Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Règnes de la Nature

Concernant le voyage du système solaire autour du zodiaque, lorsqu’il s’est terminé à l’époque Lémurienne…

La Lémurie était un continent situé dans l’océan Pacifique, qui a connu une race merveilleuse. Combien de temps cela a-t-il duré? Elle a duré le temps du voyage du système solaire autour du zodiaque. Le voyage s’est terminé, et à la fin, Hercolubus est arrivé, ce qui correspond à ce voyage (une toile cosmique extraordinaire, mécanique). Puis, avec sa force puissante, il a arraché le feu de l’intérieur de la Terre, des volcans ont surgi partout en Lémurie, de grands tremblements de terre ont été provoqués et pendant quelque 10 000 ans de tremblements de terre et de raz de marée incessants, le continent Lémurien a sombré dans l’océan Pacifique.

Puis un nouveau voyage du système solaire autour du zodiaque a commencé, qui a servi de fondement à la race racine Atlante. Combien de temps a duré la race racine Atlante? Tant que dura le voyage du système solaire autour du zodiaque. Terminant ce voyage, Hercolubus arriva de nouveau, et produisit une révolution des axes de la Terre ; les mers ont changé de lit et l’Atlantide était finie.

Maintenant, en ce moment même, le voyage se termine à nouveau (le voyage du système solaire autour du zodiaque). Ce voyage a commencé à la suite du naufrage de l’Atlantide lors de la constellation du Verseau (le porteur d’eau), qui fait face à la constellation du Lion (le lion). Ainsi, lorsque le nouveau voyage du système solaire autour du zodiaque recommencera, que se passera-t-il? Le naufrage de la race racine Aryenne [l’humanité d’aujourd’hui] viendra (ce sera le coucher du soleil pour nous).

Dans le sillage du déluge universel, le nouveau voyage du système solaire autour du zodiaque a commencé. À cette époque, la race racine Aryenne a commencé. Dans ces moments, le voyage se termine. C’est terminé depuis que nous sommes de retour en Verseau. Le voyage a commencé en Verseau et se terminera en Verseau, et notre race racine durera jusqu’à la fin du voyage ; elle ne peut durer plus ou moins longtemps, mais jusqu’à la fin du voyage. Ainsi, le voyage se termine exactement.

À l’heure actuelle, nous avons le Verseau, et en face du Verseau se trouve la constellation du Lion (le lion).

Qu’est-ce qui va se passer maintenant? Au fur et à mesure que la planète Hercolubus se rapproche, les feux qui sont à l’intérieur de la Terre repousseront à la surface attirés par la masse magnétique d’Hercolubus. Alors des volcans et des tremblements de terre apparaîtront partout, et cette race-racine périra par le feu et les tremblements de terre. Le feu et les tremblements de terre feront parmi eux leurs affaires florissantes.

À l’approche la plus proche d’Hercolubus de la Terre, il produira exactement une révolution des axes de la Terre. Ensuite, les mers changeront de lit et engloutiront les continents actuels. Puis il y aura un duel à mort entre le feu et l’eau, et il durera plusieurs siècles. Pendant ce temps, la race choisie, les élus, devra vivre sur cette île de l’océan Pacifique jusqu’à ce qu’un double arc-en-ciel apparaisse dans les nuages ; quand cela arrivera, cette race choisie, ce noyau choisi viendra vivre dans les cieux et sur de nouvelles terres qui auront surgi du fond des mers. Alors viendra l’âge d’or.

Maintenant, en termes de saisons, vous savez très bien qu’il y a quatre saisons : le printemps, l’été, l’automne et l’hiver. Notre Terre tourne autour du Soleil et a quatre saisons. À ce moment (de la conférence) nous sommes exactement au printemps, puis l’été, l’automne et l’hiver viendront. Mais il arrive aussi que dans le parcours du système solaire autour de la ceinture zodiacale, c’est-à-dire dans la grande année sidérale, le grand cycle solaire, sidéral, il y ait quatre saisons : le printemps : l’âge d’or ; l’été : l’âge d’argent ; l’automne : l’âge de cuivre et l’hiver : l’âge de fer.

  • Printemps : Il n’y a pas de frontières, pas de douanes, pas de police, pas d’armées, pas de guerres d’aucune sorte ; tout le monde adore le Soleil, l’Étoile Roi est adorée ; l’amour, la fraternité règne ; les gens n’ont pas d’ego, parce qu’ils sont sortis purs des mains de leur Créateur.
  • Âge d’Argent : La beauté de l’humanité perd un peu de sa splendeur, mais reste néanmoins splendide.
  • Âge de Cuivre : Les premières guerres commencent, les coutumes, les frontières commencent, il y a des rois et des empires.
  • Âge de Fer : dans lequel nous sommes actuellement ; quand une race atteint son âge de fer, elle devient, comme nous le sommes aujourd’hui, terriblement perverse ; puis elle est détruite, soit par le feu, soit par l’eau, soit par les deux.

Si nous examinons le zodiaque, nous voyons qu’actuellement nous sommes dans la constellation du Verseau. Face à face se trouve Lion (le signe du Lion, le signe du feu). Qu’est-ce que cela veut dire? Il est clair à nos yeux, le duel à mort qui aura lieu dans ce siècle entre l’eau et le feu, le feu et l’eau.

Si nous regardons le Verseau, il est gouverné par Uranus et Saturne. Uranus est une planète catastrophique, révolutionnaire, terrifiante à merveille ; et en ce qui concerne Saturne, il est représenté dans l’Alchimie par le corbeau noir de la mort, le retour au chaos primitif originel.

Et si on regarde, face à face c’est le Lion (qui est devant nous en ce moment), c’est le signe du feu, le lion de la loi qui sort à la rencontre de cette humanité perverse, avec le feu.

Alors, les deux signes, en ce moment (eau et feu) sont face à face, c’est terrible ; cela indique la destruction totale de cette race-racine. Il n’y a pas d’« ère de fraternité » à venir après l’an 2000, comme l’affirment les Aquarianistes, non! Ils disent que tout sera amour, que les frontières disparaîtront, que tout le mal disparaîtra de lui-même, comme si l’ego pourrait créer un âge d’or. Pensez-vous que l’ego sera capable de créer un âge d’or? Tant que les facteurs de discorde existent à l’intérieur de soi, il doit y avoir des guerres dans le monde. Tant que les facteurs d’égoïsme et d’ambition, de luxure et d’orgueil existe, il doit y avoir des guerres.

D’où l’ego va sortir un âge d’or? C’est absurde. Pour qu’il y ait un âge d’or, il faut la destruction de cette humanité (le chaos), pour que du chaos émergent de nouvelles terres, afin d’être habitées par une humanité innocente, une humanité dépourvue d’ego.

À l’âge d’or, quiconque a l’ego ne recevra pas un corps [physique]. Toute personne avec ego sera rejeté, car un seul ayant l’ego à l’intérieur qui prend un corps, celui-là seul met fin à l’âge d’or, corrompt tous les autres, bien sûr. L’âge d’or est l’âge de l’innocence, de la beauté et du bien, de l’amour, de la fraternité, de la fraternité entre les gens.

Question : Vénérable maître, cette humanité étant innocente et pure, aura-t-elle aussi ses âges d’argent, de cuivre, de fer?

Samael Aun Weor : Bien sûr.

Question : Voulez-vous dire que dans les étapes ultérieures, il y aura déjà accès d’ego, de certaines personnes qui ont l’ego?

Samael Aun Weor : Successivement, dans les stades ultérieurs, l’ego surgit, à l’intérieur des êtres humains eux-mêmes. L’ego commencera à naître parmi les êtres humains. C’est la crue réalité des faits. Heureusement, il existe une loi appelée loi de la transmigration des âmes, enseigné par le Seigneur Krishna en Inde, il y a environ 1 000 ans avant Jésus Christ. La doctrine de la transmigration des âmes nous donne une base pour l’âge d’or.

Le Rôle de l’Enfer

Il est clair que pour les 4,5 milliards d’êtres humains qui peuplent actuellement la surface de la Terre, puisqu’ils ne sont pas capables de dissoudre l’ego (car tous ne peuvent pas le faire par manque de capacités ou de consécration), la Nature se chargera de les désintégrer. Où la Nature va-t-elle désintégrer l’ego? Eh bien, dans les mondes infernaux. C’est à cela que servent les mondes infernaux, c’est à cela que sert le Tartare. Ainsi, correctement, les Soufis disent que l’enfer n’est pas un lieu de punition, mais un lieu de purification et d’instruction pour la conscience. Pour nos ancêtres Aztèques, c’est Mixtlán (c’est ainsi qu’on l’appelle) ; ce n’est pas un lieu de punition, mais un lieu de probation, d’épreuves. Ainsi, si l’on devient victorieux après avoir traversé les neuf cercles Dantesques, on a alors le droit d’entrer au Paradis.

Considérez donc l’Enfer de ce point de vue, non seulement comme un lieu de punition, mais aussi comme une instruction pour la conscience et l’épuration. Cela signifie que dans les mondes infernaux ou dans les neuf cercles Dantesques du Tartare, l’ego se désagrège progressivement, il devient poussière. C’est la fameuse Seconde Mort. Alors, le meilleur, le plus décent, le plus digne, le plus aristocratique que nous ayons à l’intérieur de nous, qui est l’essence, sort libre au soleil pour recommencer une nouvelle marche. Elle commencera par le minéral, elle continuera dans le végétal et l’animal et, plus tard, cette essence revient pour retrouver l’état humanoïde qu’elle a perdu.

Appliquons donc cela aux 4,5 milliards d’êtres humains qui entreront dans le Tartare. Ces 4,5 milliards quitteront un jour le Tartare, sans ego ; dépourvu d’ego ils prendront des corps parmi les descendants du noyau choisi, et à mesure qu’ils prennent des corps, la race augmente, mais une race innocente, car elle n’a pas d’ego. Cette race innocente, dépourvue d’ego, sera alors soigneusement dirigée par les dynasties solaires.

Question : Dans ces infra-dimensions, passera-t-on par beaucoup de maux, d’horribles souffrances, et faudra-t-il très longtemps pour parcourir chacun de ces cercles?

Samael Aun Weor : Oui, là on souffre beaucoup, car là on doit se retrouver face à soi-même. Par exemple : celui qui a été un meurtrier ou qui a commis des crimes, il a le « Moi » du meurtre. Alors le « Moi » du meurtre s’y trouvera, face à face, vous pourchassant ; un monstre qui vous cherchera. Vous vous cacherez derrière les rochers et le monstre vous cherchera tout le temps. À tout moment le monstre effrayant et armé veut vous tuer, et pourtant vous ne pouvez pas vous en sortir car c’est vous aussi, c’est une partie de vous-même, c’est le « Moi » du meurtre.

Le « Moi » de la luxure vous y harceler d’une manière orageuse. Vous verrez plusieurs monstres de luxure qui vous attaqueront, vous voudrez vous en débarrasser mais vous ne pourrez pas. Vous les verrez horribles et effrayants dans les ténèbres de l’Enfer, et pourtant ces « Moi » sont les vôtres.

Alors, là la conscience est instruite; comme cours magistral, c’est de première classe, parce que la conscience reçoit une instruction directe et formidable, et l’ego se désagrège en toute connaissance de cause. Alors, quand l’essence parvient à se libérer par les portes de la Seconde Mort, eh bien, elle ressort complètement heureuse et très éduquée à la surface, dans la lumière du Soleil.

L’essence part alors pour relancer de nouveaux processus évolutifs qui débuteront avec le minéral. L’essence sera à nouveau un gnome, mais plus seulement un gnome comme au début, comme avant, derrière les cycles humains, mais maintenant un gnome de hiérarchie, de catégorie, dû à la spirale ; et quand il entrera dans les paradis élémentaux du règne végétal, ce sera toujours un élémental d’une certaine catégorie végétale ; et quand il entrera dans les paradis des règnes animaux, ce sera toujours une catégorie élémental et quand il entrera dans l’état humain, ce sera plus conscient, mais innocent.

Ce peuple innocent du futur, qui a traversé la terrible Seconde Mort, sera gouverné par les dynasties solaires, et alors l’âge d’or viendra. C’est pourquoi Virgile, le poète de Mantoue, s’écrie :

« L’âge d’or est arrivé et une nouvelle descendance commande. »

Quelle descendance commande? Quelle est cette nouvelle progéniture? Les dynasties solaires.

L’âge d’or sera précieux. L’évangile de saint Luc, justement, correspond au futur âge d’or. C’est pourquoi on l’appelle l’Évangile selon Saint Luc, c’est l’Évangile selon la lumière, l’Évangile solaire.

Quant à l’Évangile de Matthieu, c’est l’Évangile selon la science ; et si nous lisons quand cela va être, Matthieu nous dit : « Quand vous verrez Jérusalem entourée d’armées » ; Il dit aussi : « que quand il y a des pestes et des tremblements de terre à ce moment-là » et toutes ces épidémies, c’est parce que le moment est venu. Nous avons actuellement Jérusalem entouré d’armées, des tremblements de terre partout, des fléaux, des épidémies, des maladies, la famine, c’est ce que nous voyons. Saint Matthieu selon la science, il nous dit que c’est pour ce temps.

Maintenant, si nous regardons grossièrement Daniel le prophète, il voit une grande mer, l’océan, les courants se combattant ; et d’abord un monstre surgit qui le regarde ; dans la mer une grande bête et cette grande bête s’avère avoir des ailes (c’est un grand lion avec des ailes) et on lui a donné le cœur d’un homme, l’âge d’or. Et une seconde bête surgit, on dirait un ours, l’âge d’argent ; et une troisième bête émerge qui ressemble à un sphinx, l’âge de cuivre ; et une quatrième bête se lève différente de toutes les autres, car elle est toute en fer, ses dents sont en acier et ses ongles sont en fer, et elle piétine tout avec ses pieds, c’est une bête différente de toutes les autres, la quatrième bête est l’âge de fer actuel. Elle est capable de faire tomber les saints du ciel et est capable de tout détruire sur son passage. Et le juste est arrivé, dit-il, et le Christ est arrivé et s’est assis, les livres ont été ouverts et le royaume a été livré aux saints du Très-Haut. C’est-à-dire que l’âge de fer se termine par de grands cataclysmes. Et quand Daniel demande : « Quand cela sera-t-il? Un ange répond : « que cela soit pour un temps, et des temps, et une moitié d’un temps.

Le temps, qu’est-ce qu’un temps, « dans un temps »? L’age d’Or. « Des Temps » Les âges d’argent et de cuivre. « Et la moitié d’un temps? » Le milieu de l’âge de fer.

Donc, en ce moment nous sommes au milieu (selon les calculs Orientaux), de l’âge de fer ; alors la fin est pour ce temps, car l’autre moitié sera dépensée dans le chaos et ce sera dur. Donc, c’est ce que signifie « un temps, des temps et la moitié d’un temps ».

Question : Vénérable maître, maintenant que j’entends votre référence aux monstres et aux mondes infernaux, il s’avère que quand j’avais deux ou trois ans, quand nous nous sommes endormis, j’ai vu de gros monstres qui m’attaquaient toujours entre les murs. Mon père me grondait parce que je pleurais toujours de peur ; il me disait toujours qu’ils venaient de mes fantasmes, qu’il n’y avait rien.

Samael Aun Weor : Pas toujours; c’est pourquoi j’ai beaucoup gardé « mon bec » silencieux, quand j’étais petit, je n’en ai parlé à personne. La différence entre toi et moi c’est que tu chantais et que je ne chantais pas, j’ai gardé ma bouche fermée parce que je savais que si je chantais, ils me qualifieraient de « fou ». Je savais que ceux qui m’entouraient (mon père, ma mère, mes proches, mes petits frères), étaient des gens complètement endormis et inconscients.

Comme je le savais parce que j’avais changé mon corps à volonté, j’étais entré dans cette « coquille » à volonté, alors je le savais trop bien ; Qu’est-ce que j’ai fait? J’ai fermé mon bec. J’ai dit : « Ces gens ne me comprennent même pas un peu, je vais faire l’idiot avec ces gens, mais dès que je grandirai un peu, je les quitterai. »

Ces monstres sont ceux que vous portez à l’intérieur, les « Moi ». Les avez-vous déjà désintégrés? Vous devez les réduire en poussière cosmique. Ce sont vos « Moi » qui viennent des temps anciens, des siècles anciens, qui sont passés dans l’histoire. Ils doivent être transformés en poussière, réduits en cendres, en poussière cosmique ; c’est la crue réalité des faits. Sinon, vous-même allez les affronter en Enfer. Quel effet ont-ils eu sur vous quand vous étiez enfant?

Disciple : Beaucoup de terreur, vénérable maître.

Samael Aun Weor : Eh bien, vous allez ressentir cette même terreur multipliée par mille en Enfer si vous ne les transformez pas en poussière maintenant. Car si vous ne les transformez pas en poussière maintenant, la Nature se chargera de vous aider, de réaliser l’opération chirurgicale ; mais oui, elle vous avalera dans ses entrailles, et là, dans ses entrailles, elle fait l’opération, très dure, très difficile ; vous allez les rencontrer nus, « sans gants », face à face, vous allez voir ce que vous en faites ; et vous savez que ce n’est pas agréable du tout ; vivre des milliers et des milliers d’années face à ces monstres.

Si parfois ils produisaient de telles afflictions quand vous étiez enfant, que diriez-vous dans la chair et vivants, combattant, vous cachant parmi les rochers pour voir si vous pouvez vous protéger et il n’y a aucune protection nulle part? Ce sont les tourments du Tartare. Par conséquent, je vous conseille de désintégrer l’ego et étudiez mon livre Traité de Psychologie Révolutionnaire. C’est ce livre qui devrait servir à votre chevet. C’est le livre qui doit être reproduit par milliers à travers l’Amérique et le monde entier. C’est fondamental. Sans cela, on ne vaut rien.

Vous devez désintégrer l’ego. Sinon, vous ne faites rien, vous perdez misérablement votre temps.

Car encore, supposons que quelqu’un n’a malheureusement pas terminé l’élaboration des corps existentiels supérieurs de l’Être, mais il a dissous l’ego, l’a transformé en poussière. Déjà avec cela, il s’épargne d’avoir à descendre dans les Abymes. Déjà avec cela il a le droit de prendre un corps dans le futur âge d’or. Mais s’il n’a pas dissous l’ego, même s’il a fabriqué les corps existentiels supérieurs de l’Être et est un véritable humain, ils ne lui permettent pas d’entrer dans l’âge d’or, parce que cet humain va faire beaucoup de dégâts – et je parle des humains, pas des « humanoïdes intellectuels ». C’est-à-dire qu’atteindre le degré d’humain ne nous fait pas entrer dans l’âge d’or.

L’âge d’or est l’âge du paradis. Il est représenté dans l’évangile de Saint Luc par le taureau ailé ; c’est l’évangile selon la lumière, l’évangile solaire. Pour que quelqu’un entre dans l’âge d’or, cette personne doit être propre d’ego, cela va être l’humanité de l’innocence, de l’innocence! Quand on détruit l’ego, on devient si innocent que vous ne le soupçonnez même pas de loin. J’étais moi-même terrifié d’un certain degré d’innocence que j’avais atteint, que je ne savais pas que je l’avais atteint, mais à l’heure de l’heure, j’ai découvert que j’ignorais des choses élémentaires que tous les humanoïdes connaissent ; c’était une chose étonnante pour moi.

Question : En écoutant ce que vous parliez de la réincarnation récemment, depuis que j’étais petite je pensais que j’avais vécu dans de nombreuses époques antérieures et que cela avait été liquide, aquatique ou végétal, à quoi était due cette inquiétude?

Samael Aun Weor : Vous aviez déjà le savoir interne, intuitif et vous aviez été initié à d’autres siècles, à d’autres âges, et évidemment, vous portiez cette connaissance à l’intérieur ; à cause de cela, vous avez pu avoir des réminiscences de cette connaissance ancienne.

Maintenant, aussi, l’un de nous qui a vécu cela, moi par exemple, pourquoi je parle de la doctrine de la transmigration? C’est une doctrine révolutionnaire, dont je suis sûr que les écoles ultramodernes de la Théosophie, le pseudo-Rosicrucianisme bon marché (le spiritisme, la contorsion et l’acrobatie, et toutes ces choses qui existent actuellement dans le monde), ne l’acceptent pas, elles rejettent la doctrine de la transmigration. Il a été enseigné par le Seigneur Krishna, mais les Théosophes ne l’acceptent pas, mais si l’on a éveillé la conscience dans la vie, si l’on a déjà été « éveillé », alors évidemment il faut reconnaître la crue réalité de la doctrine de la transmigration des âmes ; c’est clair.

Expériences Personnelles de Transmigration

Mais savez-vous sur quoi je me base pour la doctrine de la transmigration des âmes? Je me base simplement là-dessus : je me souviens parfaitement des phases d’évolution et d’involution par lesquelles je suis passé. Je devais justement développer sur une planète très ancienne qui n’appartient même pas à l’ancienne Terre-Lune, car avant notre chaîne terrestre était la chaîne lunaire ; avant la chaîne lunaire, il y avait une autre chaîne : je suis de cette chaîne beaucoup plus ancienne. Sur cette planète, sur cette planète j’ai évolué comme le monde entier évolue, j’ai commencé avec le minéral, le végétal, l’animal, j’ai atteint l’état d’humanoïde que j’avais perdu autrefois, etc. J’ai traversé toutes ces phases, mais quand je suis arrivé à 108 existences qui ont été assignées à l’état humanoïde (comme toujours, c’est normal), pendant ces 108 vies je ne me suis pas intéressé à la moindre, ou de la manière la plus insignifiante, à tout ce qui était lié à la spiritualité. Je me suis consacré exclusivement aux choses terrestres, profaner les choses, oublier tout ce qui sentait la spiritualité, cela ne m’intéressait pas ; jusqu’à ce que j’arrive au dernier (qui était la 108e existence). Dans cette dernière, 108, j’ai eu une vie, une existence, disons, d’une mauvaise personnalité.

Dans cette existence 108, j’étais une femme, la mauvaise personnalité ; une petite femme, « accroupie » comme cela, mais perverse. C’était la dernière et il est clair que je suis entré dans les mondes infernaux avec ce corps que j’avais, j’ai quitté ce corps féminin et suis entré dans les mondes infernaux. J’ai involué dans les entrailles de cette planète ; elle a maudit et blasphémé, haï la divinité. Elle était un être méchant, jusqu’à ce qu’elle passe par la Seconde Mort. J’étais désintégré, réduit en poussière. Tous mes « Moi » étaient transformés en coquilles, ils se sont transformés en poussière. Finalement, il ne restait plus rien. Comme il ne restait plus rien, j’avais l’impression de mourir pour toujours ; une grande annihilation. Puis je me suis vu devenir un enfant innocent, un enfant. Que s’est-il passé? L’essence, l’élémental, avait été libérée des éléments subjectifs, les éléments subjectifs de perceptions avaient été éliminés, les agrégats psychiques dans leur totalité désintégrés, réduits en poussière cosmique par les forces centrifuges de cette planète. Ainsi, l’Essence était libre, nue devant le Soleil.

Eh bien, lorsque l’essence a été libérée, les devas l’ont examinée de la tête aux pieds, pour voir s’il y avait un élément indésirable à l’intérieur. Lorsqu’ils furent convaincus qu’il ne restait plus aucun élément indésirable, alors les dévas m’ont permis de sortir par les portes atomiques et je suis venu à la surface de cette planète, déjà libre et à la lumière du soleil (un soleil hydrogéné qui éclairait cette planète de ce système solaire, dont aujourd’hui il n’y a même pas ses souvenirs, au mieux, ses souvenirs dans les archives akashiques).

Alors je suis entré dans les évolutions du règne minéral, puis je me suis vu devenir un gnome, mais plus un gnome comme je l’avais été avant, non, un type de gnome supérieur.

Bien plus tard, à travers les siècles, j’ai obtenu le droit d’entrer dans les évolutions du règne végétal. J’étais à nouveau un élémental végétal, mais un élémental plus conscient. Puis je suis passé aux étapes du règne animal où j’ai évolué en différentes créatures animales, et c’est de là que je parle dans mon livre « Les Trois Montagnes », quand je passais pour ce petit animal appelé grenouille; alors il se promenait, sautant le long du rivage d’un ruisseau d’eaux pures et chantantes. Je me souvenais, oui, je n’avais pas oublié, les terribles souffrances de l’Enfer, et je n’ai jamais voulu retourner en Enfer, à cause des horreurs subies là-bas. Je me suis fait des amis, oui, des élémentaux de cette rivière, un grand ami, et quand j’ai senti des pas humanoïdes là-bas, j’ai su qu’ils étaient terriblement méchants, je me suis jeté dans l’eau pour éviter les humanoïdes, parce que je sais qu’ils sont mauvais, et ainsi de suite.

Plus tard, on m’a donné le droit d’entrer dans des évolutions supérieures. J’ai pu entrer dans un monde de poissons très intelligents qui vivaient dans ce monde. J’ai toujours aimé aller à l’arrière, pas au premier plan ; parfois un monstre apparaissait, et je me souviens d’un monstre si terrible qu’il mangeait tout le monde dans la meute, j’étais à l’arrière et il n’arrivait pas à me dévorer, il avalait les autres ; et je me souviens comment cet infâme, une fois son ventre plein, tourna le dos et partit très calmement. J’étais parmi quelques survivants et nous vivions au fond des océans comme des poissons.

Plus tard, je suis entré dans un royaume d’amphibiens qui sont venus sur terre pour prendre la lumière du soleil. Je marchais parmi le troupeau avec les amphibiens.

Plus tard, plus tard, on m’a donné le droit de prendre un corps humanoïde. Je suis entré avec la promesse de ne pas retourner dans l’Abîme, qui était resté vivement dans ma conscience : les tortures de l’Abîme, les terreurs, les horreurs par lesquelles j’étais passé. Alors, déjà dehors, déjà converti en être humanoïde, j’ai dit : « Bon, je vais me transformer en humain, je sais que je suis humanoïde mais je vais me transformer en humain. »

J’ai trouvé le gourou (mon gourou). Il m’instruisit dans les mystères, précisément, de la vie et de la mort. J’ai obtenu de lui la clé, le secret indicible, le Grand Arcane. J’ai travaillé dans la forge des cyclopes parce qu’il me guidait. J’ai fabriqué les corps existentiels supérieurs de l’Être par l’accomplissement du devoir Partkdolg de l’Être, et j’ai effectué les transformations magnifiques, disons, du sperme sacré (le Mercure des Sages), et ainsi j’ai réussi, par Mercure, à faire cristalliser les corps, car il est bien vrai que le sperme sacré est le mercure brut de l’Alchimie. En le transmutant, il devient l’âme du Mercure. L’énergie sexuelle est Mercure, c’est l’âme métallique du sperme et ce Mercure à son tour (qui est l’énergie qui monte à travers les cordes sympathiques jusqu’au cerveau), est fécondé par le Soufre, c’est-à-dire le feu qui s’éveille ; le sel en lui-même, est la matière première du Grand Oeuvre. Il y a du sel dans le sperme, il y a du sel dans les métaux, il y a du Sel dans l’or, il y a du sel dans tout, donc il faut aussi sublimer le Sel.

Je vous cite quand je suis devenu un humain pour la première fois. Je parle d’un système solaire très ancien, à partir duquel pour la première fois j’ai réussi à atteindre l’état, disons, de véritable humain, dans une planète qui a déjà disparu, dont il ne reste même plus la poussière des siècles ; c’est de cela dont nous parlons.

Puis, grâce aux opérations du Soufre et du Mercure sur le Sel, j’ai réussi à faire cristalliser le Sel, le Soufre et le Mercure en corps astral, je me suis fait un corps astral. Dans une octave supérieure, ce Sel sublimé qui a servi de base aux opérations du Soufre et du Mercure, s’est cristallisé en corps mental, et plus tard, avec cette même base, j’ai réalisé la création du corps causal.

Muni des corps physique, astral, mental et causal, j’ai alors réussi à incarner en moi les principes éthiques psychiques (le Pneuma des Gnostiques), et ainsi je me suis transformé, devenant humain, je suis devenu humain. J’étais sorti de l’état humanoïde. Maintenant, en tant qu’humain, j’ai continué à travailler. Plus tard j’ai atteint d’autres états, j’ai atteint l’état Angélique, Archange, etc. Bon, conclusion (pour ne pas faire le tour de tant de détails) : j’ai réalisé l’intégration avec mon Logoi, je suis devenu le gouverneur de la planète Mars et j’ai acquis tous les pouvoirs des cieux et des abîmes, toute la sagesse et toutes les puissances universelles.

Vous direz : « Eh bien, si c’est le cas, pourquoi vit-il maintenant ici parmi les Terriens? » Et je vais vous dire sincèrement : après j’ai continué à vivre dans différents systèmes solaires ; dans l’existence passée, j’étais dans l’ancienne Terre-Lune. J’ai vécu alors parmi les Sélénites. J’ai fait le Mouvement Gnostique parmi les Sélénites. Je leur ai parlé comme je vous parle. Les Sélénites ont créé une puissante civilisation. J’ai vécu parmi eux, c’est là que j’ai fini. Les Sélénites étaient très cruels, il y avait beaucoup de monde, il y avait une religion terrible, pire que la secte Catholique, ils m’ont jugé, m’ont condamné à mort et m’ont crucifié ; comme je vous le dis.

Au début de l’aurore de ce mahamanvantara actuel, intégré à mon Dieu intérieur, je suis devenu l’esprit vivant du centre de Mars. Mais mon profond Seigneur intérieur, comprenant qu’il me fallait acquérir des qualités terrestres que nous n’avons pas là-bas (certaines caractéristiques comme celles du comte de Saint Germain, celles de Cagliostro, un diplomate, un homme politique de ceux-là), Il m’a envoyé ici, pour acquérir des caractéristiques que je n’avais pas.

J’ai conservé des caractéristiques d’innocence et de sagesse, mais pas cet esprit qu’ont ceux comme Cagliostro, ou comme Saint Germain (maîtres d’ici sur Terre). Alors, il m’a envoyé ici et en même temps il pouvait s’aider. Certes, il m’a envoyé, mais oui, je me suis trompé lors de la révolte des anges sur la Lémurie, j’ai été l’un des premiers à entrer dans la vague, n’est-ce pas? Il s’agissait de tomber dans la génération animale ; mais, dans la même Lémurie, j’ai réussi à me lever et dans la même Lémurie, j’ai obtenu à nouveau l’Élixir de Longue Vie, la Pierre Philosophale.

Avec ce corps Lémurien, j’ai vécu en Lémurie et en Atlantide, de sorte que j’ai vu la Lémurie sombrer au fond des mers et j’ai vu la civilisation de l’Atlantide s’élever et j’ai moi-même vu l’Atlantide engloutie par l’océan. J’ai toutes ces connaissances ici, et je peux parler de la Lémurie et de l’Atlantide. Je n’ai perdu aucune connaissance, ma mémoire est bonne.

Sur le plateau central de l’Asie j’ai fait une autre erreur : j’ai de nouveau jeté la Pierre à l’eau, et cela m’a fait « Tomber à nouveau un Samedi », donc j’ai dû beaucoup souffrir sur la surface de la Terre, jusqu’à maintenant, à ce temps que je suis en train de finir de refaire la Pierre Philosophale. En 1978 je l’aurai en ma possession, la gemme précieuse.

Donc, en fait vraiment, c’est pourquoi je suis ici. Bien sûr, lorsque je suis entré dans la partie supérieure de l’œuvre dans le Grand Oeuvre, j’ai été emmené dans l’Abîme par le Père. Il m’a instruit de la planète Mars et m’a fait une énorme réprimande, il m’a dit : « Tu avais tous les pouvoirs de l’univers, toute la sagesse de l’infini, toute la sagesse du cosmos, et pourtant tu t’es jeté par-dessus le précipice, pourquoi tu a fais cela? »

Alors, ma réponse fut : « Seigneur, je reconnais mon erreur, mais maintenant que puis-je faire, la seule chose que je puisse faire est de te demander pardon. »

Et, certainement, le Seigneur m’a pardonné et j’ai donc continué à travailler dans le Grand Œuvre. Et je travaille dans le Grand Œuvre. Dans quel but? Afin d’avoir à nouveau en ma possession la Pierre Philosophale, l’Escarboucle Rouge, la Gemme Précieuse ; en 1978, je l’aurai en ma possession, l’Escarboucle Rouge. Quand cela arrivera, j’irai en Europe pour commencer mon travail, qui sera très semblable à celui de Cagliostro en Europe ; c’est la crue réalité des faits.

Donc, en ce moment, il est clair que je connais tous les processus de la transmigration des âmes. Si je parle de la transmigration des âmes, c’est parce que je l’ai vécu, je la connaît.

Ainsi, j’enseigne une doctrine rejetée par tous les pseudo-ésotéristes et pseudo-occultistes des temps présents. Ils n’ont pas traversé ces phases, ils n’ont pas eu à vivre la transmigration des âmes, ils ont vécu dans un monde de différentes écoles Kalkiennes. Dans ces écoles Kalkiennes, les personnalités Kalkiennes abondent, qui ne savent rien et théorisent trop. Qu’entend-on par personnalités Kalkiennes? Ces personnalités pleines de pseudo-ésotérisme, de pseudo-occultisme bon marché. Je ne suis pas intéressé par ces petites écoles pseudo-ésotériques et pseudo-occultes ; la seule chose qui m’intéresse, c’est l’aigle et le serpent, mon aigle et mon serpent. Mon aigle est le Seigneur intérieur profond, et mon serpent est la Mère Divine Kundalini.

L’Aigle et le Serpent

J’étais établi dans Isis depuis plusieurs années. Je vie dans Isis. C’est-à-dire que j’ai été « dévoré » par le serpent, donc, je suis un serpent qui profère, qui parle, qui explique. À cette fin, je suis un serpent parce que j’ai été « avalé » par le serpent. C’est pourquoi je vous dis que je suis établi dans Isis et la seule chose qui m’intéresse c’est que, je pense que le plus important dans la vie est d’atteindre le niveau de surhumain.

Il faut d’abord créer l’humain et ensuite atteindre la stature du surhumain. L’humain est quelque chose à créer, qui n’existe pas encore ; ce qui existe, c’est l’animal intellectuel appelé à tort « humain ».

Une fois l’humain créé, il faut atteindre la stature du surhumain, c’est l’important. Le surhumain est cet humain qui a atteint l’intégration absolue avec la divinité, qui s’est intégré, qui a fusionné avec Dieu. C’est le surhumain.

Que quelqu’un éveille le serpent, le fasse monter au cerveau, cela ne suffit pas. On ne peut pas jouir des pouvoirs du serpent jusqu’à ce qu’on devienne un serpent, et pour devenir un serpent on doit être « avalé » par le serpent.

Au Yucatan, dans les temples j’ai trouvé un serpent de pierre avalant un homme. Ce n’est qu’ainsi que l’on peut devenir un serpent ; c’est le seul moyen. Alors le serpent finit par être dévoré par l’aigle, le Dieu intérieur. Il le « dévore », le Logoi « l’avale » et apparaît alors le serpent à plumes comme Quetzalcoatl, notre Seigneur, le Christ Mexicain.

Ainsi donc, la crue réalité est que l’on doit devenir un serpent à plumes comme Quetzalcoatl ; c’est ce qui compte. Et pour atteindre les sommets du surhumain, pour devenir un serpent à plumes, il faut aller au-delà du bien et du mal, loin du bien et loin du mal ; s’écarter de tous les codes moraux conventionnels, écrits par des esprits éventés et maladroits, remplacer tout cela par la compréhension ; faire l’inventaire d’eux-mêmes pour voir ce qui reste et ce qui manque, et sortir de toutes les déontologies et de tous les préjugés de cette époque ; marcher sur le chemin révolutionnaire et rebelle qui mène au surhumain ; s’écarter des lignes de l’évolution et de l’involution qui sont les lois mécaniques de la nature qui ne mènent à rien d’autre qu’à la mécanique naturelle ; entrant par le chemin de la grande rébellion, ce n’est que par ce chemin que vous pouvez atteindre le surhumain.

Les vertus mêmes, aussi nobles soient-elles, servent parfois d’obstacle au surhumain. Car si on ne sait pas manier les vertus, avec elles on peut faire beaucoup de mal. Combien de juges vertueux, dans l’exercice de leurs fonctions, ont emmené des innocents en prison ou à la potence pour la vertu de l’accomplissement de leurs devoirs? De nombreux juges ont condamné les innocents ou les ont guillotinés. Ainsi, il faut se détourner du bien et du mal et emprunter un chemin de compréhension. Au lieu de cela, au lieu du bien et du mal, la compréhension. Celui qui comprend peut beaucoup avancer, il faut faire l’inventaire de soi pour savoir ce qui reste et ce qui manque, et c’est ainsi qu’il faut changer ; il faut se résoudre à mourir en soi-même.

Pour mourir en soi-même, le mieux est la forge des cyclopes. Là (en travaillant dans la forge ardente de Vulcain), il faut utiliser la lance. Toute la puissance électrique sexuelle doit être utilisée pour détruire les démons que l’on a créés (tous ces agrégats psychiques, tous ces « Moi » à qui l’on a soi-même donné la vie), soi-même doit les détruire, et peut les détruire avec une grande force dans la profondeur de l’Abîme.

Personne ne peut monter si l’on ne descend pas d’abord. « Celui qui veut monter doit d’abord descendre. » Il est absurde de vouloir monter sans être descendu d’abord. On ne cherche pas le trésor là-haut dans les cieux, il faut le chercher dans les enfers, dans la Neuvième Sphère, dans la forge des cyclopes, il y a le trésor, parmi les démons. Le trésor que l’on cherche, la Toison d’Or, est gardé, oui, il est dûment gardé, par nul autre que Lucifer, mais il faut être assez intelligent pour vaincre Lucifer. C’est le grand dragon qui doit être vaincu avec la lance. Ce n’est pas que je veux dire que Lucifer est mauvais, au contraire, il doit être notre meilleur ami ; Lucifer est un grand ami, il est le Christ déguisé. Lucifer est le Christ déguisé, c’est-à-dire adapté à nos conditions, converti en la force qui peut nous libérer, car sans l’impulsion Luciférienne, personne ne pourrait accomplir la copulation sacrée, ou la copulation chimique ou métaphysique, comme nous voulons l’appeler.

Pour réaliser véritablement la copulation chimique, il faut l’impulsion Luciférienne (c’est une impulsion de rébellion), alors on vainc Lucifer avec la lance; cela signifie : être assez fort pour ne pas renverser le verre d’Hermès Trismégiste (le trois fois grand dieu ibis de Thot) ; être assez intelligent pour jouer Lucifer, jouer avec lui; être assez intelligent pour le battre. Si on réussit, alors on remonte dans ledos de Lucifer, qui sert d’échelle. « Lucifer est une échelle pour descendre, Lucifer est une échelle pour gravir » ; telle est la réalité des faits.

Si l’on parvient à vaincre Lucifer (qui est le dragon), on s’empare de la Toison d’Or, c’est-à-dire du trésor. Le trésor est là-bas en enfer, sous terre ; les trésors sont cachés sous terre, tout trésor est caché sous terre et vous devez creuser profondément dans le sol pour le trouver. Les racines du surhumain sont en bas dans l’Abîme, sur le précipice, car d’où un arbre tire sa vie, n’est-ce pas de l’intérieur de la terre, de l’Abîme? Un arbre peut pousser beaucoup vers le haut, mais ses racines vont de plus en plus profondément vers le bas, plus l’arbre monte haut, les racines descendent et l’arbre ne peut pas monter si les racines ne descendent pas.

De même, nul ne pourrait s’élever au degré du surhumain, nul ne pourrait, disons, s’émanciper ou se libérer, devenir un dieu doté de pouvoirs sur le feu, sur l’air, sur l’eau, sur la terre, si l’on ne descendait d’abord au fond du précipice; et là il faut vivre parmi les démons comme un démon parmi les démons.

Il faut apprendre à marcher sur les deux pieds. Beaucoup de petits frères, en particulier les personnalités Kalkiennes si abondantes dans les petites écoles ultramodernes du pseudo-ésotérisme et du pseudo-occultisme bon marché, veulent marcher sur un pied ; Ils ne réalisent pas qu’il faut marcher avec les deux pieds, ils l’ignorent, ils veulent marcher avec un seul.

Que dirions-nous d’un funambule, par exemple, faisant sa performance sur une corde, marchant et voulant s’équilibrer sur un pied, comment marcherait-il sur un pied? Il tomberait. Alors, nous aussi, celui qui veut atteindre l’auto-Réalisation intime de l’Être, doit marcher sur les deux pieds et ne pas avoir peur de Satan, ni de l’Enfer, ni de l’Abîme. Il faut l’enfer et Satan est nécessaire, que ferions-nous sans Satan, sans l’Abîme? Lisez le livre de Job. D’où allons-nous obtenir le Trésor? Avec quelle impulsion va-t-on travailler dans la forge des cyclopes? Il faut en tenir compte, messieurs.

Sectes Gnostiques

Au Moyen Âge, il y avait une secte Gnostique qui était la secte des Sataniens ; l’effroyable Inquisition a mis fin à cette secte, tous les membres de cette institution ont été brûlés vifs sur le bûcher, mais qu’est-ce qu’ils adoraient? Alors, ils adoraient Lucifer.

Et qui est Lucifer? Eh bien, la réflexion du Logos en nous, Kristus Lucifer ou Christus Lucifer, sans qui il ne peut jamais y avoir d’« étincelle électrique » pour le travail dans la forge des cyclopes.

Il y avait aussi une autre secte Gnostique au Moyen Âge, c’était celle des Caïnites, qui adoraient Caïn (celle des Caïnites). Ils ont été brûlés vifs sur le bûcher. Mais voyons quel était l’argument de cette secte, la base ; cet argument était très intéressant : le feu. « Caïn » à l’envers, comment se prononce-t-il? Inca : Les Incas, les prêtres du feu. Ainsi, « Caïn » signifie « prêtres du feu », c’est le feu sacré à l’intérieur de l’être humain.

Et pourquoi Caïn tue-t-il Abel? Qui est Abel? Vous devez découvrir ce qu’est « Abel » et ce qu’est « Isabel » ; ici il faut faire appel à toutes les études, disons, depuis les racines de la langue, jusqu’à l’étymologie.

Is-abel : Is est une particule qui nous rappelle les mystères Isiaques, qui n’est autre que Bouddhi, Guenièvre, la reine des chevaliers djinns qui versa du vin dans les délicieuses coupes de Shukra et Manthin pour Lancelot, la Bouddhi.

Et quant à Abel, il est l’âme humaine, qui est masculine, le corps causal. Voici le signe des Gémeaux en nous, Isabel, les jumeaux, l’âme spirituelle est féminine, et l’âme humaine est masculine.

L’Intime (El) a (Isabel) deux âmes : l’une est l’âme spirituelle (qui est Isis ou est, l’âme spirituelle, bouddhi, qui est féminine) et l’âme humaine qui est masculine (qui est Abel, le corps causal).

Caïn tue Abel, qui est Caïn? Le feu. Le feu tue Abel, qui est Abel? L’âme humaine.

Avec quoi le tue-t-il? Avec une mâchoire d’âne, et qu’est-ce que l’âne? En Alchimie, le Mercure des sages, le sperme sacré, l’Azoth Brute. Alors, qu’est-ce-qu’il s’est passé? Simplement que lorsque le vase d’Hermès Trismégiste (le trois fois grand dieu Ibis de Thot) fut renversé, le feu sacré descendit ; en descendant, l’humain spirituel est mort, il a quitté l’Éden, il a perdu tous ses pouvoirs ; c’est pourquoi il est dit que Caïn tue Abel (qui est, l’âme spirituelle), avec la « mâchoire d’âne », le sperme sacré, parce qu’il l’a répandu ; et alors l’âme spirituelle est entrée dans la mort mystique, a perdu tous ses pouvoirs, c’est-à-dire que la sortie du paradis est venue. Eh bien, c’est sur quoi était basée la doctrine des Caïnites.

Ils ont été brûlés vifs sur le bûcher de l’Inquisition.

Et puis vient une autre secte Gnostique, également très importante en Europe, la secte des Iscariotes, partisans de Judas Iscariote, ils les ont aussi brûlés sur le bûcher sans aucune considération, la Sainte Inquisition en a rendu compte. Mais qui étaient les Iscariotes? Gardez à l’esprit que Judas, l’apôtre du divin Nazaréen, n’est pas, comme on dit, ce traître ; c’est une calomnie contre l’apôtre. Judas Iscariot est le meilleur disciple de notre Seigneur le Christ, c’est un grand hiérophante qui a joué un rôle, il l’a appris par cœur. C’est un drame cosmique, un drame qui a été joué à tous les temps et à tous les âges. Le drame cosmique est celui de l’Évangile Christique. Ce drame a été amené sur Terre par les Elohim, il venait d’autres sphères. De plus, Judas ne voulait pas non plus jouer ce rôle, il voulait le rôle de Pierre, mais Jésus l’avait déjà choisi pour le rôle de Judas. Ainsi, chacun des douze a appris son rôle par cœur, c’est une œuvre d’art, une œuvre dramatique, et chacun a dû apprendre son rôle par cœur, et Judas a dû apprendre ce rôle et le répéter plusieurs fois, et cela a coïncidé avec les saintes écritures ; cela devait être parfait.

Question : Alors, vénérable maître, en remplissant ce rôle, Judas n’a pas reçu de karma?

Samael Aun Weor : Au contraire, le dharma par millions, par tonnes. Judas Iscariot est un grand maître ; il ne voulait pas non plus ce rôle. Il ne fit que répéter ce qu’il avait appris par cœur, car il fallait le faire. Il fallait qu’il soit exact, précis, au bon moment ; tout devait être parfait selon le rôle. Mais il n’a jamais trahi Jésus, il est le meilleur disciple de Jésus. Et non seulement Judas y est arrivé, mais il est descendu dans les Abîmes et vit dans les mondes infernaux. J’ai vu qu’ils l’ont pendu, ils lui ont mis des cordes dans les Abîmes (quand je suis allé visiter les Abîmes), et il s’est laissé pendre. D’une humilité unique qui a tué l’ego, il ne possède pas d’ego pourtant il vit là-bas, dans les Abîmes, et quoi faire? Se battre pour sauver les perdus, ceux qui n’ont pas de remède ; il est comme un rayon du Christ perdu dans les Abîmes, souffrant pour les perdus.

C’est quelque chose d’extraordinaire, personne ne sait où est allé Judas. S’il y a un homme qui a gagné le droit d’entrer dans l’Absolu immanifesté, c’est bien Judas Iscariote. Aucun de nous ne sert à enlever les sandales de Judas. Je ne pense même pas être capable d’enlever ses sandales, je ne me sens toujours pas capable de faire ce que Judas a fait, je ne me sens pas capable. Je ne sais pas si l’un d’entre vous se sent capable. Celui de vivre dans l’Abîme en renonçant à tout bonheur, sans ego, vivant pourtant dans les Abîmes essayant de sauver les perdus (pas même dans le monde physique) ; haï par toutes les foules et tout cela, considéré comme un traître, alors qu’il n’a fait qu’obéir au Seigneur.

Personne ne soupçonne même de loin le sacrifice que Judas a fait pour l’humanité. Il est le seul qui n’a pas eu les honneurs ; pour lui il n’y a eu aucune louange, personne ne l’a loué. À quel point son ego doit être mort? Ainsi, il est le meilleur des disciples qu’a le Christ. Eh bien, et pourtant, maintenant, son corps de doctrine est extraordinaire. Les Iscariotes avaient étudié le corps de doctrine de Judas : la mort totale de l’ego.

Tous les mystères de Judas doivent être vécus dans le monde causal : les mystères de Judas, la mort absolue de l’ego animal. Rien ne peut rester de l’ego, puisque Judas, en tant que maître, n’a rien laissé de l’ego, il a renoncé à tout ce qui a le goût du bonheur et vit dans l’Abîme parmi les perdus ; le meilleur des disciples du Seigneur. Il est le plus grand des sacrifiés, celui qui a le plus de droit au bonheur et pourtant vit dans l’Abîme parmi les réprouvés, parmi ceux qui n’ont pas de remède ; il est là, uniquement par amour pour l’humanité, essayant dans les ténèbres de chercher quelqu’un qui aime la lumière. Lorsqu’il parvient à trouver quelqu’un de repentant, il l’instruira et s’il parvient à le faire sortir, il le fait sortir de l’Abîme ; c’est ce que fait Judas. Ainsi, condamner Judas est le pire des crimes. Celui que nous devons condamner est le Judas intérieur ; c’est son corps de doctrine.

Ce traître qui vend le Seigneur pour trente pièces d’argent, (qui n’est rien d’autre que celui qui l’échange contre des plaisirs, des liqueurs et toutes les choses du monde) est celui qui doit être condamné et jugé. Judas nous l’a indiqué avec sa doctrine. Telle est sa doctrine, sa doctrine est la plus profonde : la mort absolue de l’ego. S’il y a un homme qui mérite le respect, c’est Judas Iscariot.

La secte Gnostique des Iscariotes en Europe a été persécutée par l’Inquisition, tous les membres de la secte des Iscariotes ont été brûlés vifs dans les feux de joie qui ont brûlé en Europe, alors vous voyez des choses terribles, n’est-ce pas?

L’Expérience du Soleil

Je tiens à vous dire emphatiquement que les humanoïdes qui habitent la surface de la Terre sont de petites machines chargées de capturer certains types et sous-types d’énergie cosmique, qu’ils transforment ensuite automatiquement et relaient vers les couches internes de l’organisme planétaire, et grâce à cela ils peuvent vivre sur la planète Terre. Ainsi, l’animal intellectuel est mis uniquement et exclusivement au service de la Nature, c’est son seul objectif : l’économie de la Nature.

Or, cependant, le Soleil n’est pas cruel. Le Soleil a aussi déposé les germes de la création de l’être humain dans les glandes de ces petites machines. Ces germes peuvent être perdus ; la chose normale est qu’ils soient perdus. Mais si l’on coopère avec le Soleil, si l’on coopère vraiment avec ce Étoile Roi, alors ces germes se développent et se déploient, et un humain apparaît dans l’animal intellectuel, de la même manière qu’à l’intérieur de la chrysalide se forme le papillon qui s’éteint un jour et vole. Ainsi, la chose intéressante est de coopérer avec le Soleil, et l’une des meilleures façons de coopérer est de ne pas perturber le « sol » dans lequel ces germes doivent se développer.

Question : Le sol?

Samael Aun Weor : Oui, je veux dire le « sol », le « sol », mieux dire, ce « sol » où doivent se développer les germes, qui n’est autre que précisément le corps humain lui-même.

Si les glandes sont perturbées, si vous faites subir aux gens des problèmes de transplantation d’animaux, si vous vous prêtez à des expériences sur les glandes (échange de glandes humaines contre des glandes de singe) ou à des traitements à la thyroxine pour perdre du poids, etc., le résultat est que les germes ne peuvent pas grandir et l’expérience échoue.

Quand une race devient trop mécanique et perd tout intérêt pour les idées solaires, pour l’intelligence solaire, le Soleil, à son tour, perd tout intérêt pour cette race et la détruit, elle n’est plus utile à son expérience. Et le Soleil a raison, tout à fait raison, parce qu’il a créé cette délicate pellicule de vie organique sur la croûte terrestre ; un travail très minutieux pour lui, très minutieux, et il n’est que juste qu’il obtienne sa récompense : une moisson d’humains solaires ; le soleil a le droit d’obtenir une telle récompense, une récolte d’humains solaires. Donc, si une race ne la sert pas, il la détruit, c’est ce qui se passe avec cette race racine actuelle ; elle ne lui sert pas, alors il va la détruire, il la détruit parce que elle ne lui sert pas pour son expérience. Donc, alors, il y a un besoin de coopérer avec le Soleil pour que l’humain naisse à l’intérieur.

Maintenant, il y a un codex de l’Anahuac que j’ai lu, qui dit :

« Les dieux ont créé les hommes de bois et par la suite ils les ont fusionnés avec la divinité. »

mais ensuite le même codex a ajouté :

« Tous les hommes ne parviennent pas à fusionner avec la divinité ».

Ainsi, créer l’humain est une partie, le fusionner avec la divinité en est une autre ; quand un humain se confond avec la divinité, on devient un surhumain, alors oui, le surhumain naît ; mais il doit être fusionné avec le divin. Or, un humain ne se confond pas toujours avec le divin.

Hasnamussen

Il ne se confond pas avec la divinité lorsqu’il n’élimine pas les éléments indésirables qu’un tel humain porte en lui, c’est-à-dire les défauts psychologiques : colère, avidité, gourmandise, orgueil, paresse, etc., etc., etc., et ainsi de suite ; beaucoup d’autres mauvaises herbes. Tant que ces éléments indésirables que nous portons à l’intérieur ne sont pas éliminés, l’intégration avec la divinité n’est pas possible, et si un humain n’est pas intégré à la divinité, alors on devient un hasnamuss, avec un double centre de gravité, devient un avorton de la Mère Cosmique, un échec. Il y a beaucoup de hasnamussen qui ont échoué. Un humain a été créé, mais l’intégration avec le divin n’a pas été réalisée. Alors, avez-vous bien compris ce que sont les hasnamussen?

Eh bien, maintenant en précisant plus sur ce sujet des hasnamussen, cela vaut la peine de les connaître ; il existe quatre sortes d’hasnamussen :

La première classe d’hasnamussen sont les individus qui ne possèdent que le corps planétaire et rien d’autre. Savez-vous ce qu’est le corps planétaire? Le corps physique. Au-delà de ce qui est en eux se trouve l’ego (ils n’ont rien de plus) et l’essence embouteillée dans leur ego. Ce sont donc des sujets qui, en raison des activités de leur ego et de la magie noire, créent une substance, disons, fatale, qui est pratiquement celle d’un hasnamuss. Eh bien, ce premier est mortel car au moment de la mort tous ces « Moi » se désincarnent et restent dans les mondes internes, mais la substance hasnamussienne continue d’exister pendant un certain temps, mais elle ne cause pas de plus grands dégâts car elle n’a pas les corps existentiels ou supérieurs de l’Être, il n’y a pas de centre focal, il n’y a pas de centre de gravité permanent, ces hasnamussen sont mortels ; la substance se désagrège et l’ego revient, comme toujours, à de nouveaux corps physiques.

Mais il y a une deuxième classe d’hasnamussen qui ont créé le corps astral, qui l’ont, mais ils n’ont créé aucun autre véhicule, ils n’ont fait que l’astral. Eh bien, cette classe d’individus, évidemment, s’ils n’éliminent pas ce qu’ils ont d’hasnamussen (sorcellerie, magie noire et toutes ces choses), alors il n’y a pas d’autre choix que de les réincorporer dans les organismes animaux : chiens, chevaux, chats, etc.., etc., etc., ils doivent continuer à prendre des corps d’animaux jusqu’à ce qu’ils éliminent ce qu’ils ont d’hasnamussen.

Il existe une troisième classe d’hasnamussen qui sont les vrais humains mais qui n’ont pas éliminé l’ego, c’est ce qu’on pourrait appeler hasnamussen à double centre de gravité ; ils ont deux personnalités : l’une divine, vêtue des corps existentiels supérieurs de l’Être et l’autre, par conséquent, terriblement maligne, formée par leur ego, par l’abominable organe Kundabuffer développé dans le chakra muladhara. Ce sont des hasnamussen très dangereux, s’ils n’éliminent pas ce qu’ils ont d’hasnamussen, ils n’ont d’autre choix que de passer par la Seconde Mort dans les mondes infernaux.

Enfin, il existe une quatrième classe d’hasnamussen : les Dhyani Bodhisattvas tombés. J’étais une quatrième classe d’hasnamussen quand je suis tombé, j’étais une quatrième classe, puis j’ai fait se former deux personnalités définies : l’une divine et l’autre ténébreuse, mais la quatrième classe préserve la mémoire des âges, a éveillé la conscience. Ils (la quatrième classe) souffrent toujours beaucoup, l’indicible, jusqu’à ce qu’ils parviennent à se relever, mais s’ils ne se relèvent pas, ils n’ont alors d’autre choix que d’entrer dans les régions submergées des mondes infernaux jusqu’à la Seconde Mort.

Voilà donc les quatre sortes d’hasnamussen, quatre sortes.

Question : Alors, dans le monde ordinaire, des individus qui n’ont rien fait de mieux?

Samael Aun Weor : Eh bien, ce sont des petites machines au service de l’économie de la Nature et grâce à ces petites machines, la Nature reçoit suffisamment de nourriture mais ce sont des machines au service de la Nature, et en tant que machines elles sont utiles et nécessaires pour nourrir la planète Terre.

Question : Je veux vous poser une question, maître, pour me clarifier un peu, et c’est ceci, afin que cela reste enregistré : le mouvement Gnostique d’Amérique du Sud était tout ému quand arriva la triste réalité que le M.G.C.U. déclinait et a dégénéré, que pouvez-vous nous dire à ce sujet?

Samael Aun Weor : Il y a eu des secteurs dégénérés, c’est vrai ; certains secteurs étaient dans une marche involutive. C’est pourquoi, en cette année (1976) de la loi, des mesures fortes et rigoureuses ont dû être prises ; et il faut continuer à les prendre fort, car il n’y a pas d’autre choix, pour pouvoir redresser le mouvement.

Il y a eu des processus de décrépitude dans certaines sections, je ne parle pas exclusivement de la Colombie, non! Je précise, tout l’hémisphère Occidental en général, et des mesures rigoureuses ont dû être prises, y compris le Mexique. Il y a eu des processus de décrépitude, mais on peut dire en termes, disons, de synthèse, que le mouvement avance victorieux, triomphant, qu’il marche vers le succès total ; qu’aujourd’hui il est triomphant dans toute l’Amérique, et s’il est vrai que des corrections ont dû être apportées, bien sûr, le mouvement est triomphant dans toute l’Amérique, victorieux, y compris aux États-Unis et avec des principes de base déjà au Canada, c’est la réalité.

Question : Parce qu’on avait accepté que tout, comme on disait, parce qu’on disait que tout, qu’absolument tout le mouvement était en dégénérescence, que c’était l’échec de l’avatar, qu’il a mis un quart de siècle à labourer dans le désert.

Samael Aun Weor : Eh bien, la réalité est que le mouvement est triomphant. Il y avait des sections, il y avait des lieux, des régions, où il y avait des processus de décrépitude, de déclin, mais tout cela a déjà été surmonté et aujourd’hui le mouvement marche triomphalement ; c’est la crue réalité des faits.

Eh bien, vous avez raison sur toute cette histoire d’hasnamussen. Puisque c’est très important à savoir; sur ce chemin, il faut marcher très consciemment, n’est-ce pas? Pour en avoir une connaissance complète.

Écoutez, il y a aussi des cas très graves, très graves, je vais vous en parler d’un très grave ; par exemple : Nous avons le cas de Moloch ; Je me suis mis à investiguer sur lui. Je suis descendu dans les mondes infernaux dans le but de l’étudier, je l’y ai appelé avec le Grand Appel de Pierre d’Apollonius et il est venu sur un cheval fougueux à travers la Plaine Rouge (en termes Dantesques), alors ses paroles étaient les suivantes :

« Oh, Samael, j’avais l’habitude de te trouver là-haut avec les petits anges, alors tu es aussi ici? »

Ma réponse : « Tu te trompes, Moloch, je n’habite pas ici, je ne suis venu que pour investiguer sur toi et c’est tout. »

Il s’est retourné et est allé sur son cheval fougueux, mais j’ai réussi à investiguer sur lui ; le sarcasme avec lequel il disait « Je te trouvais là-haut avec les petits anges », c’est que pour lui les petits anges valaient un peu plus ou moins qu’un « parapluie », c’était quelque chose comme des livres de maternelle ; J’ai réalisé, j’ai pu prouver que cet homme était dans une entreprise plus grande (en investiguant, je savais qu’il était un trône), il est le bodhisattva d’un Trône rien de moins, un Trône, un Trône tombé, Moloch.

Question : Des quatre trônes?

Samael Aun Weor : Non, différent, l’un des Trônes tombés.

Qu’est-ce que recherche cet homme, s’il est un Trône, et pourquoi parle-t-il avec tant de sarcasme des petits anges? Que cherche cet homme? J’ai essayé d’en savoir plus sur lui et je me suis rendu compte, à la conclusion : évidemment, il passera par la Seconde Mort avec la destruction de l’ego et les corps existentiels supérieurs de l’Être ; il vivra peut-être encore des millions d’années dans les Abîmes, mais à la fin, il se désintégrera atomiquement et son essence refera surface à la lumière du Soleil, pour recommencer le nouveau voyage à un niveau supérieur, conformément à la loi du spirale de la vie. Ensuite, il deviendra un gnome de type supérieur, hiérarchique, qui étudiera attentivement avec sa conscience les lois qui régissent le monde minéral. Et lorsqu’il entrera dans les paradis végétaux, ce sera un élémental qui étudiera en profondeur la science du végétal, il la pratiquera et apprendra à manier les lois du végétal ; un élémental végétal hautement intelligent et hiérarchique. Et lorsqu’il entrera dans l’évolution animale, il sera un élémental animal avec la capacité d’étudier les lois du monde animal et d’apprendre à les gérer. Quand il rentre dans l’état humain qu’il a perdu, il sera à nouveau un surhumain conscient,… n’est-ce pas? Disons, à l’état humanoïde, une sorte d’humanoïde supraconscient… et ensuite en tant qu’humain (lorsqu’il aura fabriqué les corps existentiels supérieurs de l’Être), il créera même des corps existentiels supérieurs par la connaissance et la maîtrise. Et lorsqu’il rentrera dans son dieu, qui est un Trône, il sera devenu un cosmocréateur, il aura appris à créer des mondes et à manier des lois ; c’est ce que je suis venu découvrir, un tel procédé est utilisé par les dieux qui veulent monter en degrés ; c’est pourquoi j’ai dit quelquefois : « Les dieux les plus divins sont ceux qui ont été des démons ; les plus grands dieux sont ceux qui ont été des démons. »

J’ai dit cela dans « La Révolution de Belzébuth » : « Les démons deviennent des dieux » ; c’est un des grands mystères… Je ne divulgue rien de moins que le secret de l’Abîme. Pour ma part, je vous le dis franchement, avec des descentes dans l’Abîme j’ai atteint (grâce à mon Dieu intérieur) le degré de cosmocréateur, mais maintenant je ne souhaite qu’une seule chose, m’écarter du chemin des cosmocréateurs (si mon Père le veut donc), et suivre le chemin de l’Absolu. Pourquoi? Parce que, par exemple, je vois le dieu Sirius, combien de fois le dieu Sirius est-il descendu dans les Abîmes? Combien de fois a-t-il traversé la Seconde Mort pour devenir maintenant le souverain de la Voie Lactée? Donc, c’est un chemin dans lequel on s’emmêle dans le karma des mondes, donc, il est préférable d’atteindre l’Absolu.

Et qu’est-ce que l’Absolu? Il peut être traité du point de vue du Moyen-Orient, comme le style Turkmène, Arménien ou Persan ; Je préfère penser à l’Éternel Père Cosmique Commun qui est moins froid que du point de vue des substances du Siam ; le Père Éternel Cosmique Commun, l’Omni Miséricordieux, l’Infinité qui soutient tout. Bien sûr, on peut fusionner avec son Dieu intérieur pour devenir un véritable surhumain, un véritable Kumara ; mais plus tard s’intégrer au Père Éternel Cosmique Commun, l’ineffable Elohim, l’Ain Soph Aur ou l’Aïn, l’Éternel Père Cosmique Commun, l’Infinité qui soutient tout. À ce stade, on dit avoir atteint le Saint Anklad; Mais rester dans le sein de l’Éternel Père Cosmique Commun est la chose difficile, car le désir d’une seconde même suffirait, le désir d’être quelque chose ou quelqu’un ou d’exister sous n’importe quelle forme, dans n’importe quel monde, d’être quelque chose, pour immédiatement se détacher du Père Éternel Cosmique Commun et tomber dans le monde des trois lois, dans le royaume du Démiurge Créateur ; donc rester dans le sein du Père Éternel Cosmique Commun est la chose difficile.

Le Chemin Spiral et le Chemin Direct

Nous avons devant nous deux chemins : devant ceux qui suivent le direct, le chemin de devenir Cosmocréateurs ou celui de se perdre au sein du Père Éternel Cosmique Commun.

Je dirais : pourquoi être de plus en plus hiérarchisé parmi la poussière des mondes? Il vaut mieux se perdre dans le sein du Père Éternel Cosmique Commun, qui a tous les pouvoirs et attributs, et tout le bonheur. C’est une approche que je vous fais sur les chemins, et c’est très important ; de sorte que « les dieux ont été des démons ».

En tout cas, les dieux étaient des démons et maintes fois un dieu hiérarchique comme le dieu Neptune se jette dans les Abîmes pour refaire surface plus tard, plus puissant. Neptune, une fois ici, est tombé; mais bon, il y a des Dieux qui descendent dans les Abîmes intentionnellement et se confondent avec les Démons et se désintègrent, ils deviennent poussière cosmique. Les dieux qui tombent, qui se précipitent en Enfer, plus tard, réapparaissent plus tard plus puissants qu’avant. L’alchimiste jette aussi la Pierre dans l’Eau, plus tard elle donne la vie et elle est plus puissante qu’avant, c’est évident.

Un disciple déclare : J’ai toujours eu un profond respect pour la sagesse à l’intérieur du mal.

Samael Aun Weor : La sagesse à l’intérieur du mal est immense, mais ne pensons pas non plus… Et bien, et il y a une certaine raison, par exemple chez le marquis de Sade, qui pensait à la libération par le mal ; d’une certaine manière, il avait raison. Évidemment, lorsque le pervers passe par la Seconde Mort, son essence est libérée, c’est évident. Mais quelles horreurs et quelles souffrances, et tout ce qu’il a pour passer par l’Enfer est effrayant, effrayant et il sort de l’autre côté, en passant par les neuf cercles Dantesques.

Question : Eh bien, et il doit y avoir quelque chose à la sagesse des cercles, car non seulement on voit sur le chemin de la lumière ; sur le chemin matériel j’ai vu de nombreux élémentaux de la Nature décrire de beaux cercles autour de moi, certains de défense, d’autres de protection, d’autres d’information, de beaux cercles.

Samael Aun Weor : Oui, tout le monde est élémental. Quiconque n’a pas atteint l’état d’être humain est un élémental enfermé dans les « Moi », mais c’est un élémental. Si les « Moi » sont détruits, il reste l’élémental pur, le même qui a commencé comme minéral et comme végétal, et qui a continué comme animal, mais c’est le même ; lorsque les « Moi » sont détruits, l’élémental reste ; c’est-à-dire un élémental et rien d’autre.

Question : Je pense qu’aujourd’hui ils font partie comme élémentaux, comme gnomes de la terre, comme ondines et néréides, comme sylphes et sylphides, qui sont dans cet état paradisiaque, ils ont une sagesse gigantesque et ils informent et dirigent les événements.

Samael Aun Weor : Oui ils l’ont parce que la conscience est éveillée, les élémentaux sont éveillés, mais ce que je veux vous dire c’est ceci : un élémental encastré dans un corps humain ou encastré dans une plante ou encastré dans un animal ou vivant dans le monde des roches c’est le même élémental, j’ai vu dans les expériences.

C’est pourquoi un sujet XX, un monsieur qui m’écoutait dans l’ancienne Égypte des Pharaons (il n’était pas un initié, loin de là, mais il acceptait la doctrine de désintégrer les démons rouges de Seth, comme nous l’avons dit dans la Haute et la Basse-Égypte, c’est-à-dire les « Moi ») a fait une partie du travail de la vie, a désintégré, disons, à 50 %, et après la mort a reçu l’instruction. Nous lui avons appris à fermer les utérus. Ainsi, après la mort, lorsque l’ouragan du karma hurlait horriblement, il restait alors serein, impassible. Lorsque les démons noirs l’attaquaient avec fureur, il restait alors serein, impassible ; quand l’orage au-dessus de sa tête pleuvait de tonnerre et d’éclairs, impassible ; quand il est arrivé à un certain endroit où les hommes et les femmes ont copulé ; serein, sans sympathie pour personne, ni antipathie pour personne, il ne s’est réfugié dans aucune grotte au milieu de la tempête, parce qu’il savait que chercher refuge dans la tempête équivalait à être emprisonné dans un utérus. Cette grotte serait une matrice. Il ne cherchait refuge en rien ni personne ; enfin, son Père-Mère le soumet à de terribles épreuves ; il est resté ferme.

Les prêtres du temple l’ont aidé en lui rappelant son dessein, qui n’était pas de revenir dans le monde. Après tout cela, il a été admis dans l’un de ces royaumes (autant de royaumes qu’il y a dans le monde moléculaire, comme Tlalocan, comme le royaume des cheveux longs ou celui de la grande concentration, dans différents royaumes là-bas), à la fin du jour, il fut admis dans l’un de ces nombreux royaumes, et là, sa Mère Divine l’a aidé à éliminer les « Moi » qu’il n’avait pas encore éliminés ; et enfin l’Essence est devenue libre et elle a pris une très belle forme : D’abord comme celle d’une jeune fille de 14 ou 12 ans, puis il a pris la forme d’une très belle fille, enfin, s’est transformée en un simple très belle femme élémentale, elle a pris cet aspect; elle s’est ainsi immergée parmi le Grand Alaya de l’Univers comme un simple élémental.

Ici aussi, dans l’ancien Mexique, de nombreux initiés ont fait de même et ont quitté la scène, ils n’y ont plus participé. C’est-à-dire des élémentaux qui ne se sont pas intéressés plus tard à atteindre les statures d’humains ou de dieux, ou quoi que ce soit d’autre, mais sont restés en tant qu’élémentaux dans le grand sein de l’univers. Certains de l’ancien Mexique l’ont fait intentionnellement dans le but de revenir à l’âge d’or, afin d’entrer dans une école de mystère et de devenir des adeptes qualifiés ; pendant ce temps, ils se sont détournés des évolutions et des involutions, et se sont retirés du stade cosmique et se sont immergés parmi le Grand Alaya de l’univers, par cette procédure rien d’autre.

Question : Vénérable maître, alors ces élémentaux de l’âge d’or pourront-ils revenir reprendre corps?

Samael Aun Weor : Prendre corps si c’est sa volonté et créer ensuite les corps existentiels supérieurs de l’Être, devenir des humains, plus tard des adeptes et des dieux, mais beaucoup d’entre eux préfèrent reporter et certains d’entre eux ne veulent tout simplement pas être des humains, ni des dieux, ni quoi que ce soit, mais veulent simplement rester pour toujours dans toute l’éternité en tant que simples élémentaux immergés dans le Grand Alaya de l’univers.

Donc il y a tout. Il y a des individus qui sont passés par tous les cycles de manifestation, par les 3000 cycles et qui n’ont jamais créé les corps existentiels supérieurs de l’Être, ils n’ont pas non plus fait le travail sur eux-mêmes. Ceux qui ont finalement terminé leurs 3000 cycles de manifestation, partent, s’immergent dans l’Esprit Universel de Vie comme de simples élémentaux, des élémentaux avec la connaissance du bien et du mal, mais des élémentaux.

Être un humain est quelque chose de très différent. Quand on devient humain, si on cesse d’être un élémental pour devenir humain, il faut créer les corps, avoir fait tout le travail sur soi, avoir désintégré l’ego, avoir créé des véhicules, avoir tout fait. Mais nombreux sont ceux qui préfèrent rester de simples élémentaux. Donc, je vous ai montré différents types de personnes.

Je suis le chemin direct, qui est le chemin le plus exalté, mais c’est aussi le plus difficile et le plus dangereux. Je marche sur ce chemin, le chemin direct.

Question : Vénérable maître, peut-on aussi devenir un humain à travers le chemin spiral?

Samael Aun Weor : Le chemin spiral ne peut être emprunté que par des humains, uniquement par des humains. Quand quelqu’un devient humain, il a devant lui les deux chemins : celui de la spirale qui est cent pour cent Nirvanique (que les Nirvani prennent rarement corps physique) et celui du chemin direct qui va directement au sein de l’Éternel Père Cosmique Commun. Bien sûr, ceux qui passent par le spiral n’ont pas non plus les mêmes triomphes que celui qui passe par le chemin direct, pas de messieurs, puisqu’il a moins de dangers.

Le chemin direct, par exemple, est si terrible que très peu peuvent le suivre, il s’écarte des lois de l’évolution et de l’involution, il révolutionne contre tout et tous, c’est un briseur de chaînes partout, un chemin avec l’épée à la main, contre soi, contre le monde, contre tout, telle est la doctrine du Christ Rouge en marche, du Christ rebelle qui n’a rien de sot ou de prude (comme celui des églises paroissiales), mais un Christ révolutionnaire et terrible. C’est le chemin direct, très peu peuvent le suivre.

Question : Vénérable maître, le Christ Rouge est-il au final le même Christ pour ceux qui prennent le chemin direct, et ceux qui empruntent le chemin spiral? (Cours Zodiacal : Les Nirvani travaillent sous la direction de leurs Pères stellaires.)

Samael Aun Weor : Eh bien, sans aucun doute le Christ est toujours le Christ ; mais c’est que, disons, ceux du direct acquièrent certains pouvoirs, certaines qualités, certains attributs ésotériques profonds que celui qui emprunte le chemin spiral n’accède jamais.

Celui du chemin spiral profite toujours du Nirvana et prend rarement un corps. Celui du chemin direct renonce à tout bonheur pour rester ici-bas en chair et en os, vivant comme un humain parmi les humanoïdes, luttant, souffrant tout au long du mahamanvantara, pour voir si l’on parvient à la fin du mahamanvantara à s’immerger dans le sein du Père Éternel Cosmique Commun pour toujours, et sinon, pour suivre à nouveau le même chemin, jusqu’à ce qu’enfin, dans n’importe quel mahamanvantara, on l’atteigne.

J’ai suivi ce chemin pendant plusieurs mahamanvantaras et je ne l’ai toujours pas atteint (et je marche sur le chemin direct et je ne l’ai pas atteint).

Question : Est-ce que le Maître Jésus Christ a réussi?

Samael Aun Weor : Eh bien, il l’a fait. Mais je n’ai pas réussi ; Voyons si je peux le faire, je ne sais pas. Pour ma part, j’ai résolu de renoncer à tout bonheur d’en haut et d’en bas et de rester ici, comme on dit « les gants retirés », de travailler terriblement pour l’humanité, en renonçant à tout bonheur, à tous les paradis et à tout bonheur. C’est assez dur, n’est-ce pas?

La Réincarnation Atomique

À cet effet, afin de continuer pour l’humanité, je n’ai eu d’autre choix que de me réincarner, car, je suis actuellement en processus de réincarnation, je n’ai pas besoin de passer par la réincarnation comme tous les êtres humains ordinaires passent par là, non! Je me réincarne pendant la vie. Ma vie dans mon corps Sud-Américain n’a pas duré plus de 58 ans, je suis mort (en 1975) à l’âge de 58 ans, et mon corps Sud-Américain n’existe plus, il est mort (il est mort l’année dernière) ; vous direz : « ce n’est pas étrange? ».

Depuis lors, j’ai commencé à me réincarner dans mon corps Égyptien et un échange atomique a commencé entre le véhicule Sud-Américain et le corps Égyptien qui se trouve à l’intérieur d’un sarcophage sous une pyramide. Un échange moléculaire atomique très intéressant a commencé. Cet échange moléculaire atomique permet à tous les atomes ici de rester là, en Égypte, dans le sarcophage, et à tous les atomes de la momie de rester ici ; en un mot, si vous faisiez, par exemple, une expérience : Un atome à vous se détache, par exemple, de votre bras ici et passe ici au bras de notre Frère X., à son tour de là, au bras de Frère X., du même point exactement, l’atome se détache, là où votre atome doit être placé et revient et occupe la place vide ; et ainsi vous le passez entre un échange atomique entre vous deux ; vous finissez vêtu du corps de frère X.,et frère X se retrouve habillé dans votre véhicule, c’est évident ; c’est un échange atomique.

Question : Dans l’un de vos premiers ouvrages, vénérable maître, vous nous racontez le cas d’un maître qui a dû également effectuer ce travail.

Samael Aun Weor : Oui, de manière similaire, mais pas de la même manière car je fais l’échange atomique avec mon propre corps Égyptien qui est vivant dans un sarcophage, vivant, en état de catalepsie, de sorte que j’échange les atomes réincarnés dans mon corps Égyptien.

Aujourd’hui, ésotériquement, on dit que j’ai un an.

Question : Ce sarcophage, vénérable maître, est-il caché?

Samael Aun Weor : Oui, il est sous une pyramide et j’y ai mon corps Égyptien. J’ai déjà au moins une partie de la tête Égyptienne, et tout le corps est soumis à un échange atomique constant, d’instant en instant, de seconde en seconde. Quand il aura deux ans ce sera un peu plus perceptible, quand il aura sept ans ce sera plus perceptible. Lorsque j’aurai atteins l’âge de 21 ans (d’âge), vous verrez le plein Égyptien; et complètement complet à l’âge de 30 ans. Alors, tout le corps Égyptien sera ici et tout le corps de l’Amérique du Sud restera en Égypte, à la place du sarcophage, à l’intérieur du sarcophage. Cet échange atomique dans l’ésotérisme est appelé « réincarnation ». Je me réincarne dans la vie pour pouvoir rester avec le corps Égyptien travaillant pour l’humanité pendant un temps infini, tout au long du mahamanvantara.

Question : Vénérable maître, le corps Sud-Américain reste-t-il alors votre véhicule de réserve pour tout besoin?

Samael Aun Weor : Pour tout besoin il est dans le sarcophage. Et je n’ai plus ici tout le corps que vous connaissez. Or la tête, si vous la regardez bien, n’est plus la même, et la tête plus que tout est Égyptienne. Je ne veux pas vous dire que le changement total a été fait, il commence, jusqu’à maintenant, un an d’âge rien de plus. Le corps Sud-Américain est mort. Le corps vital que j’ai ici est celui du corps Égyptien, j’ai déjà fait le changement ; le corps vital que mon corps Sud-Américain avait, est retourné en Égypte, le corps vital de la momie, est resté ici.

La personnalité du corps Sud-Américain (cette personnalité qui vous a parlé et tout cela), je dois constamment la combattre et il y a des moments où il apparaît et je tire l’épée et je la conjure. Un jour, je donnais une conférence et elle s’est assise à côté de moi, venant donner une conférence ; Je devais dégainer mon épée et la conjurer, la faire fuir. « Retourne dans la tombe », dis-je ; Et elle est allée en Égypte, je l’ai rejeté.

La personnalité que j’ai ici est la même qu’au temps de l’Égypte ancienne des Pharaons, c’est celle que j’ai ici, la personnalité Égyptienne ; à travers cette personnalité je parle et j’agis. Il est clair qu’en ayant le corps vital Égyptien et la personnalité du corps Égyptien ici, je tire les atomes du corps Égyptien plus rapidement et plus efficacement, d’instant en instant. Donc, sous cette forme, je continuerai à travailler, mais mon corps Sud-Américain est mort (en 1975) à l’âge de 58 ans.

(Note du traducteur : Samael Aun Weor m’a dit personnellement en septembre 1977 : « J’ai désintégré ma personnalité. Ainsi maintenant cette personnalité n’existe plus; Je suis complètement mort, je suis la mort même »).