Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Mes chers frères et sœurs, il est bon que ce soir nous approfondissions ces questions de conscience.

Beaucoup croient qu’à travers la loi de l’évolution, il est possible d’atteindre l’auto-réalisation intime de l’Être, et cela, naturellement, est une grossière erreur. Nous ne nions pas la loi de l’évolution ; il est évident qu’elle existe. L’absurdité, justement, consiste à attribuer à cette loi des aspects psychologiques qu’elle n’a pas. Il est évident que toute hausse est suivie d’une baisse ; une ascension infinie serait inconcevable. Si on escalade une montagne, on atteint le sommet et là, forcément, on trouvera la descente. Telles sont les lois de l’évolution et de l’involution, mes chers frères et sœurs : l’évolution atteint un certain point défini complètement par la nature, et alors les processus involutifs commencent.

Observez ce qui se passe dans une plante : il est évident que lorsque la graine germe, l’évolution est en cours, et que la tige pousse, la force impulsive et évolutive de la nature peut être appréciée. Cette évolution se poursuit dans la plante, dans le légume, jusqu’à ce qu’elle porte des fruits, se reproduise, etc. Plus tard, au fil du temps, elle commence ses processus involutifs et puis nous voyons comment les feuilles se fanent, jusqu’à ce que, finalement, cette plante, si belle, devienne un tas de bâtons. C’est la force du type involutif.

Vous voyez, mes chers frères et sœurs, ce qui se passe dans la physicalité humaine : il est évident que lorsqu’elle est en gestation, il y a dans l’utérus des processus évolutifs. A sa naissance, la créature évolue. Au fur et à mesure qu’elle traverse les processus de l’enfance, de l’adolescence, de la jeunesse, de la maturité, il y a des processus évolutifs, mais plus tard, les processus involutifs suivent. Alors, on voit comment la personne vieillit progressivement, se flétrit, comme s’il s’agissait d’une plante en train de se détériorer, et enfin, elle vieillit et meurt. C’est la crue réalité, frères et sœurs.

Mais attribuer à ces lois de l’évolution et de l’involution des aspects psychologiques qu’elles n’ont pas est une erreur, absurde.

Quand on lit toutes les théories sur l’évolution, on se rend compte à quel point ce dogme est artificiel. Le mental humain s’est tellement détérioré qu’il ne sait plus voir les processus destructeurs et involutifs à grande échelle. Observez les penseurs actuels : ils tombent dans des absurdités aussi formidables que d’attribuer, par exemple, à la loi de l’évolution, des processus destructeurs de type involutif. C’est le comble de l’absurdité ! Attribuer les processus involutifs à l’évolution ? Attribuer à l’évolution des processus dégénératifs, des processus de détérioration ? Mais les gens pensent qu’ils ont raison : les gens sont totalement enfermés dans ce dogme de l’évolution !

Ce dont nous avons besoin, mes chers frères et sœurs, c’est de nous éloigner de ces lois mécaniques de la nature, de nous éloigner des lois de l’évolution et de l’involution. De telles lois constituent l’axe mécanique de toute cette machinerie que nous appelons « nature ». Mais si nous ne dérogeons pas à ces deux lois mécaniques, nous continuerons à être coincés dans le samsara, c’est-à-dire dans cette roue tragique des vies et des morts.

Nous devons nous engager sur le chemin de la révolution de la conscience ; ce chemin s’écarte des lois de l’évolution et de l’involution.

Le chemin de la révolution de la conscience a déjà été enseigné par le maître divin :

« Car étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et peu le trouvent. » – Matthieu 7 : 14

Oui, le chemin qui nous mène à la lumière est étroit, resserré et difficile, et peu le trouvent…

Jésus n’a pas dit qu’il y avait trois chemins, ni cinq, ni sept, ni douze, comme beaucoup le pensent.

Jésus nous a parlé d’un chemin unique : « étroit, resserré et terriblement difficile »…

Le grand kabir Jésus n’a pas non plus promis le royaume à tout le monde. Si nous étudions attentivement les quatre évangiles, nous pouvons voir comment le maître met l’accent sur la difficulté d’entrer dans le royaume. Il est écrit:

« Car beaucoup sont appelés, mais peu sont élus. » – Matthieu 22 : 14

Mais en regardant « les élus », chacun se sent « élu ». Les Protestants se croient « élus », les Catholiques supposent que ce sont eux, et chacun, par le fait d’être affilié à telle ou telle secte, à telle ou telle religion, suppose être « élu ».

Non, mes chers frères et sœurs ! Il faut être un peu plus mature dans la réflexion. Pour être « élus », nous devons atteindre la seconde naissance, cette seconde naissance dont nous a parlé Nicodème et dont Jésus nous a aussi parlé. Rappelez-vous, mes chers frères et sœurs, ce qui est écrit dans les écrits sacrés :

« Il y avait un homme parmi les Pharisiens, nommé Nicodème, un chef des Juifs :

Celui-ci vint de nuit trouver Jésus et lui dit : Rabbi, nous savons que tu es un enseignant venu de Dieu ; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n’est pas avec lui.

Jésus répondit et lui dit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu.

Nicodème lui dit : Comment un homme peut-il naître alors qu’il est vieux ? peut-il entrer une seconde fois dans le sein de sa mère et naître ?

Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu.

Ce qui est né de la chair est chair ; et ce qui est né de l’Esprit est esprit.

Ne t’étonne pas que je t’aie dit : Il faut que tu naisses de nouveau.

Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit, mais tu ne peux dire d’où il vient, ni où il va. Ainsi en est-il de quiconque est né de l’Esprit.

Nicodème répondit et lui dit : Comment ces choses peuvent-elles être ?

Jésus répondit et lui dit : Es-tu un maître d’Israël, et ne sais-tu pas ces choses ?

En vérité, en vérité, je te le dis, nous disons ce que nous savons, et attestons ce que nous avons vu ; et vous ne recevez pas notre témoignage.

Si je vous ai dit des choses terrestres, et que vous ne croyez pas, comment croirez-vous, si je vous dis des choses célestes ? » – Jean 3 : 1-12

« En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair ; et ce qui est né de l’Esprit est esprit. »

C’est-à-dire que si quelqu’un n’atteint pas la seconde naissance, il ne peut pas non plus entrer dans le royaume. L’important est d’atteindre cette seconde naissance. Vous n’y arrivez pas avec de simples théories, ni sur la base de simples croyances intellectuelles. Il faut quelque chose de plus…

La nature parle d’elle-même. Voyons les plantes, voyons toutes les créatures : la naissance est quelque chose de parfaitement naturel, et la seconde naissance est basée sur les mêmes forces de la nature.

Plusieurs fois, nous avons longuement parlé de ce que sont les trois facteurs de la révolution de la conscience.

  1. Mourir : oui, il faut mourir ! L’ego, le moi-même, l’obstiné, l’ego doit mourir.
  2. Naître : il est évident qu’il faut naître ; Les corps solaires doivent naître en nous, car ce n’est qu’ainsi que nous pourrons incarner l’Être.
  3. Le sacrifice pour l’humanité est l’amour. Nous devons nous sacrifier pour tous les millions d’êtres qui peuplent le monde.

Voilà donc les trois facteurs de la révolution de la conscience.

Jésus les synthétise en disant :

« Alors Jésus dit à ses disciples : Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il se renie, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive… » – Matthieu 16 : 24

Se renier, c’est dissoudre l’ego, le Moi, le moi-même.

Prendre la croix, la prendre sur les épaules, c’est travailler dans la forge des Cyclopes, dans la neuvième sphère, car la croix est éminemment phallique.

Suivre le Christ est l’amour, le sacrifice pour nos semblables.

Nous devons travailler intensément avec les trois facteurs ; Ce n’est qu’ainsi qu’il est possible d’atteindre l’auto-réalisation intime de l’Être. Mais les gens croient que ce n’est que par l’évolution que nous atteignons cette auto-réalisation. C’est précisément là qu’est le mal, car l’auto-réalisation ne peut pas être le produit d’un mécanisme, même s’il est de type évolutif.

Si cette grande mécanique de la nature, en évolution, pouvait nous conduire à la libération finale, eh bien, ce serait autant croire que Dieu est un tyran ; parce que celui d’en avoir un pour aller de force là où il ne veut pas aller ; eh bien, c’est absurde. Il y a des millions qui ne veulent pas aller, pas même au paradis même. Pourquoi devraient-ils être pris de force ? Beaucoup de gens, par exemple, ne veulent pas des enseignements ésotériques, pourquoi faut-il que quelqu’un les leur donne de force ?

Il faut changer, mais pourquoi devrait-on changer « par la force » ? Si la mécanique de l’évolution change les gens par la force, alors Dieu est un tyran. Mais c’est absurde : Dieu n’est pas un tyran ! Dieu donne à chacun la liberté de suivre le chemin qu’il veut, n’asservit personne, respecte le libre arbitre de chacun.

Beaucoup croient que, par exemple, à travers d’innombrables « réincarnations », on atteint la perfection, mais c’est faux. Les gens ne savent plus faire la distinction entre la réincarnation et le retour.

La réincarnation a été expliquée en Inde par le Seigneur Krishna (qui, comme on le sait, a vécu environ mille ans avant Jésus). Mais Krishna n’a pas dit que tous les êtres humains seraient réincarnés. Krishna a enseigné que seuls les dieux, les dévas, les demi-dieux, les titans, etc., sont appelés à se réincarner. Cela paraîtra étrange à beaucoup, mais c’est ainsi : pour se réincarner, tout d’abord, une individualité définie est requise, et les humanoïdes n’ont pas d’individualité définie ; si nous les regardons attentivement, ils sont pleins de terribles contradictions.

Chacun sait qu’il porte en lui de nombreuses contradictions, et essaie de les corriger, naturellement, en s’excusant. Mais, si nous pouvions nous voir tels que nous sommes, dans un miroir en pied, nous serions remplis de honte en contemplant nos contradictions intimes. La raison, la cause de ceux-ci, réside précisément dans la multiplicité du « Moi ».

Dans chacun des cylindres de notre machine organique, nous avons différents « Moi ».

Par exemple, le Moi de l’intellect dit : « Je vais étudier un moment » ; mais le Moi du mouvement entre en bagarre et dit : « non !, j’ai envie de marcher un peu », et puis, en tant que troisième en litige, par exemple, le Moi de la faim, de la gourmandise ou de l’estomac (comme vous voulez l’appeler) surgit, et dit : « non !, je préfère manger »… Vous voyez combien de contradictions nous avons ! Or, il y a d’innombrables défauts que nous avons, et chacun d’eux est personnifié par un « Moi ». Donc, nous n’avons pas une véritable individualité ; Ces « Moi » ne s’accordent pas entre eux : ils se querellent, ils se disputent, ils n’ont pas d’ordre défini.

Quand l’un d’eux en vient à dominer tous les autres, il contrôle le cerveau et contrôle les centres capitaux de la machine organique, et alors on voit que l’individu se passionne pour une idée, ou pour une personne du sexe opposé, etc. Mais lorsqu’un tel « Moi » est à nouveau déplacé, alors on voit comment celui qui avait juré amour éternel ou fidélité à une cause, se retire, laissant, bien sûr, tous les autres, tous les gens, enfin, perplexes, étonnés, confus….

Le corps humain est donc une machine contrôlée par plusieurs Moi. Il serait absurde de supposer que ces Moi multiples se réincarnent. Lorsque l’heure de la mort arrive, ce qui continue au-delà du panthéon est une légion de démons, oui, des Moi-démons qui personnifient nos erreurs.

Au bout d’un certain temps, ces Moi-diables reviennent, ils reviennent, ils se réincorporent dans un nouvel organisme, c’est tout. Lors de la réincorporation, ils répètent exactement toutes les actions de leurs vies antérieures ; c’est la loi de l’éternel retour.

Ainsi, les lois du retour et de la récurrence gouvernent toute l’humanité. Comment peut-on parler de réincarnation dans ce sens ? La réincarnation est pour les individus qui n’ont plus d’ego, qui n’ont plus ces Moi, pour les individus qui sont pur esprit, pour les individus sacrés.

C’est ce que le mot réincarnation dit tant, mes chers frères et sœurs; « incarnation », nous savons déjà ce qu’est « incarnation » : la descente de la divinité à un humain, et « réincarnation », c’est-à-dire la répétition de cette descente à un nouvel organisme humain. C’est essentiellement la doctrine.

La mauvaise chose est que dans le monde Occidental, cette doctrine de la réincarnation a été déformée et confondue avec la loi de l’éternel retour. Faites la distinction entre réincarnation et retour ! Vous revenez tous. On ne peut pas encore dire que vous vous réincarnez, parce que vous n’êtes pas des individus sacrés ; c’est clair. Si vous voulez vous réincarner, vous devez mourir d’instant en instant.

Mort des Défauts Psychologiques

Ce n’est qu’en éliminant cet ego que vous pourrez dire que vous vous réincarnez.

Au fur et à mesure que l’ego est éliminé, des processus extraordinaires se forment en nous.

Tout d’abord, il faut que vous sachiez que l’essence, le matériel psychique, est une émanation, disons, de l’âme universelle en nous (je synthétise ainsi pour que vous puissiez me comprendre). Cette essence est embouteillée, elle est embouteillée entre tous ces multiples Moi-démons que nous avons à l’intérieur. Au fur et à mesure que de tels Moi sont annihilés, l’essence va se libérer.

Par exemple : si nous avons un parfum placé parmi plusieurs flacons, il est évident qu’à mesure que nous détruisons ces flacons, le parfum s’émancipe, se libère. C’est ce qui se passe avec la conscience, avec l’essence enfermée dans les « Moi » : à mesure que chaque « Moi » se désintègre, l’essence se libère, et à mesure qu’elle se libère, elle prend une forme définie.

La première chose qui commence à s’implanter en nous est la fameuse perle séminale dont nous parle le Tao. Plus tard, au fil du temps, la perle séminale se transforme en embryon d’or, et cet embryon d’or se développe de plus en plus, à mesure que les Moi-démons sont détruits, annihilés, désintégrés.

L’embryon d’or vient établir, disons, un équilibre complet en nous, entre le spirituel et le matériel. L’embryon d’or nous donne une individualité définie.

Lorsque tout le « Moi » pluralisé a été réduit en poussière, ce qui reste en nous est l’embryon d’or, la conscience éveillée, illuminée et resplendissante. Une telle conscience peut se déplacer librement dans l’espace infini.

Lorsque la conscience s’éveille, nous n’avons plus de problème de projection astrale, nous pouvons entrer et sortir du corps physique à volonté, quand nous le voulons ; nous pouvons nous déplacer dans tout l’espace infini.

L’important est donc, mes chers frères et sœurs, que dans ce travail de « mourir », vous sachiez réduire l’ego en cendres. Il est commode d’apprendre à gérer l’énergie créatrice.

Rappelez-vous que dans les mystères Gnostiques, le calice et la lance apparaissent toujours. La lance représente précisément la force virile masculine, le calice représente la yoni féminine. Il faut apprendre à manier la lance et le calice, la force masculine et la force féminine.

Les grands sages de l’antiquité ont profité du sahaja maithuna pour annihiler les Moi-diables, les réduire en cendres, les transformer en poussière. On parle toujours de rapport métaphysique, de rapport chimique…, et c’est que pendant le sahaja maithuna, au moment suprême, la Mère Divine Kundalini peut être suppliée d’utiliser la lance, c’est-à-dire la force sexuelle, pour réduire en cendres, en poussière, ces Moi-démons qui contrôlent l’organisme humain ; et il est évident qu’avec la puissance de la lance, ces Moi-démons se désintègrent très rapidement.

Et à mesure qu’ils se désintègrent, la perle séminale s’établit aussi dans notre Être, qui plus tard, comme je vous l’ai déjà dit, devient la fleur d’or ou l’embryon d’or. C’est le mystère de la fleur d’or. Il faut bien comprendre tout ça…

Quant aux personnes qui n’ont pas de conjoint(e) (qu’elles soient femmes ou hommes), en tout cas, elles doivent essayer de comprendre l’erreur qu’elles vont éliminer, et une fois, bien comprises, à fond, profondément, alors elles supplient la mère Kundalini pour éliminer le « Moi » qui personnifie une telle erreur psychologique.

La différence entre célibataire et marié, c’est que ces derniers, comme ils ont la force de la lance, peuvent détruire ces démons plus rapidement ; c’est tout.

Maintenant, les célibataires peuvent détruire les Moi-démons, en demandant à la mère Kundalini de supprimer l’erreur qui a été parfaitement comprise. Mais lorsqu’il s’agit de détruire, par exemple, les trois traîtres, ou d’aller plus loin, d’éliminer, par exemple, le dragon des ténèbres, ou bien d’autres éléments subjectifs maléfiques que l’être humain porte dans ses profondeurs infra-conscientes, eh bien, le pouvoir de la lance est indispensable pendant le sahaja maithuna.

Alors, mes chers frères et sœurs, vous devez comprendre cela, vous devez le comprendre profondément.

Lorsque la conscience est complètement libérée, lorsqu’elle est « nue » devant la grande réalité, alors nous pouvons voir, entendre, toucher et sentir les grandes réalités des mondes supérieurs.

Nous devenons des chercheurs compétents de la vie dans les mondes supérieurs.

Le processus de la mort est donc assez profond, mes chers frères et sœurs.

Naissance Spirituelle

Maintenant, en ce qui concerne le processus de naissance, il est évident qu’il faut travailler avec les hydrogènes, c’est-à-dire s’il s’agit déjà du sahaja maithuna.

Au moyen d’un choc spécial (comme je l’ai déjà expliqué tant de fois), l’hydrogène sexuel est passé à une seconde octave de type supérieur ; Cette seconde octave résonne avec les notes Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si, et se cristallise, après avoir saturé les cellules, dans la forme splendide et merveilleuse du corps astral.

Et quand on fait passer l’hydrogène sexuel à une troisième octave supérieure, alors le corps mental est fabriqué. Qu’un tel hydrogène soit traité avec les notes Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si, c’est un fait. Le corps mental est extraordinaire, merveilleux…

Lorsque l’hydrogène sexuel est élevé à une quatrième octave d’un type supérieur, alors il vient se cristalliser (avec les sept notes de la musique) dans la forme resplendissante du corps causal. À ce stade, nous pouvons déjà incarner ce qu’on appelle « l’âme humaine ou causale » (le troisième aspect de la triade Atman-Buddhi-Manas). Donc, nous avons un humain avec une âme, un véritable humain, un humain légitime, un vrai humain.

Mais à ce stade, il n’est pas atteint, mes chers frères et sœurs, par de simples croyances ou dogmes, ou par des processus évolutifs. En réalité, ce n’est qu’en travaillant avec les trois facteurs de la révolution de la conscience qu’il est possible de fouler ce chemin qui nous conduira à la libération finale. Il est nécessaire de comprendre cela à fond, profondément. Pour aujourd’hui, mes chers frères et sœurs, contentez-vous de ce dont nous avons discuté, méditez profondément…

Questions et Réponses

Si l’un d’entre vous a quelque chose à demander, vous pouvez le faire en toute liberté…

Étudiant : Vénérable maître, récemment, j’ai lu quelque chose en rapport avec la roue du samsara et dans cet exposé (qui était fait de ladite loi karmique), il était dit que l’âme passait par différentes étapes à chaque retour : en commençant par le Bélier dans un retour, suivant successivement pour tous les signes du zodiaque. Bien sûr, on peut faire plusieurs fois le tour de ces mêmes signes, mais ils ont été traités de cette manière : de manière progressive. Ce qui est curieux dans le cas, c’est que les types d’âmes qui passent par ces différentes étapes y ont été analysés ; et ce qui est curieux, c’est que ces analyses qui sont faites coïncident avec la personnalité analysée. Je dis maître, que pourriez-vous nous en dire ?

Samael Aun Weor : Avec le plus grand plaisir je répondrai à la question, mon estimable frère. Il est évident que les êtres humains naissent sous l’un ou l’autre signe zodiacal ; tout dépend de la loi du karma individuel, en cela il n’y a pas de plans concrets comme le croit l’auteur auquel vous faites allusion. C’est essentiellement une question karmique et rien de plus. Lorsque l’initié s’affranchit de la loi de la récurrence (une loi qui, entre parenthèses, nous oblige encore et encore à répéter les mêmes événements de la vie précédente dans chaque vie), alors nous pouvons choisir notre signe zodiacal à volonté.

La sagesse Hindoustanie nous parle des douze nidanas, c’est-à-dire des douze causes de l’existence. Ces douze causes sont liées précisément aux douze signes du zodiaque. Dans les mondes supérieurs, il y a le temple du zodiaque. Dans ce temple, il y a douze sanctuaires. Et quand l’initié veut prendre un corps et s’incarner (parce qu’il se réincarne), il entre dans le sanctuaire désiré. Certains souhaitent se réincarner sous la constellation du Lion par exemple, d’autres sous la constellation du Verseau ou des Poissons ou du Bélier etc.

En tout cas, lorsque l’initié veut prendre un corps, se réincarner, il entre à volonté dans l’un des douze signes du zodiaque, il y attend que les maîtres du karma viennent ; Ils seront ensuite chargés de faire la connexion du cordon d’argent avec ce zoosperme qui doit aller dans un utérus. Mais, attention : certes, l’initié éveillé et conscient peut choisir son signe zodiacal à sa guise.

C’est ce que j’ai à vous dire, mes chers frères et sœurs, concernant la question du zodiaque. Il est bon que vous éliminiez ce dogme de l’évolution de votre mental, car ce dogme vous induit en erreur.

Étudiant : Merci, maître. Puis-je poser une autre question, maître ?

Samael Aun Weor : Bien sûr !

Étudiant : Certes, maître, l’affirmation que « dans chaque incarnation nous arrivons à répéter exactement les mêmes faits, réalisés dans la précédente » a été la cause d’une petite inquiétude chez nous. C’est-à-dire qu’à chaque retour nous venons répéter ce que nous avons déjà fait auparavant. Je veux dire, ça m’inquiète un peu, cette affirmation me semble un peu excessive, il me semble qu’il doit y avoir quelques petites variations, au moins…

Samael Aun Weor : Eh bien, frère, dans la vie il y a tout : il y a des répétitions exactes et de petites variations, comme vous dites. En éveillant la conscience, on devient aussi indépendant de cette loi des répétitions, et quand on est pleinement éveillé, on n’a plus rien à faire avec la loi de la récurrence, on se libère !

Mais il y a dans certaines parties du monde, des gens de répétition exacte jusque dans les moindres détails : des gens qui sont toujours nés dans la même ville, se marient toujours au même âge, organisent leur vie économique de la même façon, etc. Ces gens apparaissent généralement comme s’ils étaient prophétiques, par exemple ils disent : « quand j’aurai 20 ans, j’aurai une entreprise de telle ou telle manière ; quand j’aurai 40 ans, j’aurai tant d’enfants et ma vie sera ceci et ceci et cela »… Et plus tard, on pourra vérifier que, exactement, les prophéties de ces gens se sont réalisées. Donc, si vous n’avez pas assez de compréhension, vous en venez à penser que ces gens sont intuitifs ou prophétiques ou quelque chose comme ça. Mais il n’en est rien : ce qui se passe, c’est que ces gens, comme ils répètent toujours la même chose, connaissent déjà par cœur leur rôle ; c’est tout.

Ce qui est intéressant, c’est que nous devenons indépendants de la loi de la récurrence, que nous devenons vraiment libres, et c’est pourquoi il est nécessaire, mes chers frères et sœurs, de dissoudre l’ego, car ce n’est qu’en dissolvant l’ego que nous éveillons la conscience et ce n’est qu’en éveillant la conscience que nous devenons indépendants, que nous nous libérons de la loi de la récurrence. Entendu?

Étudiant : Maître, je voudrais poser une question : lorsque les corps solaires sont fabriqués et que la conscience n’est pas éveillée (car comme vous l’avez dit, les corps solaires peuvent être fabriqués sans avoir totalement éliminé les éléments subjectifs des perceptions, c’est-à-dire les Moi-diables), dans ce cas, que se passe-t-il ?

Samael Aun Weor : Eh bien, mon cher frère, il ne fait aucun doute qu’il y a des gens qui fabriquent les corps solaires, et pourtant ils ne dissolvent pas l’ego. En ne dissolvant pas l’ego, ils n’éveillent pas non plus la conscience de manière objective et parfaite. Il est clair que ces personnes deviennent des hasnamussen avec un double centre de gravité, des échecs cosmiques.

C’est pourquoi le travail doit être complet : il faut éliminer l’ego et fabriquer les corps solaires. Avec la même force sexuelle avec laquelle les corps solaires sont fabriqués, l’ego peut également être détruit. Celui qui apprend à manier la lance, c’est-à-dire la force d’Éros, peut, avec un tel pouvoir érotique, réduire en cendres l’ego animal.

Mais ce qui compte, c’est que lors d’un rapport chimique ou métaphysique (comme on veut l’appeler), tout rapport sexuel est dirigé vers l’intérieur et vers le haut, vers la divinité, vers la Mère Divine Kundalini. Dans ces moments, la mère sacrée est priée de saisir la lance d’Éros, de sorte qu’avec cette force prodigieuse, elle réduise en cendres le « Moi » que nous avons compris, que nous avons compris, et c’est ainsi que nous mourons, petit à petit. Une fois la mort atteinte, vient alors l’éveil complet de la conscience.

Il est absurde de se contenter de fabriquer uniquement les corps solaires et de ne pas mourir. Il est nécessaire de fabriquer les corps solaires et de détruire l’ego. Ce n’est qu’ainsi que l’œuvre est complète, sinon on s’expose, mes chers frères et sœurs, à un échec cosmique.

Vous savez à quel point un hasnamuss est horrible. Un hasnamuss a un double centre de gravité, ce sont deux entités : d’une part l’ego (diabolique, terrible et pervers), et d’autre part le maître secret, vêtu des corps solaires ; un maître blanc et un maître noir ; un double centre de gravité. Voyez un hanasmuss est un avorton de la mère cosmique ! Je ne veux pas que vous échouez, comprenez bien ce que vous avez à faire…

Étudiant : Maître, je voulais (s’il reste encore un peu de bande magnétique pour nos frères et sœurs) que vous puissiez les informer (de quelque chose qui est exclusif, le nôtre, que nous sommes proches du contact avec le maître), et c’est cette chose, qu’en ce qui concerne l’entretien de ce soir, vous, à d’autres occasions, nous avez parlé. C’est-à-dire ce que tout le corps étudiant sait, quelque chose lié aux 108 vies qui sont assignées à chaque être humain. Mais ce que le corps étudiant ne sait pas (parce que ce n’est pas encore écrit), c’est ce discours que vous nous avez fait sur les 3 000 opportunités qui nous sont offertes.

Bien sûr, c’est une très longue chose, mais je vous demanderais, maître, qu’en quelque sorte, nous puissions donner à ces frères le privilège d’entendre votre voix, directement, sur ce sujet, qu’ils ne connaissent pas encore…

Samael Aun Weor : Avec le plus grand plaisir, mon cher frère, je vais répondre à votre question ; ou mieux, je vais donner une explication sur le sujet que vous proposez.

Chaque Monade divine a 3 000 opportunités, c’est-à-dire que pour chaque Monade divine il y a 3 000 cycles (ne confondez pas « cycles » avec « siècles », ce qui est différent).

Quand je parle de 3 000 cycles ou aéons de temps, il faut savoir comprendre…

Chaque cycle de ceux-ci comprend, non seulement les évolutions à travers le minéral, le végétal et l’animal, mais aussi, en plus, 108 vies humanoïdes qui sont assignées à l’essence, à la conscience.

Il est évident que si ces 108 vies ne sont pas correctement utilisées, l’échec suit. Alors l’essence, la conscience, s’engouffre dans le chemin involutif, entre dans les mondes infernaux : elle remonte le temps en passant par des processus animaliques, végétaloïdes et minéraloïdes.

Lorsqu’il atteint l’état « fossile » ou minéraloïde, les Moi-démons sont réduits, c’est-à-dire l’ego, en poussière cosmique ; et quand les égos ou Moi-démons, à l’intérieur de la terre, sont réduits en poussière cosmique, l’essence ressort à nouveau à la lumière du soleil : nue, propre, pure, pour commencer un nouveau cycle évolutif qui partira de la pierre, montera au végétal, à l’animal et finalement, il reconquerra l’état humain qu’il a jadis perdu.

En entrant à nouveau dans le nouvel état humanoïde, on vous assigne la même chose qu’avant, 108 vies, si vous les utilisez, c’est merveilleux ! Et si vous ne les utilisez pas, le processus se répète.

Ainsi, 3 000 cycles de ceux-ci sont donnés à chaque Monade divine pour son auto-réalisation intime. Mais si la Monade ne sait pas utiliser les 3 000 cycles, c’est-à-dire si elle échoue, les opportunités lui sont fermées et alors elle absorbe son essence, sa conscience, et pénètre pour toujours au sein de l’esprit universel de vie.

Cette Monade jouira du bonheur comme n’importe quelle autre Monade, mais ce ne sera pas une Monade-maître, elle aura échoué dans ses tentatives pour atteindre la maîtrise. C’est la crue réalité des choses, mes chers frères et sœurs, et je veux que vous compreniez…

Maintenant, vous ne savez pas ce qu’est une Monade, j’espère que vous comprenez. La Monade n’est pas l’Atman, Buddhi et Manas dont parle la théosophie ; la Monade est plus à l’intérieur : c’est (Kether) l’Ancien des Jours et dans l’Ancien des Jours se trouve, eh bien, le Christ et la force sexuelle, qui est l’Esprit Saint, c’est-à-dire la Monade ! Elle doit envoyer l’essence pour prendre corps, forme, bref, au laboratoire de la nature, afin de se transformer en âme, de devenir une conscience éveillée.

Lorsque l’être humain triomphe, c’est-à-dire lorsque la conscience est auto-réalisée, elle se libère du mental en s’absorbant dans l’Atman, l’ineffable, et bien plus tard, elle s’absorbe dans l’Ancien des Jours ; alors l’Ancien des Jours est auto-réalisé, il est une Monade auto-réalisée.

Et bien plus tard elle est absorbée dans Ishvara, ce rayon d’où a émané l’Ancien des Jours ; alors Ishvara, avec conscience, devient un Logos. Quand on devient un Logos on est libéré du système solaire, et quand on est libéré du système solaire, on a le droit de vivre dans les mondes de paramapada (परमपद), tandis que la profonde nuit cosmique arrive.

Quand arrive la nuit cosmique, quand arrive la nuit du grand pralaya, la Monade est absorbée dans l’espace abstrait absolu et là, telle Monade vivra sept éternités dans un bonheur inconcevable, au-delà de tout…

Plus tard, dans le futur Mahamanvantara, il est évident que la Monade devra rentrer dans une nouvelle activité, pour des cycles ou âges transcendantaux de l’esprit d’un ordre supérieur, dont je parlerai plus tard, car ce n’est pas encore le moment, indiqué.

Étudiant : Maître, et que vous êtes si gentil, voudriez-vous nous clarifier les concepts ? Vous venez de mentionner que « la Monade envoie l’essence pour devenir une âme » et nous avons entendu les concepts suivants : que « on est Esprit, et on a une âme »… Bien sûr, d’après ce que nous avons entendu, nous pensons que l’un et l’autre sont essentiels, indispensables à la Monade. Je voudrais m’étendre un peu plus sur la différence entre l’Esprit et l’Âme, maître ?

Samael Aun Weor : Avec le plus grand plaisir, mon cher frère. En tout cas, j’ai parlé en résumé, mais si vous voulez, je vais le détailler, alors ; Je n’avais pas l’intention de détailler, je pensais parler en synthèse……épuisant un peu. Mais, je vais essayer de détailler ce que vous voulez que je détaille…

Il est clair que l’Ancien des Jours émane donc de lui-même ce qu’on pourrait dire l’Esprit, l’Atman-Buddhi-Manas, et encore, je synthétise : Atman, en effet, c’est l’Être-Esprit ; Buddhi est l’Âme Spirituelle et Manas supérieur est l’Âme Humaine. C’est-à-dire que l’Intime, Atman, émane de l’Ancien des Jours, mais l’Intime a deux âmes : une spirituelle, qui est Buddhi et qui est féminine ; et une masculine, qui est l’Âme Humaine.

Bien sûr, de ce dernier, c’est-à-dire de l’âme humaine, l’essence devient. L’essence est malheureusement embouteillée ou embouteillée parmi tous les Moi-démons que chaque humanoïde porte en lui.

Mais si l’être humain détruit tous ces Moi-diables, l’essence est libérée, elle devient donc l’embryon d’or ; et cet embryon d’or, plus tard, fusionne avec l’âme humaine. Ainsi nous devenons des humains avec des âmes.

Cet embryon a le pouvoir de transformer l’âme humaine et d’en faire une âme maîtresse. Et beaucoup plus tard, lorsque nous incarnons la Buddhi, l’embryon d’or transforme également la Buddhi, c’est-à-dire l’âme spirituelle et la transforme en une âme maîtresse et transforme l’Atman lui-même en maître.

Et lorsque l’embryon d’or est absorbé dans la Monade, c’est-à-dire dans l’Ancien des Jours, l’Ancien des Jours s’auto-réalise. Et quand la Monade va plus loin, plus profondément, et est absorbée dans le rayon qui émane de l’esprit universel de vie, c’est-à-dire dans Ishvara ou le Logoi intérieur, alors nous devenons un Logos, des Logos solaires ; et c’est le but de notre système solaire.

Ce n’est que par une révolution complète de la conscience que nous pouvons devenir un Logos.

Lorsque le Logos est atteint, on est libéré du système solaire. Quiconque se libère du système solaire a le droit d’entrer dans l’Absolu.

Mais, dans un futur jour cosmique, il faudra revenir dans cette galaxie pour se battre, afin de devenir indépendant de la galaxie, et alors on sera absorbé dans l’Absolu. Et pour la troisième fois il faudra revenir, bien plus tard, pour se libérer de l’Infini lui-même ; puis il sera absorbé après cela dans l’Absolu pour toujours, devenant un Paramarthasatya, c’est-à-dire un dieu à la conscience Christifiée, un ineffable, une créature aux splendeurs indicibles, dans l’espace abstrait absolu incommensurable ; C’est tout, m’avez-vous compris, mes chers frères et sœurs ?

Étudiant : Merveilleux maître ! Bien sûr, nous comprenons qu’un but de la conscience existe pour la Monade, en envoyant son essence à ce que vous avez appelé « laboratoire ».

Nous arrivons à comprendre qu’il est nécessaire, précisément, ce processus, de descendre sur ce « plan » pour apprendre, acquérir des expériences, acquérir de la conscience, de sorte que lorsque nous remontons vers nos entités supérieures (pour ainsi dire), elles deviennent à leur tour des âmes-maîtresses comme vous venez de nous le dire.

Et il est également surprenant d’apprendre qu’au sein de ces 3 000 opportunités qui sont données à la Monade, il peut y avoir des Monades qui reviennent à l’Absolu après avoir échoué. Oui, alors, Maître, nous voudrions que vous nous expliquiez, si possible, un peu plus, le but de ce plan.

Samael Aun Weor : Avec le plus grand plaisir, mon cher frère. En tout cas donc, les Monades qui peuvent échouer en 3 000 cycles cosmiques sont certes rares, mais il n’est pas impossible que certaines échouent. Qu’importe dans l’océan de l’esprit universel de la vie, une vague resplendissante de plus ou une vague resplendissante de moins ? Simplement, c’est une vague qui n’a pas atteint l’auto-réalisation et c’est tout.

Étudiant : Une telle vague ne va pas entrer dans l’Absolu, comme vous venez de me le dire, parce que c’est pour des Paramarthasatyas. Une telle vague vivra dans l’océan de l’esprit universel de vie ; et c’est tout.

Samael Aun Weor : Il est clair qu’à la fin du Mahamanvantara, une telle onde entre avec toutes les ondes dans l’espace abstrait éternel et inconditionné du Sat immanifesté. Mais il est aussi très vrai que lorsque l’aube arrive, cette vague sort avec toutes les vagues ; c’est une bulle dans l’océan qui doit nécessairement sortir de l’Absolu. Il ne pourrait pas rester dans l’Absolu ; seules les ondes de lumière auto-réalisées peuvent rester dans l’Absolu, le Logos qui possède une conscience Christifiée et auto-réalisée (ce qui est finalement l’effort que font tous les Logos).

Je veux que vous sachiez qu’au plus profond de chacun de nous se trouve un Logoi intérieur qui aspire à la conscience. Le Logoi qui parvient à avoir une conscience devient un Logos auto-réalisé et tous les Logos auto-réalisés a le droit de devenir des Paramarthasatyas, c’est-à-dire un habitant de l’Absolu, vous m’entendez ?

Est-ce qu’un autre frère ou sœur a quelque chose à demander ? Pas de frère ni de sœur ? Arrêtons-nous donc ici pour le moment.

Paix Invérentielle

Élaboration d’un Instructeur sur la Conférence

Citations des écritures de la Kabbale commentées par un instructeur Gnostique, en tant qu’élaboration de la conférence de Samael Aun Weor.

‘Elah’ אֵלֶּה (déesse) générations (Toledoth תולדות) des cieux et de la terre par Abraham. Le mot ‘behibaram בהבראם’ (lorsqu’ils ont été créés) est un anagramme de BeAbraham (par Abraham). – Genèse 2 : 4

Des eaux, HaMayim המים de l’Ain Soph אין סוף, l’éther illimité, « Le saint (Ain אין) a pris Mi מי (qui) et l’a joint à ‘Elah’ אֵלֶּה (déesse) et forma Elohim אלהים. Par la suite, Ain אין a pris Hem הם (ils, les 13 attributs de miséricorde, les Neshamoth Chayim נשמת חיים, les âmes vivantes de Jéhovah Elohim יהוה אלהים, Binah בינה), et joignant ‘ils’ (Hem הם) à Abr א בהר, forma Abraham אברהם. Ces 13 archétypes sont dans 1+3 = 4, le Tetragrammaton יהוה.

Ces 13 archétypes du Tetragrammaton יהוה, sont également inclus et résumés dans les lettres du nom Abraham אברהם, écrites en toutes lettres.

« Ce sont les générations de Noah נח. Noah נח était un homme juste et parfait dans ses générations, et Noah נח marchait avec Elah-Yam אלה-ים (déesse de la mer). Et Noah נח engendra trois fils (avec Elah-Yam אלה-ים, la déesse de la mer), Shem (corps astral solaire), Ham (corps mental solaire) et Japheth (corps causal solaire). » – Genèse 6 : 9, 10

Noah נח représente l’arche de l’alliance dans Malkuth (notre physicalité), car le nom Noah נח est écrit avec une lettre נ Nun 50 et une lettre ח Chet 8 = 13. Ainsi, Noah נח a les 13 attributs de miséricorde, les Neshamoth Chayim נשמת חיים, âmes vivantes d’Elah-Yam אלה-ים et de Jehovah Elohim יהוה אלהים, Binah בינה en potentialité. De même, 13 se rapporte à Jésus-Christ et ses 12 apôtres, qui naîtront en nous de Marie מרים (Ath HaElah-Yam את־האלה-ים, Stella Maris, la vierge de la mer) dans Mitzarim מצרים Égypte, Malkuth, notre physicalité. C’est ainsi que nous, les Gnostiques, le voyons kabbalistiquement et alchimiquement.

Apocalypse

« Et à l’ange de l’église de Pergame, écris ; Voici ce que dit celui qui a l’épée acérée à deux tranchants ; Je connais tes œuvres et où tu habites, là même où se trouve le siège de Satan : et tu tiens fermement mon nom, et tu n’as pas renié ma foi, même en ces jours où Antipas était mon fidèle martyr, qui a été tué parmi vous, là où Satan habite. Mais j’ai quelques choses contre toi, parce que tu as là des tenants de la doctrine de Balaam, qui enseigna à Balac à jeter une pierre d’achoppement devant les enfants d’Israël, à manger des viandes sacrifiées aux idoles et à commettre l’impudicité. Ainsi as-tu aussi ceux qui soutiennent la doctrine des Nicolaïtes, chose que je hais. Repent-toi ; ou bien je viendrai à toi rapidement et je les combattrai avec l’épée de ma bouche. Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises ; À celui qui vaincra, je donnerai à manger de la manne cachée, et je lui donnerai une pierre blanche, et dans la pierre un nouveau nom (Shem שם) écrit, que personne ne connaît sauf celui qui le reçoit. » – Apocalypse 2 : 12-17

Samael Aun Weor a déclaré :

« Ce nouveau nom (Shem שם) est le nom (HaShem השם) de notre Dieu interne ; c’est le nom du Fils de l’Homme. Les vertus nécessaires pour ouvrir l’église de Pergame sont les suivantes : la chasteté, la loyauté, la foi et l’obéissance au Père.

L’initié ne peut pas être un glouton, un ivrogne ou un fornicateur. Les Nicolaïtes développent des pouvoirs magiques ténébreux à travers la fornication.

L’initié doit être sobre, fidèle, chaste, humble et obéissant. » – Samael Aun Weor

Moïse a dit :

« Tu ne prendras pas le nom Ath (notre Schekinah) את־שם de יהוה ton Elohim אלהים (Binah בינה) en vain : car le Iod י de Havah Ath Asher הוה את אשר (dans Malkuth) ne tiendra pas pour innocent celui qui prend son Ath Shamu את-שמו son nom en vain. » – Deutéronome 5 : 11

Samael Aun Weor explique :

« Prier, c’est parler avec Dieu, et moi, dans le secret, j’ai prié l’Éternel Féminin, Dieu comme Mère. Ensuite, j’ai su que chaque créature avait sa propre Mère Divine particulière, et j’ai même connu le nom secret de la mienne. » – La Magie des Runes par Samael Aun Weor

La Mère Divine est Ath את, la Schekinah שכינה, Elah-Yam אלה-ים (déesse de la mer), qui développe Shem שם, Hod, le corps astral solaire, dans le Vav ו, la colonne vertébrale, de chaque initié qui connaît le secret de l’arche (tebah תבה) de l’alliance, qui est la même arche de Noah נח.

Lorsque les initiés construisent leur Shem שם, Hod, le corps astral solaire, ils reçoivent alors pour la première fois, dans le temple de Pergame, le nom (HaShem השם), le nom secret de leur propre Monade. Ce nom se rapporte à leur propre Dieu androgyne et doit être gardé secret. À moins que leur propre Dieu ne leur ordonne de le révéler pour une mission spéciale à l’exemple du Maître Samael Aun Weor, sinon ce sera comme prendre le nom en vain. Ainsi, notre propre Iod-Havah Elohim particulier יהוה אלהים a son propre nom en nous. Par la suite, le nom est confirmé quand ils, les confirmands, naissent dans HaShemim השמים, les cieux du Devachan en tant que Ham (corps mental solaire) et Japheth (corps causal solaire) dans HaShemim השמים, les cieux de Tiphereth, le monde causal.

C’est pourquoi le premier fils de Noah נח s’appelait Shem שם et symbolise Hod, le corps astral solaire. De Shem שם dérivent les Shemim שמיים ou Sémites, qui étaient des initiés nés dans HaShemim השמים, les cieux de Yetzirah, mieux dit, VaYitzer וייצר de Genèse 2: 7.

« La doctrine ésotérique des deux Iods dans le mot VaYitzer וייצר est la suivante: Ils dénotent et symbolisent deux créations distinctes, l’une de la bonté (Chesed, pilier droit supérieur), l’autre de la méchanceté (Malkuth, pilier gauche inférieur) ; l’un de vie, l’autre de mort ; des choses commandées et des choses interdites, et sont évoquées dans les mots: « Et (dans le pilier central) Jéhovah Elohim forma (VaYitzer Jéhovah Elohim וייצר יהוה אלהים) Ath HaAdam את־האדם de la poussière de la terre et souffla dans ses narines l’âme le souffle de vie, » la divine (Ath את) Schekinah (שכינה). Ath HaAdam את־האדם est un triple produit de la vie (Chaiah חיה), de l’esprit (Abraham ou Ruach Elohim רוח אלהים, Chesed dans Genèse 2: 4) et des âmes vivantes (Neshamoth Chayim נשמת חיים), par le mélange et l’union dont HaAdam האדם est devenu une âme vivante (Nephesh Chaiah נפש חיה), une manifestation du Divin (Binah בינה). » -Zohar

Donc, ce sont les générations de Noah נח et Ath HaElah-Yam את־האלה-ים (déesse de la mer), les Shemim שמיים ou Sémites, les fils de la Nun נון et le Chet חת de Noah נח, qui sont à l’origine de la Race Racine Aryenne dans l’Âge d’Or ou Satya Yuga dans Yesod, le sexe.

Observez l’orthographe du nom Noah נח Nun נון et Chet חת. Nun נון est : Nun-Vav-Nun final. Le Nun commun נ est courbé et le Nun final ן est droit. Pourquoi? Parce que le Nun courbé נ représente à la fois le semen masculin et féminin ou le mercure brut, et le Nun droit ן représente les âmes masculine et féminine du mercure, qui montent le long du Vav ו, et Zain ז, la colonne vertébrale des deux, mari et femme respectivement ; ainsi, formant la lettre Chet חת et Tav ת ou croix sexuelle. Par conséquent, les générations de נח Noah sont ‘Eleh’ אֵלֶּה (ces, ceux-ci), les générations de ‘Elah’ אֵלֶּה (déesse), les générations de Cheth חת.

La forme de la lettre Tav ת est formée par la lettre Resh ר à sa droite et la lettre Nun נ à sa gauche. Tav s’épelle תו ; cela indique alchimiquement que nous, dans l’acte sexuel, devons transmuter les deux Nun נון (poisson, sperme mâle et femelle) en énergie et la faire monter le long du Vav ו, notre colonne vertébrale, vers notre tête, Rosh ר, de Kether, dans la glande pinéale gouvernée par Neptune, Binah בינה, El-Ha-Yam אל-הים (le Dieu de la mer de Yesod).

« Et Abraham se leva et se prosterna devant les gens du pays, devant les fils de Cheth חת. » – Genèse 23 : 7

L’Arche de Noah נח התבה

« Et l’arche se reposa (ות-נח התבה) le (Zain זין) septième mois, le (Peh פה) le dix-septième jour du mois, sur les montagnes d’Ararat אררט (la tête). » – Genèse 8 : 4

Zohar

« Dieu est mon aide » Eleazar a dit: « Partout dans les Écritures où le mot ‘Elah’ אֵלֶּה (déesse ou ces, ceux-ci) apparaît, il y a une sorte d’antithèse entre ce qui précède et ce qui le suit. Par exemple:

« Et un fleuve sortit de l’Éden pour arroser le jardin ; et de là, il a été séparé et est devenu en quatre têtes. » – Genèse 2 : 10

Samael Aun Weor a déclaré :

« Le nom du premier est Pison : c’est celui qui entoure tout le pays de Havilah, où il y a de l’or ; et l’or de ce pays est bon : il y a du bdellium et de la pierre d’onyx. » – Genèse 2 : 11, 12

Le pays de Havilah est (Malkuth) notre propre corps physique, et l’or de ce pays est les atomes solaires de notre système séminal, c’est-à-dire l’or potable du semen.

« Et le nom du deuxième fleuve est Gihon : c’est lui qui entoure tout le pays d’Éthiopie. » – Genèse 2 : 13

Ce deuxième fleuve est le liquide céphalo-rachidien, qui est l’autre pôle de notre système séminal. Avec lui, nous englobons tout le pays d’Éthiopie, c’est-à-dire l’ensemble de notre tête et de notre gorge, puisque nous formons le cerveau et la gorge avec le liquide céphalo-rachidien.

« Et le nom du troisième fleuve est Hiddekel : c’est celui qui va vers l’Est de l’Assyrie. Et le quatrième fleuve est l’Euphrate. » – Genèse 2 : 14

Le fleuve qui va vers l’Est de l’Assyrie et le fleuve Euphrate sont les deux pôles du système séminal de la femme. Par conséquent, la femme est vers l’Est de nous, car elle est la porte du paradis, et cette porte est toujours vers l’Est. » – Samael Aun Weor

« Tous les fleuves se jettent dans (le dieu de la mer Ath HaElah-Yam את־האלה-ים dans Yesod, les organes génitaux ou Vav-Hei וה) ; pourtant la mer n’est pas pleine ; à l’endroit (qui est Iod-Hei יה dans Daath) d’où viennent les fleuves, là ils retournent à nouveau (à travers la transmutation). » – Ecclésiaste 1:7

Le Zohar continue :

Ce dit fleuve qui est sortie de (Iod-Hei יה dans Daath) Éden et est entrée au paradis (Yesod-Malkuth ou Vav-Hei וה), a amené dans les eaux HaMayim המים d’origine céleste, celle qui a donné vie aux plantes (vertus) et des fleurs (fleurs de lotus पद्म पुष्प, églises ou chakras) qui y ont poussé et qui n’ont cessé qu’à l’achèvement de la création lorsque, comme il est écrit :

« Et le (les eaux masculines féminines de Vav-Hei וה dans Malkuth, les physicalités masculines féminines) le septième jour, Elohim אלהים a accompli son travail qu’il avait fait ; et il a satisfait השביעי (les eaux masculines féminines de Vav-Hei וה) le septième jour (Malkuth, les physicalités masculines féminines) de tout son travail qu’il avait fait. » – Genèse 2 : 2

« Ici consiste le mystère du mot ‘Elah’ אֵלֶּה (déesse, la reine, Malkah מלכה) et ‘Eleh’ אֵלֶּה (ces générations), apparaissant dans le verset :

« Ceux-ci (Eleh אֵלֶּה) sont les générations de Noah נח. Noah était un homme juste et parfait dans ses générations, et Noah נח marchait avec Elah-Yam אלה-ים (déesse de la mer).

Et Noah נח engendra (avec Elah-Yam אלה-ים, la déesse de la mer, ceux-ci (ces), Eleh אֵלֶּה) trois fils, Shem (corps astral solaire), Ham (corps mental solaire) et Japheth (corps causal solaire). Genèse 6 : 9, 10

Marquez une antithèse entre la génération de Noah נח et celles qui la précèdent, à savoir les générations d’Adam אדם, ou en d’autres termes, la génération de Noah נח vient entre la manifestation et le développement de la vie (Chaiah חיה, Binah בינה et Elah-Yam אלה-ים, la déesse de la mer) sur les plans d’existence céleste et terrestre.

Noah נח symbolisait l’humanité commençant sa carrière terrestre et pour cette raison, il est dit:

« Noah le feu masculin du sol (Noah Eish Ha-Adamah נח איש האדמה). » – Genèse 9 : 20

Le récit biblique de Noah נח et du déluge contient un profond mystère qui explique pourquoi il était nécessaire que Noah נח entre dans l’arche (tebah תבה). C’était dans le but de garder la semence (la race humaine) vivante sur la surface de toute la terre (Genèse 7 : 3). Si oui, de quoi était alors l’arche (tebah תבה) un symbole?

L’arche (tebah תבה) de l’alliance (la bonne loi de la chasteté scientifique) par laquelle l’humanité céleste ou Adamique a été gardée et préservée et sans laquelle elle n’aurait pas pu entrer dans sa carrière mondaine d’existence et de progression ; c’est-à-dire que sans la continuation de la bonne loi dans le monde, le Soi supérieur (Jehovah Elohim יהוה אלהים, Chaiah חיה, Binah בינה) n’aurait pas pu opérer dans le développement progressif du Soi inférieur (dans Malkuth), qui aurait donc péri (à travers la seconde mort) et est revenu à son état pré-évolutionnaire ou élémental.

Avant que l’humanité actuelle ne commence à évoluer sur la terre, le Saint a conclu une alliance avec le Soi Supérieur (Jehovah Elohim יהוה אלהים, Chaiah חיה, Binah בינה), comme il est écrit :

« Et יהוה dit à Noah נח, viens toi et toute ta maison dans l’arche (de l’alliance) ; car je t’ai vu juste devant moi dans cette génération. » – Genèse 7 : 1

Les Écritures déclarent: « Voici les générations de Noah נח : Noah נח était un homme juste איש צדיק et parfait dans ses générations. Et Noah marcha avec Elohim » (Genèse 6: 9)

Pourquoi est-il écrit Noah נח : Noah נח ?

Parce que, chaque homme juste איש צדיק dans le monde est juste deux fois. L’un qui est juste dans ce monde, tandis que l’autre est juste dans le monde d’Adam Kadmon אדם קדמון, qui est décrit comme suit :

« Comme le tourbillon passe, le méchant (fornicateur) n’est plus : mais le juste est un fondement (sexe, Yesod יסוד) éternel. » – Proverbe 10 : 25

Tous deux ont la même appellation de « justes », l’un dans le monde céleste, l’autre dans le monde terrestre. Ce mystère occulte est contenu dans les mots :

« Noah נח marchait avec Ath HaElah-Yam את־האלה-ים  » – Genèse 6: 9

C’est-à-dire que Noah נח et Ath HaElah-Yam את־האלה-ים (la déesse de la mer schekinah) n’ont jamais été disjoints ou séparés, l’un étant le reflet de l’autre sur le plan terrestre, et donc il est écrit :

« Noah נח a trouvé grâce aux yeux de יהוה (Binah בינה). » (Genèse 6 : 8).

De plus, Noah נח aurait été « un homme juste et parfait dans ses générations » (bedorothiv בדרתיו). Le mot ‘parfait’ (thamim תמים) indique ici qu’il est né circoncis (mieux dit, chaste en utilisant le Tav ת ou croix sexuelle), et a également été la source de perfection non seulement pour sa génération mais aussi pour sa future postérité. Cela étant, il apparaît que Noah נח depuis le temps de la création était prédestiné à entrer et à être incorporé dans l’arche (de l’alliance), et aussi qu’avant cet événement, l’humanité n’était pas dans un état ou une condition parfaits, et seulement après sa demeure dans l’arche (de l’alliance) comme il est écrit :

« Ce sont les trois fils de Noah : et d’eux toute la terre était étendue (dans le satya yuga). » – Genèse 9 : 19

Le mot ‘étendue’ נפצה (naphzah) a ici le même sens ‘parée’ יפרד (divisé elle-même), comme dans Genèse 2: 10 ‘et un fleuve sortit de l’Éden pour arroser le jardin et de là il fut séparé, c’est-à-dire, s’est divisé en quatre têtes.’ Dans le travail de création, c’est au moment de cette division que le principe fertilisant et fructifiant d’en haut est entré dans le monde et a rendu la terre fructueuse comme il le fait sur le plan céleste, et donc l’Écriture déclare que ‘Elah אלה,’ (mieux dit, Elah-Yam אלה-ים, la déesse de la mer) ce principe de vie (feminin ou Schekinah שכינה), est descendu dans Noah נח afin qu’à travers lui la race humaine puisse apparaître et se perpétuer sur le plan terrestre. »

Après que Rabbi Eléazar eut cessé de parler, Rabbi Abba alla l’embrasser en disant : « Ô lion ! qui brise des rochers et les met en pièces. En vérité, tu as exposé la signification occulte de l’arche.

Rabbi Eléazar, poursuivant son discours, dit en outre : Il est écrit :

« Et il appela son nom Noah את־שמו נח, disant que cela nous consolera concernant le travail et le labeur de nos mains (ידי Iodi, les deux Iods de VaYitzer et Yzer). » – Genèse 5 : 29

Ici, le mot ‘Ath את’ se trouve devant ‘shemu’ (son nom) את־שמו נח. Ce n’est pas le cas dans les mots ‘Et il l’appela Jacob’ (שמך יעקב). Quelle est la raison de cette commission ?

Parce que Noah נח (dans Malkuth est נ Nun 50 et ח Chet 8 = 13) et Jacob (dans Tiphereth représentent les 13 attributs de la miséricorde, les Neshamoth Chayim נשמת חיים, âmes vivantes d’Israël (את־שמו ישראל son nom Israël), puisque, quand les lettres du nom Israël ישראל écrits en toutes lettres sont résumés, elles donnent aussi le nombre 13).

Ils (Noah et Jacob) symbolisent donc deux principes divins de fonctionnement différents. Ainsi, dans une vision, Isaïe dit :

« J’ai vu le (Ath את) Seigneur «  את־אדני » – Isaïe 6: 1

Le prophète utilisant ‘Ath את’ pour indiquer qu’il a vu à la fois la Schekinah שכינה et le Seigneur ensemble. Il en est de même avec le nom de Noah, nous enseignant qu’il a été nommé par le Saint et la Schekinah שכינה ensemble, tandis que Jacob, un autre patriarche symbolisant un état d’existence inférieur, a reçu son nom du Saint uniquement. »

« Ce sont les générations de Noah (et la Schekinah שכינה) : Noah était un homme juste et parfait dans ses générations, et Noah a marché avec Dieu. » – Genèse 6 : 9

Rabbi Jehudah dit :

« Un homme bon est gracieux et prête (aux pauvres) ; il conduira ses affaires avec prudence » – Psaume 112 : 5

Le terme ‘homme bon’ désigne le Saint, et c’est pourquoi il est écrit :

« Bon est Jéhovah טוב־יהוה pour tous, et ses tendres miséricordes sont sur toutes ses œuvres. » – Psaume 145 : 9

Jéhovah יהוה est un homme de guerre : Jéhovah יהוה est son nom.,’ Exode 15:3, car lui seul éclaire et nourrit ce monde inférieur et le guide avec jugement, comme il est dit :

« La justice et le jugement sont la demeure de ton trône : la miséricorde et la vérité marcheront devant ta face. » – Psaume 89 : 14

De plus, le Juste ou l’homme idéal est aussi désigné comme « un homme bon », et c’est ainsi qu’il est écrit :

« Dis aux justes qu’ils s’en tireront bien, car ils mangeront le fruit de leurs travaux » – Isaïe 3 : 10

Rabbi Joseph dit: « Ce verset fait référence à Noah נח, car il est expressément dit de lui ’Noah נח était un homme juste.’ »

Rabbi Isaac dit: « Je pense que les mots sont un éloge funèbre du Sabbath (Malkuth), en l’honneur duquel le Psalmiste commence sa louange par le mot ‘bon’.

« Ton trône est établi depuis longtemps : tu es de toute éternité. » – Psaume 93 : 2

« C’est une bonne chose de rendre grâce à יהוה et de chanter des louanges au nom du Très-Haut (Aelohim, l’Absolu). » – Psaume 92 : 1 » – Zohar

« Mais comme furent les jours de Noah, ainsi sera aussi l’avènement du Fils de l’Homme. Car comme aux jours qui étaient avant le déluge, ils mangeaient et buvaient, se mariaient et donnaient en mariage, jusqu’au jour où Noah entra dans l’arche, et ne le sut pas, jusqu’à ce que le déluge vint et les emmena tous ; ainsi en sera-t-il de la venue du Fils de l’Homme. » – Matthieu 24 : 37-39

Catégories : Conférences de Samael Aun Weor