Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Karl Marx

Le Christ Intérieur

Étudiant : Vénérable maître, pourriez-vous nous parler du Christ intime?…

Samael Aun Weor : Si vous lisez attentivement Paul de Tarse, dans toutes ses épîtres, vous verrez qu’elles sont très intéressantes. « Paul de Tarse aux Corinthiens », « Paul de Tarse aux Galates », « Paul de Tarse aux Hébreux », parle toujours du Jésus Christ intérieur ; il fait rarement allusion au grand Kabir Jésus (historique). Paul de Tarse fait allusion à ce Jésus Christ intime.

Quel est le mérite du grand Kabir Jésus, venu il y a près de 2 000 ans en terre sainte? Un mérite, et très grand : c’est de nous avoir apporté la doctrine du Seigneur. Pourquoi devait-il être celui qui enseignait cette doctrine? Parce que le Seigneur s’était incarné en lui; il s’est exprimé à travers lui, et c’est pourquoi Jésus a enseigné la doctrine du Christ intime.

Le Christ intime c’est ce qui compte, il est l’instructeur du monde et il s’exprime à travers tout humain dûment préparé. Le seigneur est l’instructeur, celui qui donne les enseignements. Tout ce que je vous dis, je ne saurais le dire si ce n’était par le Seigneur. C’est lui qui a donné les enseignements à travers les livres, pas moi, car ma personne ne vaut pas « cinq sous », c’est le Seigneur ; et je me sens heureux que moi, qui suis, eh bien, quelque chose qui ne vaut rien, j’ai été choisi par le Seigneur pour qu’il puisse s’exprimer à travers moi.

Alors, c’est le Seigneur qu’il faut remercier, pas moi, qui ne vaux rien : ma personne ne vaut pas cinq sous, « cinq sous ».. Bien sûr, cela pourrait susciter des questions. Et j’aimerais que vous posiez des questions, et je serai heureux d’y répondre… [juste à ce moment-là, un coucou d’horloge murale retentit ; tout le monde rit]. Eh bien, ce petit oiseau vous a battu là…

Bouddha Maitreya

Étudiant : Vous avez déjà parlé du Bouddha Maitreya, mais cela n’a pas été enregistré, j’aimerais que vous répétiez la signification du Bouddha Maitreya et du Kalki Avatar.

Samael Aun Weor : Il y a des « bouddhas de contemplation » et il y a des « bouddhas transitoires ». Les bouddhas transitoires sont des bouddhas en transit, qui n’ont pas encore reçu le Seigneur. Tout bouddha qui a reçu le Seigneur, qui est passé par l’Initiation Vénuste, est un bouddha de contemplation, est un bouddha Maitreya.

Ainsi, le bouddha Maitreya n’est pas seulement sujet x, aussi divin soit-il ; bouddha Maitreya est tout bouddha qui a reçu le seigneur, qui l’a incarné.

Quant à mon bouddha intérieur, il a le seigneur incarné et c’est pourquoi il est appelé « bouddha Maitreya » ; n’oubliez pas que « à celui qui sait, la parole donne pouvoir ; personne ne l’a prononcé, personne ne la prononcera, sauf celui qui a le Logos incarné »… C’est ma réponse, concernant le bouddha Maitreya.

D’autres questions, frères et sœurs?

Étudiant : Et pour « le Kalki avatar »?

Samael Aun Weor : Kalki Avatar! En termes simples, nous sommes à l’ère du Kali Yuga [âge sombre]. Dans cette fin du Kali Yuga, le Seigneur devait revenir pour enseigner l’humanité, et il est revenu et est ici avec vous ; le seigneur s’exprime à travers moi; je l’ai incarné; c’est lui l’instructeur, c’est lui qui initie l’ère du Verseau. Mais il est le seigneur ; ma personne humaine, je le répète, ne vaut rien. Je clarifie cela pour que ma personnalité n’est pas adoré, afin que la lampe ne soit pas confondue avec la lumière qui brille à travers la lampe.

Ainsi, si le Seigneur voulait venir, personne ne pourrait l’interrompre : il vous parle, vous enseigne, vous montre le chemin, et puisque nous sommes à l’âge du Kali Yuga, il est appelé « kalki », correspondant à ce temps. À son tour, « avatara » signifie « messager » ; un messager…

Résurrection

Étudiant : Autre chose, maître : vous avez parlé de résurrection, de trois jours à trois ans… pouvez-vous expliquer cela?

Samael Aun Weor : Les trois jours symboliques de la résurrection sont en réalité trois années, car le Seigneur, après la crucifixion, descend au saint sépulcre et après trois ans, le Seigneur ressuscite. Mais, en Kabbale ésotérique, ces trois années sont allégorisées avec trois jours, on dit : « trois jours ».

Peut-être y a-t-il une autre façon de considérer les « trois jours », à la lumière de l’alchimie hermétique. Évidemment, trois purifications sont nécessaires pour accomplir la résurrection, à base de fer et de feu. Si vous regardez attentivement, vous pouvez voir par vous-même que sur la croix se trouvent les trois clous de fer. Cela signifie donc les trois purifications par le fer et par le feu, car sur la croix se trouve le mot « INRI », qui signifie : feu (« ignis natura renovatur integra », le feu renouvelle sans cesse la nature).

Ainsi, trois purifications sont nécessaires avant la résurrection. Ce sont les trois jours, à la lumière de l’alchimie.

Le premier jour correspond à la première montagne, dans laquelle l’être humain doit traverser les initiations, le long du chemin de l’initiation, de l’ésotérisme ou de l’initiation mystique.

Le deuxième jour correspond certainement à la deuxième montagne, dans laquelle l’initié doit descendre aux enfers et monter, de sphère en sphère, jusqu’à l’empyrée.

Le troisième jour est tout en haut de la deuxième montagne, et correspond aux huit années du grand œuvre : le patriarche Job souffrit huit années, malade de la « lèpre » ; mais ce n’est pas une lèpre physique, non, mais une « lèpre intérieure », c’est la « lèpre de l’ego ». Lorsqu’il est dit qu’« il a été purifié de la lèpre », [cela signifie que] son ego est mort et ensuite tout a été rendu au patriarche.

C’est huit années; huit années de « lèpre » ; les huit année du patriarche Job. Pendant ces huit années, tout le grand œuvre est fait, [et cela] appartient aux mystères de l’alchimie.

Il faut être alchimiste pour pouvoir étudier les mystères du grand œuvre, et il faut recevoir le donum dei, le don de Dieu, pour comprendre les mystères du grand œuvre.

Quelqu’un pourrait, par exemple, étudier le meilleur volume sur l’alchimie, ou étudier tous les alchimistes du monde (étudier Sendivogius, étudier Raymond Lully, Nicolas Flamel, M. Luis De Estisag, étudier Saint Germain, etc., etc., etc.), on pourrait étudier tous les alchimistes (Francis Bacon et bien d’autres), mais si l’on n’a pas le donum dei, le don de dieu pour comprendre les mystères du grand œuvre, on reste « à jeun », on ne comprend rien.

Et certes, pendant les huit années qui se passent au sommet de la deuxième montagne, il faut accomplir le grand œuvre : convertir les corps existentiels supérieurs de l’Être en un corps d’or pur. Pendant les huit années qui se passent au sommet de la deuxième montagne, il faut qualifier les initiations reçues sur la première montagne.

Il est inutile de recevoir les huit initiations fondamentales si on ne les qualifie pas ; et la qualification n’est possible qu’en détruisant l’ego, premièrement dans l’abîme; deuxièmement dans les zones vitales ; troisièmement dans le monde astral; quatrièmement dans le mental; cinquièmement dans le monde causal ; sixièmement dans le bouddhique; et au septième, là il n’arrive pas à former l’ego, il n’arrive pas à avoir un ego, car Atman n’a pas d’ego.

Donc, ce sont huit années, et pendant les huit années, il faut qualifier les initiations reçues, avant d’avoir droit à la résurrection.

Vous pouvez aspirer à l’initiation (et je suis content que vous y aspiriez), mais je vous dis aussi qu’il serait inutile de recevoir les initiations si on ne les qualifie pas ; et vous ne pourriez pas les qualifier si vous ne détruisez pas l’ego psychologique, si vous ne mourez pas en vous-même, ici et maintenant.

Peu de choses s’apprennent de la naissance, mais tout s’apprend de la mort. La clavicule maîtresse de toutes ces études est dans la mort, dans la dissolution des éléments indésirables que nous portons en nous.

Étudiant : Maître, l’Initiation Vénuste est donc reçue après avoir fait ce travail, c’est-à-dire que c’est alors que le Christ est incarné?

Samael Aun Weor : L’Initiation Vénuste est pour chaque être humain qui a atteint la cinquième initiation de feu. Quand la cinquième initiation de feu est atteinte, et à condition d’entrer dans le chemin direct, alors l’Initiation de Tiphereth est reçue, et le Seigneur est incarné…

Étudiant : Est-ce que cela se produit après les huit années?

Samael Aun Weor : Non, ce que je vous ai dit au sujet de l’Initiation Vénuste est beaucoup plus ancien. L’apothéose qui dure huit années se produit à la veille de la résurrection. Mais si vous me posez des questions sur l’Initiation Vénuste, c’est pour les « enfants à maman », pour ceux qui commencent (Tiphereth).

Quand on reçoit les cinq premières initiations de feu et prend « le chemin direct », on peut se permettre de recevoir l’Initiation Vénuste, telle initiation vient de la première montagne.

La résurrection est au sommet de la deuxième montagne. Les huit années sont au sommet de la deuxième montagne.

Étudiant : Donc, après que les cinq premières soient terminées et que les quatre autres arrivent…

Samael Aun Weor : Vous devez d’abord passer la première montagne, puis la deuxième montagne. Et au sommet de la « colline », sur la partie la plus élevée de la deuxième montagne, il faut faire le grand œuvre.

Donc, il est nécessaire de comprendre tout cela.

Quelle autre question y a-t-il? Voyons, aujourd’hui je veux parler avec vous, j’ai envie de parler, vous savez?…

Perfection dans la Maîtrise

Étudiant : Une question que je veux poser à propos de Propato, l’auteur de la « leçon de magister ». On veut savoir s’il était un maître?

Samael Aun Weor : Le maître Luxemil! De toute évidence, le maître Luxemil est un maître qui s’est déjà désincarné. De son vivant, il s’appelait Francisco A. Propato. Je ne veux pas vous dire qu’il est un maître ressuscité, loin de là. C’est un maître, et c’est tout. Il a atteint la maîtrise? Et la maîtrise est atteinte par tous ceux qui deviennent humains.

Je dis humain de cette manière, car les « humanoïdes » qui peuplent la surface de la terre ne sont pas des humains ; ce sont simplement des chrysalides à l’intérieur desquelles un humain peut se former. Et celui qui devient un humain, sans aucun doute, pour cette raison, devient un maître.

Mais c’est une chose de parvenir à la maîtrise, ou d’atteindre la maîtrise, et une autre chose est d’atteindre véritablement la perfection dans la maîtrise, ce qui est différent. Car quiconque, en créant les corps existentiels supérieurs de l’Être, devient un maître, mais atteindre la perfection dans la maîtrise est très différent ; C’est très difficile… Et c’est le plus important…

Et vous ne pouvez pas atteindre la perfection dans la maîtrise si vous ne qualifiez pas.

Étudiant : Que signifie « qualifier », maître?

Samael Aun Weor : C’est, disons, tellement naturel que vous le savez… qu’avez-vous étudié dans la vie?

Étudiant : Électronique, maître…

Samael Aun Weor : Vous ont-ils qualifié ou non?

Étudiant : [répond par un hochement de tête, il y a des rires].

Samael Aun Weor : Eh bien, de même, il y a un « conseil d’examinateurs » pour qualifier une certaine initiation.

Une personne pourrait recevoir la cinquième initiation cela fait de lui un maître, mais cela ne lui sert à rien s’il ne qualifie pas la cinquième initiation. À la cinquième initiation, pour être qualifié, il faut développer tout ce qui lui a été enseigné lorsqu’il l’a reçu ; car la recevoir est une chose et développer tous les pouvoirs, facultés, connaissances que l’on a acquis lorsque celle-ci [initiation] lui a été donné, c’est autre chose.

Un homme peut recevoir la troisième initiation, qui correspond au monde astral, mais s’il ne la qualifie pas, cela ne lui sert à rien. La qualification est possible s’il élimine totalement les éléments indésirables qu’il possède dans le monde astral. Il doit développer, dans son corps astral, toutes les caractéristiques de l’initié, il doit éliminer les éléments indésirables de son corps astral, pour devenir véritablement un maître qualifié.

Ainsi, les initiations sont inutiles si elles ne sont pas qualifiées. Il faut les recevoir et ensuite les qualifier.

Comme la venue de notre grand Seigneur Jésus le Christ ne servirait à rien non plus, s’il ne naissait pas aussi dans nos cœurs. Il serait inutile qu’il soit mort et ressuscité, s’il ne meurt pas et ne ressuscite pas en nous aussi.

Il est donc nécessaire de comprendre tout cela en profondeur. Ne convoitez pas les initiations, non monsieur! Vous devez travailler pour les mériter, et après les avoir mérités, ne vous « gonflez » pas, car si vous « gonflez », vous ne vous qualifiez pas.

Il faut en finir avec la vanité, si c’est que vous voulez c’est d’arriver à vous qualifier. La vanité est le pire ennemi des qualifications, car quelqu’un peut être vaniteux par l’argent, un autre peut être vaniteux par sa position sociale, un autre peut être vaniteux par des initiations, et s’il est vaniteux des initiations, il n’est tout simplement pas admissible. Pourquoi? Car comment pourrait-on dissoudre l’ego si l’on est vaniteux? Si quelqu’un est convaincu, par exemple, est vaniteux qu’il est, disons quoi…, disons charitable, parce qu’il fait quelques aumônes, et est vaniteux que pour cette raison il est un homme charitable, qui fait l’aumône à tout le monde, n’est-ce pas? Tant qu’il restera dans cette vanité, il sera incapable de découvrir sa propre cruauté ; et tant qu’il n’a pas éliminé l’ego de la cruauté, il n’aura pas vraiment en lui la vertu de la charité.

À quoi servirait de se vanter de la chasteté? : « Je suis chaste, absolument chaste! »… Et là, le Maître G.K. se sent un peu évoqué… Bon, il le dit dans le but d’encourager les gens, mais lui, plus que quiconque, sait que la chasteté absolue est très difficile.

J.M.V. C’est qu’on lui a demandé…

Samael Aun Weor : Oui…

J.M.V. « Êtes-vous chaste? » Ils me demandent, et je n’ai pas honte de le dire…

Samael Aun Weor : On devrait plutôt dire : « Je me bats pour la chasteté! ».

J.M.V. Mais, non, je ne comprends pas… Parce qu’il faut beaucoup de ronds-points pour rejoindre quelqu’un qui ne sait pas…

Samael Aun Weor : Eh bien, débrouillez-vous comme vous pouvez, frère!… Ce que je veux vous dire, mes chers frères et sœurs, c’est qu’il ne faut pas vous vanter de la chasteté, non monsieur, au contraire : reconnaissez-vous toujours comme luxurieux, reconnaissez-vous toujours comme fornicateur, car si l’on s’enorgueillit de la chasteté, on ne peut pas découvrir qu’on a la fornication, celui-là a la luxure

Et c’est que la luxure, eh bien, a, a tant d’aspects : plusieurs fois, vous pouvez ressentir un amour étrange envers une personne du sexe opposé ; ils en viennent à ressentir un amour qui jaillit de leur cœur, qui « sort de leur bouche », n’est-ce pas? Mais que se passe-t-il, y aura-t-il de l’amour? Si vous portez l’attention voulue au sexe, vous verrez qu’une vibration très « agréable » s’établit dans le sexe, très curieuse, lorsque vous ressentez cet « amour » pour cette personne. Alors qu’est-ce que cela signifie? Qu’un tel « amour » est un désir animal, mais que dans le cœur il s’exprime comme « amour » ; et dans le mental, il peut s’exprimer avec de très beaux idéaux envers cette personne, la voyant comme belle, extrêmement belle, même si à l’intérieur de cette personne, c’est un démon, n’est-ce pas? Car il est écrit : « quiconque aime la fille laide, c’est qu’elle lui paraît belle ». Une personne, aussi laid soit-il, si elle l’aime, il a l’air très beau, n’est-ce pas? Aussi, vous savez que « il n’y a pas de mari laid ou de mariée laide », c’est-à-dire que ce que l’on aime se paraît toujours beau à soi-même…

D’accord, mais passons à autre chose. Si on met fin à la vanité (ce qui est très sérieux), si on élimine la vanité, et qu’on se considère toujours comme un pécheur, on progresse ésotériquement. Mais, malheur à celui-là, si l’on devient vaniteux, car alors on échoue! Vous m’avez compris? Le prétentieux ne progresse pas…

Il y a beaucoup de petits frères et sœurs qui m’écrivent ; beaucoup de ceux qui m’écrivent des lettres de différents pays, se plaignant parce qu’ils ne savent pas « sortir en astral », qu’ils ne voyagent pas dans le mental, qu’ils n’ont jamais une étincelle de lumière, amen ; que la « petite lumière » ne s’allume jamais, là-dedans. Total, qui se plaignent…

Il faut bien comprendre les choses : il y a trois sortes de relations dans la vie :

D’abord, la relation à son propre corps : si on est mal relationné à son propre corps, le corps peut tomber malade.

Deuxièmement, la relation avec l’environnement qui nous entoure : si nous sommes mal relationné à l’environnement qui nous entoure, alors nous nous créons des problèmes ; c’est clair.

Et le troisième, la relation à soi, qui est la plus importante.

Si l’on veut atteindre cette illumination désirée, que vous aimeriez avoir : entrer dans le nirvana, voyager à travers le monde causal, à travers le monde bouddhique ou intuitionnel, etc., vous devez d’abord établir des relations correctes avec les centres supérieurs de votre propre Être. Si vous parvenez à établir des relations correctes avec vous-même, c’est-à-dire avec les centres supérieurs de votre propre Être, il est évident que vous atteindrez l’illumination.

Mais il n’est pas possible d’établir ces relations correctes avec les centres supérieurs de votre propre Être si vous êtes plein de vanité. Le prétentieux ne peut jamais atteindre l’illumination. Pour ces raisons, à ceux qui veulent l’illumination, je leur conseille d’acquérir d’abord la vertu de l’humilité.

Et comment arrive-t-on à la vertu de l’humilité? En examinant sa propre vie, en ayant le courage d’admettre ses propres erreurs. Si l’un d’entre vous a l’intention d’examiner en détail, minute par minute, seconde par seconde, tous les aspects de sa propre vie, il arrivera à la conclusion qu’il n’y a aucune raison de s’enorgueillir.

Si vous êtes vraiment honnête avec vous-même et examinant en détail toutes les pensées, sentiments, désirs ; tous les aspects de votre vie sexuelle, émotionnelle, mentale, depuis votre naissance jusqu’à maintenant, vous finirez par être désenchantés de vous-mêmes.

Mais si vous travaillez de cette manière et prenez conscience qu’il n’y a vraiment aucune raison d’être vaniteux, le temps viendra où vous acquerrez la vertu de l’humilité. Et seuls les humbles peuvent établir des relations correctes avec les centres supérieurs de l’Être.

J’espère donc que vous réfléchirez à toutes ces choses; que vous deveniez tous humbles…

Voyons, laissons les questions continuer…

Perte de Foi

Étudiant : Maître, à quoi est due la perte de la foi?

Samael Aun Weor : Je vais vous dire à quoi c’est dû : c’est dû au mensonge, au mensonge, à la farce. À travers différentes existences, l’être humain a menti, a été un imposteur, a été un menteur, habitué à la tromperie, etc. etc…

Tous ces ego, pris ensemble, dans l’existence présente falsifient le mental et le rendent faux.

Un mental faux est une fausse pièce de monnaie ; et une pièce contrefaite n’est pas une pièce légitime. Une pièce contrefaite est une pièce mensongère, car c’est une contrefaçon, et ce qui est contrefait est un mensonge. Un mental faux est un mental faux, un mental menteur. Un mental menteur ne peut pas être un mental qui peut avoir la foi. Il est impossible pour un mental menteur d’avoir la foi, d’où va-t-il l’obtenir?

Ainsi, pour acquérir la foi, il est nécessaire d’éliminer les ego de la farce, des mensonges, des tromperies et de la tromperie. Si cela est fait, la flamme de la foi s’élève en nous ; mais tant que les ego de la farce, du mensonge et de la tromperie n’ont pas été éliminés, il n’est pas possible d’avoir la foi, car les ego du mensonge, de la tromperie, etc., falsifient le mental ; et le mental faux ne peut pas avoir la foi, parce qu’il est faux ; c’est comme de la fausse monnaie : c’est de la contrefaçon, et ça ne peut pas être légitime parce que c’est de la contrefaçon. C’est la réalité des choses!…

Pourquoi y a-t-il un manque de foi chez les gens aujourd’hui? Eh bien, parce que les gens sont des menteurs, des escrocs, des imposteurs ; ils ont un mental faux. C’est la réalité!…

Comment l’Ego S’exprime

Étudiant : Maître, un ego peut-il s’exprimer de différentes manières?

Samael Aun Weor : Eh bien, n’importe lequel ego a trois formes générales d’expression : dans le centre mental, il s’exprime sous une forme ; ici, dans le cœur, qui est le centre émotionnel, il s’exprime dans un autre ; et dans le centre moteur-instinctif-sexuel, il a une autre forme d’expression. Bilan : n’importe quel ego s’exprime de trois manières différentes, et si l’on veut connaître le modus operandi de n’importe ego, nous devons l’observer attentivement dans les trois centres : cerveau, cœur (c’est-à-dire dans le centre émotionnel) et dans le centre moteur ou du mouvement, instinct et sexe.

Et ainsi, on peut mieux l’analyser, mieux le comprendre, mieux le comprendre dans son « petit jeu », et après l’avoir compris, cela vaut la peine de le réduire en cendres, en poussière cosmique, à l’aide du feu flamboyant de la Mère Divine Kundalini.

C’est ainsi que n’importe quel ego se désintègre : il faut prier la Mère Divine pour qu’elle pulvérise tout ego, le désagrège, le réduit en cendres, en poussière cosmique. M’avez-vous compris?

Comment les Egos Réssuscitent à Nouveau

Étudiant : Un ego pulvérisé peut-il réssusciter?

Samael Aun Weor : Que nous dit Dante dans La Divine Comédie? Ne vous souvenez-vous pas d’une citation dans La Divine Comédie, ce passage où tout à coup un Moi là, d’un sujet x, se transforme en poussière, meurt, puis, parmi ses cendres, revient et repousse, plus vivant qu’avant? Tout comme le phénix renaît de ses propres cendres, les soi le sont aussi : si l’on ne reste pas alerte et vigilant, comme le veilleur en temps de guerre, ils peuvent ressusciter. Donc, la vigilance doit être constante, si nous voulons vraiment que les egos ne ressuscitent pas.

Étudiant : Excusez-moi, maître, mais après que l’ego meurt une vertu naît; et après avoir acquis une vertu, peut-on la perdre à nouveau?

Samael Aun Weor : Vous pouvez la perdre à nouveau…

Étudiant : Il faut s’en occuper…

Samael Aun Weor : Les dieux tombent aussi!…

Étudiant : Il faut s’en occuper, oui…

Samael Aun Weor : N’avez-vous pas lu, peut-être, tout ce que disent les écritures sacrées? Vous ne vous souvenez pas de la « révolte des anges »? Alors, les anges sont tombés, n’est-ce pas? Et ils sont devenus des démons, n’est-ce pas? Pourquoi dit-on qu’ils sont « devenus des démons »? Eh bien, parce que les ego ont ressuscité en eux. Mais pourquoi ont-ils ressuscité? Parce qu’ils ont enfreint la loi et forniqué… Il est écrit :

« Or il arriva, quand Adam commença à se multiplier sur la surface de la terre, et que des filles leur naquirent, que les Beni Elohim (בני האלהים) a vu que les filles d’Adam étaient belles; et ils prirent pour eux des femmes, celle qu’ils choisirent. Alors Iod-Havah (Elohim) a dit : « Mon (Saint) Esprit ne luttera pas avec Adam pour toujours, parce que dans leurs désirs ils sont chair ; néanmoins ses jours seront de cent vingt ans. » Il y avait des géants sur la terre à cette époque, et aussi après, quand les Beni Elohim (בני האלהים) sont entrés dans les filles d’Adam, et elles leur ont donné des enfants. » – Genèse 6 : 1- 4

Alors, comme vous le voyez… je parle de ce que je sais, de ce que j’ai vécu moi-même, parce que j’étais dans la « révolte de ces anges (les Beni Elohim – בני האלהים). » Il n’est pas inutile de vous dire que j’ai vécu à l’époque de l’ancienne Lémurie, j’étais un Lémurien ; j’ai vécu parmi les Hyperboréens, j’ai vécu et j’étais un Hyperboréen ; et que j’ai aussi connu les gens des première race racine Protoplasmique.

Cela vaut la peine de vous dire que j’ai connu la Terre dans ses processus d’involution et d’évolution dans les dimensions supérieures de la nature, avant que cette Terre ne devienne un protoplasme ; J’ai vu la vie émerger du chaos, à l’aube du mahamanvantara, et je n’ai pas oublié « même pas un peu ». Ainsi, je témoigne de ce que je sais, de ce que j’ai vécu par moi-même.

En Lémurie, nous avons commis l’erreur (beaucoup de frères qui avaient vécu dans d’autres mahamanvantaras) de prendre femme alors que cela nous était déjà interdit. C’était la « révolte des anges » et j’étais aussi parmi ceux de la « révolte », naturellement. J’étais « entré dans le bal », comme d’autres étaient entrés, j’étais aussi entré : il y a eu la « bévue ».

Que j’ai beaucoup souffert en Lémurie, c’est vrai! Et que je me suis relevé sur le même continent Lémurien, c’est aussi vrai! Et que j’étais de nouveau debout dans la Lémurie, très vrai! Je peux témoigner de tout cela parce que je l’ai vécu, je l’ai vécu. Je pourrais faire une longue dissertation, ici, sur l’histoire de la Terre depuis qu’elle est sortie du chaos, mais ce serait une histoire tellement longue qu’elle nous durerait toute la nuit (et il faut partir demain, non? voyager, n’est-ce pas?). Alors, sur ce, je vous dis tout…

Mais que s’est-il passé? Les ego ont ressuscités en chacun de nous qui sommes entrés dans cette «révolte».

Après cela beaucoup de frères se sont déjà repentis, c’est autre chose qu’ils ont remonté. Je fais aussi partie de ceux qui se sont repentis, et nous avons une fois de plus éliminé ceux que j’ai, n’est-ce pas? Mais, si nous baissons notre garde, ils réssuscite ; cela est évident…

Je vous parle en synthèse, à grands traits ; Je m’arrête, tout de suite, de vous parler du plateau de l’Asie Centrale ou de quoi que ce soit du genre, car ce serait trop long de vous parler. Je veux répondre aux questions.

S’il y a quelqu’un qui veut demander quelque chose, eh bien, faites-le avec la plus grande liberté.

Lémurie

Étudiant : Maître, la Lémurie faisait-elle partie de ce même monde?

Samael Aun Weor : Bien sûr! C’était un continent gigantesque qui se trouvait là, dans l’Océan Pacifique ; avec des climats extrêmement tropicaux, extrêmement tropicaux; les volcans éclataient constamment; la vie était très différente à cette époque de ce qu’elle est maintenant; tout le monde parlait dans le langage de la lumière. Si nous voulions, par exemple, saluer quelqu’un, nous ne disions pas, comme aujourd’hui, « bonjour », ou simplement « matin », mais nous portions nos mains à notre cœur et disions « haibú », et l’autre répondait : « haibu ».

Nous parlions dans une langue très différente, plutôt « chantée », dans une langue, comme on dit dans un verbe sacré, « presen », c’est-à-dire supérieure ; et nous avions pouvoir sur les éléments : sur le feu, sur l’air, sur l’eau et sur la terre. J’ai moi-même marché parmi ces multitudes Lémuriennes ; alors, je me souviens des pouvoirs : comment je pouvais déclencher des éclairs et des tempêtes.

Nous venions d’autres mahamanvantaras et nous connaissions la vie. Plus tard, nous (les frères) avons commis l’erreur de prendre femme alors que cela nous était déjà interdit. Donc, nous avons dû beaucoup souffrir; souffrir jusqu’à se relever…

Ainsi, j’ai rencontré la Lémurie dans l’Océan Pacifique ; enfin, elle a coulé, au cours de 10 000 ans de tremblements de terre incessants, en « faisant pleuvoir un soleil de feu et de grands tremblements de terre », comme disent les Aztèques.

Nous avons été témoins de tout cela. Entre incendies et tremblements de terre, la Lémurie a sombré dans le Pacifique, en 10 000 ans…

Étudiant : Et il y a eu des survivants, alors?

Samael Aun Weor : Oui, il y avait des survivants. Certains d’entre eux ont tellement involué qu’ils sont devenus des Lilliputiens. Récemment, en Bolivie, ils ont trouvé un groupe de Lilliputiens (si petit). Ils étaient là; ils avaient une petite ville là-bas, mais ce n’est pas une histoire de « Walt Disney »… Ils étaient genre 10 centimètres par là, ou 20 ; les plus grands étaient des géants, ils faisaient 20 centimètres (c’étaient déjà des géants) eh bien, la petite ville était toute composée de petites maisons qui ressemblaient à une ville de poupées, à une ville de poupées. Et à quoi ressembleraient les petites marmites où cuisinaient les Lilliputiens? Tout était comme ça, tout petit! Mais, du jour au lendemain, ces gens ont disparu. Qu’ont-ils fait? Ils sont entrés dans la quatrième verticale et sont partis.

C’étaient des Lémuriens déjà involués, involués… Cependant, la ville est préservée et cette tribu qui existe dans cette région, ne permet jamais à aucun civilisé d’approcher cette ville; elle est gardée par la tribu.

Étudiant : Par qui?

Samael Aun Weor : Par la tribu… C’est une petite ville qui ressemble à une ville de poupée, avec une énorme colline très haute, ou plusieurs collines très hautes qui l’entourent… Chaque colline est si haute qu’elle peut atteindre au plus une trentaine de centimètres ; mais pour eux, c’est une grande colline, bien sûr. Bon, certains peuvent faire 40 centimètres ou 50 tout au plus…

Singes, Macaques et Humanoïdes

Étudiant : Maître, feriez-vous référence à la théorie des évolutionnistes, avec le fait que « l’homme » (dit entre guillemets), « cet « homme » vient du singe?

Samael Aun Weor : Eh bien,…

Étudiant : « L’humanoïde »…

Samael Aun Weor : Uuuuuhh, c’est une discussion qui dure depuis longtemps. Il y a des moments où l’humanité oublie le problème, n’est-ce pas? Et du coup, l’opinion publique s’agite à nouveau : « si c’est l’homme qui descend du singe », ou « si c’est le singe qui descend de l’homme ». Et pendant un moment, il y a de la turbulence dans le monde intellectuel, mais ensuite c’est oublié ; et en cela « ils gaspillent » des siècles.

Eh bien, là-bas, un type est venu qui était naturaliste, là-bas, un « fils à maman », un gâté, n’est-ce pas? Et il s’avère qu’il s’est mis dans la tête, du jour au lendemain, que l’homme descendait des sauvages (pas du singe, mais des sauvages), de ces créatures semblables à ce qu’ils appelleraient le « bonhomme de neige » sasquatch.

Eh bien, cela n’est pas passé par là, mais ils ont aussi fait beaucoup de bruit au Moyen Age avec cela, n’est-ce pas? Le « fils à maman » semblait alors être un génie ; tout le monde l’aimait beaucoup, car il avait dit que « l’homme venait des sauvages ». Mais parfois l’opinion publique s’agite…

La crue réalité des faits est qu’une telle théorie selon laquelle « l’homme vient du singe » n’a pas de validation logique. Ils font appel à une série de données analogiques, anatomiques, et de là ils en déduisent (non parce qu’ils en sont conscients) que l’homme vient du « singe ». Mais ce n’est pas parce qu’ils sont conscients, mais plutôt qu’ils font appel à des analogies, et de là ils tirent, de leur mental fiévreux, que oui, cela vient du singe ; mais personne n’a jamais vu cela; Parce que nulle part au monde on n’a vu un homme sortir d’un singe?

Donc, la crue réalité est celle-là. À moins que le singe ne se mêle à un humanoïde et qu’un homme puisse en sortir, n’est-ce pas?

Le cas de Juan Mono au Venezuela est très curieux. Là-bas à Mérida, ou quelque part là-bas où j’étais autrefois (dans ce pays, j’ai appris à connaître un peu les Andes et Zulia ; j’étais à Maracaibo ; je connais la ville de Maracaibo ; j’y étais une fois), et là ils m’ont parlé de l’affaire « Juan Mono »…

Il s’avère qu’il y avait un « singe » là-bas qui est tombé amoureux d’une femme, le singe l’a volée et l’a emmenée dans la forêt, et a fait son nid sur le dôme, là, dans les branches d’un arbre. La malheureuse habitait là, dans un arbre ; imaginez!, n’est-ce pas? Le singe la nourrissait chaque jour ; il lui a apporté des fruits et tout ce qu’elle a à manger, et tout cela.

Mais elle a dû aimer le singe quand, eh bien, elle est tombée « enceinte », n’est-ce pas? Sinon, comment? Si une femme ne veut pas avoir de relation sexuelle, alors elle ne l’a pas, n’est-ce pas? Alors qu’est-ce que cela signifie? Qu’elle était « enceinte »…

Eh bien, ses frères cherchaient la fille (ses frères) et ils l’ont finalement trouvée. Elle les a appelés; Ils sont montés pour elle et l’ont descendue…

Alors le pauvre singe fit le tour de la maison. Ils ont tué le pauvre « singe » ; mais l’enfant est né. Un garçon, au sens conventionnel du terme, qui s’appelait « Juan Mono ».

Là-bas, la chose était dans l’état de Mérida, je m’en souviens ; dans une ville, je ne sais plus laquelle. Et il avait tout normal, sauf ses jambes, qui étaient pleines de poils ; mais sinon normal; il n’avait pas de queue non plus.

Son travail n’était pas très bon, n’est-ce pas? Il ne s’est pas consacré, précisément, à faire des merveilles ou quelque chose comme ça. Il n’était ni médecin, ni ingénieur, ni diplômé, ni quoi que ce soit de ce genre. Son travail était celui d’un porteur d’eau là-bas, transportant des cruches pleines d’eau; portant de l’eau dans la ville, c’était son travail ; il parlait normalement.

Mais là il s’agit déjà du mélange, d’un « singe » avec une personne humanoïde ; mais que de deux « singes » ou du mélange d’un « singe », avec une autre créature sous-humaine là-bas, l’homme naîtra, cela n’a pas été vu non plus. Total : c’est une théorie absurde et folle qui n’a aucune valeur.

La crue réalité des faits était qu’en Lémurie, il y avait de nombreux Lémuriens qui se mêlaient à certaines bêtes de la nature et de là venaient certains types de singes.

Et en Atlantide, après la grande submersion qui a mis fin à ce gigantesque continent, eh bien, de nombreuses femmes se sont retrouvées isolées dans des forêts profondes. Bien sûr, beaucoup d’entre elles ont dégénéré sexuellement et sont devenues lesbiennes et des choses comme ça. Et d’autres, parce qu’elles ont décidé d’éduquer certaines bêtes de la nature (bêtes du sexe mâle), de les rejoindre sexuellement, et de là sont sortis un grand nombre de « singes », d’orangs-outans, de gorilles, etc…

Donc, si vous regardez les singes en général, vous verrez qu’ils ont toutes les caractéristiques des humanoïdes dégénérés. Maintenant, vous allez me dire : « Sur quoi je me base pour dire cela, n’est-ce pas? Eh bien, je me base sur des recherches menées dans les mondes akashiques.

Si vous apprenez à fonctionner en dehors du corps physique, avec les procédures que nous vous avons enseignées, vous pourrez alors par vous-mêmes, dans le monde astral, implorer, par exemple, les rois de la nature, les dévas, les dieux, qu’ils vous montrent l’origine des « singes », et ils vous les montreront, j’en suis sûr.

Moi-même, si vous apprenez à sortir dans l’astral, avec grand plaisir, si vous m’invoquez, j’accourerai à votre appel, pour vous le prouver par des démonstrations. Parce que cela est maintenant resté parmi les mémoires akashiques de la nature, dans les mémoires de la nature. Mais vous devez fonctionner en dehors du corps pour pouvoir étudier ces « souvenirs »…

Communisme et Karl Marx

Étudiant : Quelle doit être notre attitude vis-à-vis du matérialisme dialectique, avec lequel les Communistes-Marxistes entendent libérer l’homme de l’aliénation que l’on vit aujourd’hui?

Samael Aun Weor : Les Communistes sont religieux, tous les Communistes sont religieux. « Religion » vient du mot Latin « religare », qui signifie « rattacher l’âme avec Dieu ». Ils veulent aussi « se reconnecter », c’est-à-dire qu’ils veulent « se reconnecter » de plus en plus avec leur dieu matériel, n’est-ce pas? Ils adorent le dieu matériel, donc ils sont religieux, ce sont des fanatiques religieux.

Alors, il faut d’abord développer la compréhension : d’abord ouvrir un peu les yeux pour savoir d’où vient le matérialisme dialectique.

J’ai appris toute la dialectique matérialiste de Karl Marx et je la connais par cœur, de page en page. La preuve que je le sais, c’est que je me suis offert le luxe de le réfuter dans « Le Christ Social ». Je l’ai ici dans ma tête, tout cela, et pourtant je n’y crois pas. Pourquoi je ne crois pas à cette farce? Précisément parce que c’est une farce. Sur quoi je me base pour dire que la dialectique matérialiste de Karl Marx est une farce? Je me base sur Karl Marx, qui était le premier ennemi d’une telle farce. Karl Marx était le premier ennemi du Marxisme. Lors de la première internationale [communiste], Karl Marx s’est levé et a dit : « Messieurs, je ne suis pas Marxiste!

Ils lui ont tous dit : « Mais comment, si c’est toi le maître, c’est toi qui nous a enseigné la doctrine? Comment est-il possible que tu ne sois pas Marxiste? »

Il a répété : « Je ne suis pas Marxiste! Et pour la troisième fois, il l’a dit : « Je ne suis pas Marxiste! »

Et puis vint, comme conséquence de cela (qui fut vraiment un échec, cette « première internationale communiste »), la division entre Bolcheviks, anarchistes, anarcho-syndicalistes, etc., etc., etc. Une multitude de sectes politiques en résultèrent. La déclaration de Karl Marx, lorsqu’il s’est déclaré « ennemi du Marxisme ». Et pourquoi cet homme a-t-il eu le courage de se déclarer ennemi du Marxisme? Parce qu’il était un fanatique religieux Juif.

Écoutez bien, quand Karl Marx est mort, les honneurs funéraires religieux d’un grand rabbin lui ont été rendus! Et comme preuve que cet homme était religieux, ce qu’il écrivait dans un magazine à Paris (que je cite dans mon livre intitulé « La Plate-forme du Parti Socialiste Chrétien Latino-Américain »). Qu’a-t-il dit dans ce magazine, qu’a-t-il manifesté? Je vais vous dire ce qu’il a manifesté. Il a dit ce qui suit : « Par le triomphe du prolétariat mondial, nous créerons la République Socialiste Soviétique Universelle, avec sa capitale à Jérusalem, et nous prendrons possession de toutes les richesses des nations afin que les prophéties de nos saints prophètes du Talmud puisse être accompli. ».. Ce sont les mots d’un rabbin religieux. Si nous lisons [ce qu’il y dit], alors pourquoi cet homme a-t-il écrit sa « dialectique matérialiste »? Pour se conformer aux «protocoles des sages de Sion», qui disent littéralement: «Peu importe que nous devions remplir le monde de matérialisme et d’athéisme dégoûtant. Le jour où nous triompherons – en référence au Sanhédrin – nous enseignerons la religion de Moïse, dûment codifiée et dialectiquement, et nous n’admettrons aucune autre religion dans le monde »… Ainsi, Karl Marx respecte les protocoles ; Karl Marx a inventé ce jargon, ce plat menteur, pour détruire, par scepticisme, toutes les religions et n’en laisser qu’une debout : la religion de Moïse. C’était une arme qu’il a utilisée pour détruire toutes les croyances religieuses du monde et ne laisser subsister que la croyance Juive.

La preuve, quoi? Quiconque prend la peine de voyager à travers l’Union Soviétique découvrira qu’au milieu de l’Union Soviétique se trouve un État Juif avec un gouvernement théocratique religieux.

Toutes les religions en Russie sont persécutées, sauf une : la religion Juive. Dans les synagogues, les Juifs, portes fermées, ils étudient la religion de Moïse, et dans les rues ils font avaler au peuple la dialectique matérialiste. Parce que les « protocoles » disent littéralement : « Les Gentils (Sanskrit : Aryens) n’ont pas le droit d’avoir une religion. Ce sont des bêtes de somme que Dieu nous a données pour notre service ; et il leur a donné une forme humaine afin que nous ne soyons pas horrifiés par eux »…

Étudiant : Quel mal!…

Étudiant 2 : Les protocoles des Sages de Sion…

Samael Aun Weor : Donc, si vous analysez cela judicieusement, vous arriverez à la conclusion que Karl Marx était un homme religieux, un rabbin Juif. Il a écrit une farce et il lui a été facile de l’écrire : parce qu’il a pris la dialectique métaphysique de Hegel, l’a dépouillée de ses principes éternels, puis, avec elle, a fait un « plat » pour les imbéciles.

À une certaine occasion (je vous l’ai déjà dit dans un de mes livres) alors que j’étais dans le monde astral, il m’est venu à l’esprit de convoquer Karl Marx, et il est arrivé. Alors, je lui ai posé une question à blanc, disons, « à bout portant » (comme on dit) je lui ai demandé, « Eh bien, ça fait bien des années que tu es mort; son corps physique s’est transformé en poussière dans le panthéon, dans le tombeau, et maintenant je te retrouve vivant ici, dans ces régions inférieures. Alors, qu’en est-il de ta dialectique matérialiste? »

Karl Marx se tut, regarda sa petite montre, tourna le dos et partit. À peu de distance, il a laissé échapper un rire sarcastique (cet homme est apparu là, habillé en « salopette », comme un ouvrier)…, à peu de distance un rire sarcastique… Avec intuition, j’ai pu capter le sens de ce rire que je peux traduire par les phrases suivantes : « Idiot, connard! Tu ne te rends pas compte que j’ai écrit une farce? Tu ne te rends pas compte de ça? Comme tu es bête!… »

Chose curieuse, cet homme est éveillé et conscient. Lénine le suit. Lénine a l’air d’un somnambule ; Lénine n’est pas du tout un initié (ou du moins c’est un bodhisattva tombé, n’est-ce pas? Je veux dire, un bodhisattva tombé), mais il suit Karl Marx comme un somnambule ; il est inconscient, endormi ; il va derrière lui. C’est l’ombre qui suit Marx ; à toute heure il le suit…, une ombre… Mais Marx est éveillé, il est éveillé dans le mal et pour le mal ; il a un nimbe de fausse gloire.

Maintenant, je ne vais pas m’élever contre le peuple Juif, car ce serait absurde. C’est comme si quelqu’un se prononçait contre l’Allemagne pour le cas où elle avait Hitler, et le Troisième Reich, qui a provoqué la seconde guerre mondiale. Il y a une multitude de personnes âgées Juives, de femmes et d’enfants, qui n’ont jamais rien connu de leur vie les « protocoles des sages de Sion », qui n’ont pas de plans pour la domination du monde, qui ne se soucient que de vivre. Ainsi, condamner le peuple Juif serait un crime ; attaquer les Juifs est un crime, parce que ce sont des gens, et comment allez-vous attaquer les gens? Non! Les coupables sont les gouvernements ; et le gouvernement Juif, c’est le Sanhédrin avec ses 300 membres, qui ont des projets qui remontent à trois cents siècles… quels siècles! Des projets de 3 000 ans déjà… 3 000 ans pour parvenir à la domination mondiale.

Étudiant : Ont-ils la domination du monde?

Samael Aun Weor : Jusqu’à présent, les projets donnent des résultats. Hitler le savait, mais Hitler a seulement attaqué les misérables marchands d’Europe. C’est l’absurdité d’Hitler! Brûler tant d’enfants, tant de femmes, tant de vieillards, dans ces chambres à gaz, etc., pour les faire mourir? C’est un crime très grave et monstrueux; ces créatures qui ne savaient rien des plans du Sanhédrin. Pendant ce temps, les principaux, les principaux du Sanhédrin aux États-Unis, en Angleterre, en France et en Russie ou dans d’autres pays du monde, dis-je, se moquaient d’Hitler. Ce sont eux qui l’ont achevé; le Sanhédrin a mis fin à Hitler…

Étudiant : D’après ce que l’on voit, le combat va être terrible pour nous, puisque dans les universités le nombre moyen de Communistes est très élevé. Donc, l’intellectualisme là-bas va travailler dur…

Samael Aun Weor : Eh bien, vous devez les séparer par la logique. Il est bon de dire à tous ces Communistes que la Russie Soviétique elle-même vient de découvrir le corps vital, car en Russie même, il existe actuellement un certain appareil électronique avec lequel ils ont découvert le corps vital, et ils l’ont baptisé du nom de « corps bioplastique » ; ils l’ont à l’étude, à l’intérieur de l’organisme et à l’extérieur de l’organisme.

Et en Angleterre, il existe un autre appareil électronique gigantesque avec lequel ils étudient le corps astral. Alors, que nous reste-t-il? Ces corps existentiels supérieurs de l’Être sont découverts avec des lentilles spéciales, avec des appareils spéciaux; les dimensions supérieures sont actuellement « percées » par des lentilles très puissantes, et la dialectique matérialiste est poussiérée.

Preuve qu’il tombe en poussière, les statistiques rapportent que la plus grande production culturelle de ces derniers temps dans le domaine de la parapsychologie vient de l’Union Soviétique. Dans tous les hôpitaux de Russie, actuellement, dans toutes les cliniques, des expériences parapsychologiques sont en cours. La parapsychologie fait fureur en Russie, et au rythme où nous allons, si le Sanhédrin n’intervient pas, d’ici peu la dialectique matérialiste devra être brûlée vive sur la place [rouge] de Moscou ; devra être réduit en cendres, pourquoi? Parce qu’avec les lunettes, avec les appareils, avec les expériences parapsychologiques, on l’a détruit, on l’a laissé sans fondement.

Étudiant : Sans fondement…

Samael Aun Weor : Après tout, c’est une farce créée par Karl Marx, créée par un fanatique religieux qui voulait détruire toutes les autres religions du monde, par scepticisme…

Étudiant : Les Juifs, disons, la race Juive, d’où vient-elle?

Samael Aun Weor : C’est un mélange des Hyperboréens avec la quatrième sous-race Atlante ; de là naît le Sémitique originel. Les Hyperboréens ont été mélangés avec la quatrième sous-race des Atlantes et de là est né le Sémitique Atlante. Du Sémite Atlante primitif, il devient alors le Sémite actuel. En Palestine, justement, il n’y a pas le Sémitique dans toute sa pureté ; veuillez noter qu’ils sont déjà fortement mélangés avec des Allemands.

Vous n’avez pas entendu parler de « vol de sang »? Lorsque les Juifs de Palestine, d’Israël, ont compris que leur race dégénérait en ne se métissant pas, ils ont sélectionné un certain nombre de femmes qui ont voyagé en Allemagne. Là, elles se sont mêlés aux hommes et ont conçu, et après avoir conçu, comme elles ont conçu, elles sont retournées en Palestine (une certaine quantité dûment étudiée, pour ajouter du sang Allemand à leur sang Sémitique).

Donc, ce n’est pas complètement pur. Là où il est complètement pur, c’est en Arabie, dans le désert du Sahara. Là, sous terre, il y a une ville souterraine de Sémites purs, originels, sans aucun mélange, qui ont des coutumes très différentes. Ils s’habillent comme des Arabes et marchent comme des Arabes. Et les Arabes croient qu’ils sont aussi des Arabes, mais il n’en est rien : ils sont Juifs et vivent dans le désert comme des Arabes et s’habillent de la même manière ; et ils conservent toutes les traditions Judaïques ; ils ne se sont jamais mélangés…

Étudiant : Comment s’habillent-ils, physiquement?

Samael Aun Weor : Comme des Arabes…

Étudiant : Ne sont-ils pas apparentés aux tribus Touareg là-bas?

Samael Aun Weor : Ils peuvent même traîner avec les Arabes et tout, et ils se confondent avec les peuples Arabes ; mais ils sont très différents dans leurs coutumes ; ils ont une ville souterraine, souterraine, dans le désert du Sahara.

Étudiant : Une ville secrète?

Samael Aun Weor : Oui, ils sont différents. Ce sont des Juifs, des Juifs, sans mélange…, sans mélange…

Étudiant : Alors, quel niveau de culture ont-ils? Dites, pratiquent-ils la philosophie ou ont-ils…

Samael Aun Weor : Ils préservent le Zohar, la Kabbale Judaïque, etc. Ils ont une culture ésotérique basée sur d’anciennes traditions rabbiniques.

Étudiant : Mais, est-ce une culture, disons, selon les lois divines ou si elles ne vont pas?…

Samael Aun Weor : Oui, selon la loi divine. Et en Palestine même, nous ne pouvons pas nier qu’en Palestine, il y a environ 80 000 Gnostiques… Environ 80 000 Gnostiques en Palestine même, et qu’ils ont enduré la persécution pendant plus de 20 siècles… En Palestine même…

Pyramides

Étudiant : Maître, pourquoi y a-t-il tant de similitudes entre les pyramides d’Égypte et celles que l’on trouve ici au Mexique, même si les continents sont différents?

Samael Aun Weor : Parce que la religion-sagesse est la même; la même que tout le temps! La sagesse-religion de l’ancien Mexique est la même que celle de l’Égypte archaïque ou de la Chine. Et même, remarquez qu’ici nous avons des pyramides et en Égypte il y en a aussi. Or, les pyramides du Mexique sont plus anciennes que celles d’Égypte.

Quand je vivais en Atlantide, je me souviens que nous avions deux sortes de pèlerinages : parfois nous allions en Égypte et d’autres fois à Teotihuacán ou au Yucatán. Nous avions deux sortes de pèlerinages ; J’ai dirigé les pèlerinages qui sont venus au Mexique. À l’époque, le Mexique était très différent : ici, il y avait de nombreux royaumes. À cette époque, une bande de terre communiquait l’Afrique avec le nord du Mexique, via l’Atlantide. À travers cette bande de terre, de nombreux pèlerins venaient de la race plus sombre.

À cette époque donc, des villes puissantes existaient en Atlantide : il y avait le « Paris » de l’Atlantide, qui était la ville de Samlios, où se rencontrait l’élite intellectuelle de l’Atlantide. Il y avait Toyán (la ville aux sept portes d’or massif), et bien d’autres villes… Et parfois nous venions ici, au Mexique, en pèlerinage, et d’autres fois nous allions en Égypte…

Donc, les pyramides sont similaires, et je peux vous dire que celles du Mexique sont plus anciennes que celles de l’Égypte ; celles d’ici ont été élevés avant celles d’Égypte. Bien sûr, les historiens actuels ne savent pas ces choses et font croire que tout vient du dernier…, de l’an 1300 et tant d’autres jusqu’à nos jours. Ils ne savent pas ces choses, mais nous, les initiés, nous le savons : parce que nous avons vécu à cette époque. Mais c’est la même sagesse-religion ; qui est éternelle et universelle.

Étudiant : Cependant, maître, chaque pierre qui compose une pyramide Égyptienne a un poids complètement exorbitant pour le calcul mental de l’être humain, alors, quelle loi ces gens ont-ils appliquée à la mobilisation de ces pierres?

Samael Aun Weor : Eh bien, ils ont simplement fait appel à un procédé très simple : il y avait une formule, enfin, de plantes, à travers laquelle les éléments des pierres pouvaient être malaxés : granit, feldspath, mica, etc., et élaborer la pierre selon les mesures. C’était une ancienne formule végétale; cette formule a été perdue. Alors, elles étaient assemblées là, au même endroit; ils les ont fabriqués, ils les ont élaborés. Ils avaient des formules qui se sont perdues, comme se sont perdues les formules pour pétrir l’or… Des formules végétales… oui, mon frère!…

Étudiant : Est-ce que toutes les ruines du Pérou ont la même origine? Le Machu Picchu, tous ces types de ruines dans la région du Pérou, ont-ils la même origine? Sont-elles aussi des Atlantes?

Samael Aun Weor : Oui, sinon cela ne s’expliquerait pas, à l’époque il n’y avait pas d’avions… En Atlantide il y avait un petit appareil avec lequel les roches pouvaient être dégravitées, mais c’était en Atlantide. Ainsi, il existe aussi une formule avec laquelle on peut fabriquer des pierres, quelle que soit la taille et la mesure que l’on souhaite : une formule végétale…

Le Sphinx

Étudiant : J’ai lu une fois dans un certain livre, dont je ne me souviens pas très bien, que dans l’une des griffes du sphinx, il y avait une sorte de (parlons-en en termes modernes maintenant) une sorte de bouton qui tournait une porte caché à l’intérieur de cette griffe…

Samael Aun Weor : Eh bien, ce n’est pas vrai! Je ne nie pas que sous terre, sous le sphinx, il y a une salle, où se trouvent les 22 arcanes majeurs, entourant dûment toute la salle, je ne le nie pas; c’est vrai; mais ce n’est pas précisément à cause de la patte du sphinx, ou à cause d’un bouton là, que l’on peut entrer dans la pièce. Pour entrer dans cette pièce, il faut entrer d’une manière très différente : il faut entrer en corps astral…, avec un corps astral ; c’est la réalité.

Étudiant : Une autre question, maître (excusez tant de questions) : est-ce que le visage du sphinx, en fait, est une espèce, disons-le ainsi, est-ce un visage de femme?

Samael Aun Weor : Le visage du sphinx? Eh bien, c’est un visage humain, un visage humain qui représente exactement le mercure de la philosophie secrète, l’eau. Les griffes représentent le feu ; les ailes l’air ou le mental ; et les pattes du taureau, l’élément terre. Il y a les quatre éléments : la terre, les pattes postérieures ; l’air, les ailes; l’eau, le visage humain; et le feu, les griffes du sphinx. Il y a les quatre éléments qui représentent aussi les quatre principales caractéristiques [alchimiques] : les griffes du lion, le feu sacré, le soufre ; le taureau, le sel, l’élément terre ; le visage d’un humain, le mercure de la philosophie secrète, le sperme sacré, d’où vient le vrai humain ; et quant aux ailes, elles représentent évidemment le mental.

Donc, le sphinx est très, très important, n’est-ce pas? Le sphinx était extrait de l’Atlantide. Il était utilisé à l’université de l’Atlantide, les membres de la société Akaldan. Cette société Akaldan a donc toujours eu le sphinx là, à sa porte, pour représenter l’être humain, pour représenter le chemin qui nous mène à la libération finale.

À l’origine, la tête du sphinx a une couronne de neuf pointes d’acier, qui représente la neuvième sphère, le sexe ; et a un bâton dans la griffe droite; et dans son [autre] main l’épée flamboyante (à l’origine). Bien sûr, l’actuel est dépouillé de tout ça. Mais à l’origine, il l’a.

Cela signifie le chemin ésotérique, le chemin sacré qui doit être fait ; les mystères qui sont dans la neuvième sphère, dans le sexe ; le travail avec les quatre éléments de la nature, à l’intérieur de nous, ici et maintenant, pour pouvoir fabriquer les corps existentiels supérieurs de l’Être et devenir un vrai humain.

Alors, il faut distinguer la roue qui tourne sans cesse dans l’Arcane 10 du Tarot (qui est la roue du samsara) et le chemin du sphinx. La roue du samsara signifie évolution et sa sœur jumelle, involution. À droite s’élève Anubis, évoluant ; à gauche, descend le typhon involuant. Le sphinx est au sommet de la roue, il représente le chemin de la révolution de la conscience.

Il faut prendre le chemin de la révolution en marche, de la rébellion psychologique : c’est le chemin qui nous mène à la libération définitive.

Nous devons nous détourner de l’évolution et de l’involution et nous engager sur le chemin de la révolution en marche. Nous devons être des révolutionnaires, nous devons être des rebelles! Si nous voulons atteindre la libération.

Mais nous avons besoin de la grande rébellion psychologique. M’avez-vous compris? Voyons, laissez les questions se poser, laissez-les germer où vous voulez!…

Le Triangle des Bermudes

Étudiant : Je pense que nous avons tous entendu parler du fameux (et qui est apparu plusieurs fois dans les journaux) à propos de la « ceinture de la mort », n’est-ce pas?, qui se trouve dans l’Atlantique, pourriez-vous expliquer ce qui se passe, quel phénomène se produit? à l’intérieur de cela?

Samael Aun Weor : Ah!, ce triangle qui est là-bas, aux Antilles, dans l’Océan Atlantique, aux Antilles… Oui, il y a une espèce…, il y a une zone où beaucoup d’avions ont été perdus ; ils pénètrent très facilement dans la quatrième verticale. Eh bien, rien d’étrange; c’est là une perforation, naturelle, par laquelle beaucoup sont entrés dans la quatrième verticale.

La quatrième verticale est perforée à certains endroits, dans cette zone il y a des perforations, pour cette raison, de nombreuses personnes et navires ont été perdus dans cette zone : ils plongent dans la quatrième verticale et continuent à vivre dans la quatrième verticale.

Étudiant : Il n’y a pas d’issue?

Samael Aun Weor : Eh bien, mieux vaut ne même pas sortir de là…

Étudiant : Vénérable maître, quelle est la fonction d’une pyramide?

Samael Aun Weor : La pyramide est une merveilleuse méthode pour être, disons, en parfaite harmonie avec l’infini. Bien sûr, à l’intérieur des pyramides, dans leurs temples, chambres secrètes et couloirs, les mystères étaient cultivés ; la construction était adéquate pour cultiver les mystères. Ces pyramides sont superbes! Même les pyramides du soleil et de la lune, à Teotihuacán, ont leurs chambres secrètes, leurs couloirs, leurs choses que les touristes ignorent complètement.

Étudiant : Dans la quatrième dimension, les humanités qui y vivent meurent-elles et reviennent-elles?

Samael Aun Weor : Dans la quatrième verticale on s’incarne et se désincarne aussi. Il y a beaucoup de gens qui vivent dans la quatrième verticale et vivent heureux. Ils savent, ils n’ignorent pas que cette zone tridimensionnelle existe ; ils le savent à cause de la culture qu’ils ont acquise, à cause de leurs études, mais ils n’ont aucun intérêt pour la troisième dimension. Ils y vivent, en chair et en os ; des races entières y vivent…

Au temps d’Artaxerxès, il y eut un cas en Grèce où une tribu y apparut, une tribu très étrange et cette tribu vécut dans leurs maisons, triomphante, victorieuse, et alors Artaxerxès résolut de les soumettre, de les remplir d’impôts, de les dominer, et envoyait des gens pour les soumettre à son sceptre.

Quand les gens sont arrivés pour chercher cette race, elle avait déjà disparu, ils étaient entrés dans la quatrième verticale.

Vies Antérieures

Étudiant : Maître, nous voulons vous poser une question globale, tout ce groupe Gnostique Vénézuélien, pourriez-vous nous dire quelque chose sur nos existences passées?

Samael Aun Weor : Eh bien, je vais vous dire une grande vérité : si vous observez attentivement les différentes écoles pseudo-ésotériques et pseudo-occultistes qui existent dans le monde, vous verrez qu’il y a beaucoup de telles questions : un médium vous dira que vous êtes la réincarnation de Napoléon Bonaparte, ou quelque réincarnation de l’un des douze apôtres ; celui d’au-delà vous dira que vous étiez comte untel, ou Marie-Antoinette. Je connais plus d’une demi-douzaine de « Marie-Antoinettes » là-bas « réincarnées ». Eh bien, en conclusion, ils sont tous grands, aucun d’eux n’est petit…

Il est inutile de raconter à une personne ses vies passées ; en pratique, je me suis rendu compte que c’était absurde. Ce qui fonctionne vraiment, c’est que chacun se souvient de ses existences passées, et il faut commencer par l’existence passée.

Allongez-vous confortablement dans vos lits, les bras très détendus, les jambes très détendues, le corps lâche, détendu, et concentrez-vous immédiatement sur le dernier moment de votre existence passée, sur la dernière seconde. Faites cet exercice aux moments où vous vous sentez le plus somnolent. Ils peuvent utiliser, comme mantras, RAOM, GAOM.

Mais, comme je l’ai dit, vous devez faire l’exercice à des moments où vous vous sentez plus prédisposé au sommeil. La concentration doit être très profonde dans le dernier moment de votre existence passée. Il se peut qu’à ce moment-là le corps physique puisse s’endormir, mais vous, à ce moment-là, pourrez vous voir sur le lit de mort, entouré de vos proches ; ils ressentiront à nouveau les mêmes paroles qu’ils ont prononcés, etc., etc., etc. Alors ils se seront souvenus du dernier moment de leur existence passée.

N’importe quel autre jour, ils font le même exercice pour se souvenir de l’avant-dernier moment. Vous pourrez voir l’avant-dernier moment, et ainsi vous revenez, dans chaque exercice, en essayant de vous souvenir de l’existence passée.

Sous forme de blocs de scènes, d’événements, ils habitent les souvenirs de l’existence passée, jusqu’à en compléter tout le souvenir.

Une fois que toute la mémoire de l’existence passée est achevée (à rebours : de la vieillesse, à la maturité, à la jeunesse, à l’enfance et à la naissance), alors ils peuvent continuer avec l’avant-dernière existence ; puis avec l’avant-dernière trasan-avant-dernière, et ainsi ils peuvent se souvenir de leurs existences à l’envers, jusqu’à ce qu’ils se souviennent de toutes. Les mantras sont : RAOM, GAOM.

Ça vaut le coup, qu’on se souvienne de soi, directement ; qu’on prend conscience de ses existences antérieures, et non qu’un autre vienne la lui dire. Je ne veux pas imiter l’exemple de ces écoles de pseudo-ésotérisme et de pseudo-occultisme bon marché. Je veux que chacun vive cela consciencieusement, puisse se remémorer ses existences antérieures… car il est fort probable qu’ils fassent partie de la même interview.

Étudiant : Y a-t-il des récurrences planétaires?

Samael Aun Weor : Oui,.. Samlios était le « Paris » des temps Atlantes. Il y avait des cosmo-ports à Toyán (qui était la ville aux sept portes d’or massif) etc. Dans tous ces endroits descendaient les navires d’autres planètes.

Les habitants de ces autres mondes qui descendaient dans ces vaisseaux, vivaient avec les rois dans les cours, jugeaient les peuples… Et c’était normal à cette époque. Mais quand l’humanité a involué, quand au lieu de marcher sur le chemin de la spiritualité, elle a dégénéré, alors les membres d’équipage de ces vaisseaux cosmiques se sont éloignés de la Terre pour de bon.

Ainsi, les Atlantes ont décidé d’inventer eux-mêmes des fusées, des fusées atomiques ; que certainement, ils ont réussi à se rendre sur d’autres planètes du système solaire. Tout cela s’est produit jusqu’à ce qu’il y ait eu une révolution des axes de la Terre, qui a submergé ce continent au plus profond de l’océan.

Et n’oublions pas que les Atlantes ont atteint un niveau de civilisation que nous, les Aryens, n’avons pas encore atteint.

Oui, je le sais par la pratique; moi-même dans certains caravansin (« caravansin » s’appelait alors dans les restaurants; il y en avait de très élégants près d’un cosmo-port, le cosmo-port de Samlios), de là je contemplais les fusées atomiques lorsqu’elles étaient lancées vers la Lune, le brouhaha fait par la ville…

Ces fusées fonctionnaient très bien; propulsées par l’énergie nucléaire et bien plus belles que ces horribles artefacts que les « gringos » et les Russes jettent dans l’espace. Mais…

Étudiant : Quelle langue était parlée ; quelle langue parlaient-ils là-bas?

Samael Aun Weor : Eh bien, il y avait différentes langues là-bas… Comme maintenant… Il y avait différentes langues…

Étudiant : Vous nous enseignez quelques termes, par exemple : « loi de l’Okidanock sacré » ; ce terme « Okidanock », qui utilise beaucoup le « k », c’est quelle langue?

Samael Aun Weor : Ce sont plutôt des termes de la langue sacrée…, de la langue sacrée (langue dans laquelle parlent tous les initiés) ; Je sais parler cette langue, n’est-ce pas? Et je peux m’entendre avec n’importe quel adepte, instantanément. Et……je sais la parler et me comprendre avec tous les adeptes de cette langue…

Étudiant : Maître, je vais vous poser une question. Il vous semble sans doute……pourquoi, ayant cette connaissance en détail, qui pourrait révolutionner l’histoire, pourquoi n’imprimez-vous pas?…, c’est-à-dire… (c’est peut-être mon ignorance la question, maître), pourquoi n’imprimez-vous pas des livres où elle est montrée? Et les historiens officiels, voyant qu’il y a quelqu’un qui peut leur donner des données concrètes et s’accorder sur ce qu’ils ont seulement deviné, pourraient, cela, être utilisées en pensant au supérieur. Parce que je sais que vous avez une connaissance profonde… Qui est définitivement agréées. Pourquoi ne……vous n’êtes pas motivé?

Samael Aun Weor : Eh bien, tout simplement, cela ne servirait à rien, disons : si nous commencions à nous faire croire aux historiens. Les historiens ont des critères étroits, n’est-ce pas?

Étudiant : Ils n’accepteraient pas?

Samael Aun Weor : Ils n’acceptent rien de tout cela. Ils ne croient qu’aux données très relatives…

Étudiant :… explication, n’est-ce pas? En montrant qu’un même être est revenu avec des personnalités différentes et a joué des rôles dans l’histoire, cela impliquerait une extraordinaire révolution des concepts.

Samael Aun Weor : À une autre époque, une vraie révolution aurait pu se faire dans l’histoire et dans l’humanité, en ce sens, mais aujourd’hui, l’humanité est tellement dégénérée, tout simplement, les meilleurs historiens, ils ne feraient que se moquer de nous ; aujourd’hui, les gens sont sceptiques, incrédules ; ce ne sont plus les temps où l’humanité, disons, aime les choses de l’esprit.

Étudiant : Mais pourriez-vous le prouver avec des données?

Samael Aun Weor : Oui, cela peut être démontré ; mais pas quand même : Jésus de Nazareth a fait des miracles et des prodiges, et pourtant, ils l’ont pendu à un arbre, les Juifs n’ont pas cru en lui ; et maintenant, ils ne croient toujours pas en lui. Non seulement ils n’ont pas cru, mais ils ne croient toujours pas.

Des millions de dollars ont été dépensés en propagande Chrétienne, partout dans le monde ; et il y a des millions d’êtres humains qui ne croient toujours pas en Jésus de Nazareth.

Eh bien, cela répond à la question de savoir pourquoi nous ne diffusons pas tout cela, n’est-ce pas?…

Étudiant : Le maître se souvient-il de ses vies passées?

Samael Aun Weor : Je m’en souviens si naturellement, comme si je me souvenais de vous demain, que vous parliez avec moi, simplement par le fait d’avoir éveillé ma conscience, n’est-ce pas? Quand on éveille sa conscience, on peut se souvenir de ses existences antérieures.

Étudiant : Vous n’avez aucune limite à retenir?

Samael Aun Weor : Non, la mémoire est complète… parfaite…… de l’évolution de la vie dans le règne minéral ; je sais comment la vie évolue dans le règne végétal, je sais comment elle progresse dans le règne végétal ; je sais comment elle évolue chez l’animal; et comment, finalement, elle atteint l’état d’humanoïde. Nous savons tout cela, non pas à cause de ce que les livres disent ou ne disent pas, mais de notre propre expérience, naturelle, n’est-ce pas?

Je base mes connaissances internes sur ma propre expérience directe…, directe… Ce qui compte, c’est l’expérience directe…

Étudiant :… de Jules César, qu’est-ce que…… à propos de Jules César? Parce que nous savons que vous aviez cette personnalité à Rome.

Samael Aun Weor : Oui, j’ai eu la personnalité de Jules César; j’étais moi-même le fameux « Jules César » de Rome, moi-même…

Étudiant : Logiquement, la sœur, ne sait pas…, c’est la première fois, disons (hier et aujourd’hui) qu’elle est en contact avec la Gnose. C’est peut-être un privilège pour elle, n’est-ce pas? Et j’espère que cela l’inspirera…

Samael Aun Weor : Évidemment oui, cela sert de motivation : savoir, par exemple, que le corps physique que vous avez actuellement se transforme en poussière. Et ce corps n’est pas le premier ni ne sera le dernier. Ce corps n’est rien de plus qu’un habit de peau qui se transforme en poussière, mais ce n’est pas le seul.

Si vous vous lanciez dans une prise de conscience, avec étonnement, vous vous verriez vivre à d’autres époques, à d’autres temps, à d’autres époques, avec d’autres noms, avec d’autres patronymes, avec un autre sexe, dans d’autres pays du monde. Cela vous étonnerait, si vous éveilliez votre conscience. Mais vous pourriez le vérifier, par vous-même, en vous éveillant. Si vous ne vous éveillez pas, vous ne pouvez pas vérifier par vous-même.

Étudiant : Vous savez quoi? J’ai eu ce sentiment. Aussi, je ne peux pas vous l’expliquer comme cela, d’accord, mais je l’ai eu.

Samael Aun Weor : Oui bien sur…

Étudiant : Maître, quand elle vient en tant que femme, quand y a-t-il un changement d’homme à femme?

Samael Aun Weor : Cela dépend du karma de chacun.

Étudiant : Dans le cas de l’homosexualité, ce n’est pas lié à cela? Ne restera-t-il pas « quelque chose » quand il y aura ce changement?…

Samael Aun Weor : Non! Les homosexuels sont des personnes dégénérées qui ont abusé du sexe, qui ont cette tendance ; et plus tard, elles naissent homosexuelles ou lesbiennes. Mais c’est dû à des abus sexuels…

Catégories : Conférences de Samael Aun Weor