arbres ; ils ont des mers énormes, immenses ; des jungles profondes et impénétrables…

Sur Sirius se trouve, précisément, l’église transcendée, dont nous, les Gnostiques, parlons.

Un magnifique chemin incurvé mène à l’église transcendée; d’un côté à l’autre, on peut voir d’énormes roses d’un ou deux mètres de diamètre. À l’intérieur du temple règne une délicieuse fraîcheur ; les tuiles du temple sont toutes en noir et blanc, pour représenter la lutte entre l’esprit et la matière. Il a deux autels, pour représenter la dualité de l’existence.

Des gourous ou des créatures ineffables de tout le cosmos se rassemblent constamment sur Sirius à certains moments pour célébrer ce que nous appelons ici la « semaine sainte », c’est-à-dire revivre le drame cosmique. Sirius est magnifique!

Mais avoir le droit de prendre un corps physique sur Sirius, en effet, vraiment « ce ne sont pas des enchiladas », c’est vraiment très difficile ; on doit être devenu un humain galactique.

Pour devenir un humain solaire ou un humain galactique, il faut descendre dans les mondes infernaux, travailler dans la forge des cyclopes, créer, justement, les caractéristiques psychologiques de la galaxie. Si on les crée, alors on gagne le droit de prendre une physicalité sur Sirius.

Un bel avenir vous attend, si vous voulez le suivre! Je vous montre le chemin.

Je ne sais pas si vous allez vouloir emprunter ce chemin; je ne sais pas, parce que les gens s’excitent un instant puis ils s’en fichent. J’aimerais vous voir tous sur Sirius, vous rencontrer là-bas. Franchement, j’aimerais vous rencontrer dans l’église transcendée, par exemple.

Je vous parle de ce que j’ai vérifié, par moi-même, dans mon voyage astral vers Sirius. Ils ne m’ont pas laissé passer au-delà de Sirius, en effet, ils ne m’ont pas laissé passer ; ils me ramènent toujours sur Sirius ; car pour pouvoir passer au-delà de Sirius, c’est-à-dire pour pouvoir sortir de cette galaxie, il faut nécessairement créer, en moi, cet infini que j’appellerais « l’infini d’Einstein », un infini psychologique.

Si un humain, par exemple, un humain galactique, souhaite gagner le droit de vivre dans n’importe quel soleil de cet infini, le droit de voyager à travers cet infini, le droit de quitter cette galaxie, alors il doit descendre dans la neuvième sphère encore, un autre encore une fois descendre dans les mondes infernaux pendant un certain temps (y travailler avec les démons), pour faire des corps qui leur permettent d’entrer dans l’infini, créer à l’intérieur d’eux-mêmes un infini psychologique, avec des attributs et des qualités psychologiques. Et toute création, quelle qu’elle soit, eh bien, elle doit être faite avec le sexe.

Observons une fleur. Pensez-vous qu’une de ces fleurs est sortie « juste parce que »? Il a fallu du sexe pour que cela sorte. Vous avez donc vu les pistils et les étamines des fleurs (les organes mâles et femelles), comment se forme ensuite la graine, et enfin, vous le savez trop bien…

Les animaux aussi, comment se reproduisent-ils? Le monde? Croyez-vous que la planète Terre n’est pas issue du sexe? Elle est sortie du sexe! L’Elohim a dû faire un énorme travail sexuel dans le chaos, pour que cette Terre puisse émerger de là; sinon, je ne serais pas sorti (œuvres créatives, sexuelles).

Eh bien, je ne vais pas vous expliquer cela ce soir, car ce serait très long; ce sont des enseignements de la plus haute alchimie. En tout cas, je connaissais ce genre de travail; c’est pour ça que j’en parle…

Alors, si l’on veut créer un infini psychologique à l’intérieur de soi, il faudra descendre dans la forge des Cyclopes pour créer l’infini psychologique. Ayant créé un tel infini psychologique, on gagnera évidemment le droit de quitter la galaxie et de vivre dans n’importe quelle galaxie, ou de voyager à travers toutes les galaxies de cet infini.

Mais on ne pourrait pas, vraiment bien, je le répète, on ne pourrait pas sortir de cette galaxie et vivre dans aucun monde de l’infini, celui dans lequel nous existons, si on ne créait pas, à l’intérieur de soi, dans sa psyché, une infini. Quand on a gagné ce droit, on se libère de la galaxie et on devient un humain de l’infini.

À ce stade, deux chemins s’ouvrent devant nous : soit on s’immerge dans le sein de le Père Éternel Cosmique Commun (l’infinitude qui soutient tout) soit on se résout à passer à un autre infini, l’infini suivant, pour devenir un habitant de l’infini suivant, suivre le chemin des cosmocrators…

Si oui, ce serait à chacun de redescendre, encore une fois, dans la forge des Cyclopes, pour créer, à l’intérieur de soi, les qualités et les pouvoirs qui permettent d’entrer dans l’infini suivant, l’infini futur (parlant au langue de « Pistis Sophia », je dirais : « vers un autre firmament »)…

Chacun est libre de choisir le chemin qu’il souhaite ; après tout, on ne peut pas décider de ces choses, celui qui décide est Kether, l’Ancien des Jours ; car si l’on se résout à prendre la décision par soi-même, alors on se trompe. Car c’est l’Ancien des Siècles qui commande.

Je m’absorberais volontiers dans le sein du Père Éternel Cosmique Commun. C’est ce que je penserais, mais je ne sais pas ce que dirait l’Ancien des Siècles… Alors, vraiment, effectivement, je ne pourrais pas définir cela; cela serait défini par lui, pas par moi.

Conclusion : pour progresser sur ce chemin, il n’y a pas d’autre choix que de travailler dans la forge des cyclopes, dissoudre les ego et aimer ses semblables en se sacrifiant pour eux…

Ainsi se termine mon exposé de ce soir.

Questions et Réponses

Maintenant, je vous laisse l’entière liberté de demander (par rapport à ce sujet exposé), ce que vous avez à demander. Je vous demande seulement la faveur de ne pas vous écarter du sujet. Voyons frère…

Étudiant : À propos de l’adultère…

Samael Aun Weor : Quand l’homme trompe, quand il est adultère (ou quand la femme trompe l’homme), elle apparaît ici, pour le clairvoyant c’est perceptible, l’étoile à cinq pointes avec le rayon supérieur vers le bas et les deux rayons inférieurs vers le haut. Elle pourrait y être peinte à titre d’illustration. Peignez l’étoile sur leurs deux…, la voilà à droite; maintenant, peignez-la à l’envers, voyez à quoi ça ressemble. Sauf que ça sortait pas bien peint, mais bon…, c’est comme ça que ça devient perceptible pour le sens de l’auto-observation psychologique. Une autre question?…

Étudiant : Maître, je voulais vous demander quelque chose : qu’est-ce que le côté bien et qu’est-ce que le côté mal?

Samael Aun Weor : Eh bien…

Étudiant : Parce que ce que l’œil capte, l’œil le transforme lorsqu’il atteint le fond de l’œil, il dévie la lumière, créant l’opposé qui est celui à l’envers sur le tableau noir, et non l’envers, alors lequel est l’envers vers le haut et lequel est l’inverse?

Samael Aun Weor : Eh bien (le cerveau finit par transformer l’image telle qu’elle est), nous parlons dans un langage conventionnel ; cela est évident. Eh bien, si nous passons aux questions académiques, je devrai vous dire qu’il n’y a pas de bien ou de mal; c’est un pur jeu de polarités.

Une chose est l’étoile flamboyante sous sa forme positive et une autre est l’étoile flamboyante sous sa forme négative. Mais aussi nécessaire est le positif que le négatif. Si les pôles positif et négatif de l’électricité n’existaient pas, il n’y aurait pas de lumière dans ces ampoules.

Donc, j’utilise simplement un langage conventionnel; parce que si nous allons l’utiliser techniquement, académiquement, eh bien, nous comprenons qu’il n’y a pas de bien ou de mal, mais des polarités, selon la doctrine Hermétique…

Voyons, d’autres questions? parlez…

Étudiant : Esotériquement, l’étoile, qu’est-ce que cela signifie?

Samael Aun Weor : Eh bien, les cinq impressions dont La Pistis Sophia nous parle. Sans aucun doute, dans ces cinq impressions sont représentées un humain (si vous vous tenez debout, les bras à droite et à gauche, les jambes écartées, vous avez l’étoile à cinq pointes).

Maintenant, de manière négative, les choses changent. C’est, disons, l’inversion de l’ordre intellectuel, cela désigne la magie noire, etc…

Étudiants:…

Samael Aun Weor : Eh bien, parlez-vous de l’étoile à cinq pointes ou du cube à six côtés? La pierre cubique (ou plutôt), à six faces! La pierre cubique à six faces, par exemple, est la pierre philosophale, n’est-ce pas? Elle a quatre faces qui pointent dans les quatre directions et une face vers le haut et une vers le bas ; c’est la pierre cubique à six faces…

Mais si on parle de l’étoile, il s’agit de l’étoile ; indique clairement l’humain; un humain auto-réalisé est une étoile flamboyante parfaite et brillante. Ce sont les cinq impressions dont La Pistis Sophie parle.

Avec ces cinq impressions de La Pistis Sophia, les cinq auxillaires sont liées.

Ces cinq auxillaires sont les cinq génies : Gabriel, Raphael, Uriel, Michael, Samael, ce sont les cinq, n’est-ce pas? (Mercure, Lune, Vénus, Soleil, Mars ; les cinq auxillaires). Ces cinq auxillaires sont représentés dans cinq parties de l’Être qui existent au sein de l’humain.

De plus, cette étoile représente les cinq arbres ou les cinq ordres des seigneurs du karma, compris?

Maintenant, d’un autre point de vue, du point de vue magique, l’étoile représenterait les charmes magiques, les états djinns, l’ésotérisme, l’occultisme transcendantal, en effet…

Eh bien, s’il y a d’autres questions, frères et sœurs? Demandez-moi…

Étudiant : Comment l’étoile inversée disparaît-elle…?

Samael Aun Weor : Comment l’étoile inversée disparaît-elle, chez l’adultère, chez celui qui l’a sur le front? Eh bien, en dissolvant les ego de l’adultère et en payant le karma correspondant. Parce que, incontestablement :

« C’est pourquoi je vous le dis, toutes sortes de péchés et de blasphèmes seront pardonnés aux hommes, mais le blasphème contre le Saint-Esprit ne sera pas pardonné aux hommes. » – Matthieu 12 : 31 (le sexe est la force de l’Esprit Saint) ; tout crime contre l’Esprit Saint, n’est pas pardonné…

On peut négocier son propre karma avec les seigneurs de la loi, ou on peut aussi être pardonné ; mais le karma, c’est-à-dire les crimes contre l’Esprit Saint, ne sont ni négociables ni pardonnables, ils doivent être payés. D’autres questions, frères et sœurs? Voyons voir…

Étudiant : Dans tout ce processus que vous venez de nous expliquer, est-ce que cela peut se faire dans une seule de nos vies, dans une seule existence?

Samael Aun Weor : Évidemment oui. Un retour ou une réincarnation très bien utilisée, eh bien, cela peut être utilisé pour cela, et le travail peut être fait en une seule existence bien dépensée; cela peut, parfaitement bien, mais bien utilisé au maximum; et tout peut être atteint.

On peut même arriver à devenir un humain infini en une seule existence, si on en profite convenablement ; si l’on ne se consacre qu’à cela, exclusivement à cela. Une autre question mes freres et soeurs? Demandez…

Etudiant : Excusez-moi, maître, car tout ce qui est supérieur se manifeste ici……qui va directement à l’intellect. Mais……une manifestation de quelque chose…… une…… d’une projection limitée vers le bas ou vers le haut, mais pas……un ingénieur construit un petit bâtiment ; lorsque le soleil frappe ce petit bâtiment, son ombre est petite, mais plus le bâtiment est grand, plus l’ombre qu’il projette est grande. Donc, il y a une dualité, devant laquelle, l’intellectualisme me « colle », me disant qu’il ne faut pas être ni blanc ni noir, mais être le point central des deux…

Samael Aun Weor : Eh bien, il semble que vous ayez oublié les quatre opérations arithmétiques du raisonnement : affirmation, négation, discussion, solution. Alors, n’oublions pas ces quatre opérations arithmétiques.

Quant à la loi des contraires, tout est et n’est pas en même temps ; toute vérité est à moitié vraie, toute vérité est à moitié fausse ; les extrêmes se rencontrent…

Ne voyez-vous pas que nous sommes dans le monde de la relativité d’Einstein? Maintenant, si vous voulez sortir de ce monde de la relativité d’Einstein, sans aucun doute, vous allez devoir créer l’humain solaire à l’intérieur de vous. Si vous créez l’humain solaire à l’intérieur de vous, incontestablement, vous échappez au dualisme qui vit en incessantes antithèses ; vous passez au-delà du bien et du mal, vous vous libérez des puissances du bien et du mal.

Mais seul l’humain solaire parvient à se libérer des puissances du bien et du mal. Seul l’humain solaire parvient à dépasser la bataille des antithèses. Seul l’humain solaire se libère vraiment.

Mais si vous croyez que sur la base d’un raisonnement lunaire pur vous allez réaliser l’expérience de la réalité, eh bien, « oui non », vous ne pouvez pas ; vous devez sortir de ce cercle vicieux de votre raisonnement.

Vous devez absolument créer d’abord l’humain, puis l’humain solaire. D’abord l’humain du système solaire, l’humain planétaire, puis créez, à l’intérieur de vous-même, l’humain solaire.

Seul l’humain solaire peut vraiment se libérer de toute cette bataille des antithèses ; seul l’humain solaire s’affranchit du couple des opposés de la philosophie ; seul l’humain solaire, véritablement, atteint l’expérience de la réalité et vit dans la réalité ; pas avant. Avec un raisonnement pur, vous pouvez être sûr que vous n’y arriverez pas ; tout au plus vous arriverez à ruiner votre mental et votre cerveau ; c’est cela.

Eh bien, est-ce que d’autres frères ou sœurs ont quelque chose à demander? Faites-le avec la liberté la plus complète! Oui?

Étudiant : Maître, alors, eh bien, il me vient à l’esprit que dans un tel monde, déjà plus avancé, opère un autre type de logique transcendantale, supérieure à notre logique des dualités et des syllogismes, et des pensées circulaires.

Samael Aun Weor : Eh bien, vous êtes ici sur la planète Terre, vous savez? Ici, la seule chose que nous ayons, de ces côtés, c’est la logique formelle (qui, entre parenthèses, est très réactionnaire) ; la logique dialectique est un peu plus révolutionnaire ; mais il y a un troisième type de logique qui est supérieur, elle est acceptable, je me réfère au tertium organum (le troisième canon de la pensée).

Si vous voulez connaître ce troisième type de logique, je vous conseille d’étudier le « tertium organum » d’Ouspensky, vous y trouverez la logique supérieure, qui vous permettra, alors, d’avancer un peu plus dans le domaine du mental.

Mais, sur des mondes plus avancés, il n’y a vraiment pas besoin de passer par tout ce « jargon » ; dans les mondes plus avancés, les gens sont gouvernés par l’intuition (c’est intuitif). N’oublions pas que l’intuition est la fleur de l’intelligence.

Mais pour que l’intuition se manifeste vraiment chez un être humain, elle a besoin de l’élimination absolue de l’ego (réduction de l’ego animal en cendres, en poussière cosmique), c’est seulement ainsi, en effet, que l’intuition peut se développer en toute euphorie et se manifester avec une splendeur extraordinaire, devenant, pour ainsi dire, le fondement de la vie quotidienne.

Les terriens sont des gens très raisonnants ; vous direz : « Pourquoi ne dites-vous pas que vous êtes aussi une personne qui raisonne, n’est-ce pas? ». Non, vraiment, en effet, car, bien que j’aie ici, un corps physique de terrien, je ne suis pas vraiment un terrien; je suis en effet de la planète Mars; je suis entré dans ce corps pour vous parler, mais je ne suis pas un terrien; c’est pourquoi je dis : « les terriens »…, parce que je ne le suis pas. Sur cette planète, je suis un visiteur ; je suis originaire de mon monde (qui est Mars). Je suis resté ici pour aider l’humanité, je continuerai avec l’humanité jusqu’à ce que le père me ramène sur Mars ; et c’est tout.

Eh bien, y a-t-il quelqu’un d’autre qui veut demander? Oui? Voyons, parlez frère…

Étudiant : Je dis : malheureusement les questions sont nécessaires…

Samael Aun Weor : Eh bien, pourquoi dites-vous « malheureusement »? Rappelez-vous que Parsifal n’est pas devenu Roi du Graal, car il n’a pas demandé la raison des douleurs d’Amfortas. Donc, vous devez demander; demandez alors…

Étudiant : Maître, excusez-moi, j’ai beaucoup de doutes, et en réalité les instructeurs m’ont dit que le doute ne devrait pas être, car il s’agit de découvrir et de travailler en profondeur (déjà là, ils essaient de me dire qu’il faut plus de pratique que de théorie), plus, cependant, je me demande : la pratique est-elle si mauvaise ou la théorie est-elle si mauvaise? Je reviens encore à la même chose : si par la loi de récurrence, on revient au point de départ, qu’en est-il du travail dans la neuvième sphère, d’une personne qui n’a pas eu connaissance que la neuvième sphère existait, mais qui a essayé… comment il a pu, éliminer ego, sans la volonté, disons, sans la volonté…… qu’arrive-t-il à cette personne qui, par la loi de la récurrence, doit retourner au point d’origine?

Samael Aun Weor : Eh bien, c’est ça votre question?

Étudiants : Oui…

Samael Aun Weor : Je vais vous dire une chose : nous avons tous une erreur très grave ; et c’est très grave.

Et cette erreur consiste en ce que nous aimerions tous que tout soit fait selon nos propres besoins psychologiques, et malheureusement, nous ne sommes pas les créatures les plus importantes de la planète Terre. Il y a des créatures plus développées que nous. Un lion, par exemple, est une créature qui nous bat en force et en réalisations de l’Être ; un aigle a une vue plus haute que nous, peut voler à de grandes hauteurs (hautain et révolutionnaire), et jouit d’un bonheur que nous n’avons pas. Donc, vraiment en effet, nous ne sommes pas les plus importants ; nous sommes des petites machines et c’est tout, au service de la nature. Qu’il faut revenir, retourner, réincorporer…, c’est un fait!…

Si quelqu’un a travaillé, jusqu’à un certain point, à la dissolution de l’ego (mais rien de plus), et puis revient, eh bien, qu’on devient un peu plus conscient, puisque qu’on a dissous des egos; incontestablement, celui-là devient un peu plus conscient, et si celui-là aussi fabriquait un centre de gravité conscient (il a fabriqué sa Lune psychologique ou son centre magnétique spécifique), dans la nouvelle existence, dans le nouveau retour, dans la nouvelle personnalité, il attirera à lui, par la loi de l’aimantation universelle, ces connaissances, ces livres, ces instructeurs dont il a besoin et il continuera son chemin en travaillant sur lui-même.

Mais s’il n’a fait aucun travail sur lui-même, s’il ne s’est jamais intéressé à ce genre d’études, c’est évidemment un endormi ; quand il reviendra, quand il retournera, quand il se réincorporera, il viendra avec sa conscience endormie et continuera d’être ce qu’il est : une petite machine, et c’est tout.

Un jour les 108 existences s’épuiseront et il n’aura d’autre choix que d’involuer dans les entrailles de la Terre (jusqu’à la seconde mort).

Donc, vraiment, réellement, cela vaut la peine de travailler, de créer un centre de gravité conscient à l’intérieur de nous-mêmes.

Vos arguments sont bons, ils sont utiles, mais au fond, vous pourriez vous enliser dans vos arguments…

Le cas d’un ami qui était comme vous (comme cela) : le misérable vivait tout le temps en raisonnant (je ne sais pas comment il n’est pas devenu fou)… Bon, conclusion : un jour on traversait un champ et une pluie abondante a éclaté; eh bien, nous avons tous les deux couru pour éviter de trop nous « laver », car il pleuvait terriblement. Soudain, je me suis arrêté et j’ai dit à mon ami : « Si nous courons, nous nous mouillons ; si nous ne courons pas, nous nous mouillons aussi, alors pourquoi courons-nous? »

Et mon ami, qui était terriblement raisonnant, a répondu : « Si on court, on se mouille moins, selon les lois du temps, de l’espace et du mouvement qui sont très bien exposées dans la théorie de la relativité d’Einstein. »

Je lui ai dit : « Ce qui t’arrive, c’est que tu tombes dans l’excès de raisonnement. »

Et puis il me dit : « Et quand y a-t-il un raisonnement excessif? »

Je lui ai dit : « Quand tu tombes dans un cercle vicieux. Tu es dans un cercle vicieux… »

Ainsi, cela vaut la peine de connaître ce corps de doctrine et de ne pas tomber dans le cercle vicieux du raisonnement, car cela ne vous mène nulle part. Connaître oui, le corps de doctrine, les pratiques et aller travailler, étudier à fond ; mais si l’on ne reste que dans le cercle vicieux du raisonnement, on n’arrive à aucune conclusion.

Quelque chose de très semblable est arrivé, justement, à Agrippa, à Cornelius Agrippa. Rappelons que l’abbé Trithemius (moine Bénédictin qui fut un grand maître, disciple d’Albert le Grand) eut trois merveilleux étudiants Gnostiques. Le premier n’était autre que Philippe Théophraste Bombast de Hohenheim (Auréole Paracelse, grand médecin et grand initié) ; il a fait le grand œuvre et s’est auto-réalisé; c’est un maître ressuscité, il vit toujours avec le même corps physique qu’il avait à cet âge, à ce moment-là; il vit encore, je le connais personnellement, il vit!… Et l’autre était le Dr John Faust (enchanteur et magicien), qui a servi d’inspiration à tous les dramaturges du Moyen Âge (même Goethe lui-même, pour écrire son célèbre drame de « Faust », s’est inspiré du Dr. Faust). Le docteur John Faust n’a pas été compris, il n’a pas été compris, il a toujours été mal jugé, il a été condamné comme « magicien noir » ; et vraiment, il n’était pas un magicien noir, il était un maître ressuscité qui a transmuté le plomb en or, qui a mis son corps en de djinn et s’est transporté, corps et tout, dans des endroits éloignés, etc. grand illuminé! Il a fait du bon travail.

Philippe Théophraste a reçu les enseignements de l’abbé Trithème et a fait le grand œuvre : il est devenu un maître immortel et ressuscité. Quant à John Faust (enchanteur et magicien, et grand médecin), il a également fait le grand œuvre. Mais il y a un troisième qui a décidé de faire ce que vous faites : il a passé toute sa vie à raisonner, raisonner, raisonner, raisonner. À la fin il a dit : « Non, je ne vais plus raisonner, je vais me consacrer à la pratique… ».

Catégories : Conférences de Samael Aun Weor