Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

La réalité est que des impressions vous viennent au mental……les impressions selon la façon dont on vous a enseigné……ils vous l’ont dit……mais les données de la conscience n’y travaille pas; c’est ça qui est grave…

Étudiant : Certainement!

Samael Aun Weor : En revanche, dans le raisonnement objectif, il en va autrement : les fonctionnalismes, ou le ressort secret de ces fonctionnalismes se trouve justement dans la conscience, dans la conscience… …raisonnement objectif.

Cependant, de temps en temps, il y a des cas de personnes qui naissent avec un raisonnement objectif développé. En général, ils viennent au monde……dans les milieux initiés……ils ont un guide, un instructeur… (aujourd’hui c’est inconcevable pour le monde Occidental). Et il est clair que de telles créatures, dès leur naissance, sont dans des conditions totalement favorables au développement d’un raisonnement objectif.

Étudiant : …Enfant surdoué

Samael Aun Weor : Nous dirions plutôt, des âmes qui ont travaillé dans des vies antérieures ; des âmes qui ont atteint un raisonnement objectif dans des vies antérieures ; des âmes qui ont réussi l’éveil de la conscience dans des vies antérieures, dans des existences antérieures…

Étudiant : Ah bon! Donc, ce ne sont pas des cas, disons, par hasard, n’est-ce pas?

Samael Aun Weor : Non, on ne peut pas appeler cela « par hasard »! Ce n’est pas par hasard. Et puis, eh bien, ils naissent dans des conditions tout à fait favorables pour que leur raisonnement objectif se développe.

Naturellement, les instructeurs, dans ce cas, enseignent à la créature, ou enseignent à leurs disciples ou à cette classe de personnes, quelles sont les impressions……externes. On leur dit, par exemple, que les gens ordinaires ne perçoivent pas vraiment le monde extérieur, ils ne perçoivent que des impressions qui viennent au mental et traduisent, intellectuellement, en formes de lumière, de couleur, de chaleur, de forme, de son, etc. ainsi de suite, etc. Mais, la « chose en soi », comme disait Mr. Emmanuel Kant, ils ne la connaissent pas.

Alors, les instructeurs enseignent cela aux étudiants : ils les mettent en garde contre les passions animales, ils les instruisent pour qu’ils ne soient pas piégés par les impressions extérieures, ils les éduquent ésotériquement et les « élèvent ».

Il y a donc peu de gens qui ont ce bonheur, du fait d’avoir travaillé dans des vies antérieures et d’être nés dans un environnement favorable…

Les lois du trois et du sept, par exemple, ne sont pas des lois que le raisonnement subjectif peut comprendre. Sous quelle forme se développe le saint Triamatzikamno? Comment la loi sacrée d’Heptaparaparshinock, la loi du sept, est-elle traitée?

Nous savons déjà que les forces positive, négative et neutre (la sainte affirmation, la sainte négation et la sainte réconciliation, les trois forces), sont à l’origine de toute la création ; qu’aucune création ne serait possible sans la coopération des trois forces. Mais créer est une chose, ordonner en est une autre. L’ordre du cosmos et des mondes, etc., etc., etc., n’est possible que par la loi sacrée de Heptaparaparshinock, c’est-à-dire la loi du sept.

Mais comment ces lois du trois et du sept se déroulent-elles? Quels sont leurs fonctionnalismes les plus intimes? Cela ne pourrait jamais être compris par un raisonnement automatique ou subjectif. Seul un raisonnement objectif peut le comprendre, basé sur une introspection intime et directe.

Ainsi, ceux qui n’ont pas réussi à développer le raisonnement objectif ne pourraient jamais comprendre comment ces lois du saint Triamatzikamno et la loi sacrée du saint Heptaparaparshinock sont traitées.

Étudiant : Heptaparaparshinock!…

Samael Aun Weor : Bien sûr que oui! Essayez ou essayez d’essayer de comprendre comment les lois du trois et du sept fonctionnent sur la base d’un raisonnement subjectif pur, ou sur la base d’un rationalisme subjectiviste pur, pour voir si vous pouvez vraiment comprendre leurs processus. De toute évidence, vous ne pouvez pas. Vous pourrez croire cela, oui, et vous tromper en croyant que vous avez compris, mais, en réalité, vous ne saurez pas comment ces lois sont traitées. Pour les comprendre, un raisonnement objectif doit être développé.

Étudiants : …Nous ne pouvons pas…

Samael Aun Weor : Ah, en effet! Avant la deuxième catastrophe transalpalnienne, nombreux étaient ceux qui comprenaient les processus de la loi du trois et du sept. Mais après la deuxième catastrophe, le mental s’est involué de manière si effrayante qu’il s’est malheureusement détérioré, et le raisonnement subjectif n’a pas pu comprendre cela.

Donc, nous disons quelque chose qui vaut la peine d’être analysé…

Étudiant : C’est formidable, n’est-ce pas?

Samael Aun Weor : Maintenant, l’environnement actuel qui existe dans le monde, l’environnement, disons……comme il est dit dans… les écritures sacrées, qui existe actuellement dans le monde, cet environnement de sagesse, de culture……etc., est absolument défavorable au développement des germes du raisonnement objectif.

Étudiant : Et comment? Si nous sommes dans les pires conditions…

Samael Aun Weor : Oui, en ce moment vous êtes des créatures automatiques : vous recevez des impressions sensorielles externes et réagissez à ces impacts de différentes manières, parce que vous n’avez pas conscience, vous n’avez aucun raisonnement objectif.

Étudiant : Alors, cette fille?

Samael Aun Weor : Eh bien, cette fille n’a pas encore eu le temps de développer les germes du raisonnement objectif dans son existence actuelle. Si on lui permet, si on lui donne l’opportunité de développer de tels germes de semence, elle les développera. Mais cette humanité commune et ordinaire, vit dans un milieu lamentable, où les germes du raisonnement objectif ne peuvent se développer : ils mettent cinquante mille choses dans la tête, et ils détruisent les données que la nature a déposées en soi, pour l’orientation de soi-même, ils sont détruits…

C’est-à-dire que les résultats de la conscience sont déposés dans le cerveau; ou des données qui sont le résultat de la conscience. Dans le cerveau de l’enfant, tout comme celle-ci, se trouvent les données que la nature a déposées ; données venant de sa conscience qui servira à la guider, à l’orienter ; il y a aussi les germes pour le développement du raisonnement objectif.

Mais ensuite, les je-sais-tout interviennent, avec leurs écoles primaires et secondaires, la presse, la télévision, la vie moderne avec toutes ses bestialités et ses banalités, alors ils éliminent ces données et transforment les êtres humains en automates, qui vivent en réagissant contre les impacts du monde extérieur : quelqu’un les insulte, ils répondent par une insulte ; quelqu’un les frappe, ils ripostent; quelqu’un leur dit : « c’est une radio », et ils disent « c’est une radio », pourquoi? Parce qu’on leur a appris que lorsqu’une telle impression arrive, cela correspond à une radio.

« Est-ce un verre? » « Oui, c’est un verre. » Pourquoi? Ils ont dit aux enfants. Et ils répondent à tout ce qui leur est présenté avec des données précisément venant de…

…mais ils ne répondent pas avec leur conscience, avec leur raisonnement objectif, parce qu’ils n’ont pas la possibilité de développer un raisonnement objectif ; ils ne lui donnent pas l’occasion à la conscience de travailler, de s’exprimer sous la forme d’un raisonnement objectif. Ils ne donnent pas cette possibilité aux enfants. Ils font de ces créatures des êtres automatiques et rien de plus : s’ils sont touchés, ils ripostent ; s’ils les insultent, ils insultent en retour ; ils se mettent cinquante mille choses dans la tête pour qu’ils répondent à tout [mécaniquement, automatiquement], à chaque chose selon ce qu’on leur a appris, et c’est tout… Ils ne sont conscients de rien; ce sont des marionnettes automatiques qui réagissent sans cesse aux impressions sensorielles extérieures d’une manière ou d’une autre, mais réagissent toujours avec des concepts, avec des mots, avec des idées, mais réagissent à toutes les impressions sensorielles extérieures…

Comment se pourrait-il, disons, qu’ils puissent comprendre avec un raisonnement subjectif le Saint Triamatzikamno et la loi sacrée de l’Heptaparaparshinock? C’est impossible.

Créer est une chose, ordonner en est une autre. Avec la loi du trois, il est créé et avec la loi du sept, il est ordonné.

Un cosmos représente un ordre de mondes ; sans un ordre de mondes, aucun cosmos ne pourrait exister. Comment pourrait-il exister? Le chaos existerait, mais pas le cosmos. La loi du sept est nécessaire pour qu’il n’y ait pas de chaos, mais un cosmos ; ainsi, la loi du trois est nécessaire pour que ce cosmos soit créé.

Donc, la loi du trois donne la création, mais si la loi du sept n’existait pas, les corps, les mondes, les organes, les organismes, tout ne serait pas organisé (ce ne serait pas possible).

Or, la loi sacrée de l’Heptaparaparshinock a ses sept Stopinders, c’est-à-dire sept centres magnétiques. Il y a des points critiques dans ces sept centres magnétiques.

Étudiant : Naturellement…

Samael Aun Weor : …points critiques……dans toute la loi du sept, parce qu’en elle-même……disons, la loi du sept commence par des forces qui partent d’un point défini. Elles se dilatent et se séparent les unes des autres, puis se rejoignent à la fin, de sorte qu’elles se rejoignent en bas et se rejoignent en haut.

C’est la loi du sept.

Par exemple, un humanoïde est un « animal intellectuel » mais n’est pas la représentation vivante du saint Heptaparaparshinock, pas encore. C’est un humanoïde avec des possibilités de devenir un humain. Si les germes qui sont dans cet humanoïde sont développés, il pourrait se transformer en un être humain, transformé en un être humain qui est un septénaire complet, qui est le septuple humain parfait ; en-bas, il a sept corps. Donc, si on compte de haut en bas : sept corps ; si on compte de bas en haut : sept corps. C’est-à-dire qu’il possède les sept véhicules ; la loi sacrée de l’Heptaparaparshinock qui est le saint sept est venue prendre pleinement forme en lui.

Or, s’il parvient à cristalliser, en lui-même, les trois forces primaires de la nature, alors il ne pourra devenir rien de moins qu’une cristallisation parfaite des trois forces et des sept (du saint Triamatzikamno et de la loi sacrée de l’Heptaparaparshinock) ; il serait déjà l’humain auto-réalisé et parfait ; clairement en effet.

Mais, pour être atteint, ou pour être capable de comprendre ces processus intimes de la loi du trois et du sept, évidemment, on doit développer un raisonnement objectif.

Les germes, pour un raisonnement objectif, sont portés par chacun au plus profond de leurs glandes endocrines sexuelles. Ils peuvent se développer, ils peuvent ne pas se développer. Ce n’est pas la loi qu’ils se développent ; pour qu’ils se développent, il faut s’y consacrer : un travail sur soi, pour arriver au développement d’un raisonnement objectif. Si vous ne travaillez pas sur vous-même, comment allez-vous développer un raisonnement objectif?

Donc, si nous regardons cette marionnette appelée « être humain », et qui n’est pas humaine du tout, puisqu’il s’agit d’un humanoïde, une sorte de « robot » qui vit en réagissant aux impressions du monde extérieur ; il est comme une double conscience. D’une part, il y a cette conscience personnelle, qui n’est autre chose que le résultat de l’éducation reçue, des habitudes, des impressions, de tout cet automatisme extérieur ; cinquante mille choses ont été mises dans sa tête, et il répond à toutes les impressions avec toutes les données qu’il a accumulées dans son cerveau, n’est-ce pas? C’est ce qui, disons, donne, avec les habitudes et avec les préjugés, bref, cette teinte de fausse conscience, n’est-ce pas?, que chaque personne possède ; malheureusement tout le monde en vient à croire que c’est la vraie conscience.

Maintenant, la conscience authentique, la conscience légitime, cette essence, est celle de l’Être. La véritable conscience est laissée traîner, jetée. Ces gens ultramodernes, disons, ne s’intéressent pas à la vraie conscience de l’Être. Ils prennent pour « conscience » cette fausse conscience de la personnalité humaine, fait de complexes, de traumatismes, de raisonnements subjectifs, de fausses éducations, c’est ça qu’ils prennent pour « conscience », c’est ça? La fausse conscience de la personnalité. Mais la conscience authentique de l’Être est rejetée, oubliée, rangée, laissée dans un coin ; elle n’a aucune importance pour eux.

Alors, des gens comme ça, qui ont rejeté la vraie conscience, qui ne l’utilisent pas du tout, qui n’ont que des raisonnements subjectifs, en fait ce sont de purs « robots ». C’est pourquoi il est facile de construire un robot ; il y a des robots parfaits, merveilleux, ils réagissent à toutes les impressions extérieures : ils voient une impression, et aussitôt le robot, mécaniquement, traduit cette impression, exactement comme un cerveau humain.

…le robot… …ils le font obéir, et il fait tout ce que n’importe quelle « poupée parlante » de ceux-là, n’importe quelle personne humaine ou humanoïde peut faire.

Étudiant : Est-ce le degré que les êtres humains ont atteint?

Samael Aun Weor : Oui en effet, comme robot…

L’humain authentique a sept corps, on ne peut nier qu’elle n’en a pas. Mais il s’avère que toute cette humanité n’en a pas et que les vrais humains doivent être recherchés avec la lanterne de Diogène.

Diogène est allé chercher un humain dans tout Athènes et n’en a pas trouvé. (Certains disent qu’il est arrivé à Bogotá (Colombie) et là sa lanterne a été volée ; d’autres disent que ce n’était pas vrai, que c’était ici au Mexique, à l’aéroport où sa lanterne a été volée [rires]). Misérable Diogène, n’est-ce pas? Bon, conclusion : Il est allé partout (c’est pour ça que sa lanterne a été volée), à la recherche d’un humain et il n’en a pas trouvé…

Eh bien, ces écoles de type pseudo-ésotérique et pseudo-occultiste font croire que tout le monde est déjà un septénaire complet ; première erreur. La deuxième erreur très grave, extrêmement grave : ils louent leur cher ego. Jamais dans la vie ils ne se sont auto-observés ; disons, ils ont atrophié le sens de l’auto-observation. Ils n’ont jamais voulu s’auto-observer. Parce que s’ils s’auto-observaient, ils réaliseraient que ce cher ego qu’ils vantent tant, et qu’ils citent comme « divin » est……c’est très grave.

Et il s’avère que ce « cher ego » dont parlent les théosophes ou pseudo-théosophes, n’a rien de divin; en alchimie l’ego est ce que nous appelons « mercure sec ».

En alchimie on enseigne qu’« il faut éliminer le mercure sec et le soufre arsenic » (ou sel rouge, c’est pareil). Le mercure sec fait référence à l’ego et tous les éléments qui le composent. C’est en alchimie, Sendivogius sait cela, Nicholas Flamel sait cela, Raymond Lully sait cela, etc., etc., etc., de même Francis Bacon…

Si on n’élimine pas le mercure sec on n’obtient rien. Mais ces dames et messieurs, ceux qui louent l’ego, des écoles pseudo-Rosicruciennes, pseudo-Théosophiques, etc., ne sont pas des alchimistes, ils ne connaissent pas l’alchimie, ils ne connaissent pas ce qu’est le mercure sec, ce qu’est le sel rouge, ou ce qu’est le soufre arsenic ; ils ignorent tous ces détails et vénèrent l’ego le considérant comme « divin ». Voyez quelle perversion!

Alors, le misérable néophyte, qui ne s’est jamais assez observé pour pouvoir dire oui ou non, mais qui n’est animé que par le désir d’apprendre, et puisque ces écoles, entre parenthèses, lui proposent… …naturellement il est perdu, il arrive à adorer ce qu’il ne faut pas adorer ; il en vient à croire sincèrement que l’ego est « divin ». C’est extrêmement grave!

En adorant l’ego, toute possibilité de changement est absolument impossible. Car si ces misérables avaient le sens de l’auto-observation… …alors tout serait différent : ils se rendraient compte qu’un tel ego n’est rien de plus qu’une somme d’egos, c’est-à-dire qu’ils le prouveraient par eux-mêmes, non parce qu’un autre le leur aurait dit, mais directement ; et que tous ces egos, chacun d’eux, en soi, est comme une personne.

Ainsi, nous avons en nous, non pas une, mais plusieurs personnes ; les nombreuses personnes qui vivent en nous sont les egos ; et le corps humain est une maison où de nombreuses personnes entrent et sortent.

Ainsi, un individu physique n’est pas le même à tout moment. Mais il faut prouver que…, ou plutôt, le misérable néophyte, ou qui que ce soit, doit l’avoir prouvé par l’auto-observation.

Car ce n’est qu’à travers l’auto-observation qu’on développe ce sens.

C’est un sens, le sens de l’auto-observation. Mais si vous ne l’utilisez pas, vous ne le développez pas. Si vous l’utilisez, vous le développez ; et si on le développe, on peut vérifier par soi-même, sans qu’on le dise, que l’ego n’est pas, comme d’autres le disent, « que c’est sacré ».

Mais on en vient à le vérifier directement, par soi-même, par l’expérience. On en vient à corroborer jusqu’à la nausée, à le comprendre, à le mettre en évidence, que l’ego, en lui-même, est constitué de toute une somme d’egos qui personnifient les erreurs psychologiques.

Si bien que tous ces Moi, dans leur ensemble, sont des gens qui vivent à l’intérieur de soi-même ; beaucoup de personnes vivent en chacun de nous et chacune de ces personnes a ses engagements, ses idées, ses critères, etc., etc. Donc, vous pensez qu’il y en a une, mais vous ne faites rien; tout nous arrive, comme quand il pleut, comme quand il tonne… Et ce que je vous dis est fondamental, fondamental…

Eh bien, de sorte que quand on vient vraiment à l’évidence à travers l’auto-observation (directement, non pas parce que quelqu’un d’autre le dit, mais par soi-même, de manière pratique), que l’ego est en soi, peut aussi en déduire, par simple déduction logique, quelles sont les écoles de……qui déifient l’ego, qui veulent faire comprendre, de façon absurde, qu’un tel ego est une « unité », alors qu’il n’en est rien ; et qu’il est « divin », alors qu’au fond il n’est que l’aboutissement de bien des « hiers », le produit de bien des erreurs.

Mais si on dit dans une de ces écoles (en qui on a confiance), que « l’ego est divin », on les croit, et alors toute possibilité de changement est fermée. Car tant qu’on croit que l’ego est une « unité individuelle », etc., toute possibilité de changement devient absolument impossible.

Le changement ne surviendrait en vous, qu’en détruisant toutes ces personnes qui vivent en vous. En éliminant de telles personnes, la seule chose qui resterait en soi serait l’essence libérée, et pleine de beaux attributs, de précieuses facultés, de perfection et de beauté intérieure.

Il y aurait alors un changement radical. Mais si l’on n’admet pas, si l’on refuse de comprendre, et si l’on n’admet pas, disons, la pluralité de l’ego, toute possibilité de changement est annulée.

Si l’on divinise l’ego (sans savoir ce qu’est l’ego), uniquement parce que d’autres lui ont dit que c’est « divin » (sans avoir pris la peine d’investiguer dessus), les portes sont en fait fermées à tout travail psychologique et toute possibilité de changement est annulée.

Étudiant : Maître : quand un individu étudie, disons, ce qu’est l’ego, il a la possibilité que la capacité d’analyse naisse en lui, n’est-ce pas?

Samael Aun Weor : Oui bien sur!…

Étudiant : Ou pensez-vous que… Ce que je veux savoir, c’est plus ou moins ce que vous m’avez dit, maître, d’où peut-on la faire venir, ou vraiment d’où vient la capacité d’analyse? Car réellement c’est un instrument, un outil de travail qui manque…

Samael Aun Weor : Eh bien, je vais vous dire : nous revenons au sujet du raisonnement et des deux raisonnements. Il peut y avoir des analyses purement subjectives. Toute analyse liée uniquement au raisonnement subjectif, toute analyse subjective, c’est-à-dire toute analyse basée exclusivement sur des perceptions sensorielles externes est inutile…

La Loi de l’Éternel Trogo Autoegocrate Cosmique Commun

Un exemple de raisonnement objectif est la loi de « l’Éternel Trogo Autoegocrate Cosmique Commun ». Au nom de la vérité, je dois dire qu’il existe une grande loi que l’on pourrait appeler la « loi de l’Éternel Trogo Autoégocrate Cosmique Commun ». Une telle loi a deux facteurs de base, fondamentaux : « avaler et être avalé », ou « l’alimentation réciproque de tous les organismes ». Incontestablement, les gros poissons avalent toujours les petits poissons, et dans les jungles les plus profondes les plus faibles succomberont toujours aux plus forts. C’est la loi de la vie. Peu importe à quel point nous étions végétariens, dans la tombe noire, notre corps sera dévoré par les asticots afin que la loi de l’Éternel Trogo Autoegocrate Cosmique Commun soit toujours remplie.

Incontestablement, tous les organismes vivent sur d’autres organismes. Si nous descendons à l’intérieur de la Terre, nous découvrirons un métal qui sert de gravitation aux forces évolutives et involutives de la nature. Je veux me référer emphatiquement au cuivre. Si, par exemple, nous appliquions le facteur positif de l’électricité audit métal, nous pourrions mettre en évidence (avec le sixième sens) de merveilleux processus évolutifs dans ses molécules, dans ses atomes ; mais si nous appliquions la force négative, nous verrions l’inverse, c’est-à-dire des processus involutifs très semblables à ceux de l’humanité décadente de notre temps ; et la force neutre maintiendrait alors le métal dans un état statique ou neutre. De toute évidence, le rayonnement du cuivre est également transmis à d’autres métaux présents à l’intérieur de la Terre, et vice versa. Les émanations de ceux-ci sont reçues par le cuivre et donc les métaux, à l’intérieur de la Terre, se nourrissent réciproquement (voici la loi de l’Éternel Trogo Autoegocrate Cosmique Commun). Il est merveilleux de savoir que le rayonnement de tous les métaux (entre les entrailles de la Terre, où ils se développent) est transmis à d’autres planètes dans l’espace infini. De telles émanations atteignent les entrailles vivantes des planètes voisines de notre système solaire ; elles sont reçues, telles des radiations, par les métaux de ces autres planètes (situées dans les entrailles d’elles-mêmes) et à leur tour elles rayonnent également, et leurs radiations ou ondulations énergétiques atteignent l’intérieur de notre planète Terre afin d’alimenter les métaux de cette planète, notre planète, dans laquelle nous vivons, nous déplaçons et avons notre Être. Tous les mondes vivent de tous les mondes ; cela est évident, indiscutable, palpable et manifeste. L’équilibre cosmique est basé sur cette loi d’alimentation réciproque planétaire. C’est intéressant, n’est-ce pas? Comment les mondes se nourrissent les uns les autres, s’adaptent à un équilibre planétaire aussi merveilleux et parfait…

L’eau des mondes est, pourrait-on dire, l’élément de base pour la cristallisation de cette grande loi de l’Éternel Trogo Autoegocrate Cosmique Commun. Réfléchissons un instant : qu’adviendrait-il de nous et de notre planète Terre, qu’adviendrait-il des plantes et de toutes les créatures animales, si l’eau s’évaporait, si elle disparaissait, si elle se terminait? Évidemment, notre monde deviendrait une grande Lune, un cadavre cosmique où la grande loi de l’Éternel Trogo Autoégocrate Cosmique Commun ne pourrait se cristalliser et toutes les créatures périraient de faim.

Cette grande loi est traitée, certainement, conformément aux lois du Saint Triamatzikamno (la loi du trois) et à celle de l’Heptaparaparshinock sacré ou loi du sept. Observez bien comment ces lois sont traitées : un principe actif se rapproche d’un principe passif, ou pour être plus clair, la victime est avalée par le principe actif (c’est la loi, n’est-ce pas?). Le principe actif serait, disons, le pôle positif ; le principe passif serait le pôle négatif et le principe qui concilie les deux est la troisième force neutre.

Le premier dans la Sainte Affirmation, le second est la Sainte Négation et le troisième est la Sainte Conciliation. Ce dernier concilie l’affirmation avec la négation, et la victime est dévorée (bien sûr) par celui qui lui correspond, selon la même loi, compris?

Le tigre, par exemple, avale l’humble lapin. Le tigre serait la Sainte Affirmation, le lapin la Saint Négation et la force qui les réconcilie tous les deux est la Sainte Conciliation (elle les réconcilie tous les deux, comme un seul tout).

Que c’est cruel? Oui, apparemment, mais qu’allons-nous faire? C’est la loi des mondes, cette loi a existé, existe et existera toujours. la loi est la loi et la loi s’accomplit, au-dessus des opinions, des coutumes, des concepts, etc.

Mais continuons, car il faut approfondir un peu, pénétrer davantage dans les profondeurs de cette matière : d’où vient vraiment cette loi de l’Éternel Trogo Autoegocrate Cosmique Commun? Je dis que cela vient de l’Okidanock actif, qui pénètre tout, qui sait tout et qui est tout miséricordieux.

Cet Okidanock actif, à son tour, d’où émane-t-il? Quelle est sa causa-causorum? Incontestablement, une telle origine ou cause n’est autre que l’Absolu Solaire Sacré. Ainsi, du Soleil Sacré Absolu émane le Saint Okidanock, et bien qu’il reste (dirions-nous) entre les mondes, il ne reste pas complètement impliqué en eux, car il ne peut pas être emprisonné.

Pour sa manifestation créatrice, l’Okidanock actif doit se dédoubler dans les trois forces appelées positive, négative et neutre. Lors de la manifestation, chacune de ces trois forces travaille indépendamment, séparément, mais toujours unies à son origine, qui est le Saint Okidanock, et après la manifestation, ces trois facteurs ou ingrédients (positif, négatif et neutre) reviennent à nouveau pour fusionner, pour s’unir au Saint Okidanock, et à la fin du mahamanvantara, le Saint Okidanock (intégral, complet, unitotal) sera réabsorbé dans l’Absolu Solaire Sacré.

Voilà, mes chers frères et sœurs, l’origine de l’Éternel Trogo Autoegocrat Cosmique Commun.

Végétarisme

De ce principe, le végétarisme est laissé (en fait) sans fondement. Évidemment, les fanatiques du végétarisme en ont fait une « religion de la cuisine » et c’est bien dommage.

Les grands Maîtres Tibétains ne sont pas végétariens, et quiconque doute de mes paroles devrait lire le livre intitulé « Bêtes, Hommes et Dieux », écrit par un grand explorateur Polonais. Il était au Tibet, il fut reçu par les maîtres lors de banquets, et ce qui est curieux, c’est que dans ces banquets ou festins auxquels il assistait, la viande de taureau figurait comme élément de base de l’alimentation. Les fanatiques de végétarisme trouveront mes paroles absurdes, mais Kozobsky, l’auteur d’un tel livre cité, sera content car il verra que j’ai compris ce point important.

Il est donc absurde de dire que les grands maîtres du Tibet sont végétariens. Lorsque le grand initié Saint Germain (Prince Rakosky), le grand maître de la Loge Blanche qui dirige le rayon de la politique mondiale travaillait au temps de Louis XV (pour parler plus clairement), il ne se manifestait pas comme végétarien. Au contraire, ils l’ont vu lors de fêtes mangeant de tout; certains commentent sur la façon dont il a goûté la viande de poulet, par exemple…

Alors d’où vient cette histoire de végétarisme? Sans aucun doute, l’école végétarienne est contre l’Éternel Trogo Autoégocrate Cosmique Commun ; cela est évident. En revanche, les protéines animales ne peuvent en aucun cas être négligées, puisqu’elles sont indispensables à l’alimentation.

J’étais un fanatique végétarien, et au nom de la vérité je vous dis que j’ai été déçu par le système. Je me souviens encore dans la Sierra Nevada de Santa Marta, en Colombie, en Amérique du Sud ; à cette époque, je voulais faire d’un pauvre chien un végétarien à cent pour cent. Oui, l’animal a appris, mais quand il a appris, il est mort. Cependant, j’ai observé les symptômes de cette créature : la faiblesse qu’elle présentait avant de mourir, etc. Bien plus tard, en République d’El Salvador, en Amérique Centrale, j’ai ressenti les mêmes symptômes. Quand je suis rentré à la maison, remontant une longue rue qui avait tendance (plutôt) à être verticale qu’horizontale, car elle était assez raide, je transpirais terriblement, la faiblesse augmentait, je pensais que j’allais mourir. Je n’avais d’autre choix que d’appeler la Maîtresse Litelantes, ma femme, et de lui demander de me rôtir un morceau de viande de taureau. Elle l’a fait et j’ai mangé la viande. Alors les énergies sont revenues dans le corps, j’ai senti comment je revenais à la vie. Depuis lors, je suis devenu désillusionné par le système végétarien.

Ici au Mexique, j’ai rencontré, précisément, le directeur d’une école végétarienne (cet homme était Allemand) ; son corps a commencé à s’affaiblir de façon effrayante, terrible, jusqu’à présenter les mêmes symptômes que le chien de mon expérience. L’infortuné monsieur, enfin, terriblement affaibli, mourut.

J’ai aussi rencontré un yogi (astrologue et je ne sais quoi d’autre), qui représentait l’université à une table ronde, ici à Mexico. Il affaiblissait (terriblement) son corps avec le végétarisme ; il a présenté les symptômes de ce pauvre chien de mon expérience, et il est mort…

Alors, mes chers amis, sachez que la grande loi du Trogo Autoégocrate Cosmique Commun existe, et qu’il est inutile de chercher à se soustraire à cette loi qui émane (je l’ai déjà dit) de l’Okidanock actif ; qu’il n’est pas possible d’altérer ladite loi ou de la modifier.

Je ne veux pas dire par là que nous devons devenir carnivores de manière exagérée. Non, nous devrions être un peu équilibrés. Le Dr Krumm Heller avait l’habitude de dire que nous devons avoir 25% de viande parmi les aliments, et là-dessus je suis d’accord avec Maître Huiracocha (Dr Krumm Heller).

Je le répète, peu importe à quel point nous devenons végétariens, la loi est accomplie et lorsque nous irons dans la tombe, les asticots avaleront notre corps, que cela nous plaise ou non, car la loi est la loi.

C’est évident, n’est-ce pas? Les vaches sont végétariennes à cent pour cent, et pourtant (comme le disait un grand initié) « nous n’avons jamais vu de vache initiée ». En arrêtant de manger de la viande, nous ne nous auto-réaliserons pas complètement. Je peux vous assurer que personne ne deviendra plus parfait parce qu’il arrête de manger de la viande. Certains disent que « comment vont-ils mettre des éléments animaux dans leur organisme, s’ils sont déjà sur le chemin de la perfection, etc. » Ceux qui disent de telles choses ignorent leur constitution interne, et il vaut mieux qu’ils mangent un morceau de viande et ne continuent pas avec les « agrégats » animaliers qu’ils portent en eux.

L’organisme humain a pour siège un corps vital, le « Linga Sarira » dont parlent les théosophes. Au-delà de tout cela, qu’est-ce qui existe dans les organismes de ces « humanoïdes intellectuels »? Eh bien, les « agrégats » animaliers, ces « agrégats psychiques » qui personnifient nos erreurs, ces monstres bestiaux de nos passions. Eh bien, il vaut mieux éliminer ces monstres que de s’inquiéter du petit morceau de viande qui est servi sur la table en mangeant. Lorsque nous mangeons de la viande de poulet ou de taureau, nous ne nous nuisons en aucune façon ; cependant, avec tous ces « agrégats » bestiaux que nous portons, non seulement nous nous faisons du mal, mais nous faisons aussi du mal à nos semblables, et c’est pire.

Est-ce la colère, la cupidité, la luxure, l’envie, l’orgueil, la paresse et la gourmandise une petite chose? Et que dirons-nous de toutes ces bêtes que nous portons à l’intérieur et qui représentent le commérage, la diffamation, la calomnie, etc., etc.? Il vaut mieux que nous ne « nous lavions pas trop les mains », présumant que nous sommes des « saints ». Le moment est venu de devenir plus complet; l’important est de mourir en soi, ici et maintenant.

Cependant, je ne veux pas nier la sélection de nourriture avec cela. Je ne recommanderais en aucun cas, par exemple, le porc. On sait déjà que cet animal est lépreux et qu’il a une psyché trop brutale, nocive pour notre organisme. Il est inconvénient, oui, des aliments sains : bœuf, poulet, etc., mais n’allez jamais dans les excès, car ceux-ci sont complètement nocifs et préjudiciables…

Eh bien, mes chers amis, je crois qu’avec ce que je vous ai dit sur le végétarisme, vous avez suffisamment de repères pour savoir comment nourrir votre corps, sans manque ni excès, c’est-à-dire dans un équilibre parfait. C’est tout.

Catégories : Conférences de Samael Aun Weor